66
Commentaires

Taubira, Pujadas, et la couleur des cache-misère

Recevant à domicile Taubira-le-laxisme, Pujadas-la-sécurité emporte la première manche.

Derniers commentaires

Ah, il semble qu'il y ait aussi eu "flingage de Mélenchon" préparé et assumé par l'équipe inviteuse et l'invitée :
http://blogs.mediapart.fr/blog/ariane-walter/060913/ariane-walter-et-taubira-flingua-melenchon
Pendant que Poujado rend muette Mme Taubira (j'ai vu la séquence au zapping tout à l'heure, elle me fut douloureuse), j'attends toujours que ces si grands journalistes et organisateurs de grands raouts informatifs fassent une "spéciale Accord Commercial Transatlantique"...
Visiblement, ils n'ont jamais eu l'info...

O râge, O désespoir ;o( !

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Surtout que la minsitre n'a pas besoin d'ordonner une enquête adminsirative, elle doit être déjà en cours. Un récidiviste en semi-liberté, dont le régime n'est absolument pas respecté et qui commet une "sauvage aggression" : l'administration doit au moins faire un point sur le comment du merdoiement....
Je ne comprends pas la conclusion de cet article, comme s'il était prévu dès le départ de conclure sur une note négative après quelques louvoiements pour saluer à demi-mot l'attitude de Taubira. Daniel Schneidermann aurait voulu que celle-ci déclare sur le plateau "j'ordonne une enquête administrative" après le récit de cette dame ? Je ne vois donc pas quelle différence il y aurait eu avec le fonctionnement sarkozyste dénoncé un paragraphe plus haut. Un ministre qui déclarerait vouloir mener telle ou telle enquête après un simple récit télévisuel, sans connaissance précise des faits, c'est ça le règne de l'émotion, ce n'est pas seulement dire "je suis avec vous, je ferai tout pour karshériser le coupable". Déçu qu'on ne retienne encore une fois que l'attitude, le vernis, alors que c'est bel et bien le fonctionnement politico-médiatique qui pose problème démocratiquement. Mais cela est sans doute dû à un parti-pris professionnel : c'est un rêve en soi pour DS que l'information, la parole publique recueillie subjectivement par un journaliste, mène directement à une enquête, alors qu'il y a à mon sens déjà quelque chose de regrettable dans ce dispositif, une médiation malsaine qui n'a pas lieu d'être.
Et pourquoi Estrosi, ... Ou... Ou... Ou... N'ont-ils rien fait pour empêcher cette agression ? Hein pourquoi ? puisqu'ils ont la solution à tout. Fallait l'inviter à Nice, où il n'y a aucune délinquance !
J'espère que Daniel nous expliquera en détail (peut-être un prochain livre ?) comment réparer une voiture avec un fer à souder.
Je crois que Madame Taubira a trouvé les mots justes et l'attitude digne qu'il fallait en cette circonstance : s'incliner devant le malheur des victimes et garder le silence ! ça n'a pas dû être facile (avec l'imbécile qui voulait tenir son buzz) mais elle a tenu bon et, à ce moment là elle a prouvé qu'elle est une grande dame (même si, par ailleurs, elle s'est laissée aller à quelques emportements intempestifs )
Comme le dit Freudqo, ce sont en effet les moyens qui feront (qui feraient) la différence. Peut-être est-ce la clé du silence de Taubira: elle sait que les moyens elle ne les aura pas. Elle se refuse à enfumer. Elle ne se permet pas de désavouer le gouvernement auquel elle appartient. Par loyauté (c'est bien son genre) mais aussi parce qu'elle est sur le fil, déjà lourdement attaquée par Valls, repêchée de justesse et du bout des doigts. Elle a sans doute, à cette occasion, mis son départ dans la balance, elle ne peut pas recommencer tous les jours, hier pour l'acceptation de sa loi, aujourd'hui pour les moyens de l'appliquer. Il ne lui reste que le silence.

Elle finira par partir. Et on aura Valls premier ministre. Puis Sarkozy président.
Je ne regarde plus ce truc.Plus Pujadas où qu'il se trouve.Plus ces émissions qui fabriquent des clients pour l'officine Le Pen.Et ce n'est pas original,j'en connais plein qui n'y vont plus non plus.
Je ne regarde plus ces émissions. Ce n'est juste pas possible. Tout le monde sait, à partir de l'exemple d'autres pays, que l'on lutte contre la récidive en diminuant le recours à la prison et en encadrant les délinquants. Le vrai problème de la réforme Taubira, c'est les moyens qui vont y être mis. C'est là dessus qu'un vrai journaliste l'aurait interrogée.

En l'absence de ces moyens, ce projet de loi est une procédure purement démago. On donne un sucre à une grosse partie de la gauche avec Taubira montrant que "oh comme on est humaniste, regardez ce bout de papier où on a écrit plein de trucs bien publiés au JO" et on essaie de conserver des voix de droite avec Valls le dernier rempart contre les barbares. Ce dessin de Plantu dit tout :https://www.facebook.com/photo.php?fbid=531565763581701&set=a.190706241000990.45722.190700077668273&type=1&theater .
Ah oui, effectivement, sacré passage. La semaine dernière sur i-Télé, le dispositif était encore plus impressionnant : la mère de Priscilla, anonyme et au téléphone, a eu 5 minutes seule en interview, mais le même temps n'a pas été laissée à Françoise Martres, Présidente du Syndicat de la Magistrature, en plateau, qui a dû entrer dans le débat sans propos introductif et faire face aux réactions impromptues (légers cris, sanglots) et permanentes de l'"anonyme".

Un beau moment de télévision sécuritaire, c'est ici : http://www.itele.fr/videos/emissions/chroniques/grand-decryptage-olivier-galzi/video/#!/reforme-penale-laffaire-qui-fait-mal-53503
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.