68
Commentaires

trois petits singes sages

Derniers commentaires

Les 3 petits singes... jusque dans Friends.
J'avoue que j'ignorais (ou j'avais oublié) le krach des bulbes. Et bizarrement je n'avais pas rapproché les octobre.
C'est bien de rappeler qu'à une époque on assumait sans tenter de cacher les conséquences des errements capitalistiques.
A quand le Néo New Deal ?
Vous avez mis le doigt là où cela fait mal : bien vu M. KORKOS.

C'est vrai que l'on voit beaucoup souffrir les banquiers en ce moment mais pas du tout "nos" 10 millions de pauvres salariés ou pas.

Nous on ne souffre pas. Et puis même si nos photos étaient sur les journaux, cela changerait quoi ?
Ce matin, nous avions dans notre équipe, une dame de 60 ans qui voulait absolument travailler alors qu'elle était tombé en descendant du bus de nuit et avait la cheville bien enflée.
On lui a fait son boulot et nous l'avons assise de force dans un coin. Elle nous a fait rire :"j'avais pas de parachute pour me rattraper".
Elle ne veut pas non faire d'arrêt : "mon fils n'a pas de travail, mon mari est train de mourir... "
Et en rentrant à 5h j'ai croisé ma voisine qui partait travailler comme tous les samedis (6 jours sur 7) et tout ce petit monde, pour un petit SMIG. D'autres collègues sont comme moi déjà en retraite et on continue à turbiner pour voir si on peut devenir milliardaires...

Bien sûr, tout le monde (je ne parle pas du journal) ne le voit pas mais nous la crise on la subit depuis l'€ !
Les kroniks de M. Korkos sont toujours aussi passionnantes et ses néologismes toujours aussi... inopportuns.
Je n'en peux plus de lire "amerlocains", "étazuniens" ou "peinturlures", ça m'écorche les yeux !
Vraiment très très bonnes photos de l'an 29.

Merci Alain pour cette documentation .
à propos de ce que vous signalez comme étant le premier krach "le 1er octobre 1636 en Hollande, suite à une hausse excessive du cours des bulbes de tulipe" :
je recommande la lecture de cet excellent roman qui en raconte les détails : "Semper Augustus" d'Olivier Bleys
Il m'est arrivé une jolie histoire avec cette photographie de Dorothea Lange, il y a quelques années.

Un matin, une amie forumeuse m'envoie la photo "Migrant Mother", comme ça, pour dire plein de choses en peu de mots. Le week-end suivant, je visite un salon du livre d'art à Ornans (Franche-Comté, patrie de Courbet). Et là, dans la première travée, sur l'étal du premier exposant, un livre sur l'oeuvre de Dorothea avec, bien en évidence sur un présentoir THE photo !

C'est pas beau le hasard ? ... quand il s'applique comme ça à si bien faire les choses ? Par exemple, la dame du stand n'a rien eu à faire, à part encaisser mon paiement carte bleue et glisser le livre dans une pochette.

PS : cette histoire se passe bien avant "la crise".
Cher Alain,

Je suis peintre-illustratrice. L'image, c'est mon boulot, mais c'est aussi ma passion...
Vos articles m'émerveillent. Ce n'est pas si souvent que l'on se trouve en face d'une analyse si pertinente, si fine, si érudite, sans anecdotes idiotes et inutiles sur les auteurs.
Merci.
Et bravo pour cet article. C'est vrai, pas de photos de désespérés, cette fois-ci... Pas encore.

Marie-Anne
Magnifique chronique, Alain. Chapeau !
Merci M. Korkos pour cette magnifique chronique très humaine. Ces photos m'ont bouleversée. Je les avais déjà vues, mais on ne s'y habitue pas.
La famille Van der Beurse est à l'origine du mot "bourse" ? Vraiment ? Ce ne serait pas plutôt à cause de ces gens qui ont commencé à jouer avec l'argent des autres en prenant des risques énormes juste pour montrer qu'ils en avaient plus dans le pantalon que leurs petits copains ?

;-)

Oui, je sais Alain, c'est limite graveleux ma blague et ça vous étonne de moi, mais j'essayais juste de détendre l'atmosphère quoi !
mercredi : lire siné hebdo
jeudi : lire judith
vendredi : lire le korkos des cavernes
et samedi, aller chez le traideur pour lui foutre un coup de boule

je vais bien
Les 3 petits singes pour illustrer la crise, c'est pas mal, mais ça manque de cynisme tout ça, qui pour nous faire un remake de Golconde de magritte sans parapluie?
Le trader de doite est un habitué des photos de trader paniqué, cf mon post ici : http://www.arretsurimages.net/forum/read.php?4,46788,46788#msg-46788

Je soupçonne que la photo de la dame soit du même acabit, le fond est le même (la salle du DAX)
Que vois-je ? Qu'entends-je ? Je ne vais pas pouvoir m'empêcher de la ramener !

Ce projet étazunien serait le plus important projet photographique réalisé à ce jour !!?

Damned ! ciel ! Arghl ! Je m'étouffe littéralement !

Mon coeur de Francilienne est blessé au plus profond ! Que faites-vous du projet d'Albert Kahn, le financier alsacien qui a été ruiné justement pendant la crise de 29 ? Et son plus magnifique projet pour restituer le monde du début du 20ème siècle ? 72 000 autochromes connues à ce jour ! 170 000 mètres de film ! Des images du monde entier ! Un monde qui n'était pas celui de la globalisation, mais où, pour aller au Japon, il fallait prendre un bateau pour un voyage de plusieurs mois au milieu de maints périls !
Et toutes ces photos où il fallait poser plusieurs minutes, tout cette fortune dépensée, cela dans un but purement humaniste !

Moi c'est ce que j'appelle le plus important projet photographique réalisé à ce jour !
En plus, ces clichés extraordinaires sont conservés dans un des plus beaux jardins qui existe, et qui,chaque année, présente une exposition thématique sur un des pays photographiés.

Cela dit, malgré cette regrettable approximation, votre chronique est belle et drôle. La photo de la Migrant Mother, je l'ai mise en fond d'écran.

Merci
Comme toujours, très belle chronique.
Mais pour en finir avec le spectre de 1929, je citerai l'interview de Stiglitz :

Question - Cette crise est souvent comparée à celle de 1929. Redoutez-vous des conséquences aussi dramatiques ?

Réponse - On évoque 1929, parce que l'on pense à la faillite de Wall Street et que l'on veut éviter de trop grosses pertes aux banques. On devrait plutôt comparer cette crise à celle de l'Indonésie. Il y a dix ans, cette crise financière s'est transformée en grande dépression : à Java, il y a eu 40 % de chômage. On sait ce qu'il ne faut pas faire et comment stopper la chute. La question est de savoir si on le fera, et si on le fera correctement.
Vous nous ressortez aussi les vielles photos de 29,
C'est dingue comme elles circulent en ce moment.
Décidément tout le monde y met son petit grain de sable pour alimenter l'effet de panique,
qui a contribué à enfoncer un peu plus la crise de 29.
Nous n'en sommes pas encore là, même si la situation est bien tendue.
A la différence de 29, nous sommes instruits des effets catastrophiques d'une grave crise
et vous avez encore le loisir de retirer votre argent.
Les mécanismes de spéculations qui ont conduits à cette crise ne sont aussi pas les mêmes.

Cette chronique est bien dan l'air du temps, même si
comme d' autres financièrement plus techniques,
elle n'apporte aucun élément de réponse ou de réflexion pertinente.
Votre Meuh-non est très café du commerce.

Décidément il est difficile d'échapper à la morosité ambiante
avec tous ces Cassandre (s) en herbe, qui jouent du coude pour nous montrer ce qui nous attend,
malgré notre incrédulité supposée à ne pas voir les évidences criantes.

Et dire que deux chroniques plus loin,
vous remettiez en question la pertinence d'une gare parisienne
en parallèle avec une déportation ancienne.
Je ne vois aucune différence avec l'esprit de cette chronique....

Mais comme dit le vieux sage chinois,
quand le problème a une solution, ne t'inquiètes pas,
quand il n'y en a pas, ne t'inquiètes pas non plus.
Excellente chronique, Alain !
Je vais mettre le montage des sages en fond d'écran.
La bulle financière pète (ouille) et on revient à l'économie réelle.
On retrouve dans pas mal de photos de cet article les mains des zhommes.
Double parallèle, Historical Unit of the Resettlement Administration oblige, avec le travail d'un économiste devenu photographe.
http://www.ac-creteil.fr/portugais/SalgadoSebastiao.jpg
"Deaf Dumb and blind boy
He's in a quiet vibration land
Strange as it seems his musical dreams
Ain't quite so bad."
Merci d'avoir posté tôt (ça colle avec mon emploi du temps du week-end) cette chronique du feu de dieu. J'aurais préféré "la beurse" de tokyo, paris... dommage. Encore merci de mettre mon bulbe (pas de tulipe) en hausse ce samedi matin!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.