111
Commentaires

Trump, Le Pen, Le Marchand : tous responsables

Commençons par le commencement. Infortunés camarades matinautes, connaissez-vous ce Monsieur ?

Derniers commentaires

"Tout ceci pour dire qu'on est tous responsables du marché de l'information. Si le frelaté règne, c'est parce qu'il y a un marché du frelaté. Acteurs politiques et journalistes en sont les premiers co-responsables. Mais ce ne sont pas les seuls. Lecteurs, télespectateurs, internautes, le sont aussi. "


Exercice d'auto-flagellation sans intérêt, d'autant que Daniel prétend nous embringuer dans sa fausse culpabilité: nous ne sommes - nous lecteurs - EVIDEMMENT absolument pas responsables de toute cette merde, contrairement à ce que ce papier sirupeux et confondant de bêt...naïveté suggère.

En outre, raisonnement typiquement de droite, consistant à nier les différences radicales de positions sociales au regard du pouvoir des media, et à accabler sans originalité la bêtise du peuple - tout en confessant la sienne propre, ce qui disculpe à peu de frais par avance toute accusation de mépris de classe (vous êtes tous des cons, et moi le premier nous dit Daniel).

Pire encore, Daniel fait du néolibéralisme comme M Jourdain de la prose, sans le savoir.
En effet, les marchés sont des INSTITUTIONS, pas des créations émergentes générées par une DEMANDE créant une OFFRE correspondante, comme le prétend la doxa néolib et comme le suggère Daniel en imputant aux lecteurs la responsabilité des media de merde: s'il existe un MARCHE de l'infotainment, ce n'est pas à cause des gens, mais parce que des gens de pouvoir ont INSTITUE ce marché.

C'est avec ce genre de raisonnement qu'on peut dire que l'ubérisation rampante, la mocheté de l'espace urbain, les centre commerciaux...c'est la faute de gens: comme si les institutions marchandes tombaient du ciel!
C'est aussi exactement comme cela que les cyniques patrons des chaînes grand public justifient la merde qu'ils déversent dans leur tuyaux: c'est pas de notre faute, c'est ce que les gens veulent!

A ce train là, nous serions aussi tous responsables de Zemmour, Sarkozy, Apple, Pokemon GO etc...

Ca serait bien que Daniel fasse un stage de temps en temps chez Acrimed, pour se remettre un peu les idées en place...
Le problème de fond du journalisme , c'est que les journalistes appartiennent à la classe sociale qui a pris le pouvoir en France à la fin des années 70. Leur vision du monde est d'abord mue par le besoin de protéger leurs intérêts de classe. Vous avez vu beaucoup de journalistes dirent ou écrire qu'il fallait sortir de l'UE ? Bien sûr que non. Sur les sujets vitaux, de l'Huma à Valeurs Actuelles ils sont toujours d'accord. Il leur faut donc surjouer leurs différences.
Daniel, je vous aime!!!!!

Si si, je me permets, je reconnais, c est un peu osé, mais dans mon entourage, et pas plus tard que ce soir avec mon homme (pourvu qu il ne lise pas le forum..), j essaie de convaincre qu il s'agit aussi à nous de redevenir acteurs de notre rapport à l'actualité et aux médias, que plutôt que de s énerver sur l émission de Karine Lemarchand, suffit de ne pas regarder, que lorsque Patrick Cohen dilue le Journal de 8h pour ne rien dire sur la mort tout juste annoncé de David Bowie, ben pareil, on zappe...idem suite aux attentats, suite aux inondations (je ne sais plus quand... mon mari a fait une rechute a ce moment là, 30 minutes à pas donner d'infos, mais il me semble que vous aviez fait une chronique d ailleurs la dessus)
alors on est deja pas mal avancé: on ne regarde pas TF1 depuis 2007, on ne regarde pas le JT, quelque soit la chaine depuis au moins 2008, (sauf rechute de mon conjoint, cf ci dessus), on n'a plus la télé depuis 3 mois (mais ça c est plus circonstanciel, je ne crache pas sur quelques films) et moi je zappe regulièrement de France Inter, mais je continue de m'informer, sur les sites d info en ligne notamment. (et là encore il y aurait à dire)
je passe encore un peu pour un OVNI auprès de mon entourage qui n 'entend pas ce que je veux leur dire sur cette question d'être acteur...
Hier soir, sur LCP il y avait un documentaire sur Thomas Sankara que je conseille : http://www.lcp.fr/emissions/277352-capitaine-thomas-sankara
Bizarrement je trouve ces propos de Clinton en 2008 plus inquiétants que les propos de Trump en 2005 :

https://youtu.be/zF8B90ztcpA
Il faut arreter avec la diabolisation du Fn ou non. Le FN n est pas le probleme, et ne le sera jamais, car n arrivera jamais aux affaires.
Non le reel probleme, ce sont les partis traditionnels. Comme ca se fait que se retrouve encore avec un duel Juppé/Sarko ? Pourquoi les média ne mettent que ces 2 la en avant? et pourquoi les electeurs de droite les plébiscite autant????
Encore un édito qui se ruine tout seul par sa conclusion... un spécialité locale de ce site... pointer un élément somme toute pas si inintéressant pour ne rien en faire et finir (pour celui-ci) par un gros point Godwin digne des bas-fonds des forums...
Sinon la phrase qui a résonné fut le "because you'd be in jail", un vrai scud en prime time, phrase applicable internationalement à pas mal de prétendants aux trônes... mais un peu trop "populiste"...
[quote=DS]et qui a posé une question sur...devinez quoi, le changement climatique et la transition énergétique.

J'allais écrire: et... qu'ont-ils répondu? Vu que Daniel nous laisse dans l'ignorance...
Puis je me suis dit: voyons d'abord le forum, ce qu'ils disent de ce mec, de sa question, de la réponse éventuelle des candidats, du silence de Daniel à ce sujet, etc...

Ah ben... j'ai pas été déçue: sauf erreur (car passé les premiers commentaires, effarée, j'ai accéléré), pas un seul d'entre nous n'a trouvé judicieux de parler de ce mec en pull rouge, qui avait posé une des rares questions qu'on peut estimer vitales, ni même de s'interroger sur le fait qu'il ait été, ou non, pris au sérieux par les candidats (les médias, on sait que c'est râpé).

Tous responsables? Même les forumeurs qui trouvent plus marrant de parler de n'importe quoi sauf du vrai sujet?
Éditorial cinglant du Monde sur Trompe, qualifié d'homme dangereux :

Donald Trump a sali, perverti, vulgarisé jusqu’à l’obscénité (l'affrontement politique), comme jamais aucun candidat à la Maison Blanche ne l’avait fait depuis la naissance de l’Union américaine. Cet homme est une menace pour la démocratie.


Quoi ? On m'en aurait menti à dire que le Monde était atlantiste ? Ah oui mais Trompe est pro-Poupou et Le Monde contre, tout rentre dans l'ordre...
Les candidats sont dans le pré, mangez-les si vous voulez. Comme on est vache, on ne va pas s'en priver.
Karine Le Marchand met les candidats au niveau des gens de peu, contrairement à "le divan".

Sauf par le recrutement spécifique, l'émission ressemble à "Le Divan", au niveau de l'échange en tête à tête s'attardant pareillement sur le curriculum de la vie à travers images et récits (c'est copié, non?). Fogiel fait ressortir du lot, dans une volonté de superposer la notoriété et le destin, il veut nous montrer, nous démontrer, qu'une célébrité n'est jamais usurpée, car les événements choc et l'exceptionnel environnement humain ont construit un destin, que tout le monde envie. Les privilèges sont dus, même si certains du bout des lèvres disent la part de chance, c'est agaçant. Le principal est de camoufler l'efficacité primordiale de l'entre-soi et autre renvoi d'ascenseur sous le tapis. Ainsi on met en valeur la vedette, personnalité politique parmi les autres.

Pas de ça dans "le divan à la maison de Le Marchand" qui fait tout l'inverse, elle ramène l'élite au ras des pâquerettes. On ne comprend pas pourquoi on leur offrirait un destin en votant pour eux.

J'attends avec impatience les autres candidats.
Le ridicule des postures ressort bien. "vous aimez camping!", "Jeanne, votre fille?".
Est-ce que tous vont se laisser emporter dans le grand néant?
Celui des grossesses rapprochées et de l'idolâtrie Jeannedarcienne désuette, de l'intellectuel qui n'assume pas, et mange du Dubosc comme d'autre de la choucroute, pour casser son image anti-prolo?

Avant tout les responsables sont les candidats, pas Karine Le Marchand (est-elle productrice et tout?). À moins que ce soit un membre de la famille, un ami ou un voisin qui les ait inscrit à ce jeu, car ils n'auraient pas osé d'eux même, la pudeur de leur âme reste intacte, c'est beau.
Moi responsable? Si peu que c'est insignifiant.
Habituellement séduite par les analyses de Daniel Schneidermann, je dois dire qu'une partie de celle-ci me pose problème. Loin de moi, en effet, l'idée de minorer l'importance de la transition énergétique et des moyens de la mettre en œuvre, mais je ne considère pas les propos de Donald Trump sur les femmes ou les accusations d'abus sexuels proférés contre Bill Clinton comme anecdotiques ou même secondaires. Les deux sujets sont, certes, instrumentalisés à des fins de communication évidentes, mais ne devrait-on pas accorder de l'importance à la façon dont ceux qui prétendent accéder aux plus hautes fonctions traitent la moitié de la population? Je pense que si, et aimerais voir les médias français enquêter plus longuement sur ces thématiques.
Karine Le Marchand n'a pas inventé la peoplisation (pas plus que le fil à couper le beurre) et ses méfaits.
En même temps, je ne suis pas sûr qu'une interview politique "noble" de Duhamel et Salamé soit nécessairement plus intéressante que ce type d'entretiens dégoulinant de com' mais qui change un peu de la longue série des catalogues de solutions ineptes présentés dans l'optique d'une présidentielle. Entendre des politiciens se (la) raconter autant, c'est pas si fréquent que ça et pas complètement inintéressant.

Quant aux critiques à la Cohen qui reprochent à l'émission de rendre "sympathiques" des infréquentables, elles me paraissent taper complètement à côté car 1/ Le Pen, par exemple, apparaît en fait assez détestable. Ca sera sans doute aussi le cas des autres invités. 2/ quand bien même elle apparaîtrait sympathique, qu'est-ce que ça change ? Je préférerais passer une soirée avec Berlusconi qu'avec Jospin personnellement, même sans "bunga bunga". Sa politique n'en reste pas moins détestable. Des fascistes sympathiques, ça existe, mais croire que les gens votent pour eux principalement pour cette raison c'est vraiment les prendre pour des cons.
Nous nous torturons bien le cerveau pour détecter les raisons de telles émissions alors qu'elles sont banalement commerciales. Il s'agit d'offrir un produit qui puisse attirer le chaland. Ils iront au delà de tout ce qui peut s'imaginer si ils pensent pouvoir retenir le spectateur pour leur pilonnage publicitaire. Quant à cette chère Karine il est évident que pour elle l'objet de l'émission à peu d'intérêt. Alors des maternelles, des amours dans les près, en haut de la montagne ou au bord de la mer ou encore le choix de l'interviewé ne sont pas un problème pour elle car tout cela lui est indifférent. Elle reste extérieure à tout ce cirque pourvu qu'elle soit à la une et assurer ses gains.
Autre chose : en " Occident " quand on critique des chefs d'état certains se croient obligés de citer rapidement le nom de Poutine comme une preuve implicite de leur intransigeance. C'est le passage obligé. Bien évidemment en politique intérieure il n'est certainement pas la référence mais au bilan de l'état du monde et des menaces qui pèse sur lui l'objectivité nous conduirait à s'inquiéter plutôt de la politique menée par ce si séduisant Obama qui applique le magnifique oxymore de la légitime défense préventive.
zzz.. zzzz.. zzzz..
Trump dérange par sa vulgarité. L'Italie et l'UE étaient moins bégueules avec Berlusconi, l'archétype du "latin lover" plébiscité par l'électorat féminin pas béni-oui-oui sur le modèle féministe à l'américaine. Le PS, dans les mutations du PAF et du pif à la Cyrano, ont confié à Berlu la 5e chaîne, en anticipation de la débauche bling-bling qui allait fasciner la France au tournant du millénaire, avec les conquérants à la DSK et Sarkozy.
A la décharge de Trump, c'est un nouveau riche bien au-dessus des moyens de nos entrepreneurs et élus à la p'tite semaine qui se goinfrent aux dépens du contribuable et se complaisent dans des p'tits privilèges fantasmés de l'Ancien Régime. Il a cependant modéré son tempérament jusqu'ici et n'a dégainé contre Hillary les coups sous la ceinture que ce matin. Ne pas oublier qu'il a menacé de licenciement quiconque, parmi ses employés à la com, aurait médit de la Dame au sujet de sa pneumonie et des risques de contamination de ses selfies en compagnie de gamines.
C'est incroyablement facile. Mettez Trump, ou Poutine, ou Himmler, ou Mengele, devant n'importe quelle animatrice productrice

Comment peut-on écrire ça sans se rendre compte de l'absurdité du propos ? Par contre ça défrise pas Schneidermann que Hollande puisse "partouzer" avec l'une des pires dictatures de la planète qu'est l'Arabie Saoudite qui propage le wahhabisme et ses terroristes partout dans le monde, et soutenir des terroristes en Syrie. Hollande est lui un gentil nounours.

Que va retenir de l'histoire de tout ça ?
Oui, nous sommes tous responsables de tout, sujet vertigineux ...

Assimiler Poutine à des nazis, c'est la vôtre, de responsabilité.
Madame Le Marchand s'appelle en fait Karine Mfayokurera. Je veux bien que le Français moyen, guère sorti de son nombril, ne puisse prononcer un nom que tout Burundais sort sans mal. C'est un directeur des programmes genre Tintin au Congo qui lui a imposé d'en changer et elle, pas rancunière ou avant tout soucieuse de faire carrière, jure que c'est toujours son ami. Sur un coup comme ça, je comprends le PIR et son mépris des « bountys ».

Faisons notre persifleur : de même que Pierre Tcherniakowski (à vos souhaits) est devenu Tchernia, elle aurait dû choisir Karine Fayot. La dame est fort jolie, comme toutes ses collègues « à l'image ». Allez nous dire après ça que si les messieurs de la télé sont choisis d'abord pour leur compétence (et leur arrivisme), c'est pareil pour les dames. Aujourd'hui, Geneviève Tabouis serait confinée aux chiens écrasés.

https://altpymain.files.wordpress.com/2015/03/imgres2.jpg
Le problème est intrinsèquement lié à l'idée très contestable qu'il ne faut pas traiter tous les candidats pareils.

Les femmes accusant Bill Clinton de viols (vous savez que vous êtes dans un médias progressiste quand ce mot, présent dans leurs entretiens, disparait dans le résumé de l'affaire qu'on vous en présente) sont pour une fois là de façon traçable: parce qu'on a eu juste avant un enregistrement de vestiaire ou Trump fait l'inverse de l'émission de M6 et dit des choses (très) antipathiques... mais sans rapport avec les enjeux de la présidence. Néanmoins c'est là dessus qu'on était content de titrer alors et je croix même bien ne pas avoir vu alors d'édito d'@si pour dénoncer la tendance. On peut peopiliser les contenus contre Trump, mais si en retour il force à pipoliser ceux contre Hillary alors critiquons la pipolisation.

Et pourtant je suis bien sur qu'ici comme ailleurs on n'a pas attendu un FN en parti de pouvoir pour critiquer la politique people. Mais ce passage illustre bien comment cette tendance déjà néfaste s'embourbe dans les contextes ou certain(e)s candidat(e)s font peur à voir. Car la façon dont on les pipolise donne le niveau qui sera appliqué à tous les autres (ou garantie des critiques massives s'il ne l'est pas).
Si le Chanoine de Latran, tel Abélard, venait à être amputé de son"bilan énorme", ledit bilan ne devrait-il pas être exposé tel une relique dans une [s]chasse[/s]châsse afin que chacun puisse juger sur pièce. Ses idolâtres pourraient venir se recueillir et mettre leur obole dans un tronc, le trumpdephallocrate, les offrandes sont toujours les bienvenues dans le petit monde de ce saint homme. Ils pourraient se consacrer à l'adoration de [s]la Gaule[/s] la gaule.
"on est tous responsables du marché de l'information"...Même quand on choisit ses propres sources ? Comme toujours, le problème c'est la cible. A qui s'adresse D.S? bien peur que ce soit à ceux qui ne le lisent pas...
Trouvé cette niaiserie sur lemonde.fr

Pour obtenir la confidence, la méthode Le Marchand emploie la douceur, les caresses et les tapes sur les cuisses, les gloussements, les soupirs. L’ex-présentatrice des « Maternelles » joue parfois le rôle de maman. « Vous êtes tous mes enfants dans cette émission », finit-elle par avouer. Face à une Marine Le Pen tendue, l’animatrice verse même un verre de blanc à la présidente du Front national. Histoire de détendre l’atmosphère.


« Vous êtes tous mes enfants dans cette émission »

Elle se la joue pas, la Dolto du pauvre !

// Histoire de détendre l’atmosphère //

C'est vrai, il y a tellement de journalistes méchants (j'avais tapé léchants) : Elkabbach, Barbier, Nay, FOG, Cohen, qui font rien qu'à raboter leur langue de bois !

A tout prendre, il est scandaleux de copiner avec n'importe quel candidat à une élection

Je me souviens d'avoir rencontré un journaliste spécialisé dans la politique. Il m'avait assuré qu'il ne dinait jamais en ville avec un homme politique. Il ne figure pas dans la liste ci-dessus.
Grosse différence entre Patrick Cohen et Le Marchand : Patrick Cohen bosse sur le service public, Le Marchand sur une chaîne de divertissement.

Quant aux indignations de Cohen concernant Le Pen, elles sont sélectives. Il a donné son micro à Zemmour et court après Marion-Maréchal Le Pen pour l'avoir à l'antenne...

JR
[quote=Daniel Schneidermann]Trump, Le Pen, Le Marchand : tous responsables



Comment ne pas évoquer le mot de Dostoievski selon qui nous serions tous "responsables de tout et de tous" et qui ajoute que lui-même: "moi", soit: chacun de nous l'est plus encore que tous les autres. Mon admiration est entière à l'égard de l'auteur de L'idiot, mais s'agissant de sa conception de la responsabilité, je préfère la critique qu' Hannah Arendt fit de la conception de la culpabilité historique générale au lendemain de la seconde guerre mondiale. Accuser tout un chacun revient à exonérer les véritables coupables opposa-t-elle. Mutatis mutandis, faire de chacun de nous le complice du système médiatique, revient à effacer la différence qu'il y a entre devoir, ne pouvoir faire autrement que supporter son existence, et approuver l'oppression de pensée qu'il commet. C'est également nier que l'on puisse en faire un usage modéré, intelligent : tel celui que Pascal recommandait pour les maladies. Bref, pour Daniel Schneidermann, c'est en quelque sorte se diffamer, sinon se calomnier lui-même: avec et plus encore que tous nous-autres. Alors qu'en l'occurrence ayant sacrifié à Le Marchand et consorts son attention, il nous en a permis d'en faire avantageusement l'économie: tous ceux en effet (dont je suis) qui ne songent pas un seul instant à s'intéresser à ce type d'émissions en recueillent grâce à lui la justification de leur abstention.
Dans un pays aussi pudibond que les EUA, il y a longtemps que les dames supposées avoir été violées par Bill bite-en-fer l'auraient traîné en justice et que celui-ci serait sorti menotté de chez lui comme un vulgaire (c'est le mot) patron du FMI. Quand même, voir Donald bite-en-carbone lui faire la leçon, c'est un peu la poutre qui sermonne la paille.

Pudibonderie qui fait qu'on lui et nous en a ch.é toute une pendule alors que Deubelyâ l'assassin coule des jours tranquilles.

Intervention d'un invité sur Inter (Askolovitch le chasseur de Siné, je crois) : « Ce n'est pas une émission politique » et « Karine Marchand n'y est pour rien ». Elle veut nous rendre sympas des mégalos, repris de justesse, héritières d'une entreprise de vidange. Tu nous prendrais pas pour des quiches, toi ?

http://misentrop2.canalblog.com
C'est vrai, mais comment arrêter ça ?
Moi, après avoir suivi l'émission d'Elise Lucet sur la campagne 2012, je me pose souvent la question suivante : Qui finance les spectacles sarkoziens 2016 nombreux et pharaoniques ? La riche épouse italienne ?Le milliardaire ami Bolloré ?J'aimerais bien avoir la réponse avant 2022.
" Nous sommes tous responsables de tout devant tous ... ( et moi plus que tous les autres ) "
Daniel Schneidermann a surtout évité Staline (le "petit père des peuples") pour ne pas froisser sa nombreuse clientèle néo-stalinienne ne jurant que par Mélenchon.
Question subsidiaire : puisqu'un journaliste est un être humain et ne peut donc pas être neutre, doit-il-peut-il cacher à son public cette non-neutralité ? Ou bien se comporter comme Elkabbach devant Mélenchon ? Peut-il-doit-il évacuer la dimension cléricale de sa fonction ?
Placer dans la même liste Poutine et Himmler, me paraît osé.
N'oublions pas que Himmler, miné par sa mauvaise conscience, a fini par se suicider, alors que Poutine, qui apparaît dépourvu de toute humanité, me semble très loin du repentir.
Bonjour Daniel
Pardon de ne pas être responsable. Je n'ai rien vu de ce que vous racontez. Je me suis fait un replay des 4 documentaires sur les 8 années Obama et qui sont passé sur ARTE mardi dernier.
Quoiqu'il en soit j'allais me rebeller sur le niveau zéro des campagnes aux US et en France. Tous ces candidats aux idées courtes sont indignes d'occuper la place qu'ils sollicitent. Vraiment la pauvreté prospère… même jusqu'aux idées.
Trump, Poutine, Himmler, Mengele

Vous avez oublié Natacha Polony, non ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.