38
Commentaires

Survivance de la Cour

Allez, un mot sur le feuilleton Borloo. Ne protestez pas

Derniers commentaires

Voilà que DS fait référence au film de Leconte "Ridicule" que j'ai cité moi-même (dire: Sa Grandeur) le 30/10/2010 dans un commentaire sur le fil "Vous sous-estimez la violence de l'oligarchie médiatique" sous le titre "@si, Acrimed, notre schizophrénie". Je ne dis évidemment pas que les références appartiennent à quiconque, mais là, la proximité est si évidente que je n'hésite pas à parler d'inélégance déontologique (voyez comme je peux être médiatiquement violent).

Pour ceux qui ne l'ont pas lu, voilà l'extrait:
"La situation actuelle du bavardage médiatique (la basse-cour) m'évoque irrésistiblement le film « Ridicule » de Patrice Leconte (1996). La pratique de la joute verbale, de la recherche du bon mot, de la répartie qui tue ou projette sur le devant de la scène, dans cet univers de courtisans (« Quels êtres que ceux dont l'âme tout entière n'est occupée que du cérémonial; dont les rêves et les efforts durant des années ne visent que les moyens de gagner un siège vers le haut bout de la table... », Goethe, 1774) dont Norbert Elias a fait la genèse (La dynamique de l'Occident, 1939) en montrant comment la curialisation était pour le roi « à la fois un instrument d'asservissement et d'entretien de la noblesse ». Dépossédés de tout pouvoir politique, les nobles en sont réduits à des batailles de mots et à des jeux de séduction pour plaire au Roi et se faire une réputation, donc se voir attribuer une "charge" (lever ou coucher du roi, maître des jardins,...) plus lucrative. Car le monarque absolu doit tout régenter: « rien ne caractérise mieux une monarchie forte que cette nécessité de surveiller tout ce qui se passe dans la sphère du maître central. » Pour asseoir son pouvoir, « le roi centralise les recettes fiscales du pays et redistribue les sommes encaissées selon son bon plaisir et dans l'intérêt de sa domination, si bien qu'un nombre sans cesse grandissant de personnes dépend directement de sa faveur ou des versements de l'administration royale des finances. » Avec l'argent des pauvres (aujourd'hui les basses classes moyennes en voie de paupérisation) qui seuls payent l'impôt! C'est curieux, ça me rappelle quelque chose... Aujourd'hui, les moyens technologiques de la domination se sont généralisés et avec eux la "démocratisation" de la vulgarité de la vie de cour, curseurs de notre dépossession."

"Ma Grandeur" dit que ça a plus de gueule!
pour la photo et 'ces lointaines provinces où l'on crève dans le marais bravo!!
Anecdote qui, comme toutes les anecdotes, ne vaut pas pour autre chose qu'une anecdote ( ça va, comme prise de distance ?) :

Aujourd'hui, dans ma ville, c'est la date limite e dépôt de candidatures pour les enfants de 9 ans qui souhaitent se présenter aux élections du conseil municipal d'enfants.
Dans l'école où je travaille, on a beaucoup moins de candidats que les autres années. Pour tout dire, on a moins de candidats que de postes à pourvoir. Donc la campagne va être moins intéressante, et ce cas de figure n'était pas prévu dans le code électoral qui régit cette élection.

Il y a certainement plein d'explications à cela, et il il faudra qu'on les trouve, mais pour le moment on en est à poser la question aux enfants, qui nous expriment leurs réticences. L'une d'entre elles ( une seulement) a été clairement énoncée par 3 élèves ( ça ne fait donc pas une majorité !) :
" Non, pas envie d'être élu pour que tout le monde nous déteste après, comme Sarkozy."

Je ne sais pas encore si ça me fait sourire ou m'inquiéter ...mais en tout cas ça me fait cogiter !
Je suis pas sûr que Jean-Michel Aphatie, qui côtoie les grands de ce monde, n'est pas mieux placé dans l'exercice qui consiste à faire des plans sur la comète et spéculer à partir de que dalle sur la composition du futur gouvernement. C'est justement ce qu'il fait dans ses derniers billets sur son blog (dont je ne vous donnerai pas le lien, c'est pas la peine d'augmenter la machine à clics de la station de la rue Bayard).
Est-ce que DS voudrait prendre sa place ? De toutes façons, ni l'un ni l'autre ne peut prétendre à faire mieux que Geneviève Tabouis, qui a bercé mon enfance avec ses "attendez vous à savoir..."
[quote=tr4nz1t]je ne suis pas forcément en désaccord avec vous, de là dire que sarko n'est rien, peut-être pour vous et moi mais il y a des gens qui en souffre réellement de son arrivée au pouvoir.


[quote=bysonne alias bysonfutée]N'empêche que Sarkozy est un dangereux prédateur, peut-être pire que tous les autres,


Je ne dis pas que les gens ne souffrent pas bien au contraire.
Je dis simplement que placer Sarkozy au centre de cette souffrance est une erreur.
Je pense que le rapprochement de certains dits de gauche avec l'Ump n'est pas étonnant.
Je crois que DSK comme le dit Gavroche est peut être encor plus dangereux qu'un Sarkozy.
DSK...il est de gauche..il est sérieux....il est mondialement reconnu...et Manuel Valls ?!
Les desillusions ne seront que plus grandes.
En fait il faut un responsable à un systéme aveugle et en pilotage automatique.
C'est un peu comme lorsqu'il y a une crise, un probléme ( chomage, retraite, épidemie) ..on feint d'avoir au niveau national des solutions pour paraitre responsable, efficace...alors que le probléme est global.
Generalement cela ne sert à rien mais on a géré son image.

[quote=emilie bouyer]quote]
Si Sarkozy est battu,le sarkozisme s'en va avec lui

En gros sans en être certain, je me dis que même sans Sarkozy ...ceux qui souffrent réellement de sa politique ou plutôt de son absence, auraient tout de même souffert....je dis qu'aprés Sarkozy se sera encor du Sarkozy...avec ou sans lui.
Mais bon...cela se trouve...Emilie vous avez raison...et dans ce cas tout ira pour le mieux.
Mais j'ai vraiment l'impression que l'on a pas fini d'en voir de toutes les couleurs et malheureusement d'en souffrir.
Excellent !

En même temps que je lisais votre neuf-quinze, je regardais la télé où l'on commentait justement le fait que Borlo se trouvait à côté de Fillon durant la visite de Hu Jintao ! Evidemment, j'ai eu droit à un résumer du feuilleton Borlo/Fillon digne de plus belle la vie.

Vive la politique version télé...
"Monsieur le Président de la république"
Sarko aux journalistes, il est accompagné de Baroin & Borloo :"salut bande de charognards !!!" *

La cour journalistique : "Vous avez vu sarko a pris borloo par l'épaule, c'est sûr il sera le prochain premier ministre !!!"
- Mais non hier Sarko a tapé dans le dos de Baroin alors pour moi c'est lui qui sera nommé !
- Ce qu'il y a de sûr c'est que Ségolène royal est une pouffiasse !
- Mais ce n'est point le sujet mon ami, il faut vous tenir mieux informé pour venir discuter en ce pays ci...
-Pourtant avant hier le président a fait un clin d'oeil à fillon.
- et Villepin ?
- Tout beau mon cher, le Président ne prendrait pas le risque de s'entourer d'un futur adversaire !



Propos (presque ) recueillis par nos micros au palais de l'elysée, en cette fin de conseil des ministres, de la troisième année de mandat de notre président thaumaturge...

cf le président et moi de Philippe Ridet...
[quote=emilie bouyer]S'il a raison,on comprend la fébrilité de Borloo devant cette opportunité. Mais est-ce que les ambitions de ce mec,ou l'amertume de Fillon,ou les rêves d'untel ou d'untel nous interessent,alors que tant et tant de problèmes ont obscurci nos vies,alors que la réforme des retraites façon UMP nous laisse un goût d'injustice,alors que les factures d'EDF vont assecher nos maigres ressources,alors que jour après jour on constate les excès de l'état UMP ? La réponse est non,mille fois NON.
On s'en fout,puisqu'aussi bien cela ne changera RIEN pour nous.
Le seul espoir,c'est la fin du sarkozisme en 2012.


Je suis d'accord avec vous...enfin jusqu'à la derniére ligne.
Le derniere ligne me pose probléme, et surtout me fait penser au possible enorme retour de baton...et à la déception qui ne va pas manquer de nous attendre dans les années à venir.
Parce que vraiment vous pensez que sans Nicolas Sarkozy..
Le Sarkozysme ? qu'est ce que c'est ?
Est ce que vraiment cela comprend des contours bien definis, avec des frontiéres , avec des limites ?
Ou est ce que ce ne serait pas un truc un peu flou, perméable, qui se répand comme un microbe mais qui fait parti de son époque.
Enlevez Sarkozy....allons y...enlevons le...est ce que vraiment nous allons vivre heureux, réconciliés et main dans la main ?
Ce sera le plein emploi ? l'age d'or ?
J'adore le site d'Arret sur Images , vous y donnez des infos, faites reflechir...mais je crois que vous vous plantez.
Vous vous plantez avec cette idée de Sarkozistan..qui le fait devenir responsable de tout alors que justement son principal trait de caractére est d'être irrésponsable, de sautiller partout pour masquer son vide et ses craintes.
Vous avez donné un nom à tout nos problémes.
On s'occupe d'un bonhomme...alors qu'il faudrait peutr être chercher à comprendre les failles d'un systéme, ses erreurs, ce qu'il faudrait changer, faire l'effort incroyable titanesque, de sortir de l'espece de boue d'idées dans laquelle nous sommes enfoncés depuis des années pour arriver enfin à trouver d'autres solutions.
Sarkozy est juste une enorme perte de temps, une erreur...un brouillon.
A vrai dire, il n'existe pas...et donc avec ou sans lui...cela ne changera malheureusement pas grand chose.
Et à force de dire 2012...2012....les lendemain qui chantent ?
L'espoir pour moi c'est surtout de me dire qu'à un moment donné, le systéme implosera de l'interieur et qu' à ce moment tout sera à inventer.
Sarkozy, pas Sarkozy...Fillon..Borloo..Filloo Borlon...ce sont des trompes l'oeil.
On peut penser ce qu'on veut de Dominique de Villepin, mais rien que pour l'expression "une cour de perroquets apeurés" pour désigner cette cour de lèche-talonnettes, il mérite mon estime...
Quelles deviennent acides presqu'assassines ces chroniques... Génial !

Heureusement que c'est le PR qui nomme le premier ministre. Un instant, j'ai cru qu'on demandait au peuple son avis, choisir qui il préfèrerait voir à Matignon. C'est le monde à l'envers !
Je suis en effet très affligée. Que constatai-je (de plus en plus rarement car je réduis petit à petit mes media informatifs pour en arriver au net et seulement au net) ? Que la plus grande préoccupation des journalistes parisiens (sais pas pour la province) , depuis l'"essoufflement des grèves et des manifestations" (on sentait un soulagement dans leur ton) est :
- qui Sarkozy va-t-il nommer comme 1er Ministre ?

Et c'est là que je vois qu'ils sont loins de nos préoccupations, les journalistes "encourisés" (pour embedded) . Nous, on s'en fiche vu que l'aut' au sommet n'a rien à fiche de la politique, qu'il va mettre un 1er Ministre qui fera le sale boulot à sa place, pendant que lui cherchera les louanges ... tout ça en poursuivant la même casse de tout ce qu'il y avait de bien dans la Constitution !

Rien à battre, de qui continuera la casse de tous les acquis sociaux, de tout ce qui faisait la gloire et la réputation de la France.
En 2013, nous serons les ressortissants "du pays dont on n'osera même pas prononcer le nom" (comme m'avaient dit deux Américaines rencontrées au Caire sous Bush II ).
Sans compter que, franchement, Filloo et Borlon, même combat !

Quelle finesse d'analyse, Daniel, en ayant compris que nous sommes suspendus aux lèvres et aux stylos de tous les chroniqueurs de la Cour, pour suivre ce feuilleton palpitant dont dépend notre avenir.

Car, c'est évident, notre vie va changer si le Borloo nouveau arrive. Je sais, elle est très, très facile, mais c'est venu naturellement - en plus c'est la période.

Histoire de voir à quel point ce garçon un peu moins ébouriffé est LA solution :
http://www.mediapart.fr/journal/france/281010/lapproche-du-remaniement-la-methode-borloo-au-peigne-fin
Au-delà de sa parfaite maîtrise de la langue et de son humour,Rocard nous a servi un exercice d'autosatisfaction magistrale. Il est allé jusqu'à estimer que les fonctions de premier ministre se situaient largement au-dessus de celles de président...et qu'ainsi il n'avait pas à regretter de ne pas avoir exercé la fonction suprême.
S'il a raison,on comprend la fébrilité de Borloo devant cette opportunité. Mais est-ce que les ambitions de ce mec,ou l'amertume de Fillon,ou les rêves d'untel ou d'untel nous interessent,alors que tant et tant de problèmes ont obscurci nos vies,alors que la réforme des retraites façon UMP nous laisse un goût d'injustice,alors que les factures d'EDF vont assecher nos maigres ressources,alors que jour après jour on constate les excès de l'état UMP ? La réponse est non,mille fois NON.
On s'en fout,puisqu'aussi bien cela ne changera RIEN pour nous.
Le seul espoir,c'est la fin du sarkozisme en 2012.
Bien vu cher Daniel... Puis-je vous faire remarquer que, de mon temps (han han) quand Staline complimentait un de ses courtisans la Tchékha arrivait en courant... pour liquider le complimenté. A mon avis, si Borloo l'ignore encore, Fillon le subodore (drôle de mot) et le petit comte de Champagne (Troyes) s'en réjouit forcément, vu qu'il a été instruit par feu son père qu'était dans la police des tsars.
Excellent article ! Vous n'y allez pas de main morte, et ça fait plaisir ! Je passe sur les histoires de basse-cour, et j'en profite pour ajouter deux trois trucs sur l'autre horreur que vous mentionnez : le ministère de l'environnement.

Voici quelques petits articles sur Borloo, et le trio pouvoir/capitalisme/écologie en général :


Borloo abandonne le Grenelle au bord de l’autoroute, par Fabrice Nicolino, 22 juil, 2010
L’écologie, ça commence à bien faire, par Marcel Robert, 8 juil, 2010
L’écologie, c’est sérieux, bordel, par Marcel Robert, 29 mars, 2010
Le ministère de l’impossible, par Pierre Thiesset, 12 août, 2010

Capitalisme et productivisme, ou l’incompatibilité avérée avec l’écologie, par Michel Mengneau, 18 mai, 2010



Il y a plein d'autres articles fort intéressants dans les archives de http://carfree.free.fr/ que je vous invite à consulter régulièrement.

Faut bien faire son boulot de militant...
Bon, Borloo, Fillon... On sait tous que le premier ministre c'est Sarko...
En fait il aurait aussi bien pu prendre Rocard, pourquoi pas (vu les déclarations récentes de ce dernier et ses participations à diverses commissions et rapports) il aurait peut-être sa place aux cotés de Kouchner et Besson ??? (je ne l'ai pas écouté ce matin...)
Rocky sur Inter aujourd'hui ? Il était déjà sur Culture hier matin. Il va tous les faire.

Grumfp : Radio France, 7 radios pour tout écouter

(ce serait bien de créer un forum des internautes abonnés, où nous puissions lancer de nouveaux sujets et ne pas devoir entrer dans une case, même si elles sont riches)

Personne ne semble avoir posé la question : mais pourquoi avoir annoncé ce remaniement aussi longtemps à l'avance ? Détourner l'attention, un peu, des affaires diverses d'avant l'été et de l'été ? Oui mais il y a d'autres moyens employés qui paraissent moins ridicules. Alors, pourquoi celui-là quand même ?

L'une des devises de notre président (voir Le Canard de la semaine dernière, La mare), c'est "Diviser pour règner". Or avec sa baisse continue dans les sondages, il avait de moins en moins de prise sur sa majorité. "M. Sarkozy a perdu la main" lisait-on. La majorité commençait à douter et à se rebiffer.

En organisant une fausse course à l'une des fonctions les plus importantes de l'exécutif, même si ele est fort minorée avec lui, il a rétabli le système des "écuries", des paris, des conjectures, des manoeuvres en coulisses. Plus ça traîne, plus c'est bon. Et plus ça oublie de le critiquer. Autant se faire bien voir, n'est-ce pas, ou pour avoir une chance ou pour ne pas diminuer celles de son "poulain".

Ainsi, coup politique parfaitement réussi. A force de le critiquer, on oublie qu'il n'est pas si bête politiquement et maîtrise particulièrement bien ce qui lui plaît beaucoup : les rapports de force.

Depuis que chacun à droite cherche à se placer dans le futur gouvernement ou tout près, plus personne, ou presque, ne critique le grand chef et ne risque pas, non plus, de déclencher une révolution de palais...

Ce pseudo-futur "remaniement important" étalé dans le temps a tout simplement permis au président de reprendre la main perdue sur sa majorité.

Chapeau l'artiste ! On ne gagne pas une partie d'échecs contre un grand maître en se moquant de lui mais en respectant son intelligence et en étudiant ses coups dans le détail.

docteurduchmoll.com,
grand moqueur par ailleurs ;-)
voir mon blog absurde et politique
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.