59
Commentaires

Ukraine : "grâce à Internet, on a arrêté d'avoir peur"

Comment comprendre "l'insurrection victorieuse" en Ukraine ? Sur le rôle de l'extrême-droite, sur les accusations de corruption contre Ioulia Timochenko (le matinaute vous en parlait ici). Dans nos forums, un @sinaute, chef d'entreprise qui habite à Kiev "depuis une quinzaine d'années", nous livre sa vision : une révolution par et pour le peuple.

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

A Kharkiv, ville pro-russe, des activistes tabassés et humiliés.
après avoir vue cette émission extrêmement interressante, je me méfie de ce gouvernement provisoire Ukrainien.
Nous étions sur votre plateau en présence d'une hystèrique pro Ukrainienne, qui était dans la théorie du complot.
L'autre personne invité était extrêmement interressante, meme si il a voulu édulcorer les conséquences de la loi Russe contre l'homosexualité.
Tous ces arguments étaient déployées pour nous faire comprendre la compléxité de la situation, et il n'est pas tombé dans la démagogie, en rappelant les 20 morts que la police avait eu au début des manifestations.
A réinviter
J'en aurai plus appris sur l'affaire ukrainienne grâce à ASI et Thehood qu'en regardant distraitement la téloche. A propos d'un pays limitrophe et comparable, la Pologne: Stéphane Zagdanski, dans son livre " de l'antisémitisme", a cette observation: quand on fait observer à un des innombrables antisémites polonais le paradoxe qu'il y a à être antisémite dans un pays où tous les juifs ont été massacrés depuis 70 ans, il répond " mais pas du tout, les juifs sont encore là, la preuve, tout va mal; simplement, ils ont changé d'identité."
Tout d'abord, je suis parfaitement en accord avec TCHD, le bidonnage d'identité sur les forums, c'est comme une seconde nature. Si @si n'as pas sérieusement vérifié l'identité de "thehood", ça me parait une faute.

Mais accordons le bénéfice du doute à "thehood", et considérons son récit comme sincère. Hélas, la sincérité et la spontanéité de ce mouvement ne sont plus le sujet, car ce qu'il s'est passé n'est rien d'autre qu'un coup d'état.

Doit-on rappeler que juste à la veille de la "destitution" de Ianoukovitch, l'UE avait par le truchement de 3 de ses ministres passé un accord avec le pouvoir légitime afin d'organiser des élections anticipés. Tout ça pour reconnaitre dès le lendemain une prise de pouvoir par la rue, et une "élection" du gouvernement à l'applaudimètre.

On vogue en plein délire là.

Qui voyons-nous au "gouvernement", Iatseniouk est bien prêt de devenir le président ou le 1er ministre. C'est celui que Victoria Nuland (la diplomate Américaine) voulait voir arriver au pouvoir. Mais aussi celui qui était en charge de "la sécurité" de Maidan, Oleg Tiagnibok, tient maintenant le poste de ministre de l'intérieur. Pour rappel, c'est ce charmant personnage qui faisait le salut nazi à la tribune lors d'un meeting de son parti en 2004, qui s'appelait alors le "parti national socialiste d'Ukraine".

Et les premières décisions politiques sont tout aussi percutantes: interdiction pure et simple du parti communiste Ukrainien, le seul parti qui réclame depuis des mois un référendum sur les accords Européens.

Si le mouvement a été authentiquement sincère et dirigé contre la corruption - ce que on peut non seulement comprendre mais aussi applaudir - il n'en reste pas moins que son venu s'y greffer des personnes au parcours et aux idées politiques bien détestables, et que c'est objectivement elles qui se retrouvent maintenant accrochés dans un pouvoir à la légitimité bien ténue.

Et c'est en cela que la sincérité du mouvement du départ n'est plus à l'ordre du jour: à vouloir "jouer les nationalistes" pour arriver à son objectif politique, la 1ere et la 2ème guerre mondiale nous a parfaitement montré à quel point ce genre d'idée peut vous faire finir dans le ravin.
Je me suis identifié auprès de DS après le post de THCD. Les réticences sont compréhensibles, néanmoins, @si est un site un peu confidentiel pour faire de la propagande de masse.

Alors que les répercussions de Maidan sont en train de déborder au delà de Kiev, je souhaitais faire un point sur l'extrême droite et le fascisme, parce que, malheureusement, on va sans doute beaucoup en parler dans les jours qui viennent.

Ce que je vais écrire est un peu brutal, aussi si vous commencez à lire, allez jusqu'au bout car la conclusion l'est moins que le début.

Dans la définition du fascisme, il faut avoir 2 lectures, la nôtre, occidentale, et l'autre la lecture slave. Elles sont différentes, fondamentalement. Ce qui est recommandé dans l'une et est honnie dans l'autre.

Le même mot, 2 définitions donc.

Commençons par la nôtre, sans ambiguïté, si on regarde via la focale française, les slaves sont globalement racistes. En Ukraine et en Russie, on ne dit pas africain ou noir, on dit Negre. Les blagues sur les juifs et leur prétendus travers sont légion et très populaire, les juifs en général ne sont pas apprécies et suscitent beaucoup de méfiance. Les personnes issues des pays du Caucase, ont à peu près le même traitement que les personnes du Maghreb en France dans les années 60. Les homosexuels sont considérés comme décadents, malades ou anormaux selon les cas...

Tout cela vaut en particulier pour les personnes qui ont 40 ans et plus, et plus encore les hommes.
Les plus jeunes sont plus ouvert, en général. Ils ne sont pas politisés (jusqu'a la période pre Maidan, commencer à parler de politique entrainait un départ immédiat des interlocuteurs, quel que soit le
sujet) et ne voient pas trop l'intérêt du racisme* ni de l'homophobie, ils sont plus hermétique au discours raciste car plus hermétiques au discours politique et idéologique en général. Ils ont un peu voyagés et sont de fait plus nuancés.

Pour faire une transition entre notre focale et la focale ici, je vais le faire via une anecdote.

Juste avant noël, mon fils de 6 ans est allé faire un spectacle de gym.
Les parents viennent donc, et à la fin du spectacle, un père, d'une cinquantaine d'année, m'interpelle. Il me dit que la France est un super pays, un pays puissants, craint et écouté dans le monde. Puis il me dit qu'il ne comprend pas qu'on autorise le mariage homosexuel. Que c'est une maladie. Je lui réponds que le gouvernement Français a décidé ainsi. Et là il me dit, ah oui, Fabius, il est mauvais celui-là, il est juif. Je soupire. Il enchaine directement avec Poutine, qui lui est un super président (craint et écouté, donc) pas comme Yanukovich...Et pas comme ces fascistes de Maidan qu'il faut écraser.
(j’ai une pléthore d’histoire sympas comme celle-là, mais on va peut être s’épargner)
De notre point de vue, cette personne rentre dans la catégorie facho, étroit d'esprit, bas du front,...Allez y lâchez-vous. Mais pour lui, tout ça n'est pas important, il y a pire, il y a les fascistes.

Alors pour lui qui sont les fascistes: ce sont ceux qui parlent Ukrainien et ne veulent pas qu'on parle Russe en Ukraine. En l'occurrence il a un peu raison, alors qu'une grande partie de la population est uniquement russophone, vouloir bannir la seule langue qu'elle parle n'est pas un signe d'ouverture d'esprit, ni d'apaisement. Cette bataille de la langue ukrainienne est ce qui a, partiellement amenée, Yanukovich au pouvoir, car c'était un candidat qui a affirmé son soutien sans faille aux russophone du pays.

Plus intéressant, Le "fascisme" que brandissent les défenseurs de la Russie, fait directement analogie au fascisme des années 40.
Pour bien comprendre il faut savoir que, les deux évènements principaux autour duquel s'est construit, et justifie l'existence de l'union soviétique sont : La révolution d'Octobre, et la victoire contre le fascisme dans la guerre 41-45.

Dans chaque institut, usine, université, administration, parc, il y a un monument dédié à l'un de ces deux évènements (du tank T34 a la plaque commémorative en passant par la mosaïque géante), avec une nette faveur aux monuments dédiés à la guerre 41-45.

La connaissance des évènements de la seconde guerre mondiale, chez les gens d'une vingtaine d'années dépasse largement celles qu'on peut avoir en France, c'est une connaissance très orientée, mais bien présente (ma fille en CM1, apprend l’histoire de France, mais lors de ses cours d’ukrainien apprend l’histoire du 20eme siècle et j’ai été le premier surpris à l’entendre parler d’Hitler et de la bataille de Kiev), encore aujourd'hui. Par contre ils ignorent ou feignent d’ignorer qu'entre 1939 et 1941, l'union soviétique a soutenu activement le régime nazi.

La guerre de 41-45 sert à faire serrer les dents à tout le monde et accepter les conditions de vie actuelles que j'ai décrite précédemment:
1. Tes ainés ont souffert plus que toi, ne te plains pas.
2. Quand une menace apparait, c'est une menace contre notre culture et notre mode de vie, c'est une menace fasciste. Il vaut mieux une vie comme la nôtre plutôt qu’une vie de fasciste.

Vous remarquerez que l'argument qui consiste à défendre les valeurs de l’égalité entre les personnes, basé sur la révolution d'octobre n'existe plus, car le capitalisme, n'est plus une menace. Surtout quand on est dirigeant politique est qu'on roule en Lexus pour aller à sa maison de campagne de 3000 mètres carré et qu'on paye sa femme de ménage 30 euros par mois.

Le problème de la tentative de domination russe de sa propre population est de continuer à faire croire qu'ils sont dans la merde et qu'ils sont à deux doigts de s'en sortir alors que TOUS les autres pays sont en train de dégringoler. L'Europe, les USA, la Chine, etc...

Si quelque chose foire en Russie, c'est la faute de l'étranger. Systématiquement.

Idéologiquement, la pyramide est d'autant mieux acceptée. Nous sommes entre nous, c’est mieux comme ça, les chefs nous protègent, il faut accepter les règles, aussi pourries soient elles.

Dans le cas présent, avec l'Ukraine, le gouvernement Russe s’est pris un camouflet vis-à-vis de sa population. Quoi qu’on en dise, le président Ukrainien, a été renversé, par des mecs armés de foulards et de bâtons, et des babouchkas qui préparent à manger. Et depuis son départ, à l’est comme à l’ouest personne ne demande à ce qu’il revienne (c’est un message pour ceux qui prétendaient au soutien de Yanukovich par la population).
Ca cadre mal avec Poutine défenseur du monde, prêt à dégainer ses missiles tout en faisant du bobsleigh torse nu.
Donc, les russes, qui vivent EXACTEMENT ce que vivaient les Ukrainiens jusqu’à il y a encore 3 mois, sont en train de se poser des questions sur l’opportunité de faire leur Maidan. Et s’ils ne se le demandent pas tout de suite, ils vont le faire dans les mois ou les années qui viennent.
Ca, le pouvoir Russe le sait, et c’est intolérable, et aussi malheureux soit on des morts a Kiev. Si Poutine avait été réellement aux commandes en Ukraine, comme il l’est depuis 16 ans en Russie, c’aurait été un bain de sang bien pire.
Aujourd’hui le pouvoir Russe doit montrer à sa population qu’il est toujours aussi fort.**
Première étape, un ennemi est défini. Les fascistes Ukrainiens. Etape facilitée par la présence de drapeaux douteux dans le paysage de Maidan. Et comme pour les flics (de la pensée) 1+1 =2. Si il y a des drapeaux extrémistes et des gens autour, alors c’est que tout le monde est extrémiste (alors que la réalité c’est qu’en Ukraine, en règle générale, on est indiffèrent à ce que les autres pensent ou disent, seuls les actes comptent). Pour les Russophone, les fascistes sont simplement anti Russe. Pour les medias internationaux, comme on nomme fascistes avec des drapeaux douteux des gens qui peuvent râler contre les homos et les juifs, le relais est pris et on fait croire qu’ils sont réellement plus racistes que les autres, alors que pas vraiment.

Deuxième étape. Montrer qu’on est fort. On remise Yanukovich au frigo, pas une photo de soutien à l’Est ou au Sud. Et on sort le coté grande Russie, qui lie dans l’âme les slaves quels que soient les régimes et les dirigeants. On agite les tanks et on fait monter la pression.

Les objectifs du pouvoir Russe sont :
1. Montrer à la population Russe qu’on est forts et puissants
2. Montrer au monde qu’on n’a pas peur de faire la guerre
3. Forcer le pouvoir ukrainien à tempérer ses ardeurs d’indépendance, garder en tête de nommer un président pro Russe lors des prochaines élections truquées
4. Récupérer peut être la Crimée, par opportunité, si cela se présente.
5. Ressortir Yanukovich, le cas échéant, si c’est une opportunité intéressante

La prochaine fois, je ferai un post sur ce que sont en train de faire les gens de Kiev pour que le système change, et pour trouver qui a ordonné puis exécuté la répression de Maidan.

A commencer par le site Yanukovych leak ou sont scannés les documents retrouvés dans son palais. http://yanukovychleaks.org/


*Je mélange volontairement racisme et fascisme, parce qu’ils synonyme dans la situation actuelle.
**Je me risque à faire des hypothèses politiques qui peuvent être erronées, j'en ai consciene, mais c'est pour expliquer pourquoi on parle autant d’extrême droite ici et que c’est une arme de communication plus qu’une menace réelle.
Autant je trouve génial ce texte, autant, comme TCHD, je voudrais être sûre de savoir qui écrit.
Depuis qu'un invité de JMM a raconté que les internautes islamistes tunisiens qui dénonçaient les démocrates à l'époque de Ben Ali étaient en fait une société de communication américaine financée par la fille de Ben Ali, je suis devenue encore plus parano.

Clair qu'internet va changer définitivement le monde. Mais ce ne seront pas les démocrates, ce sont les manipulateurs qui gagneront si on ne vérifie pas tout. Et ça, c'est le principal boulot des journalistes.

Je voudrais être sûre que c'est un résident en Ukraine, qui envoie ces posts, et pas un lobbyer quelconque.

Je sais que ce n'est pas sympa pour Thehood, mais c'est un minimum....

Je souhaite lire sur ce site que vous avez vérifié.
L'auteur a-t-il été rémunéré pour l'utilisation de ses messages dans un article ?
Merci à la rédaction d'avoir donné plus de lisibilité aux contributions de thehood.
Cela rejoint tout à fait cet article de Bastamag (qui n'est pas franchement un site atlantiste...): http://www.bastamag.net/L-UKRAINE-FAIT-SA-REVOLUTION
En Ukraine, un président élu fait le contraire de ce qu'il a dit (sur l'Europe): révolution. En France, on a enchainé "travailler plus pour gagner plus" et "mon ennemi c'est la finance". Pour l'instant, on est calme. L'Ukraine montre qu'il y a des alternatives. Nous aussi on a internet.
merci pour ce billet. L'espoir de la liberté l'emporte
Ya juste qu'une "révolution populaire" qui voit défiler les activistes officiels d'un état étranger (USA), dans les prémisses comme dans l'accomplissement, est éminemment suspecte.
Que n'aurait on hurlé si la bande à Poutine avait noyauté et financé, au vu et au sus de tous, les "indignés" US.

Surfer sur le mécontement d'une population pour foutre en l'air les structures d'un Etat, c'est du Cassus Belli.
Ces dernier temps, les USA les accumulent avec la maladresse du désespoir. Ils finiront par obtenir ce qu'ils cherchent...
Merci pour la mise en billet de ce commentaire.
Avez- vous vérifié l'identité de l'auteur ? Dans les forums, sous couvert d'anonymat, tout le monde peut raconter ce qu'il veut. Je sais de quoi je parle.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.