85
Commentaires

Stromae, terminus Marquises

Il y a deux manières d'entrer dans l'univers de Stromae,

Derniers commentaires

Petit raffraichissement de la discussion : ou pourquoi et comment Stromae revisite notre quotidien pour explorer les moyens de purger ses travers.
Pour lui, la performance n'est pas une prouesse. Elle est un e?tat d'esprit. Elle vise un but : donner l'occasion de montrer qu'on peut e?tre soi me?me plus grand que sa condition.
Pour Formidable, la force du concept repose donc sur un outil simple : on est tous « de?chus » en puissance. On le craint tous, on accepte tous des choses de?gradantes pour ne pas subir la de?che?ance. On la fuit et on e?vite de s’y confronter de peur d’e?tre contamine?... mais finalement y faire face est une bonne manie?re de traiter de sa peur. Stromae? rappelle le message de Goffman et le de?tourne : la rue est un the?a?tre et nous pouvons nous en servir pour traiter de ce qui nous fait peur.
Cette performance ne sera pas qu’un coup unique : elle sera prolonge?e par chacun des passages te?le?s a? travers une interpre?tation d’ivrogne, titubant proche des invite?s. Ce jeu de sce?ne permet de mieux cultiver la conception de la musique pour Stromae? : marquer l’absence de frontie?re entre le sujet et son personnage... Pour mieux « buzzer » certes, mais surtout pour montrer son pouvoir artistique : tout me?dia doit pouvoir e?tre transforme?, tout lieu, tout espace doit pouvoir e?tre de?tourne? au service du fond du message. Le pouvoir de transformation... voila? une des cle?s qui nourrira la relation particulie?re avec son public.

Petit extrait d'une exploration en douze étapes : "l'artiste qui fait progresser ses fans"
Je pense que c'est l'album de la maturité avec des rimes tranchantes des sons bien carrés et toujours son style house que j'adore.

je plaisante

http://www.dailymotion.com/video/x8dgj_les-inconnus-vice-et-versa_fun
Bon.

Cette conversation terriblement vide de chair mérite quelques contenus.

On parle de Brel. Pas du dernier gus inutile. On en profite pour l'éviter. On s'arrête. On réfléchit. (trois bonnes minutes). Le temps qu'il faut pour s'embarquer sur un sacré bateau.

Il y a cet hommage d'une formation non-identifiable et faite soi-disant pour les "niches", du meilleur guitariste au monde en passant qui décide de reprendre le meilleur parolier du monde (écoutons ?)
La chanson de Jacky (Secret Chiefs)

Il y a Cravan ici Maintenant numérisé - pensez aux enfants trop vite grandis dans les limites de toutes les républiques du mônde

Il y a la nuit géniale dont la société entière ne voulait pas du ton - il s'agit de leur suicide et de notre vie

J'ai conscience d'être impolie en tranchant sur le blabla. Cela ne signifie pas que je me ferme à vous - pas,tous : )

Je crève pour une seconde oreille.
[quote=DS]Ne cherchant pas à faire image, il produit l'image la plus bouleversante
Mieux vaut lire cela que d'être sourd !
Musique: bof...
Paroles: Sexistes et haineuses.
Sous-titre: Délirants. (Mais pas dans le genre Monthy Python-Sacré Graal, hélas...)
Interprète: Plutôt beau gosse. Son sourire fait l'effet d'un rayon de soleil illuminant la madone de Notre Dame de la Garde lors d'une journée de mistral noir sur Marseille.

Bref un nouvel arrivant sur le créneau du chanteur-compositeur-interprète reflet-d'une-société-pourrrie-par-le-cynisme-et-l'agressivité-mais-c'est-pas-sa-faute.
Une raison de plus de pleurer la mort de Gainsbourg....
Heureux de voir que des yeux s'ouvrent ....
Moi il me fait penser à Stromae
Une brêle plutôt qu'un Brel. N'est pas Brel qui veut et il ne suffit pas d'avoir de longs bras !
Ce qui me frappe surtout, entre ces deux prestations, c'est la différence de conception visuelle.
Le clip est très classique, les images sont prises de loin, la plupart du temps un peu en hauteur, au téléobjectif. d'une façon parfaite, certes. Un peu tout public, la voix sans trop d'effets, studio. S'il n'y avait l'intermède avec les policiers, ce serait sans aucune originalité.

Chez Taddéi, sa voix se fait rocailleuse, un peu comme un vieux pochtron sans avenir, complètement cuit. Les images surprennent, des effets de lumière, de stries, de champ, de contrechamp, au milieu des débatteurs ébahis ou perplexes, hiératiques ou intéressés.
Une sorte de mise en danger à quitte ou double, on force sur tout.
Et là, ça passe y compris la casse.

Bizarrement, il y a une différence entre ce produit de masse formaté pour la télévision, et cette séquence dans une émission qui prend comme postulat que le spectateur est intelligent, capable de comprendre, d'accepter quelque chose de différent, presque radical.
Et une partie de la télévision, certes très minoritaire, mais elle existe, fait ce pari. C'est le cas de certaines séries américaines.

Pas mal du tout. Et même très réussi.
Salut à tous
Ces comparaisons systématiques avec les plus grands cassent systématiquement l'énergie de l'artiste. Mais c'est difficilement évitable, moi il m'a fait penser à Arno. Et le discours sur le buzz, la suspicion de marketing voire même d'imposture, ça me choque. Ou alors je suis naïf.

J'ai vu l'émission de Taddéi, je ne le connaissais absolument pas, il m'a retourné, vraiment bouleversé. Je suis un garçon émotif, sans doute. Merci Daniel pour ce billet.
J'ai cherché à en savoir plus sur ce Stromae, et je suis tombé sur la vomissure d'article de Morandini, qui pour le coup surfe sur le buzz et fait semblant de n'avoir pas compris que c'est un jeu d'acteur. Enfin, semblant j'ai quand même un doute, il est assez bas de front pour ça.
Puis j'ai cherché ce qu'il a fait d'autre, et je dois avouer que je suis déçu. Je déteste le style musical, mais je dois me faire vieux.

A guetter.
En vieille croûtonne, j'avoue avoir entr'aperçu Stromae une fois et ne pas avoir été "transcendée" par sa prestation... car je suis quelque peu rétive au show bizz actuel... déjà qu'on se paie toujours les vieux schnocks genre Johnny, que -hélas- les Stones et beaucoup de compères veulent continuer à jouer comme pendant leur jeunesse, tout ça pour faire vivre l'industrie musicale moribonde...
En vieille croûtonne, je continue à avoir des doutes sur cette prestation... certes, la tronche des invités (l'air un peu surpris et gênés par les paroles de Stromae) en plateau me ravit...
Mais bon, je dois être une vieille croûtonne... plus rien ne m'emballe alors que je m'emballais vite il y a ... un certain temps ;o). A moins que je ne sois complètement habituée à ces séquences souvent surréalistes (comme la "blonde" débile sur D8 face à Mélenchon, l'engueulant parce qu'il ne regardait pas la télé-réalité)...
Ce qui me gêne toujours, c'est le côté très fabriqué de ces séquences. Vous-mêmes le faites remarquer Daniel, suite à la vidéo du clip. Et si j'accroche, je ne suis pas ému, pas transi par sa musique et son texte.

Parler d'ivrogne et jouer l'ivrogne pour en faire un personnage, c'est presque du marketing (j'ai bien dit "presque"). À ce moment, la comparaison à Brel est excessive : sur scène, Brel donnait tout, il était en transe (je le dis sur la base d'enregistrements, trop jeune pour l'avoir vu en vrai). Jusqu'au dernier jour, il disait vomir avant chaque représentation, preuve (?) de son extrême engagement dans ses textes.

En parlant d'ivrogne, Nougaro délivrait une émotion véritable à travers et (surtout) sa musique.

Quand je les écoute, quand je vois des enregistrements, je suis profondément ému (j'aurais pu citer Ferré), je reconnais quelque chose d'entier dans leur prestation. Que je n'ai pas en écoutant Stromae.
mmal placé
Si Jean Robin a pu se sentir mal à l'aise durant la prestation de Stromae c'est déjà une bonne chose.
Dans cette version de Formidable sur le plateau de Taddei, on ne sait pas trop si l'on a affaire à une grande escroquerie ou à un coup de génie. Les paroles sont d'une très grande simplicité, tournent en boucle, on dirait presque qu'elles n'ont pas été travaillées... et puis... ces paroles collent tout de même au personnage dont elles émanent, ivre, pas très fin mais cruel comme il faut. Les paroles en boucle deviennent un refrain d'alcoolique et c'est là que s'opère le tour de passe-passe : de la simplicité jaillit le ton juste. Quant à cette prestation sur le plateau de CSOJ, il ne fait pas de doute qu'elle était un jeu maîtrisé dont les effets ont abouti avec ces invités un peu perdus - et un Frédéric Taddei tout sourire.

Je ne connaissais pas vraiment Strmoae (quoique j'ai déjà entendu, sans particulièrement prêter attention ni savoir qu'elle était de lui, une de ses chansons). Je ne suis pas certain de vraiment rentrer dans son univers ni sa musique. Mais je crois qu'au moins pour ce morceau sur le plateau de Taddei, je comprends le buzz : ce décallage entre les invités et Taddei a quelque chose de réjouissant ; et cet effet Brel (tant qu'il n'est que pour une chanson) n'est pas déplaisant.
L'emballement pour un artiste qui a certainement du talent, mais surtout un timbre de voix proche de celui de Brel...
Petit claque
Au delà de la musique ou des paroles que j'apprécie moyennement (question de goûts, de monde musical), j'aime beaucoup le décalage d'univers, vraiment, ces petits costards cravates ne savent pas comment prendre ses "interpellations", son interprétation réussie, ne se lèvent pas, que faire, assis comme ça sur une chaise lorsqu'on écoute un mec bougé, faire corps avec sa chanson ?
Super.
Je ris parce que sur le site médias au nom d'un animateur aux dents blanches, la recension de cette prestation boulversante fut un article titré quelque chose comme "Stromae était-il ivre sur le plateau de F.Taddeï ?". C'est ce qui s'appelle sentir l'événement...
Mais c'est après tout tellement dérisoire : tant que Stromae danse dans les étoiles et nous les montre, la vie est un peu plus belle, ou un peu moins dure, et c'est déjà beaucoup.
Je n'arrive toujours pas à y croire.
Daniel Schneidermann, qui, parle de Stromae et de manière très inspirée. (j'en suis à ma troisième aperçu du billet et deuxième lecture du billet...billet que je vais relire et en parler à d'autres pour avoir leur opinion, tellement je n'y crois pas)
Daniel Schneidermann, qui, très inspiré décide de faire son billet sur Stromae sur Arrêt sur images.
Surréaliste.

PS - Merci pour les vidéos, je ne les avais pas vues. Je n'étais pas au courant non plus de son dernier clip.
Il a fait très également côté buzz ;-) https://www.youtube.com/watch?v=LL-icEs28hw
http://www.lalibre.be/societe/cyber/article/818151/stromae-est-loin-d-etre-fort-minable.html
Merci Daniel de m'avoir fait découvrir ce clip et ce bout d'émission.
Stromae y est bouleversant !
Dans son premier disque il fouaillait déjà les sentiments et les douleurs que la pudeur cadenasse pourtant furieusement.
Là , il poursuit sa déambulation lunaire , titubant aux bords des réalités indifférentes à sa solitude.
Paradoxalement l'intervention impromptue des policiers belges est un clin d’œil touchant d'humanité.
Formidable
Sympa cette version live (avec en bonus les mecs un peu ahuris autour !)
Frissons ....
"Ne cherchant pas à faire image, il produit l'image la plus bouleversante."

Pourtant Daniel c'est que ça, de l'image, un rôle.

Du pur biopic.
Si il nous faut absolument trouver un Brel, on en trouvera un.
Brel était à l'image de qui ?
Bien dit.
Brel était un créateur. Ce que j'entends maintenant, c'est une sorte d'essai d'imitation. Je lui souhaite de trouver un style qui lui soit propre et qu'il sorte du formatage de l'image.
+1 !!!

Pour ma part estomaqué par le fait que DS relaie le buzz, même "@si-sé"...

Beaucoup de bruit pour pas grand-chose...

Je peux me tromper bien entendu, mais je pense que cet (attachant, sans doute) imposteur ne fera pas long feu, ni lui ni ses meddley "binge drinking-TV réalité-caméra planquée"...

DS-@si, nous ne sommes pas le 1er avril (?!?),
revenez au filtrage du bruit, pas à son amplification !

PS : désolé pour mes nombreux amis belges — et pour M. "Maestro en verlan", dont j'adorerais adorer la production...
- 1!!!
Tout à fait ravi que DS quitte un peu le marigot de la politicaillerie ordinaire pour distinguer un moment poétique, fût-il à base d'escroquerie buzzesque. Agréable de constater que son univers mental est perméable à autre chose qu'au piapiatage du 7/9 de France Inter; puisqu'il semble se poser des questions, je tiens d'ailleurs à lui dire qu'une conception plus large, et notamment plus pop (oserais-je dire plus jeune ? plus esthète ? plus zizekienne ? plus technikartienne? plus belge ?) de sa mission d'inspecteur médiatique serait une voie à creuser.
Sinon Stromae a un trouvé un truc, une veine dépressive assez réjouissante, y compris quand elle se marie à une ritournelle dance bécasse comme dans son méga-tube d'il y a quelques années.
Tout à fait ravi que DS quitte un peu le marigot de la politicaillerie ordinaire pour distinguer un moment poétique, fût-il à base d'escroquerie buzzesque. Agréable de constater que son univers mental est perméable à autre chose qu'au piapiatage du 7/9 de France Inter; puisqu'il semble se poser des questions, je tiens d'ailleurs à lui dire qu'une conception plus large, et notamment plus pop (oserais-je dire plus jeune ? plus esthète ? plus zizekienne ? plus technikartienne? plus belge ?) de sa mission d'inspecteur médiatique serait une voie à creuser.

+1000!
Je n'osais pas le dire...

NB - un jour (je ne sais plus où j'avais vu ou lu cela), quelqu'un parlait de DS quand il était jeune et débutait sa carrière au Monde. Il paraît qu'il avait un côté "punk", décallé, éclectique (c'est un compliment, DS). Je pense qu'il a conservé cet esprit, mais il le montre rarement.
DS punk ??? Si seulement...:-)
J'ai écris : côté "punk". (c'est un compliment, enfin c'était dit et c'est dit en ce sens).
Je suis toujours sous le choc du texte de DS. Pour moi, "l'OVNI" c'est DS. (c'est un compliment)

PS -Sterling, le lien de votre vidéo ne fonctionne pas ; merci également à Protagoras pour sa vidéo.
si si le lien fonctionne, c'est youtube qui chie dans la colle très souvent.
+ 1000 Sterling, c'est tout à fait désolant de constater que sur @si, il est impossible d'apprécier une prestation au premier degré, sans se demander si elle est bidonnée ... Bien sûr c'est le but du site de rechercher les arnaques, mais de temps à autre un peu d'émotion même surjouée (et bien jouée), le mec même pas bourré pour de vrai, ça fait du bien, je ne boude pas mon plaisir. Pendant un instant ne plus être désabusée, un peu de fraicheur dans ce monde de brutes.DS. Merci :))
Craquant, son petit sourire mi-timide mi-espiègle, dans les toutes dernières secondes, non ?
Un rappel de ses pirouettes décalées des dernières secondes du clip ?
Mon dieu , il a progressé dans son jeu d'acteur
Il est tjs affligeant de juger sur deux tubes alors que pas mal d'autres titres existent et avec force... Mais il faut plutôt s'interroger sur cette manie bien française de toujours tout devoir ranger dans une case, un tiroir. Ha oui les saveurs du tiroir sans doute...
Ouais... magnifique...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.