22
Commentaires

Un an après les "émeutes de la faim", la crise alimentaire n'est pas résolue

Il y a un an ...

Derniers commentaires

Merci Justine.

Ce n'est peut-être pas tant une crise qu'un crime.
le problème n'est pas de diminuer la production des pays riches, mais la répartition des aliments à l'échelle de la planète.
après, si on arrive à l'autosuffisance alimentaire aujourd'hui dans les pays riches, c'est aussi (malheureusement) grâce à l'agriculture productiviste.
les OGM ne sont pas la panacée, surtout quand on voit qu'ils sont instrumentalisés par quelques groupes détenteurs du monopole (monsanto-cargill), mais ils ouvrent des portes : il en existe deux variétés, et c'est le Bt qui pose problème. Dans tous les cas, il y a trop de doutes, et les plus pauvres ne pourraient jamais obtenir ces grains...

étant donné donc que la faim est un problème politique et économique, et non plus agricole, elle n'est en effet pas près de s'éteindre...
en effet, la faim de la crise n'est pas prête de se terminer
(http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9r%C3%A9ale#Alimentation_animale)
Wikipedia, a propos des céréales :
"Une grande partie de la production mondiale est destinée à l'alimentation des animaux d'élevage : pour les pays développés, 56 % de la consommation de céréales sont destinés à nourrir le bétail, c'est 23 % dans les pays en voie de développement[3]. Mondialement, 37 % de la production de céréales sont destinés à nourrir les animaux d'élevages[4]."

Je m'étonne donc de ne pas voir apparaître, dans un article par ailleurs si complet, le problème de l'élevage. A la vue de ces chiffres, il n'est pas une explication mineure aux crises alimentaires !
beau dossier . A tout hasard , je signale que l'émission Planète Terre de Sylvain kahn sur France Culture diffuse ce mercredi après midi un entretien avec la directrice de l'Inra consacré à l'alimentation mondiale et les perspectives d'avenir.l' Inra semble avoir édité une analyse prospective intitulée " Agrimonde"
trois propositions, supposant des niveaux d'implication croissants :

1) Aller voir le film autrichien actuellement en salles "Let's make money" . Remarquable pour comprendre certains mécanismes
2) Aux élections, refuser de voter pour tous les partis ayant participé à la mise en place de ce néo-libéralisme. Ils sont responsables de la situation actuelle et, quoi qu'ils disent aujourd'hui, continueront dans la même ligne.
3) Participer à toute association, organisation qui réfléchit et/ou agit pour résoudre ce fléau

Petit rappel historique pour compléter : la dictature chilienne de Pinochet a été le premier pays à mettre en oeuvre les réformes économiques ultra-libérales de l'école de Chicago... Je précise pour qu'on ne m'accuse pas d'appeler à voter pour l'extrême droite !
Les OGM, absents de cet article, mais c'est justifié : les dernières études aux Etats-Unis, les derniers événements en Inde (suicides de paysans ruinés) et en Afrique du Sud (champs stériles) montrent que les OGM ne sont pas un outil pour faire reculer la faim, bien au contraire.

merci José, quoi !
Méga superbe cet article, merci.
Juste deux remarques:
- où est l'Australie et sa grosse sécheresse dévastatrice dans tout cela ? Je croyais que c'était l'un des plus gros producteurs de céréales, et ils n'ont produit qu'un pouillème de ce qu'ils produisaient avant (à moins que j'm'a gouré). Alors comment les récoltes peuvent avoir été globalement exceptionnelles; il faudrait que les autres aient explosé leurs productions.
- "Surtout en comparaison des 1000 milliards de dollars alloués par le G20 à la relance des institutions financières." Il est effectivement honteux que seuls 10% des sommes promises aient été versés, mais je suis surpris de voir cette phrase, car elle est démagogique; ce n'est pas le même type d'argent. Les 1000 milliards sont des prêts, et comme cela a été expliqués dans votre excellente émission sur l'argent roi, cet argent n'existe que le temps du prêt, il n'existe pas avant et il peut exister parce que les emprunteurs vont les rembourser ensuite (enfin, normalement...) Tandis que pour payer du riz ou d'autres céréales, il faut du "vrai" argent, donné en pure "perte" pour l'émetteur, car ceux qui devraient manger le riz ne peuvent pas rembourser (ils ont déjà une dette largement assez grosse, et d'ailleurs construite de manière usurière par les occidentaux).

De plus, il manque à cet article par exemple la sécheresse chinoise, qui fut à son paroxysme en février (et quid depuis?) , et qui semble avoir laminé les plantations de semailles d'hiver de manière dramatique, ce qui va quasi certainement donner une récolte d'été catastrophique.
Vu la puissance économique actuelle de la Chine, on peut effectivement parier que les Chinois vont se servir aux dépends de bien des pays "pauvres", y compris sur leurs propres terres.

Jean-Denis Crola, d'Oxfam dit qu'il y a de "bonnes chances pour que la situation reprenne comme l'année dernière", eh bien je le trouve très optimiste, je pense qu'il y a de grosses chances que ce soit bien pire que l'année dernière.
+ 1 Justine a voté pour votre travail, merci

Je remets tous mes espoirs entre les mains des jeunes générations, pour fair advenir un monde plus juste.
Article très intéressant, qui constitue un bon résumé et une bonne introduction aux nombreuses problématiques de la question alimentaire mondiale.

Et merci au passage pour le lien vers le premier article de la série "Sécurité alimentaire" du Monde. J'avais cherché à récupérer les cinq dernièrement, et leur site est tellement mal fichu que je les avais tous retrouvés sauf le premier (que vous, vous avez réussi à dénicher et que vous donnez en lien)...

Ce genre de papier me fait douter de l'orientation "décryptage de l'actualité et des média" d'ASI.net, mais dévier de sa trajectoire (l'angle "les médias en ont parlé il y a un an" est toujours un peu juste) pour offrir de si bons papiers empêche que l'on s'en plaigne, au contraire : félicitations. ;)
Excellent papier, très documenté !
"Un an après les "émeutes de la faim", la crise alimentaire n'est pas résolue", Vous êtes touchante d'utopisme, par ce titre Justine. Mais fallait bien mettre un titre à tout cela me direz vous. exact...
Le plus choquant est sans doute la disproportion des aides autooctroyées au G20 et celles pour les pays pauvres. 1000 milliards en un WE, ça ferait a peu près 200$ pour chaque habitant de la planète... une véritable fortune dans de nombreux pays africain. Mais après tout à qui la faute?? N'est ce pas la faute aux électeurs citoyens qui votent pour des "gagnez plus" quel qu'en soit le coût global humain, pour des maintiens de niveau de vie élevé interdisant le partage de richesse? Si ces 1000 milliards n'étaient pas allé dans le système économique, il y aurait eut plus de chômage, plus de failite etc... mais aussi des milliers de vie sauvée. Chacun est un peu cynique dans sa vision du monde, en ne voyant que son bonheur immédiat.
Merci, vraiment, pour ce retour très complet et très bienvenu, en cette période où l'actualité déverse quotidiennement son lot de catastrophes bavardes.
Merci et bravo pour ce papier!
Comme toujours, des sujets fondamentaux traités de façon approfondie avec sérieux...
bravo Justine pour cette chronique, très complète qui donne bien la photographie de l'agriculture moderne, et devant laquelle on reste effectivement sans voix car le constat est, au final, assez terrifiant ;

je ne connaissais pas ce système de "la ruée vers les terres cultivables des pays du Sud.... et de l'accaparement des terres" ... comme si les pays en voie de développement n'existaient que comme support matériel, minéral ou végétal, au confort de nos pays soi-disant "développés" !!

il n'y a rien à rajouter à votre chronique, exemplaire ; peut-être juste cette photo faite par Kevin Carter pendant la famine au Soudan en 1993, bouleversante, dont nous avait parlé Alain Korkos dans une autre chronique et à laquelle votre texte m'a fait penser......
Pour rappel : L'empire de la honte de Jean Ziegler, rapporteur spécial de la Commission des droits de l'Homme de l'ONU pour le droit à l'alimentation
"L'accaparement des terres" des pays en développement est également une véritable honte.
"Pour bien faire, il faudrait doubler la production agricole dans les trois prochaines décennies. Or on ne peut plus guère accroître les superficies de terres arables, l'urbanisation gagnant du terrain, et certaines tendent à s'épuiser" estime un spécialiste de l’analyse des marchés mondiaux des matières premières interviewé par l'Expansion.
Moi j'estime qu'il faudrait peut-être remettre en question cette surconsommation qui caractérise les pays développés et qu'on nous assène à coup de pub et autres artifices histoire que ces multinationnales enrichissent bien leurs actionnaires et PDG
Car si tout le monde consommait comme la moyenne européenne il faudrait 4 planètes pour subvenir aux besoins de toute la population, et si l'on consommait comme la moyenne américaine il en faudrait 7 !!!
Et tout ce gachis uniquement au nom du profit qui est le maître mot de toute politique "libérale" (=capitaliste relooquée) et toutes leurs multinationales style Monsanto.
Pour mémoire cet excellent article Les grandes firmes du domaine, en premier lieu Monsanto, ont donc déployé une stratégie de contournement. Il ne s’agit pas de prouver que leurs produits ne présentent aucun danger, mais de les promouvoir comme autant de remèdes aux problèmes de malnutrition et de santé publique du tiers-monde...
A organiser la surconsommation d'un côté et se vendre comme un remède à la malnutrition de l'autre, on gagne à tous les coups !!
C'est triste à dire, mais que peut-on dire de plus ?
gamma
Bravo Justine pour ce papier. Surtout, ne vous attristez pas du peu de commentaires qui vont s'empiler. On est dans le sérieux là. Tellement sérieux, tellement grave, tellement vrai que le blabla ne vient facilement (sauf pour moi ;-)
Merci pour ce bon tour d'horizon d'un problème souvent relégué au coin des spécialistes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.