106
Commentaires

Stern, Courjault, deux procès et leurs lignes j@unes

"Tout n'a pas été dit au procès Stern, et nous n'avons pas écrit tout ce qui y a été dit", assure une de nos invitées, Pascale Robert-Diard (Le Monde). Diable ! Il n'en faut évidemment pas plus pour piquer la curiosité de Guy Birenbaum. Que montraient donc ces photos que seuls les jurés ont pu voir ? Et si tout n'a pas été dit, est-ce dû au rang social de la victime, le richissime banquier Edouard Stern, tué par sa maitresse en 2005 à Genève, au cours d'un jeu sexuel qui a mal tourné ?

Derniers commentaires

Bonsoir,

Mais qu'est allée faire Cécile B. en Australie, et aussi vite, après le meurtre? Je ressens cette interrogation en moi comme une fenêtre sur cour

Je n'ai toujours pas trouvé la réponse, si qq1 la trouve je lui donne 1 Million, avec toutes les conséquences que ça peut engendrer,... LOL.

Bien à vous, akfak.
Emission très agréable à suivre, notamment grâce à la présence de Paul Lefèvre et au charme intelligent de Pascale Robert-Diard.

Une petite critique, cependant, Guy Birenbaum. Vous auriez dû rappeler par un bref résumé ce que sont les deux affaires que vous évoquez. J'ai dû aller chercher sur le web pour avoir des détails.
Daniel Schneidermann et vous même avez trop tendance à penser que les @sinautes connaissent l'actualité aussi bien que vous, ce qui est loin d'être le cas. J'ai souvent lu ici les témoignages d'abonnés qui n'ont pas la télé, ou qui, comme moi, ne sont pas passionnés par l'info au jour le jour et qui écoutent brièvement les nouvelles à la radio pour être certains de ne rien louper d'essentiel.

Sans transition : je suis un peu étonné des cris d'indignation (généralement sans argumentation) de certains abonnés sur ce forum.
Et puisqu'il est question de sexe (eh! oui), je voudrais signaler que l'émission Place de la toile (France-Culture) était consacrée cette semaine à la pornographie sur internet. Les producteurs de l'émission, Caroline Broué et Thomas Baumgartner, avec une pointe d'autodérision probablement, indiquent que c'est la prémière fois qu'ils abordent ce sujet, alors que l'émission existe depuis deux saisons.

Alors, Guy Birenbaum, si vous lisez ces lignes, pouvez vous dire au capitaine qu'il devrait peut-être se décider à son tour à aborder ce sujet ...
Supposons le procès de Quasimodo, dans Notre-Dame de Paris de Hugo. Épisode oublié grâce aux palanquées de versions réécrites qui puisent dans le roman en vrac. Je rappelle, le "juge" est sourd mais le cache (je cite : Maitre Florian n'en jugeait pas moins sans appel et très congrûment. Il est certain qu'il suffit qu'un juge ait l'air d'écouter...) et Quasimodo est sourd à cause des cloches. Le dialogue entre les deux fait un effet comique, la salle se marre, mais en attendant le juge condamne n'importe comme et quand le greffier lui dit à l'oreille "cet homme est sourd", comme il n'a pas entendu il augmente la peine d'une heure de pilori pour faire comme si..
Si c'est le live blogger qui nous retrace ce procès, on ne fera que rire de bon coeur avec le public. Si c'est l'écrivain, à chaud et non pas avec l'intention d'épingler l'"ancienne magistrature" comme l'écrivain Hugo, il est capable de conclure en disant "ne généralisons pas" pour ne pas accabler d'un coup de grâce trop évident la justice tout entière.
Non vraiment il n'y a que des chroniqueurs judiciaires de la trempe de ceux du plateau, et en moultes exemplaires, se sentant comme assermentés, témoins du fonctionnement judiciaire avant tout. Des journalistes connaissant suffisamment bien la rivière pour soulever seulement le caillou qui cachait l'anguille et ne pas saccager à l'aveugle. Combien de temps vont-ils survivre si les barrières du voyeurisme sautent?
Alors là franchement touché !
Nous nous sentons - moi le premier - très concernés par cette analyse très novatrice de Christophe Alévêque.
La nécessaire critique des médias, que dis-je de la société, cette chienne putride et coprophage, et surtout de la ligne j@une, a franchi un pas décisif.
Merci.
Christophe Alévêque parle de l’émission… enfin seulement des médias, don’t panic!

« À la lecture des journaux ces derniers temps, faits-divers ou faits tout courts, une torpeur m’envahit (…) Congeler ses bébés, la dame Courjault, épouse Vivagel, a pris huit ans (…) tirer quatre balles dans le cornet à son amant suisse déguisé en jambon sous plastique (dans ce cas particulier il s’agit d’un banquier, on peut comprendre), (…) regarder Secret Story, (…) et autres viols, tortures, crimes horribles… (…)

Stop ! Je n’arrive pas à comprendre. Pourtant, un monstre doit sommeiller en moi et il me fait peur. Et si un jour il se réveillait ? Je dois avouer que quelquefois, il ouvre un œil, il me terrifie et il me fascine (…)

Alors, merci les monstres de nous permettre de nous situer dans l’absurde hiérarchie humaine et de permettre aux médias de se gaver par la même occasion. »

-------------------------------------

D'abord, je ne voulais rien ajouter aux propos d’Alévêque. Mais je sens venir les remarques du genre « tu nous ennuies Pascal avec tes détails », « tu ne vas pas nous faire un post de plus sur le titre de l’émission », « Y a d’autres choses à dire… », et gna gna gna…

Oui il y a plein de choses à dire – même des choses positives – à propos de cette émission, mais je ne suis pas là pour ça d’une part et d’autre part le diable se cache dans les détails.
J'ai un peu de retard à l'allumage, je regarde seulement aujourd'hui l'émission, mais elle était passionnante, merci GB.

http://anthropia.blogg.org
Vivement le procés Schneiderman, qu'il tue dans un geste sado maso son ombre latex et que PRD nous rende compte que Daniel était frustré de l'information depuis qu'il était viré de la 5., qu'il avait mis au coffre de sa banque toutes ses émissions enregistrées et que Moati viendrait à son procés pour le soutenir
Superbe émission !

Vue avec pas mal de retard à cause des vermines qui ont bloqué le site.

Toujours meilleur notre Guy Birenbaum... Merci.

Des invités tous passionnants (mention spéciale pour la belle Pascale et l’excellentissime Paul Lefèvre, en particulier à la fin sur le respect dû à la présomption d’innocence et la responsabilité du chroniqueur qui influence les jurés…), un débat maîtrisé avec humour et fermeté !

Juste pour rire, quelques possibilités pour archiver un procès :

- Les minutes du procès (Celles des procès de Jeanne d’Arc et Gilles de Rais malfaiteurs bien connus et complices avérés sont des monuments… La réhabilitation de Gilles de Rais, un peu tardive, aussi)

- Le “Live”, sans recul

- Le commentaire twitter en quasi-direct

- L’enregistrement du son

- Son et images, sans montage

- La chronique judiciaire

- Le travail du romancier…

C’est fou comme la justice nous passionne !

Pour quand le démontage du cerveau du (présumé) coupable afin d’en tirer la plus minuscule pulsion avant extinction définitive ?

Et quid du droit des uns à juger les autres, puis à les punir ?

Surtout que maintenant avec la mère tapedur à la garde des sceaux, ça va chier, si vous voulez mon avis !

***
Etonnantes les réactions sur le forum après vos émissions : très peu sur le fond de l'émission , beaucoup sur la forme ( il y a même une dizaine de post pour expliquer pourquoi on ne va pas regarder l' émission ....ah si tous ceux qui ne regardent pas une émission écrivaient on aurait enfin la pensée universelle dite Finkelkraut ....)
Beaucoup de réactions sur des détails de l' émission ( pourquoi n'avoir retenu que l'anonymat sur internet dans une émission ayant pour thème la chronique judiciaires vue par les journalistes ) beaucoup de réactions en fait tournant autour de l'animateur ( j'ai oublié de regarder "la remontée de manches " ) selon la loi du " il ne me revient pas "
En définitive je me demande si ces réactions en sont pas biaisées par le fait que G Birenbaum répond lui même sur le forum ... et que tout serait fait pour une "joute " avec lui pour susciter ses réactions ???? il me semble que Judith a vécu le même phénomène avec des réactions centrées sur sa personne ... puisqu 'elle aussi répondait .... avec des joutes agressives et hors du sujet la plupart du temps ... souvent des attaques contre les intellectuels , les enseignants voire les fonctionnaires ....
Sur ce qui est caché ou non et qui doit l'être ou non dans un procès, ma foi l'émission est assez éclairante.
Pour ma part je juge Birenbaum assez neutre dans cette affaire, il me semble chercher à susciter le débat et il y parvient plutot bien. Le live bloggeur s'explique assez mal sur ses motivations. Ou plutôt on dirait vraiment qu'il fait surtout preuve de suivisme, de s'adapter aux rigueurs contemporaines. Tout outil peut être utilisé de façon pertinente. L'objection du vieux loup chroniqueur judiciaire et de sa responsabilité peut tout à fait s'appliquer au cours d'une séance de live blogging. Il suffit du talent.
Quant à l'anonymat hors-sujet simplement, du coup rien qui permette de vraiment en parler dans CE forum.
Enfin sur l'accusation de raccolage autour des détails scabreux, mmmhh... Langue au chat pas convaincu mais bon, on peut douter, ça fait pas de mal, ça garde en éveil!
les choses étant rentrées dans l'ordre, les machines zombies eradiquées, notre Thomas sacré ultimate tombraider, j'ai pu enfin regarder l'émission.

L'approche des chroniqueurs judiciaires donne en quelque sorte le ton de ce que doit etre une chronique, de ses limites, du role qu'elle doit jouer pour le public qui et je suis assez d'accord n'est pas le plus apte à comprendre ce qui se passe sous ses yeux
la demarche du journaliste de la nouvelle republique est d'une autre nature comme un soustitrage ou une bande son pour aveugles desireux de suivre un film, il y une tentative de rendre au mieux une scène. C'est interessant même si comme avec un sous titrage ou une bande son on perd l'indeniable qualité du "live"

La demarche de l'écrivain me gêne en definitive plus car il ne se contente pas de decrire une ambiance, ou de la retranscrire mais il y introduit sa propre conviction et scénarise l'ensemble selon des valeurs qui lui sont propres. comme si d'une certaine maniere son voeu le plus cher avait été d'etre partie prenante de ce procés, et que frustré de ne pas l'etre il echafaudait à l'envi toute sortes de théories dont il a du mal à se defaire, c'est lui qui à mon sens franchit le plus la ligne jaune

d'ailleurs j'ai parfois eu l'impression qu'il était capable de dire une chose et son contraire, et j'ai eu du mal à dicerner chez lui ce qui relevait de la fantasmagorie autour de cette affaire et des faits. Que l'on ecrive après quelques temps un livre sur l'affaire après un temps de decantation OK mais là je trouve qu'il allait (trop) vite en besogne

Marrante digression :
concernant l'anonymat des commentaires sur internet, il est evident que cela procure un sentiment pour certains d'impunité, certains commentaires seraient plus nuancés si ils étaient signés, Alors je suis peut etre inconscient d'user de mon nom sur internet mais je ne vois en ce qui me concerne aucune raison de me cacher derriere un paravent, une Burqa virtuelle ou un masque de Venise pour echanger sur un forum,

mes commentaires sont ce que je pense font autant partie de moi que mon nom, j'aurai même tendance à croire que d'une certaine maniere, internet et le lieu où je suis le plus vrai, alors pourquoi se coller une identité d'emprunt ....

bref bonne emission ! sujet interessant bon pour le service Msieur birembaum !!!
L'émission répond bien au but qu'elle s'est fixé, en accord ou pas, j'ai été intéressée, pourtant, le sujet a failli me faire renoncer, et puis, un romancier au milieu de tout ça, pas mal !
sur l'anonymat c'est du grand délire ce débat
comparer du courrier papier et une réponse dans un forum est aberrant.
Ça n'a absolument rien à voir , sur internet TOUT LE MONDE peut visionner et j'ai franchement pas envie d'être googlisable.
ca m'est arrivé sur ce forum sur "l'affaire pean" on tappait mon nom dans google et on retrouvait se que je disais sur l'affaire et ca ma mis tres mal à l'aise, non pas que je n'assume pas mes propos mais je n'ai pas envie que mon employeur , mes collegues , monsieur ou madame lambda est possibilité de visionner mes propos
si on commence à mettre notre vrai nom sur tous les forums en quelques clique n'importe qui peut me connaitre ou en tout cas connaitre mes convictions politique par exemple et on comprend vite les limites du système.

sur l'anonymat c'est du grand délire ce débat
comparer du courrier papier et une réponse dans un forum est aberrant.
Ça n'a absolument rien à voir , sur internet TOUT LE MONDE peut visionner et j'ai franchement pas envie d'être googlisable.



Je venais ici pour réagir à un vite dit sur l'anonymat dans les forums, et je suis entièrement d'accord avec vous.

En ce moment, dans les formations à Internet, on sensibilise le public à la notion d'identité numérique : laisser son nom sur un forum, sur une page Internet expose à de nombreux dangers, surtout pour les jeunes, qui peuvent exposer une opinion révolutionnaire à un moment de leur vie et par la suite rechercher un emploi.
Je pense aussi que nombre de gens qui s'indignent de l'anonymat sur les forums de leurs sites feront par ailleurs tout pour que leur site soit bien indexé par Google, y compris les pages des forums.
Il faut absolument tenir compte de ce paramètre, ou alors se taire et ne pas prétendre débattre du sujet : on peut penser que l'anonymat dans les forums est un problème, je pense plutôt que le problème vient de débats où les problèmes sont mal posés.
Le point de vie de Régis Jauffret, repris dans le "vite dit", mérite d'être discuté sur la base de votre commentaire, François : "Dans la vraie vie, on donne son nom aux gens. (...) C'est une façon d'envisager une démocratie parfaitement moderne et adulte".

Sur internet, monde virtuel s'il en est, la difficulté majeure est de clarifier ce qui est appelé "la vraie vie"... Il est peut-être nécessaire de distinguer plusieurs approches, selon l'âge de l'internaute et le site ou blog sur lequel il / elle dépose un commentaire (nature, enjeu commercial ou pas, enjeu politique ou pas, etc.), afin d'assurer la protection des internautes. Ensuite, de mon point de vue, c'est au responsable du site ou du blog de choisir son degré de tolérance par rapport à l'anonymat du commentateur, sachant qu'il porte la responsabilité légale de la modération a priori ou a posteriori.

Sur cette base, je partage l'idée de R. Jauffret que "donner son nom" est "une façon d'envisager une démocratie adulte"... Mais, de là à imaginer la concrétisation de cette idée, il y a un très très grand pas.

Pourriez-vous préciser ce que vous voulez dire par : "je pense plutôt que le problème vient de débats où les problèmes sont mal posés." ?
Pourquoi ne donnez vous pas votre nom alors si vous partagez cette idée?? (la même question sera pour tous ceux qui interviennent avec un pseudo sur le sujet, pour expliquer que l'anonymat, c'est pas bien)
Heureusement qu'il y a l'anonymat sur internet. Si mon employeur savait ce que j'écris sur ce forum alors que pour me faire embaucher je lui ai fait croire que je militais pour Sarkozy et que je sortais d'une école de jésuites...
"Pourquoi ne donnez vous pas votre nom alors si vous partagez cette idée??"

Ben oui, pourquoi, hein ???? (notez que je double la mise des points d'interrogation...)

Chère Irène, reliez ce que j'ai écrit et vous trouverez peut-être la réponse...
Patricia :

Pour ma dernière formule, c'est une façon de dire : il n'y a pas de problème d'anonymat (faux débat) mais un problème de faux débat.
C'est un effet de manche, si vous voulez, c'est un peu excessif.

Ce que je veux dire, c'est que, sur Internet, vous ne maitrisez plus le contenu que vous avez posté, et qui peut rester en ligne durant des dizaines d'années.
Ce que je veux dire, c'est que les responsables de sites font tout pour que leur contenu soit visible au maximum via Google, y compris les pages de forums : alors qu'ils ne viennent pas se plaindre de ce qu'on préfère ne pas dévoiler son propre nom sur Internet.
Faites le test : prenez le nom et prénom d'un intervenant sur ce forum, passez le sur Google, et vous retrouverez vite ses opinions.
Des cours, des livres parlent de la gestion de l'identité numérique sur Internet : voir http://www.google.fr/search?hl=fr&safe=off&q=%22g%C3%A9rer+son+identit%C3%A9+num%C3%A9rique%22&btnG=Rechercher&meta=
recommander de ne pas être anonyme irait contre les conseils qui y sont prodigués.


Alors, bien sûr, l'anonymat sur Internet pose problème, mérite un débat, mais un vrai débat sur le sujet doit tenir compte de ces paramètres et ne pas se contenter de condamner bêtement l'anonymat sur Internet.
Effet de manche ?... Vous êtes avocat ?
:-)


Faites le test : prenez le nom et prénom d'un intervenant sur ce forum, passez le sur Google, et vous retrouverez vite ses opinions.

Bien sûr, je suis d'accord avec vous et je pense que l'anonymat est un choix qui doit être respecté. Comme le commentateur anonyme doit respecter celui ou celle à qui il adresse un commentaire. Je ne vois pas la contradiction avec ce que j'ai dit, en fait. Mais je pense que l'anonymat est peut être aussi parfois un "choix contraint" et c'est ce qui me paraît mériter un débat.
Par ailleurs, j'ai fait le test avec mon nom : intéressant d'apprendre ce que font et disent mes homonymes de par le monde !... Cherchez Jean Dupont - ou Dupond - et vous passerez peut-être du temps à savoir qui est qui...


Alors, bien sûr, l'anonymat sur Internet pose problème, mérite un débat, mais un vrai débat sur le sujet doit tenir compte de ces paramètres et ne pas se contenter de condamner bêtement l'anonymat sur Internet.

Je ne condamne pas l'anonymat, si ? Je pense enfin qu'il faut distinguer l'anonymat et l'usage d'un pseudo, si ce dernier vise à définir une identité sur le net.
J'ai été très étonné que le débat parte là dessus. C'est la vertu de la ligne j@une, la balle rebondit et hop elle passe de l'autre côté de...la ligne j@une, là où on ne l'attendait pas.
En même temps, vous parliez de procès où sont révélés au public des détails très intimes, et vous avez discuté de l'opportunité, ou pas, d'en diffuser certains au-delà du cercle restreint des jurés.
Donc on tournait déjà un peu autour de la question "d'où on parle"...
Oui mais avec l'anonymat dans les forums, à cause du blog de PRD, on est loin de ça quand même.
Voilà une remarque qui aurait eu plus de poids postée à une autre heure... Ou pas.
Je regarde une émission passionnante, parfaitement bien conduite, avec des invités tous intéressants (ne pas être d'accord avec ce qu'ils disent ou ce qu'ils font n'étant pas un argument recevable au moment de juger de la qualité du débat) qui me tient les yeux ouverts jusqu'au bout malgré l'heure, et je me dis tiens c'était tellement bien que les commentaires sont sans doute plus positifs que d'habitude.

Et bah...

Il doit me manquer une case, une sensibilité particulière, mais je n'arrive pas à saisir ce qui fait que M. Birenbaum s'en prend plein la gueule partout où il va. Je remarque juste que les arguments qui lui sont systématiquement opposés sont aussi génériques qu'identiques depuis des années.

Donc courage M. Birenbaum, vous êtes un excellent présentateur, et j'espère que vous resterez sur @si tant qu'il y aura des lignes jaunes à franchir.

PS : c'est vrai ceci dit que ce que vous faites sur lepost.fr, c'est suspicieusement couillon.
Bien d'accord avec PR-D et PL, la chronique judiciaire c'est de l'écrit (à une époque de l'oral) par des connaisseurs et cet écrit nous donne le temps nécessaire pour la mise en perspective et la réflexion, à nous ensuite de nous faire une idée.

Et puis quand c'est écrit comme les chroniques de PR-D, c'est joindre l'utile à l'agréable.

Comme eux je suis troublé par le « live bloging » qui encourage selon moi l'hystérie collective animée par lémédias.

Le temps pour juger de choses graves n'est pas le temps des médias.

Je ne suis pas très convaincu également par les « écrivains judiciaires », le « Christine V, sublime, forcément sublime » de Marguerite Duras est un mauvais souvenir.

Mais notre société de gens pressés semblent préférer de plus en plus l'audiovisuel à l'écrit, alors...
PJLSM « Ouaaah ! Ca racole sec sur la ligne jaune. Vivement les photos que l'on puisse se faire une opinion. »

Irène « Aucunement intéressée. Et pour ne pas racoler, il y a des dizaines de procès toutes les semaines, sur lesquelles ces mêmes questions auraient pu être posées. »

Mathieu « Les autres participants partagent une espèce de voyeurisme malsain qui rend l'émission pas très agréable à regarder... »

Il me semblait être un des seuls à ressentir cette dérive d'ASI qui s'affiche dans la ligne J@une. Aujourd’hui je me sens moins seul.

À ceux qui ne le savent pas encore, Guy Birenbaum officie sur le LePost.fr (l'équivalent d'Ici Paris sur le Web), et travail avec Morandini à Europe 1, avec Fogiel... À une de mes remarques sur les différences éditoriales entre LePost et ASI, Guy se justifie en expliquant qu’il aime faire « le grand écart ».

Ouais, grand écart peut-être, mais si possible pas à mes frais d’abonné !
Heureusement que Pascale Robert-Diard et Paul Lefèvre sont sur le plateau... Les autres participants partagent un espèce de voyeurisme malsain qui rend l'émission pas très agréable à regarder...
Dans la 1ère partie, Paul Lefèvre est délicieux: s'imprégner de l'atmosphère de l'audience, l'accusé qui est 2 personnes à plusieurs années d'intervalle entre le début de l'instruction et le procès... du Maigret dans le texte!
Double mort suspecte chez les banquiers, y'en aurais pas un qui se serait suicidé avec les mains attachées dans le dos aussi? A la Toulousaine comme on dit chez moi.
Ouaaah ! Ca racole sec sur la ligne jaune. Vivement les photos que l'on puisse se faire une opinion.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.