73
Commentaires

Terres rares : que faire d'un problème sans solution ?

Commentaires préférés des abonnés

- Depuis les années 70 et le rapport Meadows on sait que que l'effondrement est possible.

- Depuis les années 80 et les modèles mathématique poussé par la nouvelle puissance de calcul des ordinateur, on a compris que seul un changement radical de soci(...)

Guillaume Pitron était, samedi dernier,  l'invité de Vox Pop, le magazine d'investigation d'ARTE, présenté par l'excellent John Paul Lepers.

Christophe Castaner était, hier soir, l'invité de TPMP, l'émission de divertissement présentée par Cyril (...)

Réponse d'un ami à la question posée par l'article : 

"Le problème de cette information c'est que la seule alternative est l'abandon de la sacro-sainte croissance. Et ça peu y sont préparés... Autant faire l'autruche." 

Derniers commentaires

Un entretien avec François Jarrige, historien co-auteur du livre "La contamination du monde", fait le point sur la comparaison, parfois faussée, entre énergies traditionnelles et alternatives. Ça vaut le coup de s'y coller (et en plus, ce texte là, contrairement au bouquin, ne compte pas 500 pages).

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Les grands partis politiques croissancistes n'ont évidemment aucune solution à proposer."  

Si j'ai bien suivi Guillaume Pitron sur Hors-Série, il n'est pas non-croissanciste.

"Problème sans solution"

"On ne résout un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré" (Albert Einstei cité par  Guillaule Pitron  dans l'excellente émission  Aux ressources sur Hors(Série.

A quand une émission sur la collapsologie et son traitement médiatique ? Pablo Servigne a été invité dans de nombreux médias contrairement à ce à quoi on aurait pu s'attendre. Cependant ses interventions et d'autres n'ont pas bouleversé les lignes éditoriales, alors qu'il s'agit de sujets prioritaires. La dissonance cognitive entre l'effondrement en cours et nos modes de vie est un sujet hautement médiatique.

Un point aveugle de la collapsologie et du décroissantisme : on ne décide pas par décret, sur la base d'une subite "prise de conscience" et sans heurts de "sortir de la croissance". La croissance est au fondement d'un système qui s'appelle le capitalisme, dont les logiques pénètrent l'ensemble des sphères de la vie et, relevant pour beaucoup de rapports de domination, "profitent" objectivement à certains. Sortir de la croissance, c'est faire la révolution.

La question principale étant dès lors : cette révolution sera-t-elle socialiste (propriété commune et délibération démocratique en matière économique) ou conservatrice/fasciste (monopolisation des moyens de production et rationnement autoritaire) ?

Ce n'est pas par la sobriété heureuse et les bons sentiments qu'on construira un avenir souhaitable.


@Jun H: Vous dites:

""Les solutions existent!
- sobriété dans les consommations
- décroissance économique
- décroissance démographique dans les pays consommateurs....
- recyclage ""


Vous en oubliez une, vraiment efficace: LA GUERRE...



Les solutions existent!
- sobriété dans les consommations
- décroissance économique
- décroissance démographique dans les pays consommateurs....
- recyclage 

A chaque fois qu'on est mis face à la preuve que les collapsologues ont raison (i. e. : il n'y a pas de solution pour maintenir notre mode de vie, l'effondrement arrivera et il faudra s'y adapter), on préfère encore reprendre un coup de martini et danser toute la nuit ; après tout, tant qu'on est vivants, on n'est pas morts.

Ces sujets sont terribles.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

LA solution : La sobriété énergétique et donc la décroissance.

Je viens de lire "La contamination du monde", de François Jarrige et Thomas Le Roux, sous titré "Une histoire des pollutions à l'âge industriel". 


Cette histoire part de 1700 (eh oui, on ignorait encore le nom, mais on polluait déjà) et se "termine" (pas vraiment) dans les années 80. Passionnante et très instructive, car on retrouve, à travers des types de pollution très différents, les mêmes mécanismes de défense des uns et des autres, avec toujours la même fuite en avant qui permettra, grâce à de "nouvelles" découvertes, de remédier à la nuisibilité des anciennes. 


La pollution informatique, avec les métaux rares destructeurs en amont (extraction) et en aval (dissémination des déchets) y tient une toute petite place, mais indiscutable. 


Courage, le bouquin fait près de 500 pages. mais il mérite qu'on fasse l'effort.


J'ai comme l'impression qu'il sera plus intéressant de commenter ce billet après le passage Guillaume Pitron dans Hors-Série {plus d'une heure d'entretien, cela aide à comprendre exactement ce qu'il veut dire}...

Chris de Stoop journaliste Néerlandais a publié un livre Dit is mijn hof, c'est ma ferme, où il raconte la mort des petits agriculteurs de ces polders à côté d'Anvers sur la rive Sud de l’Escaut mais déjà en Hollande


Dans ce livre, il dépeint la collusion entre les mouvements de défense de la Nature et les autorités du port de Anvers : extension du port sur d'anciens polders contre transformation en espace naturel d'autres terres agricoles de polder. il décrit aussi la fin des petites exploitations remplacées par des serres géantes de production de tomates alimentées par des éoliennes


La lecture de ce livre dérange, surtout quand on y lit des mots comme "Natuur wordt dictatuur" (La nature devient dictature), lorsque la défense de la nature privilégie la défense de quelques animaux au détriment de la vie de centaines de familles d'agriculteurs


Dans le supermarché local d'une chaîne très bas prix, les légumes existent en deux catégories, la plus chère étant la bio. Sauf que la bio sont des légumes venus d'Amérique du Sud avec un bilan carbone certainement éloquent



Ceux qui se souviennent des émissions de Mermet n'oublient pas que l'exploitation des terres rares est une des causes des guerres dans la région des grands lacs et au nord congo.

En 1981, je passais l' E.S.E.U (équivalence Bac) à Tolbiac.


Notre prof. d'histoire / géo nous décrivait des "problèmes" mondiaux devants être solutionnés avant l'an 2.000.

L'an 2.000 était une année butoir ; passé ce cap, ces "problèmes" deviendraient ingérables.


Force m'est de constater, aujourd'hui, que aucun de ces "problèmes" mondiaux n'a trouvé de solution complète et satisfaisante pour le bien commun.

-Déséquilibre Nord / Sud (famines, ...)

-Surexploitation des ressources terrestres

-Calculs à court terme des répartitions de richesse

-Acquis sociaux & Capitalisme

-Etc, etc ...

 

Bref, ce prof. regardait avec attention l'évolution des USA et leur doctrine dominante. ("Si cela se peut là-bas, dans moins de 10 ans ici !")


Moi, je et moi-même, nous avons :

1 GSM qui sert à téléphoner et à texter

1 même PC multi remis en forme (plus des logiciaux malins et gratuits (dont un qui économise en mode lecture)


et nous ne jouons pas à Candy Crash ni Cruche mais à "Candy au Boxon" ou "Candy Streap Teaseuse" !




Ah la collapsologie, religion bourgeoise par excellence.


Bourgeoise pour croire que le monde ne s'est pas déjà effondré pour une bonne partie de ces habitants

Bourgeoise pour croire que cet effondrement sera pacifique, avec de la permaculture et de l'autarcie

Bourgeoise parce que cette peur elle vient de ce que l'on possède.


Amis bourgeois, si vous voulez vous préparer pour l’effondrement qui vient, n'apprenez pas a faire pousser des carottes mais aller dans un stand de tir, devenez nationaliste, donnez vos sous a l'armée française, construisez des murs aux frontières.


Parce que toute effondrement se fait dans le sang et les larmes, les bombes et les fusils, la guerre et la peur. Jamais vous n'en verrez la fin, une chute de "civilisation mondial techno-industriel" ne se fait pas un jours. J'espere que vous avez une cave profonde.

C'est un fait. Imaginez alors, dans quelle situation je me trouve à devoir enseigner en "sciences et technologies de l'industrie et du développement durable". Déjà que j'ai une tendance à l'ambivalence, je risque de vraiment finir schizophrène.


Comment expliquer aux élèves qu'on leur vend du rêve ? Que développement ne peux aller avec durable, technologie et industrie avec écologie. Elèves qui, au passage, n'envisagent pas une seule seconde devoir se passer de téléphone portable.


Concernant les téléphones, j'ai travaillé dessus avec des 2nd en innovation technologique. Publicité, publicité, contre publicité, campagne iPhoneRevolt, démontage, empreinte carbone, obsolescence programmée.. pour finir par le très bon reportage de Cash Investigation de 2014 ou ici sur l'obsolescence programmée.


En 1er et terminale, je passe le très critiqué Home. Ca change des C'est pas sorcier...


Des films qui m'ont marqué : Le sel de la terre - Trilogie des Qati - Baraka - Gasland


Heureusement Nicolas Hulot va tous nous sauver... Séquences gamelles - De belles chutes qui font plaisir à voir


Ca me fait penser que j'ai son film à voir. Je ne sais pas pourquoi j'y vais à reculons depuis toutes ces années.

Réponse d'un ami à la question posée par l'article : 

"Le problème de cette information c'est que la seule alternative est l'abandon de la sacro-sainte croissance. Et ça peu y sont préparés... Autant faire l'autruche." 

Tiens, l’ambition écologique serait une arnaque ? 

Je suis circonspect là dessus.

J'entrevois bien le problème décris, mais j'ai peine à croire qu'un effondrement annoncé comme certain dans les 10 ans serait passé sous le radar des média qui aiment faire peur (pour rendre réceptif pendant les pubs, je passe les détails, je pense qu'on sait tous comment ça marche).

Du coup je me demande s'il ne manque pas des infos. On verra dans 10 ans.

Ci-dessous d'autres éléments qui opposent des contre-arguments intéressants :
http://www.internetactu.net/2016/02/11/contre-leffondrement-47-des-terres-pas-si-rares/

tout à fait !


Dans la même veine, prendre le temps de visionner  https://thinkerview.com/jean-marc-jancovici-anticiper-leffondrement-energetique/


Guillaume Pitron était, samedi dernier,  l'invité de Vox Pop, le magazine d'investigation d'ARTE, présenté par l'excellent John Paul Lepers.

Christophe Castaner était, hier soir, l'invité de TPMP, l'émission de divertissement présentée par Cyril "nouilles dans le slip" Hanouna. Il a enlevé sa cravate, déboutonné sa chemise, pour montrer qu'il portait en dessous un maillot de l'OM, dont il est un fervent supporter.

Chacun sa spécialité. Christophe, c'est le foot. Possible aussi qu'il sache parfaitement ce que sont les terres rares, mais à aucun moment Cyril n'a évoqué le sujet.

- Depuis les années 70 et le rapport Meadows on sait que que l'effondrement est possible.

- Depuis les années 80 et les modèles mathématique poussé par la nouvelle puissance de calcul des ordinateur, on a compris que seul un changement radical de société parviendrai a empêcher cette effondrement.

- Depuis les les années 2000, comme on avait rien fait dans les années 80, on sait que cette effondrement est désormais inévitable et devrai se profiler autour des années 2030.


Effectivement les médias dans leur ensemble sont incapable d'aborder ce sujet particulièrement sensible. Et même en privé, le sujet n'est pas simple. 

Mais si vous voulez en savoir plus sur le sujet, Pablo Servigne et l'association Adrastia sont une bonne première approche (attention Adrastia est assez "cash" mais donne les preuve, là ou Pablo est plus serein mais ne cherche pas forcement a prouver son propos.)

D'autre bouquins :


Pablo Servigne, Comment tout peut s'effondrer

Philippe Bihouix, L'âge des low tech


Les solutions sont à inventer / propager par nous-mêmes :


Rob Hopkins, Manuel de transition. De la dépendance au pétrole a la résilience locale


Sur tous ces sujets et bonhommes, des ressources, des conférences et interviews écrites ou vidéos sont facilement accessibles sur le net.

Daniel, pourquoi écrivez-vous " nous" quand vous parlez de vous  tout seul ? 


Ou bien pensez-vous que tous vos abonnés pensent et vivent comme vous ? 


Ou encore ce " nous" est professionnel, et ce sont les journalistes ou les média que vous évoquez ? 


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.