100
Commentaires

Tabou : dangers de l'austérité, bienfaits de l'euro faible

C'est une sorte de nouveau volcan, l'Austérikjüll, dont les cendres recouvrent spectaculairement le continent européen.

Derniers commentaires

15% de la population en France est au smic. D'autres ne l'ont même pas.Les classes dites moyennes se sont appauvries. Tous les jours,ils nous prédisent des lendemains pires encore. Tous ces gens au verbe haut devraient être soumis à l'expérience suivante : se loger,se nourrir ,élever ses enfants avec moins de 1500 euros par mois.
Je suis en veine de confidences ce soir et je vais vous en glisser une (ou deux) en passant.

Pardon par anticipation à ceux que mes confidences irritent. Confidence pour confidence je m’en fous !

Il y a des années, et le net m'en est témoin (d’autant que j’écris toujours sous mon nom), que je dis que nous n’allons pas dans le mur. Pas du tout !

Inutile de préciser qu’on se moque de moi, qu’on me couvre de sarcasmes et de quolibets, de noms malsonnants si possible…

Je le confirme et j’insiste pourtant : nous n’allons pas dans le mur pour une excellente raison : nous y sommes déjà.

Ce qui change tout ! Nous ne sommes plus dans le moment où on espère pouvoir freiner ou tourner le volant du bon côté mais bien dans celui où on considère l’épave fumante, tentant de découvrir qui est mort ou seulement blessé. Le moment où on réalise que le dîner auquel on se rendait est définitivement compromis car personne n’a plus faim. D’autant que quelques convives ont soudait pris un curieux goût exclusif pour les racines de pissenlit.

Et puisque j’y suis je vous en glisse une autre (confidence) : cette vision du mur ne remonte pas à hier matin. Déjà au moment de Maastricht je le sentais le mur (ne plus maîtriser sa monnaie c’est à l’évidence le début de la fin), et quand je considérais la montée régulière des déficits empilés je n’avais plus aucun doute.

Le mur n’était pas pour demain, nous y étions déjà. À l’échelle de l’histoire : quelques années.

Mais tout le monde pouffait, parfois même hurlait de rire.

- Comment ! Nous ne pourrions pas dépenser tranquillement 30% de plus que nos revenus pour entretenir le plus beau pourcentage de fonctionnaires de la planète ? Et qui nous en empêcherait, s'il vous plaît ? Nous sommes la France !

- L’arithmétique et vos créanciers qui, eux, savent compter, répliquais-je entre deux rires de mes détracteurs !

- Vous n’entendez rien à l’économie me rembarraient-ils…


Trop sûrs d'eux les petits gars : chacun trouve plus confortable de dépenser plus qu'il ne gagne. Et trouve d'excellentes raison pour le justifier. Seulement un jour les préteurs sifflent la fin de la récré. Un soudain doute sur la capacité et même la volonté de rembourser de l'emprunteur. Et ça pour refroidir, ça refroidit !

L’histoire est en train de se charger de remettre les choses à leur place et de démontrer ce qui était une simple évidence : lorsqu’on dépense plus qu’on ne gagne il faut prévoir de rembourser. C’est la moindre des choses : au moment de l’emprunt on appose sa signature sur le contrat, avant d’empocher l’oseille gagnée par d’autres pour l’engloutir vite fait mal fait dans les dépenses de fonctionnement (ce qui est, soit dit en passant, la faute majeure et enfantine de nos ignobles dirigeants. Emprunter pour construire la maison est une chose, emprunter pour payer la bonne en est une autre !)

Et creuser un trou pour en boucher un autre c'est la technique du Sapeur Camembert. Tout le monde le sait malheureusement, y compris les précieux préteurs bientôt perdus...

... S'il fallait travailler, demain, pour gagner l'argent que nous dépensons,

Et pour rembourser celui que nous devons...

- Ne parlez pas de malheur, répondaient-ils en riant un peu plus jaune !

***
L'austérité n'est pas toujours nocive. Les plans d'austérité de Clinton aux USA ou de De Gaulle en France le prouvent. Par contre l'austérité qu'envisage le gouvernement Fillon (seulement une baisse des dépenses et rien sur les impôts) est une bêtise économique.

Les revenus de la rente ont beaucoup augmentés ces dernières années, sont moins taxés que ceux du travail et peuvent être taxés sans répercution sur la consommation. C'est là qui faut aller chercher l'équilibre budgétaire. Mais ce gouvernement qui doit tellement au CAC40 et au Medef refuse de prendre les mesures qui s'imposent, continuant à ruiner la France. La gestion de droite des finances publiques est une catastrophe.
Une comparaison très triste (moi aussi j'ai perdu des proches de cette saloperie) : l'économie est atteinte de cancer en phase terminale.

Il n'y a donc plus de solution, c'est beaucoup trop tard. On peut laisser tomber l'aspirine !

Les suceurs de sang vont faire de l'acharnement thérapeutique aussi longtemps que possible (pour continuer à se goinfrer),

Et puis après c'est le grand saut dans l'inconnu, ils se barreront en nous laissant l'addition (salée)...

Il aurait fallu penser à tout ça avant, bien avant !

***
Daniel, je n'ai pas écouté ce que dit Mélenchon sur le sujet, mais il me semble que l'euro faible ne fera pas grand chose de bien, car l'essentiel des exportations des pays de la zone euro s'effectuent vers... la zone euro.

Quant aux Japonais, ils redoutent peut-être effectivement la concurrence des Européens, mais ce n'est quand même pas la première raison. Premièrement, le yen fort affaiblit leur compétitivité. Deuxièmement, l'euro faible sape le pouvoir d'achat des Européens à l'international, grands consommateurs de saloperies technologiques venues d'Orient.

Par ailleurs, le Japon, mais surtout la Chine (et c'est là le plus inquiétant) montrent eux-mêmes des signes de faiblesse inexplicables par les seules tribulations de la zone euro. Y aurait-il des fondamentaux faiblards sur lesquels personne encore n'a attiré notre attention ?

Probablement est-ce parce que le doute généralisé s'installe, avec l'absence de placements sûrs évidents et la récession mondiale qui nous pend encore au nez.
La rigueur budgétaire en période de crise économique... après le délire sur les retraites il faut croire que nos gouvernants sont demeurés. Ainsi qu'une partie de nos journalistes.

Bonne lecture ;)
Attendez!! j'en ai une super bonne :

La Grèce va sortir de la récession "d'ici la fin 2011, après deux années difficiles, lorsque les mesures de rigueur adoptées apporteront des résultats", a affirmé mardi la ministre du Développement et de la Marine marchande, Louka Katséli.

MEGA LOL
agathe the blues, again
En tout cas, au JT de 13h sur Fr 2, le sujet de l'euro faible qui dope les exportations a été abordé avec l'économiste Thomas Coutrot, vice-président d'Attac, qui a néanmoins tout de suite averti que le problème, sur le moyen terme, serait de voir les taux d'intérêts de la dette augmenter, comme dans le cas de la Grèce. Par ailleurs, il a eu une analyse très proche de celle de Lordon, en pointant l'irrationalité foncière des spéculateurs.
Merci, Daniel, de cet article, mais je reste un peu sur ma faim...

Le problème des journalistes en France, c'est qu'ils ne sont pas spécialistes dans les matières qu'ils "commentent"... Dommage. C'est l'information de tout un pays dans sa langue qui en est affectée.

Quand les journalistes qui écrivent sur l'économie l'auront étudiée avant de devenir journalistes, on verra bien comment ils commentent l'actualité.

C'est le cas dans d'autres pays, mais si peu dans les médias qui nous ressassent les infos en boucle, à partir de dépêches de l'AFP, toutes plus ou moins orientées politiquement - vu les crédits alloués à cette "agence de presse" par le gouvernement...

"Il ne faut pas battre pas la main qui te nourrit" dit un proverbe, le voici confirmé dans sa justesse.

Vous posez des questions, elles montrent l'état de manipulations politiques des journalistes en France. Quel remède ?

Ce matin sur France Inter... un soliloque auto-satisfait dans son incompétence partisane, mais qui dispose d'une audience démultipliée par les taux d'écoute de France Inter. Un journaliste "économiste", candidat des Verts... Comment peut-on être journaliste - donc observateur critique des évènements - et engagé dans un parti politique ? Il faudrait que tous les auditeurs soient informés de ce mélange des genres... or, il ne le sont pas.

C'est ainsi que se forme l'opinion publique dans notre pays, que ce soit sur l'Euro, les retraites, le commerce international, etc... J'écoute France Inter, France Info et France Culture tous les jours...

Cela fait froid dans le dos et me rappelle Tchernobyl, le sang contaminé, l'amiante, etc... c'est encore pire sur Europe1 et RTL, TF1 et France 2 ou 3...

On ne parle que de foot, d'attaques à main armée, de cinéma, d'Histoire, de people, etc... au lieu d'informer la population en détail sur tous les enjeux à venir pour lui permettre de décider en connaissance de cause...

Mais là, ce serait bien trop dangereux pour les deux partis qui détiennent le pouvoir - en "alternance", mot bien français - depuis des décennies, sortes de vases communicants, les uns au national, les autres au régional et vice-versa...

Alors, du bla-bla insignifiant ou partisan à longueur d'antenne...

Pauvre journalisme...
"si cet euro faible est une si bonne nouvelle, pourquoi ne nous le dit-on pas ?"
Parce que ce n'est pas une bonne nouvelle pour tout le monde! Il n'y a pas de bonne pratique économique dans l'absolu. Les choix faits en ce domaine favorisent les uns au détriment des autres. Il est seulement possible de faire des compromis, comme ce fut le cas en occident pendant les "trente glorieuses". Ou de changer de système.
Bonjour,

Le "bruit de fond" martèle à tue-tête que les peuples européens "ont vécu au dessus de leurs moyens", se sont goinfrés d'écrans plats et qu'ils ont ainsi mis les états en faillites : VASTE BLAGUE....quand on voit l'ampleur des déficits, ça fait combien d'écran plasma par tête ?

NON, NON et NON, c'est la crise financière et les plan de relance/aides aux banques qui ont tout fait basculer. Mais de cela, on ne parle pas (tabou selon DS). Ce n'est pas un tabou, c'est une entreprise de désinformation sciemment organisée...de la propagande dans le cadre de la guerre mondiale économique qui se déroule sous nos yeux. Les protagonistes ne sont pas les USA, la Chine, l'UE mais les peuples contre l'oligarchie économico-politico-médiatique.

Attention, on vous dira en France que les aides au système bancaire ont rapporté de l'argent...c'est vrai mais si peu. En outre les contreparties (octroi de crédit aux PME et particuliers) n'ont jamais été respectées. Enfin, le plan de relance a été rendu nécessaire par l'incurie de la finance me semble-t-il.

Or, c'est vous et moi qui le paierez en fin de compte !!

Alors pourquoi personne ne le rappelle? (hormis ceux cités par DS qui ne sont audibles que pour les initiés).

A quand une grande émission de service public en prime time qui expliquerait ce SCANDALE sans précédent ?

Jamais, car si la majorité se réveillait....

PS : On entend plus parler de la méga niche fiscale Copé, curieux non? alors qu'on gratte tout ce qui concerne les particuliers..(aide à la personne, Scellier et bientôt la TVA...)...quant au bouclier fiscal, ce n'est qu'un point de cristallisation symbolique..
Et pendant ce temps-là, le Figaro titre :
"Sur les traces de Wall Street et des marchés asiatiques, les places financières reculent fortement ce mardi. Les valeurs bancaires sont encore malmenées. Dans la zone euro, la hausse des commandes à l'industrie, la plus forte en 10 ans, passe inaperçue".

http://anthropia.blogg.org
Tout à fait exact!!!

L'allemagne n'en déplaise à une certaine bien séance, a effectivement comprimé les couts salariaux.
J'engage les éternels griots qui prétendent au bien fait de la retraite à 65 ans de se rendre en Allemagne (surtout du coté est) ils pourront voir comment les gens apprécient les nouvelles réglementations (chômage, pouvoir d'achat etc...)
ils pourront voir comment les gens apprécient les nouvelles réglementations (chômage, pouvoir d'achat etc...)[/quote

Et dans dix ans, on pourra regarder l'Allemagne en se disant , Putain, ils ont dix ans d'avance et pris les bonnes mesures à temps!! Arretez de rêver et de pense, hausse du pouvoir d'achat, maintien du niveau de vie ou maintien des acquis sociaux confortables. La démagogie à la Mélenchon, ça suffit!!
C'est celle ci la vérité du moment et aucune autre!! pas celle de Mélenchon & Co, garantissant ad vitam eternam par le retour miraculeux du franc faible et des potirons, un avenir radieux!
C'est donc parce qu'ils vivent moins bien qu'ils vivent mieux
c'est parce qu 'ils vivent moins bien, qu'ils vivront mieux. La politique c'est faire l'avenir, et pas que celui des élections.
l'avenir de qui? des banquiers des traders des patrons des actionnaires et des héritiers bien sur.
il ne suffit pas de décréter que Mélenchon est démagogue, il faut le prouver, et autrement que sur un avenir hypothétiquement radieux dans 10 ans.....
moi je vois l'histoire et plus elle avance, plus il y a de rigueur, et plus il y a de rigueur, moins ça va bien, c'est un peu gonflé de faire croire que c'est parce que la rigueur est insuffisante... Moi je ne me fie pas au marc de café ou aux boules de cristal. Je regarde l'histoire et je vois à quel moment ça a commencé à partir en quenouille.
oui l'histoire c'est pas mal, mais le futur c'est mieux, car ce qui s'annonce, l'histoire ne nous l'a pas appris. La fin de l'énergie pour tous, le partage accru des ressources alimentaires, d'eau, du travail de la monnaie, etc etc.. et oui il faudra bien beaucoup de rigueur pour supporter la chute.; Vaut mieux emprunter maintenant pour s'acheter un parachute que de tomber de la falaise sans rien... ou avec un parachute de fortune.

La fin de l'énergie pour tous, le partage accru des ressources alimentaires, d'eau, du travail de la monnaie, etc etc.. et oui il faudra bien beaucoup de rigueur pour supporter la chute.


La rigueur ne permettra pas d'amortir la chute , elle permettra juste aux riches de le rester pendant la chute. Ou est la démagogie dans un tel propos? La démagogie c'est justement de faire croire que la rigueur est de nature à changer quoi que ce soit sur ces problèmes. On voit bien les effets de tous les plans, de sauvetage, de relance, etc totalement innefficaces à part pour distribuer des records historiques de bonus aux traders et de profits pour quelques uns (comme Sorros par exemple), il en sera de même pour la rigueur
Et après la chute? bien malin qui pourra dire ce qui arrivera....rigueur ou pas rigueur si y a plus de pétrole, y a plus de pétrole, et si c'est la chutte, y aura plus de dettes plus de protection sociale, plus de banques, plus de bourses.
ce qui précipite le monde dans cette chute, ce n'est pas la protection sociale que je sache ! c'est le système capitaliste dérégulé, c'est la recherche effrénée de croissance infinie basée sur l'exploitation de ressources naturelles finies. Toute action évitant ces 2 causes et tentant de limiter l'impact négatif de leurs effets court au désastre, et la démagogie c'est de faire croire le contraire.
Mais oui, mais oui, c'est tellement mieux la pluie sans parapluie... Les plus malheureux seront les pays comme nous qui ne prévoyant et ne voulons rien prévoir, ne renoncer à rien, et croire que c'est le couillon du coin qui va préparer une alternative énergétique, préparer le partage du travail des ressources.. Et bah non ce sera toujours les mêmes, toujours les grands pays et les grands industriels, ne vous en déplaise. Vous imaginez un monde sans richesse industriel, sans groupe d'envergure pour faire face, un monde de petits bras tous réunis pour battre le monstre... Pendant que vous perdez vos forces à imaginer et à combattre le monstre, d'autres pactisent avec lui pour éviter de se faire bouffer... Je préfère le pacte d'alliance que la lutte utopique qui n'ira nulle part, qui ne changera rien et qui fera de la chute un grand saut dans le vide. Les pays qui n'auront pas connu la rigueur, risque de trouver celle qui s'abattra d'une ampleur assez terrible.
ha oui d'accord ... en somme la chute ne sera pas une chute? contorsionniste ! Acrobate !
moi je vois où les idées de tes amis nous ont conduit ces 2 dernières années
arffff la bonne blague;; vous êtes un lecteur attentif du forum on dirait.. Préparer la chute, c'est faire des renoncements mais c'est aussi préparer la société , les services sociaux.. Je vous rappellerai que pour être favorable aux nationalisations des banques, je suis aussi en faveur de la nationalisation des restos du coeur, par exemple, donner un véritable pouvoir aux services sociaux!!! ne faites pas dire ce qui vous arrange.
Bonjour,
Moi je sais de quel côté est le miroir aux alouettes !!! du coté d'Agathe.
Le nombre de personnes qui me connaissent est vraiment impressionnant! J'ai pas fait Cannes pourtant, pas posé dans Voici, pas de plan de com' chez Sherlock!
Nous te connaissons par ta grande gueule de réac.
Des pages et des pages,
tu me dégoutes,
ras le bol de tes réactions fascistes !
c'est dit.
Pierre censure;-)
Gamma
Toujours en plein délire. Une thérapie s"impose. On comprend surtout pourquoi vous pleuriez il y a peu vos amis qui disparaissent de votre entourage.. et pas par décès!! réactions fascistes, fallait la trouver, c'est fort. MDR un point Goldwin quand tu te fais expliqué que ton pouvoir d'achat faut arrêter de rêver!! Mazette! A lire les réactions furieuses de tous ces bons français, on comprend que nos politiques ne sont pas très chaud pour nous dire la vérité, et préfère continuer à nous bercer d'illusions!Donne moi ton compte Paypal, je ferai un don pour ta psychanalyse.
Connais pas Paypal,
je hais les psy
c'est pas moi qui a cassé la machine à vapeur,
c'est ma soeur, mais elle bat le beurre…..
gamma
ca se confirme de jour en jour povr garçon!! l'âge peut être, la peur de se sentir vieux!! je sais pas! la seule bonne chose qui peut vous arriver est de devenir Halzeimer pour oublier votre passé et vos propos de fosses.
Il faut reconnaitre que vous n'êtes pas très claire Agathe.
Vous nous dites qu'il faut se serrer la ceinture mais sans nous dire pourquoi. Manquons-nous de biens de consommation ? De mains d'oeuvres ? Qu'est-ce qui justifie précisément le tour de vis ?
Je conçois qu'il peut être plus rassurant de pactiser pour attendre que les grands organismes financiers fassent le plein à nouveau de tout ce que nous pouvons leurs servir afin qu'ils nous vomissent des miettes de richesse dans un seau que nous irons partager, c'est le sens de la vie, non ?

Sur un autre fil vous vouliez rembourser la dette nationale à ce que j'ai compris puisque vous nous disiez qu'il n'était plus possible d'emprunter et qu'il fallait de la rigueur pour résorber le déficit. Si demain les pays souverains décident de ne pas payer et font table rase de ce qu'ils doivent. Où seront les richesses ? Dans nos mains, comme elles l'ont toujours été mais là ce sera évident parce que les banques et les fonds de pensions n'auront plus rien. Vous vous emberlificotez dans de la mécanique alors que nous parlons de changer le véhicule et le mode de propulsion. C'est sûr que ça risque de faire mal, c'est toujours ce qui se produit quand un système économique ne remplit plus son rôle. Je pense que c'est cela qui vous effraie parce que l'avenir n'est plus tracé tout droit, il ne se résume pas à "baisse la tête et laisse passer l'orage, le timonier est à la barre". Je ne sais pas ce que ça va donner je ne sais même pas si ça se produira mais je le souhaite parce que le temps du capitalisme tire à sa fin s'il ne justifie plus son existence par la richesse des nations.

Ces désirs de rigueur sont absurdes, ne le percevez-vous pas ? Jamais les hommes n'ont disposé d'une plus grande force de production, jamais ils n'ont produit autant de nourriture qu'aujourd'hui, d'énergies, de matières premières. Où se trouve le problème sinon dans la capacité à faire se mouvoir toute cette puissance dans une direction donnée plutôt que de laisser tout cela dans une main invisible sans cesse tremblante, indécise et sans but qui agglomère des décisions individuelles sans vision globale en tentant de nous faire croire qu'une colonie de bactéries est un organisme pluricellulaire au même titre qu'un mammifère supérieur.
Quand un système s'écroule ceux qui en jouissent le plus veulent le maintenir à tous prix. Nous le savons depuis longtemps. Ils se battront bec et ongles, ils ne lâcheront rien. La peur est leur meilleure arme pour l'instant. Ne succombez pas.
Vous nous dites qu'il faut se serrer la ceinture mais sans nous dire pourquoi

Si, si, un peu, j'ai parlé de de pénurie de ressources énergétiques, de ressources alimentaires, d'eau, de monnaie mais on peut rajouter une démographie terrestre explosive, sans commune mesure avec celles du passé,, des problèmes climatiques, écologiques ou de polution. Nous avons déjà du mal à lutter pour ces problématiques débutantes ne viennent tout enrayer, qu'en sera t il demain, alors que quelques unes de ces visions, sont implacablement au programme, pour la démographie et les ressources énergétiques.

Votre analogie avec un véhicule est intéressante. A quoi cela sert il de changer une voiture complète alors que seul le moteur est à bout de souffle, malgr un habitacle confortable voir luxueux? Pour un une voiture neuve d'un constructeur qui n'a même pas les plans du pritotype qu'il veut nous vendre, qui n'a fait aucun test, de krach, de sécurité, de confort, de sécurité? C'est sûr c'est la vision courante, ça ne marche plus trop, changeons tout. Je préférerais garder ce qui est admis comme fonctionnant, pour racheter même à un prix élevé par rapport à une voiture neuve, un nouveau moteur d'un constructeur dont on connaît les défauts mais aussi les qualités, qu'on sait à peu près adapter à nos besoins locaux? Vous pouvez vous acheter une très jolie BMw 530D à 7000euros, vous changez le moteur, pour 2000, vous avez une voiture assez cool, au prix de vente neuf de 30000.. Ou alors achetez une logan diesel.. Pas sûr que vous emmeniez votre Logan avec son moteur neuf dans les 300000kms, chiffre classique pour un 6 cylindres diesel BMW, surtout si vous le choisissez en boite auto, gestion optimale des régimes...
Je ne comprend pas en quoi le fait de serrer la ceinture du peuple en lui vendant de la rigueur sous couvert de dettes va changer quoi que ce soit aux problèmes climatiques ou écologiques. Ce ne sont quand même pas les acquis sociaux qui rasent les forêts et font maigrir les ours polaires. Ou alors nous ne parlons pas du même serrage de boulon. S'il s'agit de mettre un frein à la surconsommation des pays riches je vois où vous voulez aller mais imaginer un seul instant que cela peut se faire avec le système économique actuel c'est ne pas se rendre compte de la manière dont il fonctionne.
Il épuisera tout ce qu'il peut, sans jamais regarder en arrière, sans jamais regarder devant. Tout ce qui peut rapporter rapportera et plus la fin sera proche plus ça paiera parce que tout sera devenu rare et précieux. C'est dans sa nature, le scorpion piquera même s'il doit en crever avec la planète.

Et en matière de confort pardon. Vous la trouvez luxueuse la guimbarde dont il faut faire descendre périodiquement 95 % des gens pour pousser et relancer la machine ? Et les crach/krack sont pas test du tout. Pleine poire le mur. Nous jouons le rôle des mannequins et une fois que nous nous sommes bien mangés le volant les ingénieurs nous promettent la main sur le coeur que le prochain modèle aura des airbags. Quelques ceintures déjà ça m'irait bien. Si dans cette caisse à savon lancée à pleine bourre sur la pente fatale vous trouvez un truc qui tourne rond, en plus de manquer d'imagination vous êtes étonnamment peu exigeante.
"Je préférerais garder ce qui est admis comme fonctionnant"
Ah oui. pas exigeante du tout même. Pas très précise non plus d'ailleurs. Qui admet ça ? Je veux dire dans ceux qui n'en profitent pas à plein évidemment.

Demain je prends le TGV. Heureusement qu'il y a des bonshommes pour ne pas se contenter de ce qu'ils ont sinon j'irais faire mes 600Km en micheline au gasoil.
Mais bon. Vous rentrerez de grès ou de force dans le siècle de la roussette et nous la ferons pour vous la révolution. Vous verrez, plus tard vous nous remercierez.
La rigueur, vous avez raison, ne changera rien au climat ou sipeu. Mais le climat, la fin de l'énergie, tout ce que je vous ai cité, aura un coût considérable pour la société. si nous entrons dans cette ère qui s'annonce, mine de rien, en sifflotant comme si rien ne se pssait, avec des dettes à gogo, et pas un centime d'investissement dans les domaines frappés ou dans le social pour amortir la chute de secteurs, nous nous vautrerons encore plus, car nous aurons les mains liées par nos excès passés. Nous ne connaissons pas le coût des nouveaux imprévus qui se préparent, mais nous savons qu'ils arrivent. Nous en connaissons juste la forme, sans en connaître ou en appréhender l'impact global. Il vaut mieux y aller prudemment, c'est pour cela que les économies, il faut les faire dans les dix ou vingt ans du paysage que nous connaissons avant d'entrer dans une nouvelle ère remplie d'inconnus, dont des inconnus économiques de taille gigantesque, l'énergie, et la démographie.

C'est vrai heureusement qu'il a des grands groupes pour fabriquer et faire évoluer des grands projets à coup de milliards.
"C'est vrai heureusement qu'il a des grands groupes pour fabriquer et faire évoluer des grands projets à coup de milliards."

Ouh la vilaine. Ce grand groupe c'est l'état.
Croyez-vous qu'une société privée aurait lancé un TGV en renvoyant ses dividendes aux calendes grecques ?
1980 déjà le TGV. c'est un pari sur le futur qui honore nos gouvernement de l'époque et ne doit rien à l'économie de marché.
Les points Goldwing, c'est quand tu franchis la ligne jaune à moto.
L'avenir, l'avenir... J'adore les "faisons des sacrifices aujourd'hui pour être heureux demain". En somme, demain on rase gratis. Du reste, tout le monde "sait" que le capitalisme et la mondialisation assureront l'avenir le plus radieux pour tous.

Mais c'est vrai, nous y sommes (depuis le temps qu'on nous le serine!) dans cet avenir radieux.
Rassurez La Chine et les autres nous prendront nos industries compétitives, et l'endettement suffira à les faire se vendre ou disparaître. Finalement, vous aurez ce que vous réclamez tous, un grand pays France, sans grand groupe, ni industrie. On aura alors des grands Resto du Coeur, j'espère que vous accepterez au moins cet honteux monopole oligarchique de l'aide sociale. Faudra t il encore qu'il reste quelques personnes pour faire des dons.
Le cheval de l'espagnol est mort alors même qu'il était sur le point de s'habituer à ne pas manger. Sans doute un ingrat et un torpilleur de plans de rigueur.
le bonheur dans la vie éternelle, après la mort "bien heureux les pauvres ...." c'est exact qu'en soignant moins, nous l'atteindrons plus rapidement.
C'est exact que le bonheur de quinze ans en fauteuil roulant dans une maison de retraite, j'en rêve tous les matins.

Vivent les chiffres bruts sur l'augmentation de l'espérance de vie, qui cache plutôt une désespérance profonde, et un fonctionnement de nos sociétés, les vieux à la trappe, très très valeurs humaines.
Tiens, un autre crachotement qu'on ne peut entendre qu'au détour du web...
http://www.septembre-larevue.net/Creancier-et-commercant-un-paradoxe-allemand_a67.html

Qui a donc entendu cette analyse dans les médias de masse?
Enfin, enfin peut-être va-t-on observer l'économie de plus près et entendre une autre musique en laissant la parole à des Généreux, Lordon et autres Mélenchon. Pas partout et pas beaucoup mais il n'est pas interdit de rêver qu'avec la souffrance que l'on nous impose, quelques prescripteurs de pensée unique, comme Demorand sur France Inter, vont enfin se réveiller et avoir un problème de conscience. On a bien vu des collabos passer à la Résistance dans des temps lointains. Je ne supporte plus la "forfaiture" des journalistes qui nous présentent DSK comme le candidat favori de la gauche - ils oublient de préciser "et de la droite" - . Il y a longtemps j'avais posté un message sur ASI pour quémander une émission hebdomadaire consacrée au décryptage de l'économie. Pourriez-vous l'envisager ? Je sens l'intérêt pour ce sujet croître tant chez l'équipe que chez les abonnés, alors peut-être le moment est-il venu, à la veille de la grande catastrophe qui nous guette, de s'y atteler ?
Et surtout ne ratez pas "L'encerclement".
J'ai beaucoup aimé la photo qui résume votre pensée magnifiquement, Daniel !
Bien sûr, le reste de l'article est à l'avenant. Merci.
Comme après avoir posé au moins vingt fois la même question DS, vous n'apportez que les mêmes réponses, le sujet s'effrite un peu...

Je préfère regarder avec un certain effroi la retentissante démission du directeur des renseignements US, en partie due à une différence de vue sur La France. En partie, mais pour nous français, qu'est ce que cette partie est importante!! Elle est tout simplement, ni plus, ni moins, une nouvelle illustration de la complète faillite de la diplomatie actuelle de l'ère Koko, cette fois ci la diplomatie de l'ombre. Il a beau aller diner en personne à la Maison Blanche en guest star sous les feux de la presse, derrière le tableau est sombre, bien sombre, l'incapacité de La France à comprendre les USA, et leurs désirs.. Ca en dit long quand on ne comprend pas un ami, sur ce que l'on peut comprendre des autres et de ses ennemis!! On a beau réintégrer l'OTAN, obéir aux injonctions USA pour l'envoi de troupes en Afghanistan, Koko découvre avec stupeur, que sa politique est un échec, qu'il n'est pas et ne sera jamais l'ami particulier des USA, pouvant lui soutirer un accord écrit sur la politique de renseignements! Et oui une nouvelle fois, c'est la totale faillite de la politique Sarkozy à l'étranger malgré les beaux discours et les belles photos du pays qui a retrouvé sa place à la table d'hôtes de la Maison Blanche!!! Mon cul oui. c'est une nouvelle grande claque dans la gueule de la diplomatie française vouée à l'échec depuis le commencement de l'ère Sarko! Echec à l'extérieur, groquignolesque à l'intérieur, le nabos ne fait plus rire personne.. sauf Carla espérons pour lui.
Non, ce n'est pas le titre d'Alice Zeniter, mais le chant qu'on entend dans nos campagnes ce matin, Daniel, en vous lisant. Comme elle est bien filée la métaphore.

Oui, ils viennent jusque dans nos bras égorger l'avenir de nos enfants, égorger nos maigres acquis sociaux, égorger notre retraite, cela commence par là, la presse entonne le refrain, "le gouvernement ne veut pas toucher au montant des retraites, mais à l'âge de la retraite", alors qu'on sait que le report à 62 ans de l'âge de la retraite signifie pour les gens au chômage après 55 ans, 60% à 80% de la tranche d'âge, qu'ils verront mécaniquement baisser le montant de leur retraite, puisque ce montant sera assis sur une période plus longue de chômage, donc de moindre revenu. Et avez-vous remarqué la com' gouvernementale ? Bertrand reparle de la retraite par capitalisation et Robinet de prolonger au-delà de 62 ans, de qui se fout-on ?

Il y a une manif le 27 mai, je pense que celle-là, il ne faut pas la rater.

http://anthropia.blogg.org
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.