84
Commentaires

Tariq Ramadan : Le Monde et Mediapart enterrent la thèse du "double discours"

"Double discours" : depuis le début de la médiatisation de Tariq Ramadan en France, au début des années 90, l'accusation d'adapter son discours à son public - progressiste avec les auditoires laïcs, fondamentaliste avec les auditoires musulmans - lui colle à la peau. Mais cette fois, Le Monde, qui lui consacre un grand portrait, et Mediapart, qui publie une enquête en cinq volets sur l'islamologue suisse, écartent tous les deux cette thèse. Caroline Fourest, qui a le plus largement porté cette accusation contre Ramadan, maintient. Et la polémiste renvoie vers ses enquêtes de 2004 et 2009, avec extraits sonores de cours destinés aux musulmans réalisés par Ramadan (que ni Le Monde ni Mediapart n'évoquent).

Derniers commentaires

Pourquoi Ramadan fait-il peur ? Pour répondre à cette question, pour comprendre toute la polémique liée à sa demande de la nationalité française, il convient de lire le roman de Michel Houellebecq : Soumission. Une anticipation saisissante, loin du conservatisme béas des bobos, tout y est sur l'avenir de Ramadan dans la société française ! Ramadan se présente à la nationalité française comme il pourra se présenter à un mandat politique sur notre territoire (maire d'une grande ville, élection présidentielle). Il veut à la fois politiser la communauté musulmane, il le dit lui-même, et communautariser la politique française. C'est ce qui nous attend si ces idiots du ministère lui donne ce qu'il souhaite.
ça s'rait chouette si ramadan devenait français ! je pourrais le detester sans être raciste !
Pas Schindler ni Otis, Tariq !

Monsieur Ramadan l'expliquera, encore et encore comme il le voudra, son impardonnable liste de 2003.

Digne de Vichy, il y dénonçait, pèle-mêle, des journalistes et des intellectuels (historiens, philosophes) français.

Leur point commun : être juif.

Ce type est intelligent et donc d'autant plus redoutable.

PS Dans sa liste, il glissa Pierre-André Taguieff, nullement juif, la poilade, qu'il parvint à justifier ... repoilade !
Je veux bien être "une raciste post-coloniale". Cela s'ajoute à la longue suite de qualificatifs divers et contradictoires dont j'ai bénéficié tout ma vie.
Pour Tariq Ramadam,je suis étonné qu'il ne semble exister, comme objet d'admiration, ou sujet à polémique, que depuis une douzaine d'années. Où étaient donc nos grands intellectuels (!) pendant les années 90? Il était tout-à-fait fréquentable, dans de grands colloques progressistes, par certains qui le vomissent le plus aujourd'hui. Double discours, grand écart? Pour ma part, j'ai toujours dit "extrêmement dangereux". (volées de bois verts)

Mona, cela m'étonne de vous. Il est à craindre alors que cela ait échappé à beaucoup.
Un très beau texte de Djemila Benhabib, répondant à l'atterrante initiative d'étudiant(e)s de Science Po.
Tiens, c’est Arrêt sur écrits à présent ?

Ouf, j’ai lu les deux sources d’articles et effectivement, mais je n’avais pas besoin de décryptage, ce gars est conservateur... dans l’air du temps quoi.
Oh la vache. Qu'est ce qui est le pire ? Être dénigré par Fourest et Sarkozy ou être réhabilité par Le Monde et Mediapart ?


Cela fait penser aux fameux réquisitoires de Deproges: "Donc l'accusé est coupable mais son avocat vous en convaincra mieux que moi"
Que pense Macron de Tariq Ramadan ?
Que pense Tariq Ramadan de Macron ?

Et moi-même, je ne me sens pas très bien.
Ramadan demande la nationalité française et exhorte les musulmans de Fance à aller voter.
On peut supposer une logique de stratégie politique?...
On a une idée du nombre de musulmans en France?
(Juste pour savoir si je dois préparer ma fille au port du voile)
Le papier de Vincent Coqaz me fait le même effet que celui de médiapart et je n'ai pas lu celui du Monde.

Après 15 ans de polémique nous avons enfin tranché Ramadan ne pratique pas le double discours mais... " le grand écart."

Des enquêtes fleuves qui passent les trois quart du temps à peser et sous-peser les soupçons et les reproches. L'analyse des stratégies des amitiés des collusions.

Dans le fond rien à redire à ce que j'ai lu tout est factuellement vrai. Les défauts, les compromissions, l'égo un peu surdimensionné du personnage est évident mais ce sont des reproches que l'on pourrait accoler à la quasi totalité des "intellectuels" médiatiques.

Ce qui m'escagasse c'est l'absence de condamnation formelle et définitive de ce deux poids deux mesures qui consiste à appliquer ce genre de traitement médiatique hyper sceptique et hypercritique à cet homme parce qu'il est arabe et pour cette unique raison!!!!!!!

La comparaison avec l'accueil bienveillant réservé par les cercles médiatiques et politiques à d'autres intellectuels qui prêtent le flanc aux même accusations mais qui ne sont pas arabes devrait un jour j'espère pouvoir être faîtes? Faudra attendre le grand remplacement pour être traité comme autre chose que de la merde dans ce pays ben mince ça va être long.

Inviter Ramadan sur un plateau de télé ou dans les colonnes d'un journal sans passer par le compte rendu de l'enquête de moralité est perçu comme une légitimation une compromission pour n'importe quel journaliste pourquoi?
(ce qu'ASI ne s'est jamais risqué à faire pourtant on a eu Elisabet Levy, Finkielkraut Phillippot). Interviewer n'importe quel conservateur non arabe n'a pas la même implication je ne comprend pas comment on peu se contenter de faire une enquête de moralité sur Ramadan sans se prononcer sur le caractère scandaleux et raciste de ce traitement de faveur.

Je ressent le cas Ramadan comme l'expression d'un profond racisme post colonial totalement inconscient et refoulé dans la société française.

Associée à la loi de 2004 sur le voile, à la non réponse apportée aux émeutes de 2005, la diabolisation inique de Tariq Ramadan est un rendez vous manqué qui a eu des conséquences profondes et irrémédiables.
Réclamer des piscines séparées pour les femmes, aujourd'hui cela fait un peu obscurantiste !

Mais n'oublions pas que jusqu'en 1972 les femmes n'avaient pas le droit de concourir pour Polytechnique et que ce n'est qu'en 1976 que la mixité a vraiment été généralisée dans l'enseignement.

Alors, soyons un petit peu moins donneurs de leçons en matière de "Lumières".

D'autant qu'il nous reste encore quelques progrès à faire en matière d'écarts de salaires hommes/femmes, par exemple.

Et je ne parle pas des toilettes d'autoroute dont la démixité permettrait à ces dames de perdre un peu moins de temps les jours de grand départ !

Cela dit, le double discours et/ou le "grand écart" doivent être dénoncés... sans diabolisation inutile.
"Mots-clés : Besma Lahouri, Caroline Fourest, Edwy Plenel, Le Monde, Mathieu Magnaudeix, Mediapart, Raphaëlle Bacqué, Tariq Ramadan"

Normalement, juste avec Fourest et Plenel, on peut tabler sur un petit 150 com'
Avec Bacquet et Le Monde, tu m'en rajoutes une bonne cinquantaine..
Maintenant si tu me mets un supplément Ramadan, on va tutoyer les 300.
Tranquillou.

Tout ça pour dire, qu'au bout d'un moment, le débat entre le prédicateur de Hammam, et la sociologue de piscaille, ça finit par me fatiquer velu. Mais bon, y a aussi des jeunes sur @si. Allez-y les gars: étripez-vous en paix.
Si je comprends bien, il ne faut pas le rejeter parce qu'il brouille le débat ; il faut le rejeter, une fois ses idées bien comprises (at last!), parce qu'elles créent le débat.
Tariq Ramadan, n'a pas de double discours,.
Nos attentes déçues donnent, elles, l'impression d'un double discours, là où il y a clarté et constance.

On s'attend d'un oriental bien occidentalisé qu'il expliquât la laïcité aux musulmans,
qu'il leur fît comprendre pourquoi on peut insulter leur prophète impunément, et pas un homosexuel.

Il est clair que le pays tel qu'il fonctionne ne lui convient pas, et qu'il voudrait le réformer.
Il postule que l'Islam n'est pas compatible avec notre laïcité, et qu'il faut adapter celle-ci.

D'autres que lui veulent conformer la France à un modèle incompatible avec nos valeurs profondes sociales, économiques et politiques.

Lui il veut changer notre rapport à la religion.

C'est fou le nombre de gens à qui la France ne convient pas.
La figure de Tariq Ramadan est fascinante, car elle se situe au confluent de la foi religieuse, d'une part , et de la culture philosophique qui en est l'antidote explosif ( oui j'ose) d'autre part. Le rejet de Ramadan est un rejet des deux, et s'auto-détruit donc collatéralement. Il y a dans l'Islam une grande pensée, celle qui a su reconnaître la Grèce, la seule qui pourra éradiquer l'horreur.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.