20
Commentaires

Twitch : Le Grand Journal fâche les joueurs

Pour Le Grand Journal, qui s'est (enfin) intéressé à Twitch vendredi dernier, le streaming jeu vidéo est une "désolation totale". Mais face au tollé provoqué par ses propos, Antoine de Caunes a été contraint de s'excuser après la chronique peu inspirée et brouillonne de sa nouvelle recrue, Mathilde Serrel.

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Les excuses de Lundi soir sont tellement ridicules, et mal fichus que De Caunes, le Grand Journal se décrédibilisent encore plus. Que la pseudo journaliste dise que c'était excitant comme phénomène, est en décalage complet avec la chronique de vendredi. Bref, ils pensent s'en tirer en prenant les gens pour des cons. Dommage. Elle aurait mieux fait de s'excuser pour son dédain et son inculture et dire que la prochaine fois ils feront leur travail avant de dire des conneries.

Du coup, on ne parle pas sérieusement du phénomène et de ses implications. C'est le grand décervelage qui continue. Et ce qui est inquiétant c'est de se dire que toutes les questions de société doivent être traité avec la même légèreté ce qui est franchement inquiétant!
Tiens cet article m'a rappelé qu'il y a sur @si une émission consacrée aux jeux vidéos. Ou qu'il y "avait" une émission... on sait plus trop en fait (un peu comme pour 14h42, qui est sensée être diffusée un mardi sur deux, mais ça fait bien longtemps qu'il n'y a plus que les "autres" mardis qui se succèdent).

Si l'émission existe toujours, le phénomène Twitch pourrait être un bon sujet ! (ne serait-ce que pour nous donner l'occasion regarder des gens en train de parler des gens qui regardent des gens en train de jouer)
C'est rassurant de voir qu'il existe encore des jeunes capables de se mobiliser pour de grandes causes et faire plier les princes qui nous gouvernent.
C'est passionnant ! Regarder des gens qui regardent des gens qui font ce qu'Ils veulent et avec kiki... C'est encore meilleur, je ne m'en lasse pas :-))

Grâce au ciel et à beaucoup de kilomètres, ici pas de LGJ. Du coup, je rate la boulette de l'une et les excuses de l'autre. Tout bénef.
Le gros inconvénient actuel des journalistes bas de gamme, comme ceux et celles qui d'emblée présentent le jeu vidéo comme étant forcément une addiction, c'est l'internet.
Dans les années 80 et 90, ils pouvaient débiter leurs fadaises sans risquer de se faire déboulonner comme maintenant.
Maintenant, il y a une sorte de plan d'égalité quant à la diffusion des réactions, c'est couillon pour les chiens de garde, alors que ces derniers étaient il y a encore peu, essentiellement évoqués par les livres et confidentiellement dans l'audiovisuel.
On se souvient de billets du même acabit sur les jeux de rôle, ou sur la musique "subliminale" du rock et du métal...
Autant j'ai été presque peu étonné d'entendre tout ce ramassis de cliché sut twitch, mais j'ai été un peu désolé des réactions exagérés de certain(e)s qui allaient de la pétition à l'insulte en passant par les revendications les plus extravagantes.
J'avoue que lancer des pétitions à la change.ord à côté de celles contre le gaz de schiste, de gaza ou des abeilles... c'est un peu ridicule.
Pour le reste et bien c'est la TV, toujours 10-30 ans de retard : recyclage, incompétence, caricature, fait divers, "buzz"... même quand théoriquement le service public ne cherche pas l'audimat.
La TV, incapable d'auto analyse et toujours sensée représenter les gens (qui ne sont jamais en majorité les caricatures servies).
La comparaison avec le sport (regarder des autres jouer) à la TV sautait pourtant aux yeux, surtout pour canal+

Le fait d'être informaticien et "gamer" permet d'avoir une bonne connaissance des sujets liés à l'informatique, et donc de pouvoir mourir un peu fois qu'ils sont abordés dans les médias. Et surtout... d'extrapoler sur tous les autres sujets abordés qui doivent l'être avec la même méconnaissance.
Souvenons nous du parfeu d'Open Office de Mme Albanel, des Meuporgs de France 2 et autres perles (pas très brillantes).

Des gens au pouvoir, des gens qui influencent (journal TV)... la représentativité est mauvaise, car elle ne suppose aucun dialogue (pour parler d'informatique par exemple on a besoin de tout le monde, juriste, philisophe - pas Finkielkroute attention, informaticien-ne, gameu-r-se etc).
Tout à fait d'accord.
Ce qui me rend triste c'est que ce n'est pas comme si c'était un passe temps dont la moitié de leurs stagiaires pourraient parler bien plus complètement. Et pitié je ne veux plus entendre parler de jeux vidéo comme si c'était exclusif de tout autres vie.
Quand on pense aux millions de demeurés qui passent plusieurs centaines d'heures a regarder 22 abrutis qui jouent a la baballe moins bien que mon chien (lui il ramène la balle au moins) par an sur canal+!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.