19
Commentaires

Suicide ou assassinat ? L'affaire Boulin divise toujours les journalistes

Et l'affaire Boulin ressurgit, trente ans après les faits. Plusieurs témoignages diffusés mardi 27 octobre sur France Inter, dont celui de l'ancien ministre gaulliste Jean Charbonnel, accréditent la thèse de l'assassinat politique de Robert Boulin, ministre du travail de Valéry Giscard d'Estaing, retrouvé mort, allongé dans 50 cm d'eau dans un étang des Yvelines, le 30 octobre 1979.

Derniers commentaires

Boulin, mystères dans le mystère

Le vite-dit de Schneiderman du 4/2/2011 est nettement en retrait et sur l'enquête d'@si, et sur le débat sur le canard et l'affaire Boulin, toujours sur @si, le 30/10/2009.

Oui, un gendarme avait dit à peu prés la même chose dans le 90 mn de canal + , en 2002. Mais le colonel Pépin est mort depuis, et n'a jamais été auditionné par la justice. Pourquoi DS redonne-t-il ainsi du crédit à la version officielle, dont le Canard et Jean-Marie Pontault sont les ultimes défenseurs dans les medias, en faisant délibérément l'impasse sur tous les faits avérés qui ne collent pas avec leur dogme.

DS devrait prendre le temps de lire le dormeur du val,, le livre de Fabienne Boulin, cela lui éviterait de credibiliser un scénario qui fait eau de toute part.
Je déterre ce forum car il y a aujourd'hui le témoignage d'un policier présent à la découverte du corps qui contredit la thèse officielle du suicide.
Monsieur Schneiderman,
Si vous jugez probants les entretiens présentés par Benoit Collombat, il faut absolument que vous regardiez l'enquête du CIT sur l'attaque du Pentagone, le 11/09/2001.
National Security Alert en version originale sous-titrée
2 journalistes indépendants ont rencontré les témoins oculaires de l'événement (policiers du Pentagone, employés de l'Annexe de la Navy et du cimetière d'Arlington, contrôleurs aériens de l'héliport situé à moins de 25 mètres du "point d'impact").
Leur découverte: l'avion n'a pas frappé mais survolé le bâtiment.
National Security Alert est une présentation succincte des meilleurs témoignages recueillis par le CIT.
4 années d'enquête, une investigation conforme aux critères du journalisme d'investigation. Il ne s'agit pas d'une énième théorie de la conspiration.
Un travail monumental que les journalistes professionnels ne pourront pas balayer avec dédain.
c'est nouveau ça , les flics et les juges écartent les témoignages qui n'accréditent pas leurs hypothèses .....
ce qui est inquiétant c'est que les médias s'en aperçoivent maintenant...
Au bout de 30 ans, ça commence enfin à ressortir !
Ca en dit beaucoup sur la santé de notre démocratie.
http://www.dailymotion.com/video/x9p8me_affaire-boulin-robert-1_news
http://www.dailymotion.com/video/x9p8me_affaire-boulin-robert-2_news
http://www.dailymotion.com/video/x9p8me_affaire-boulin-robert-3_news
Je serais bien en peine de conclure dans un sens ou dans l'autre, mais cet argument de Louis-Marie Horeau, le journaliste du Canard, qui "ne trouve pas normal que dans ces enquêtes, peu de place soient laissées (sic) à ceux qui contredisent les éléments nourrissant la thèse de l'assassinat", me laisse songeur. Est-ce qu'il trouverait normal que dans les enquêtes policières et judiciaires, aucune place n'ait été laissée, à une autre piste que celle du suicide ?
Excellente démarche que celle d'ASI de ce tourner vers ce type de dossier d'investigation, alors même que l'affaire est peu médiatique.
En effet, l'Affaire Boulin est formidablement révélatrice de nos institutions et de la nature de la Vème République.
Benoît Collombat l'a bien compris quand il dit "Avec cette affaire, nous avons en fait une formidable boite noire de la Vème République." (je dois avouer une grande admiration pour Benoît Collombat).
On peut aussi s'interroger sur les journalistes qui s'accrochent à la thèse officielle du suicide, qui à la vu du dossier, est "abracadabrantesque". Il faut en effet s'interroger sur leur indépendance: quelles sont leurs motivations, pour qui "roulent-ils"? Ou bien ces "gardiens du Temple" sont-ils habités par une volonté de sauver la Vème République, de ne pas affaiblir l'autorité de l'Etat?
Merci à ASI de participer à ce débat,
Sympa, cet article qui me fait penser à Faites entrer l'accusé, mais sans la reconstitution d'images souvent pénible qui parcourt l'émission.
Merci Dan. Belle enquête, et bon recoupement d'infos. Très bon rythme.
Message de spectatrice : je trouve que les images sont dures, même dans votre propre article... Je ne dois pas assez regarder les séries TV ?
Après la diffusion du reportage de canal, j'avais été troublée par cette histoire de lividités cadavériques.
J'ai cherché des médecins légistes sur le net, en fouinant sur le site des hôpitaux, et j'ai écris à trois pour poser la question qui me turlupinait et un seul m'a répondu. Je lui ai demandé à l'époque si je pouvais publier sa réponse, et ça a été oui sous réserve que je ne cite pas son nom.
Je n'ai plus ce mail sous la main, mais de mémoire (et c'est peut-être aussi dans les archives des anciens forums d'asi), il m'expliquait que le phénomène de lividité cadavérique était simplement du à la gravité : les fluides s'écoulent vers le bas quand il n'y a plus de vie. Il me semble que savoir si ce phénomène se produit aussi dans l'eau est facile à savoir : depuis que la médecine légale existe, le nombre de macchabées découverts submergés est j'espère suffisant pour qu'on en ai une solide expérience à ce sujet. Si mes souvenirs sont bons, que le cadavre ait séjourné dans l'eau ou non, selon lui n'avait aucune importance : c'était un phénomène qui se déroule à l'intérieur du corps (dommage que je n'ai plus ses mots, il était plus à l'aise que moi ;-) )
A l'époque il m'avait convaincu. Je ne vois pas de quelle bataille d'expert on peut parler sur un phénomène de ce type : il est ou il n'est pas, et qu'on ne me dise pas qu'il y a un doute quelconque à ce sujet, ça je ne peux y croire. Tout ça c'est de la physique et de la chimie et ça ne peut pas changer en fonction du "camps" dans lequel on est.
Il y a forcément un camps de menteurs pour cette histoire de lividité cadavériques et le fait que la majorité d'entre nous n'a aucune compétence en médecine légale fait que, personne - pas un d'entre nous - ne pourra jamais avoir au mieux que des intimes convictions à ce sujet, mais jamais, au grand jamais de certitudes. Et c'est comme ça qu'on enfume une affaire. En semant le doute.
Bel article!
Sur le fond : je m'interroge sur les "révélations" de Charbonnel aujourd'hui. Pourquoi maintenant? L'a-t-il expliqué?
Mort de Boulin le 30 octobre 79, "mort" de Mesrine le 2 novembre 79. La mort de Mesrine n'avait pas étouffé dans la presse la mort de Boulin, à l'époque? Vrai faux?
Belle enquete !

révisionnistes du fait divers, au même titre que ceux qui nient l'existence des chambres à gaz".

déja ...
Bravo pour l'enquete ( comme d'habitude ) !

Il me vient une reflexion qui n'a rien a voir sur le fond de cette nquete ou de l'affaire.
Mais il me semble interessant que depuis maintenant quelques annees de tres nombreuses series TV, et films ainsi que de nombreux documentaires "serieux" ( en opposition au terme de fiction ) ont pour sujet les "Cold Cases" ou affaires classees, beacuoup plus qu'auparavant.

Bien entendu il est important de revenir sur des affaires passees car on peut avoir un peu de recul, mais il semble que des qu'il y a des proces importants jugeant des actions actuelle, les medias resortent beaucoup d'affaires anciennes : L' affaire Gregory et l'affaire Boulin donc, pendant les preoces Clearstream / Angolagate / Scientologie ou encore le refus de proces contre des dirigeants etrangers ayant place des fortunes collossales en France, et dont une enquete policiere a bien prouve certains problemes quant a la provenance de ces fonds
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.