6
Commentaires

Trump et Clinton rient ensemble : médias US et français n'ont pas vu le même dîner

Bataille de blagues ou vraie passe d'armes qui tourne au vinaigre ? Que l'on ait lu la presse américaine ou la presse française ce matin, on risque d'avoir eu deux visions bien différentes du dîner organisé par l'archevêque de New York, qui réunissait hier soir Hillary Clinton et Donald Trump.

Derniers commentaires

C'est claire que croire que nos votes on du sens est debile. On nous dit pour qui voter, et aux deuxième tours le vote est obligatoire sos peine d'excommunication. Et maintenant avec leur primaires truqués il faudrait voter pour un vieux de droite , se qui n'empêchera pas les nabot de se présenter, elle a le pognon sa femme, elle adore le pouvoir , elle paiera ou le quittera. Daniel restez chez vous, ou faite la vidange du scooter , vraiment, si NS se présente quand meme ça va vous rendre malade . On vous préfère en forme.
Faut préciser que la quasi-totalité des personnes présentes, et des journalistes donc, ont financé la campagne de Clinton, et entendent bien jouir de leur investissement.
Trump le mouton noir ne leur doit rien, serait incontrôlable du backstage... ne pas prendre de risque... quant aux travers du personnage, inculte, affairiste et odieux, en Europe on a eu Sarkozy et Berlusconi... une preuve que ce n'est pas là ou ça se joue.
En fait tout le monde semble avoir oublié ce que sont les élections aux US, car les deux dernières ont vu le candidat du système, à la fois de Wall-street et de la Chambre de Commerce, soutenu par les médias et une effective majorité des minorités votantes, il suffisait de présenter des tocards face à Obama.
C'est passé comme une lettre à la Poste, nul besoin de soulever le capot.
En 2000, il avait fallu que la cour suprême arrête en Floride le recompte des voix pour que le candidat élu par les électeurs ne soit pas désigné président (thanks Katherine Harris and Jeb), Gore fera des films et Bush la guerre.
En 2004, devant les aberrations des résultats dans l'Ohio, l'équipe de Kerry s'apprête à contester le vote, mais le démocrate s'empresse de concéder l'élection et stoppe tous recours ("don't tase me bro!..."),
(en passant, les deux états swingers qui ont "fait" le président voient en 2016 Trump en tête dans l'Ohio, et c"est serré en Floride, léger avantage Clinton.)
On peut raisonnablement annoncer que les projections, les sondages sortie des bureaux, les résultats de 2016 voir voir revenir les joyeuses absurdités et probablement des nouvelles.
Sapir pense que si Clinton Gagne, Trump contestera l'élection... il a juste oublié que la data est "secret industriel", que les US votent essentiellement sur des ordinateurs, que les process de vote peuvent être hackés à tout moment (on voit déjà arriver aussi qui sera blâmé...), que le résultat ne peut pas être vérifié par les électeurs, pas plus que par Sanders pendant les primaires.
Pop-corn.
Ce que j'ai entendu ce matin sur France-Culture sonnait plutôt "américain" ?
Moi qui croyais que F.C. était un média français...
J'ai eu la même impression que vous ce sur le site de "Le Monde" hier... Encore un article écrit par un scooter !
L'orientation politique des journaux cités n'est-il pas un autre paramètre important pour le traitement de cette information ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.