29
Commentaires

Twitter, Facebook, etc : guide de survie en réseau social

Follower, poker, twitter, mettre à jour son statut... Le langage des réseaux sociaux (avec ses anglicismes) et leurs pratiques restent encore très obscur à de nombreux internautes. C'est pourtant par eux que passe aujourd'hui une partie importante de l'activité en ligne et par conséquent de l'information. Comment vous y retrouver ? @si vous propose un guide (non exhaustif) de survie en réseau social.

Derniers commentaires

J'ai l'impression que beaucoup pense que c'est inutile ces deux réseaux, mais bon vu que les médias ne nous informe pas "réellement"sur ce qui se passe, je trouve bien que facebook et tweetter existent j'ai des contacts africains, américains, et c'est utile pour savoir en temps réel et en plus détaillé, ce qui se passe dans le monde.

Pourtant je suis loin d'être une "geekette" mais j'apprécie d'avoir des "vraies infos" sur la Tunisie, et l'Afrique, les Usa, Uk, Israel, des journaux de ces pays en plus. etc...c'est là qu'on voit la différence de la "réalité des faits" qu'on nous annoncent de façon assez "fausses" ou maquillées. Rien que pour cela je trouve cela utile et plaisant. Sinon on peux dire que chacun y trouve son compte, sans y passer la vie entière . .

Et puis j'utilise les comptes de "mes" chats, pour fouiner à droite à gauche, car "ils ont des comptes" bien sur même si cela parait étrange, c'est marrant en plus et j'ai ma fille et sa famille aussi.

Ca économise le téléphone et le timbre. . .
le tweet de Filippetti et sa réaction de défausse
montre qu'elle s'entoure de collaborateurs capables de faire quatre fautes en trois lignes (ne pas mettre de majuscule à un nom propre en est une)..
Pire le tweet attribue les attaques aux "relans" abjects à celui qu'elle veut défendre !

Minable!
Bonjour, merci pour cet article.

Il y a deux aspects que je trouve fascinants sur Twitter :
1°) La différence entre la page "home" et la page "profile" (l'autre ne voit pas mon "home", mais il en fait partie)
2°) Le rapport entre Twitter et les obsessions du cinéaste Jean Eustache à la fin de sa vie, qui fréquentait une sorte de réseau téléphonique sur le même principe de "tout le monde parle en même temps".

J'ai développé ces deux aspects dans un article, ici :
http://onagoodday.over-blog.com/article-29172587.html

Bonne lecture,
Sylvain
"que 60% des utilisateurs américains de Twitter n'y reviennent pas le mois suivant leur inscription" n'a vraiment rien d'étonnant... si on considère la pauvre ergonomie du site web de twitter. Cela ne signifie d'ailleurs pas que les gens cessent d'utiliser le service twitter, mais beaucoup choisissent alors de le faire via un "logiciel client" plutôt que via le site web.

Tweetdeck, cité dans cet article, est l'un des plus connu, mais le qualifier de "petite application" ne me parait guère pertinent : il est au contraire plutôt gourmand en ressources mémoire !

Personnellement, je conseille DestroyTwitter, bien plus léger et très agréable à utiliser https://destroytwitter.com/
Pour twitter c'est vrai que c'est particulièrement inutile si on n'utilise pas de logiciel tiers pour s'en servir.
Si tweetdeck est pas mal comme application externe et surtout pour suivre les "grosses discussions" #machinchose (si vous voulez en voir un exemple, venez voir cette après midi sur #hadopi -taper ça dans la case search de tweetdeck- lors de la reprise des débats à l'assemblé nationale, c'est un gros foutoir mais c'est marrant), pour suivre des tweets "normaux" je lui préfère le plugin de firefox twitterfox, qui permet d'avoir automatiquement les nouveaux tweets en bas à droite de l'écran quand on surf. C'est moins envahissant.

Sinon en réseau social ma préférence reste StumbleUpon, qui permet d'échanger des sites, d'en découvrir selon ses goûts et ceux de ses amis sans les emmerder à les spammer sur leurs mail ou sur msn (je l'utilise essentiellement pour tout ce qui est artistique et image, ça permet pas mal de découverte).
Pas de compte sur tête de livre ici. Il y a d'autres réseaux sociaux que Sophie aurait pu mentionner quand même...
Merci Sophie Gindensperger pour la grande qualité de votre article!
Pour ceux qui comprennent l'anglais, cette excellente et courte satire de Facebook, qui met en scène "dans la vraie vie" (in real life) ce que Facebook vous demande sans cesse de faire sur votre clavier.
Article indispensable de nos jours. Merci @si, j'ai voté pour qu'il soit d'intêret public ! :)
De leur côté, Facebook et Myspace s'en tireraient mieux, avec des taux de rétention deux fois supérieurs à celui de Twitter, à près de 70%.
Guère étonnant, j'avais fini par m'inscrire sur Facebook après 87 demandes (je ne rigole pas, j'ai compté). Je me sentais exclu de la société et, lâche que je suis, j'ai fini par m'inscrire.

Alors, pourquoi y retourne t-on ? C'est simple:
-une photo de vous "marqué" = un mail
-une vidéo avec vous dessus = un mail
-un commentaire sur une photo ou une vidéo où vous figurez = un mail
-un message sur votre mur = un mail
- une invitation à un jeu débile = un mail
[...]
Si vous n'êtes pas un pro de l'informatique comme moi, c'est à dire si vous ne savez pas désactiver l'envoi de mail depuis le site, vous êtes vraiment incité à vous y rendre plusieurs fois.

C'est également un super moyen de perdre son temps. Tiens, là par exemple: j'ai 9 invitations à des jeux idiots, 16 demandes d'amis (dont je dois connaître la moitié... de vue), 6 invitations à des groupes (dont un groupe... anti-facebook -sic-), x commentaires de photos à lire...

La seconde fois que j'été allé sur ce machin, j'avais réussi à perdre 3 heures. Bilan: rien de productif. On joue à des jeux idiots, on rejoint des groupes à la con, on complète son profil, on écrit sur le mur et on tchate un peu.
Franchement, quitte à perdre son temps, autant aller lire toutes les informations du monde ou sur viedemerde, au moins ça fait un peu d'actualité ou de rigolade.

Nos sociétés modernes ont inventés la perte de temps massive. Le pire n'est pas tant le concept mais le fait qu'on retrouve l'ensemble de l'humanité dans de tels concepts.
On en est à sacrifier des milliards d'heures de vie sur l'autel de l'unitilité et de l'aproductivité. Terrifiant hein ?
Merci merci pour cet article!
Merci pour toutes ces précisions utiles : on peut avoir 23 ans, ne pas être particulièrement technophobe mais plutôt technodistant, et ne rien comprendre à l'engouement pour toutes ces formes diverses et variées de social networking... quelques forums mis à part (dont celui-ci). Même mon frère, qui est sur Facebook, m'a avoué que "ça ne sert à rien mais c'est bien d'y être". Sans compter que j'ai lu plusieurs cartoons du New York Times qui moquaient les accros de Twitter et autres technodépendants. Que les récalcitrants ne se sentent donc pas ringards trop vite !
Série: je raconte ma vie:
Pour pas mourir idiote, je viens de créer une fausse adresse mail et suis allée voir fessebouc, en ne donnant aucune info nulle part.
Bah, ça ne me parle pô, ça ne m'a pas donné envie, même en passant par les liens donnés sur des plates formes blogs.
En revanche, j'ai constaté que fiston y est, qui doit certainement, au vu des potes-ha pardon friends, qui lui sont affiliés (pokés?), tous y mettent leur identité réelle- raconter sa vie.
Pourvu qu'il ne dise pas trop de choses qui pourraient lui nuire plus tard :(
Mais je refuse d'aller voir son machin.. wall?page?site?truc?
J'aurais l'impression de l'espionner, et ça, c'est non.
Reste plus qu'à détruire le faux mail.
En revanche, pouvez toujours tenter de vous effacer, le profil créé sur fessebouc existe à vie.
Mais merci pour l'expérience, Sophie.

Bon, allez, ça suffit de rester derrière un écran, tout le monde dehors, il fait beau, ouste.
Merci Sophie pour cette mise au point.
Je fais partie des non pratiquantes, et mêmes des athées des réseaux sociaux internet, et je suis au top maintenant.
C'est toujours intéressant de savoir de quoi parlent les ados de son entourage.
Coup dur pour le petit dernier des réseaux sociaux qui montent
Comme vous le dites par la suite, le chiffre donné est peut-être surévalué. D'autre part, même si c'est vrai, je ne pense pas que ce soit un coup dur, c'est au contraire plutôt prévisible. Depuis des années les forums ont le même "symptôme" : certains donnent accès à la liste des inscrits, et quand on examine celle-ci, on constate que l'immense majorité des membres s'est inscrit sans poster ou en postant un seul message. On peut constater ça sur à peu près tous les forums, qu'ils aient un sujet "technophile" ou non.

Là où ça devient plus pernicieux, c'est que le même phénomène se retrouve sur... les sites de rencontre : celui qui coupe son abonnement aura souvent tendance à partir sans supprimer son profil, tandis que d'autres créeront un profil puis fuiront au moment de payer. Le problème, c'est que ces profils "morts" seront par la suite comptabilisés par le site au moment de faire une campagne de pub...
Merci, excellente mise au point.
Le destin de Twitter, de Facebook et de tous ces réseaux "sociaux" n'est il pas de rejoindre Second Life (oui, Second Life, vous avez dejà oublié ?...) dans le cimetière des emballements internet ?
Juste un piti détail : Ashton s'appelle Kutcher, non pas "Crusher". C'est le type qui, selon les médias pipole, est à la colle avec Demi Moore.
En tout les cas, ça m'a bien fait rigoler, parce que crusher se traduirait "celui qui écrase" ou les brise (traduction libre;-))))...
@si à un compte twitter o_O. Vous auriez pu le dire avant, l'annoncer, mettre un lien sur la page d'accueil, faire quelque chose quoi

Dans les multiples outils twitter je vous conseille http://twitterfeed.com/ qui vous permet de relayer les flux rss du site directement sur votre compte twitter. ;)
"Twitter semble pour le moment, en France en tout cas, rester cantonné aux utilisateurs les plus technophiles... et aux journalistes."
Moui, dans les 'absents ' de la twiterie, y'a peut-être aussi toutes celles et tous ceux qui ne bossent pas devant un ordi, bêtement... :-)
Et peut-être qu'en france il ne s'agit pas de technophobie mais simplement de tradition de parole échangée irl ? :-)
Ca me fait penser à cette différence entre villes/villages pourvus d'un centre, référé au forum (romain s'entend:-)) et les autres: les échanges sociaux n'empruntent pas les mêmes voies (haha, mais quel humour).
bravo sophie, je fais partie des "non-pratiquants" et malgré tout j'ai compris TOUS les mots de votre chronique wouaw !!!

juste un idée, si les sites sont constamment à la recherche de leurs "nouveaux gentils membres" récemment inscrits mais dont ils perdent la trace au bout de quelques temps, je me dis que c'est peut-être tout simplement parce que la "vraie vie" reste toujours aussi attrayante pour communiquer.....et je trouverais ça plutôt rassurant !!

je me vois mal me faire de nouveaux amis, régler mes comptes avec les anciens, tout ça virtuellement et sans être en contact avec autre chose qu'un clavier ??? quelque chose me manquerait.....
on peut échanger des idées et ça peut être passionnant mais ça nous prive de l'ambiance irremplaçable avec un être de chair et d'os en face......
mais bon, c'est peut-être l'avenir...
(Le lien de la fin de l'article ne fonctionne pas.)
Merci de cet article, très clair et instructif !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.