44
Commentaires

Tabac radioactif : révélation ou vieille histoire ?

Véritable scoop, ou simplification par la presse généraliste d'un article scientifique ? La "révélation" par une revue scientifique américaine de la présence de Polonium 210 dans le tabac est largement reprise dans la presse en ligne française (et au 20 heures de France 2, images alarmantes à l'appui). Mais les grands médias des Etats-Unis restent muets.

Derniers commentaires

Chère équipe d ASI,

j interviens à nouveau (deuxième participation au forum) pour uen question tout ce qu il y a de naïf, et j espère bien sincèrement que Daniel n y verra pas quelque tentative destabilisatrice.
Je n ai pas pour habitude de participer activement aux débats sur le site faute de temps et m en remets donc aux plus assidus, ayant pour ma part l impression désagréable que les intervenants épisodiques sont bien moins considérés que les aficionados (ma première missive qui concernait les vidéos des émissions et comportait quelques questions existentielles est était déjà restée sans réponse ...).

J en viens au fait concernant l affaire de Polonium.
Le site sciencescitoyennes annonçait dès la parution des articles et des reportages le caractère éculé du scoop.
http://sciencescitoyennes.org/spip.php?article1718

Et donnait référence d un article d une journaliste qui avait traité de cette affaire dans un livre paru il y a quelques années
http://perline.org/spip.php?article164

Pourquoi n avoir pas parlé de ce livre ? Est ce que l auteur (Perline) a été blacklistée (je fais référence aux démélés prudhommaux ayant eu lieu entre Daniel et ladite journaliste) ?

Voilà.
C est juste pour savoir si Daniel garde quelque griefs des incartades passées.

Notre méconnaissance personnelle réciproque de nos antécédents et de notre histoire ne doit pas pour autant remettre en cause ma sincérité.

Lurinas
Une simple recherche sur le Web indique que cette accroche laissant entendre que la présence de polonium était tenue secrète, est (au moins partiellement) fausse. Si les fabricants de tabac ont (peut-être) tenté de cacher la chose, il existe en revanche un certain nombre de documents attestant que les chercheurs, notamment américains, sont conscients du problème depuis bien longtemps. Ainsi, le site du NCBI (National Center for Biotechnology Information, entité gouvernementale américaine), met-il à disposition du public des documents y faisant référence depuis fort longtemps (source), et notamment un article du 16 mai 1975 du magazine Science :

« Lung cancers have been induced in 9 to 53 percent of hamsters given multiple intratracheal instillations of polonium-210 in amounts yielding lifetime exposures of 15 to 300 rads to the lungs. Cigarette smokers have previously been estimated to receive 20 rads to areas of the bronchial epithelium from deposited polonium-210. This finding thus supports the hypothesis that alpha radiation resulting from the polonium-210 or lead-210 present in cigarette smoke may be a significant causative factor in human lung cancer. »

La même source nous indique un autre article issu de Southern Medical Journal (février 1986) :

« Critical support for this thesis is based upon experimental animal studies in which lung cancers that resemble adenocarcinomas are induced with as little as 15 rads of radioactive polonium, equal to one fifth the dosage inhaled by cigarette smokers who average two packs a day during a 25-year period. »


Il s'agit donc bel et bien d'un secret de polichinelles : quiconque voulait trouver l'information, n'avait aucun mal à le faire. Et ce, depuis plus de 30 ans !


Pour appuyer la thèse de dangerosité du polonium 210, l'article nous rappelle que ce métal a servi à assassiner l'ex-agent du KGB Alexander Litvi­nenko à Londres en 2006, ce qui fait froid dans le dos : il y aurait des poisons dans la cigarette. Toutefois, cette assertion n'a aucun autre intérêt dans le cadre de l'article, que de faire du remplissage.

S'ensuit une description des effets du polonium sur l'organisme, dont le point d'orgue fait frémir :

« Un fumeur de 30 cigarettes par jour s'expose par sa présence dans la fumée à l'équivalent de dose de 300 radios de poumons par an ! [...] Dès les années 1960, les fabricants comme Philip Morris savaient que le 210Po contaminait leur tabac (environ 0,01 becquerel par gramme de tabac). »

Cela donnerait de quoi réfléchir, si :

- les chiffres annoncés étaient réels
- l'unité de mesure importante était le becquerel
- cela changeait quelque chose sur les risques connus de cancers chez le fumeur

Pour situer ce qu'est la radioactivité exprimée en becquerel, l'article de Wikipedia nous apprend qu'une activité de moins de 1 Bq par gramme est négligeable, et que la radioactivité de l'eau de mer est similaire à celle du tabac. Par ailleurs, des recherches de l'université de Bologne ont estimé à 0,075 becquerel l'activité du polonium 210 par cigarette, sachant que cette dernière contient 1g de tabac (source CRIIRAD). Les 0,075Bq/g de la cigarette est donc à comparer aux 0,15Bq/g de la pomme de terre ou aux 0,08 Bq/g du lait, par exemple (source).

Sur ces 0,075 Bq, on en retrouve 91,7 % dans les cendres ; 6,7 % dans la fumée inhalée par le fumeur et 1,6 % dans la fumée émise aux alentours. Ceci nous mène à 0,005 becquerel inhalé par cigarette par les fumeurs, soit deux fois moins que ce qu'indique le Figaro. C'est à dire qu'un gros fumeur (30 cigarettes par jour), inhale en un an 55 becquerels par an, à comparer aux 8000 Bq qu'émet un être humain de corpulence moyenne sur la même période ou aux 40 Bq/m3 d'air dans une maison.

Mais le problème, c'est que la mesure en Bq (becquerel) n'est absolument pas adaptée, puisqu'elle sert à mesurer le rayonnement émis par une source. Or, ce qui importe à notre fumeur, c'est la radioactivité réellement absorbée par son organisme. Pour mesurer cela, il y a le Sievert, exprimé en Sv. Wikipedia nous informe qu'une radio du poumon équivaut à 0,70 mSv, et que la consommation d'une cigarette équivaut à une dose de l'ordre de 0,001 mSv. Si l'on reprend le cas de notre gros fumeur à 30 cigarettes par jour, il recevra 11 mSv/an, c'est à dire l'équivalent de 15 radios, et non 300 comme annoncé.

Le journaliste un peu curieux et à la recherche du scoop/scandale facile à pas cher, rapprochera ces 11 mSv/an absorbés par un gros fumeur, de l'article R231-76 du code du travail qui limite à 20 mSv/an la dose absorbée par les personnels exposés aux radiations.

Et voilà un buzz qui se réduit à peau de chagrin grâce à deux heures de temps à tuer et à une connexion Internet. Merci à tous nos journalistes-qui-vérifient-leurs-sources de reprendre l'info telle que. Y'a des fois, je me demande s'ils ne nous prennent pas pour des jambons...

Article mis en ligne ici.
Le figaro enfume d'accord ! Si je roule ma clope avec une feuille de Figaro, ça donne quoi ?
Allez, je me dévoue.

« Ce prix lui sera décerné au cours du dîner de gala annuel de l’organisation, le 23 septembre à New York. "Nicolas Sarkozy a fait preuve de détermination et persévérance dès qu’il est apparu dans l’arène internationale où il s’est attaqué aux défis politiques, sociaux et humanitaires d’aujourd’hui", explique le président et fondateur de l’ACF, le rabbin Arthur Schneier. "C’est de façon exemplaire qu’il s’est fait le champion des droits de l’Homme, de la démocratie et de la tolérance, tout comme de la défense de l’environnement. C’est un homme d’Etat de stature mondiale", a ajouté Schneier.

Nicolas Sarkozy ne fera pas le voyage à New York pour rien, puisque la veille, le 22 septembre, il recevra un "Humanitarian Award" de la Fondation Elie Wiesel. Ce prix récompense “des êtres exceptionnels qui ont consacré leur vie à combattre l’indifférence, l’intolérance et l’injustice”. Quelle revanche pour cet homme qui confiait avant son élection de 2007 à la journaliste Catherine Nay : "J’étais égoïste, dépourvu de toute humanité, inattentif aux autres, dur, brutal... Mais j’ai changé !"
...»

La suite c'est ici : Sarkozy : "prix mondial de l’homme d’Etat 2008" !

Bonne lecture,
harounya.
Article nécessaire et d'utilité publique ET générale, merci Gilles.
Vous allez voir qu'on va bientôt apprendre que les cigarettes sont nocives pour les fumeurs et leur entourage, manquerait plus qu'ils mettent dans messages d'avertissements sur les paquets, tiens.
Déjà que grâce à SoWhat ci-dessus (et apparemment identifié par Poisson :-), je viens d'apprendre qu'il y avait du plutonium dedans.
Avec cette effet d'annonce voila un alibi tout trouvé pour AREVA qui nous pollue l'existence (dans tout les sens du terme). On peut toujours ce demander à quand la central nucléaire à la cigarette?? Et puis les fabriquant de cigarettes pourrons ce vanté que leur produit sont actifs à l'intérieur...
(P.S: désolé pour les fautes d'orthographes à force d'avoir des réduction d'heure de cours on ne sait plus grand chose...)
rakam
Bonjour,

La présence de polonium 210 dans le tabac est connue depuis longtemps. Du point de vue de la radioprotection, ce radio-élément bien que très dangereux, ne représente pas de réel risque pour les fumeurs, il est en quantité trop dispersé comparativement aux autres sources de rayonnement naturel ou médical auxquelles sont exposées les populations. C'est une vieille histoire parmi d'autres, bien connue des radioprotectionnistes, qui illustre la présence d'éléments radioactifs un peu partout dans notre environnement.
@ Kern

"Dommage que ce ne soit pas @si qui lève le lièvre"

Pas compris cette phrase. rien de glorieux, mais j'ai été étonné par l'article du Figaro en faisant ma revue de presse quotidienne matinale (entre 5 et 7 h). j'ai donc fait un Vite Dit sur ce thème

10h54 ça reste à vérifier
Cigarettes radioactives ? (Le Figaro)
Par Gilles Klein le 28/08/2008
Véritable scoop, ou simplification par la presse généraliste d'un article scientifique ?
[quote=un produit radioactif dangereu] dites vous au début de votre article. Les anges heureux , ils sont nés sous X , non? ;-)
Une fois encore Libération semble se distinguer des autres média. Dommage que ne soit pas @si qui lève le lièvre. Mais c'est déjà bien de nous le signaler.
J'avais déjà vu l'image de la cigarette avec tous les produits qu'elle contient. Elle était affichée dans un coin fumeur de la Sorbonne quand j'y étais étudiant. Et je me souviens avoir déjà halluciné sur le polonium radioactif. Mais bon, ça veut vous faire peur, mais on n'a aucune idée des quantités qui sont peut être négligeables. Rappelons quand même que toutes les matières environnantes (nous y compris) sont plus ou moins radioactives. De toute façon, ça fait 40 ans qu'on sait les effets du tabac, cette "découverte" ne va pas le rendre plus dangereux que la semaine dernière.

Par ailleurs, il y a une ambiguité : on pourrait croire que le polonium est présent naturellement dans le tabac. Or, c'est les tonnes de saloperies qu'on déverse sur les cultures qui en contiennent. Dès lors, c'est magnifique d'en faire un procès du tabac alors que ça devrait être celui du productivisme et du libéralisme économique...
ça traduit l'incapacité totale de notre société à se remettre en question.

Enfin, c'est du sensationnel, mais il n'y a aucune conclusion politique. Par exemple, pourquoi l'Etat, responsable des ventes de tabac jusqu'à une époque récente, et garant de la santé publique, n'a jamais contrôlé la qualité des produits mis sur le marché, et n'a jamais reglementé mieux que ça la fabrication de cigarettes ?

J'ai la même intuition que Mathieu Billière. Si on contrôlait tous les produits de supermarché et leurs emballages, on pourrait bien avoir d'autres surprises, comme on en a d'ailleurs régulièrement...
La présence du 210Po n'est pas du tout un scoop... cette présence, qualifiée de trace infime, est connue depuis bien longtemps. J'ai pas de souvenir précis sur la date des premiers publications sur cette présence. Mais ça fait bien longtemps que je suis au courant et je connais plein de fumeurs qui le sont aussi depuis bien longtemps.*
J'insiste sur présence en trace infime, car c'est pour cella que l'affaire n'a pas fait grand bruit.
Ce buzz ressort comme si on venait d'apprendre cette affaire. Et les "l'industrie du tabac a caché la présence de traces de du 210Po" me dérange. Car dans cette affaire lémédias font comme si c'était une découverte récente et joue sur le registre "mensonge de l'industrie" alors que ce fait, présence de trace du 210Po, est connu depuis bien longtemps.
Pour dire, encore une n-eme fois, la fabuleuse campagne de désinformation démédias.
Lamentable. Mais bon, je dois dire que je n'attends abosulement rien de mieux de la part démédias sus-cité dans le billet.
La CRIIRAD a parlé de la radioactivité des plants de tabac il y a au moins 10 ans!
Effectivement, ce n'est pas vraiment un scoop !!

Il est également étonnant de constater que dans le reportage de F2 sur le sujet, la conclusion est que ce Polonium viens de engrais utilisés pour la culture du tabac...et question ne se pose sur la présence de cette substance dans tout autre produit végétal (alimentaire par exemple)...

Une fois le coupable trouvé (la cigarette et l'industrie du tabac), plus besoin de pousser "l'investigation"...

Effectivement, ce n'est pas vraiment un scoop !!

Il est également étonnant de constater que dans le reportage de F2 sur le sujet, la conclusion est que ce Polonium viens de engrais utilisés pour la culture du tabac...et question ne se pose sur la présence de cette substance dans tout autre produit végétal (alimentaire par exemple)...

Une fois le coupable trouvé (la cigarette et l'industrie du tabac), plus besoin de pousser "l'investigation"...


Je me suis fait la même réflexion.
Même si le tabac est la seule culture concerné
On nous presente la presence du Po comme dangeureuse, ensuite on nous dit que ça vient des engrais
et au lieu d'en tirer la conséquence logique (arreter de polluer le tabac)
on s'en sert comme arguement contre le tabac.

Un peu comme si constatant la présence de nitrate dans l'eau on nous disait que la solution [s]serai[/s] était d'arrêter de boire.
Sauf que l'eau est indispensable à la vie, à la survie, le tabac est un plaisir, une addiction abslument pas indispensable, et je dirai même plus ....mais tout le monde le sait maintenant, sauf à vivre dans une bulle du fumée.

Evidemment si ces "scoops", ne sont envoyés que pour nous faire oublier les autres saloperies qui nous menacent ... mais bon c'est peut-être un peu tôt pour revenir au biopouvoir dans les médias.
Evidemment que l'eau est indispensable et que le tabac ne l'est pas, mais enfin... nos réfrigirateurs et nos armoires sont pleins de choses qui ne sont pas indispensables à la survie, mais dont la qualité est contrôlée, qui doivent répondre à des réglementations strictes... La viande n'est pas indispensable à la survie, mais lors de la crise de la vache folle (pour ne citer que celle-là), on a tenté d'éradiquer la crise, pas la viande bovine en général (pourtant, la consommation de viande dans les pays riches est trop élevée, et c'est mauvais pour la santé).

Beaucoup des éléments nocifs présents dans le tabac ne sont pas naturellement présents dans la plante, ils y sont ajoutés "accidentellement" par les méthodes de production intensive. Pourquoi la réglementation sur la qualité du tabac n'est-elle pas plus stricte ? Si les gouvernements forçaient les producteurs à mieux travailler, les prix augmenteraient d'eux-mêmes, sans intervention de l'état, et l'effet dissuasif pour les nouveaux consommateurs seraient le même que l'augmentation des taxes, non ? (avec, bien sûr, cette différence que l'argent n'irait pas dans les caisses publiques.) On ferait alors d'une pierre deux coups : on réduirait la consommation tout en protégeant mieux les vilains petits canards qui persistent dans leur vice.

Et d'ailleurs, quels sont, en fait, les contrôles qualités réalisés sur le tabac ? Quelles sont les contraintes ? Comment justifie-t-on qu'elles soient moins strictes que pour l'alimentation (du moins je suppose qu'elles le sont) ?

Il y a peut-être de bonnes raisons à tout ça, mais comment savoir ? La question n'est simplement jamais posée.
Oui, c'est vrai vous avez raison. Vous m'avez probablement vu venir avec mes gros sabots : bêtement j'ai pensé puisque le tabac est un poison un peu plus un peu moins ! Effectivemnt il serait intéressant de le cultiver dans les meilleures conditions possibles puisqu'il y aura toujours des fumeurs.

Il est vrai aussi que nous ne connaissons pas les contraintes sur les différents produits alimentaires, d'hygiène, etc... par rapport aux exigences sur la production du tabac ...

Si nous avons dans notre alimentation beaucoup de superflu et si nous mangeons trop de viande, ce n'est pas le cas sur toute la planète. En Afrique, par exemple des jeunes préfèrent avoir de l'argent pour s'acheter des cigarettes que pour manger ...J'avais vu un reportage sur ce sujet il n'y a pas très longtemps à la télé. Des mères deesspérées que leurs rejetons fument et très en colère contre l'invasion des cigarettes américaines en particulier avec la pub qui va avec, dans leur pays.

C'est un autre problème, j'en conviens, il est sûrement plus utile à l'Afrique d'avoir de l'eau et de la nourriture que du tabac, cela dit, ce n'est pas une raison pour se servir d'engrais polluants pour le tabac et la Planète.
Pas plutonium, dominique maurice! Polonium. Appelé polonium en hommage aux origines polonaises de Marie Curie. Bravo l'hommage pour la pologne....

Les pauvres américains, toute la planète fume et c'est eux qui se coltinent le plus de cancers du poumons (aux dernières infos que j'avais, l'incidence géographique du cancer du poumon était très élevée aux USA, bien supétrieure à l'incidence fumeurs/non fumeurs). On comprends que c'est un sujet douloureux pour eux.
Avant, je ne sais pas les dates (wiki et glougle : pas bravo) la culture du tabac était libre en France, contrôlée, comptée, mais libre sur le territoire. J'en ai vu sécher en corrèze. Maintenant ce sont des départements du nord, de l'est,... (6 en tout), qui sont autorisés à cultiver le tabac en France sous haute surveillance, avec un label de qualité, mais comme ce ne sont pas des champs exclusivement consacrés au tabac, on peut avoir des doutes sur la présence ou d'engrais. Mais peu importe car plus ça va, plus on importe la matière première et les cigarettes. D'amérique justement. Un cancer mettant du temps à s'installer (le fumeur doit persévérer des dizaines d'années), il est possible que l'incidence géographique américaine des cancers du fumeur corresponde à un effet du lieu de culture des feuilles de tabac. Les états-unis n'en parle pas par déontologie économique, l'exportation, on ne rigole pas avec ça. C'est des suppositions pour expliquer qu'ils n'ont pas envie de monter au créneau pour cette histoire de composants du tabac...
Les générations précédentes du début du siècle fumaient autant que les générations après-guerre. Comment expliquer l'augmentation des cancers dus au tabac sans supposer que les aïeux ne fumaient pas la même chose? C'est aussi une supposition, une intuition. La politique c'est il ne faut pas fumer un point, c'est tout et ce n'est pas de chercher des moyens de limiter les risques en contrôlant la production, ce qui semblerait immoral à la société actuelle.
n'arrivant pas à modifier mon précédent message, je le mets à jour ici
Il y a également une image éditée, par la Ligue Contre le Cancer : "Autopsie d'un Meurtrier".
Je viens de trouver un article d'un blog relatant une nouvelle campagne de la Ligue contre le Cancer et parlant de cette image, et l'article date du 29/03/2007
voici l'article : ici
voici l'image : ici
Il y a également une image éditée, par la Ligue Contre le Cancer : "Autopsie d'un Meurtrier". Je n'arrive pas à trouver la date à laquelle elle est apparue toutefois je suis sur que c'était bien avant ces "révélations"
voici l'image : http://www.ligue-cancer60.net/photo/risques_tabac/tabac_meurtrier.jpg
Je suis très étonné de constater que l'information relatant la présence de Polonium 210 dans les cigarettes soit un tel scoop et défraie autant la chronique.
En effet, depuis fin 2006, début 2007 et la loi interdisant de fumer dans les lieux publics, des affiches présentant une cigarette et les différents "poisons" qu'elle contient, sont apparues dans les dits lieux publics et notamment dans les facultés ayant signées la charte "Faculté sans tabac". Sur ces affiches le Polonium 210 y figurait déjà. Pour preuve je vous encourage à taper "cigarette" dans google image et vous trouverez facilement cette affiche dans différents articles de blog datant au moins de 2007.
J'ajouterai également qu'un ami étudiant en 2ème année (en 2006) de science (iut de mesures physiques pour être précis) m'avait expliqué avoir réalisé des travaux pratiques sur la radioactivité, ces travaux ayant été préparé avec des cigarettes et le fameux plutonium.
Si la présence de polonium 210 est due à l'usage de phosphate dans les cultures, ne faudrait-il pas creuser la question sur d'autres produits issus de l'agriculture intensive ?

Mathieu
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.