4
Commentaires

Tchad : un fils de ministre arrêté après l'agression sexuelle d'une fille d'un opposant

Difficile de mesurer l'ampleur du scandale à la lecture des articles en France. Début février, au Tchad, une lycéenne de 16 ans, Zahara Mahamat Yosko, alias Zouhoura, fille d'un opposant au président tchadien Idriss Déby Itno, a été enlevée et agressée sexuellement par cinq jeunes. Des images de l'agression ont été diffusées sur les réseaux sociaux, entraînant une manifestation à N’Djamena, le 15 février, afin que les auteurs de ces actes soient arrêtés. C'est chose faite le lendemain. Et l'affaire prend alors une autre tournure : parmi les agresseurs présumés figure le fils du ministre des Affaires étrangères. Un fils de ministre arrêté après l'agression d'une fille d'un opposant ? Une information minorée voire ignorée par les médias français. @si a essayé de comprendre pourquoi.

Derniers commentaires

Le Monde (y compris dans l'édition papier d'hier) est revenu sur cette affaire mais avec un titre très elliptique et beaucoup beaucoup de mesure concernant le "fils de ministre".
Après c'est dur de juger, ils n'en savent peut-être pas beaucoup plus... Souhaitons que la justice soit rendue à cette femme.
Le fait qu'il s'agisse de la fille d'un opposant n'est pas anodin. D'autres opposants ont déjà fait les frais de leur engagement politique.
Ainsi le 3 février 2008, Ibni Oumar Mahamat Saleh, ancien ministre, mathématicien, et leader d'un parti d'opposition (PLD) était enlevé par des militaires à son domicile.
Sa famille et ses proches, appuyés par des sociétés savantes réclament toujours que toute la lumière soit faite sur cette disparition.
Un prix a été créé en son honneur:
http://www.univ-orleans.fr/en/prixibni

Bien sûr la situation du Tchad est complexe, la France y est historiquement impliquée et présente, et les soldats Tchadiens sont au coeur de la lutte contre les barbares d'AQMI et autres coupeurs de têtes.
Peut-on émettre le souhait d'un respect plus profond des libertés, de la justice, de la démocratie, sans pour autant que le pays ne plonge dans la guerre civile?
Très contestable votre papier. A commencer par le fait que vous mettez en danger des correspondants de presse ou remettez en cause le professionnalisme de certains médias sans trop savoir ce qu'il s'est passé. Il me semble qu'en matière de critique des médias il y a vraiment mieux à faire.
Surement que le Tchad est un pays "mauvais" mais bon ils ont arrete des fils de l elite , qui ont viole une FEMME, ca n arrive pas en France, les fils de riches se droguent et eux aussi commetent des violes et riendans la presse , seulement les violes collectifs des plus pauvres. Et ou sont les manifestations de soutiens aux femmes viole en France ? ou sont les arrestations ... En tout cas les Tchadiennes et les Indiennes assurent plus que les Francaise quand il s agis de solidarite feminine et de manifester (nous le machisme nous est tellement habituel et accepter qu etre feministe est une insulte ). Dans un pays aussi cruel, elles ont du courage et font plier le gouvernent bien mieux qu en France ou nos zelites sifflent des femmes en jupe, ou qui on un foulard sur leur cheveux , classe et egalitaire . Bravo les Tchadiennes .
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.