39
Commentaires

Si vous avez raté les legislatives, rattrapage avec Océanerosemarie...

Abstention record, candidat qui juge son électorat "à vomir", candidate qui perd les pédales à la télé : sous vous avez tout raté des législatives et de leurs résultats, un rattrapage avec Océanerosemarie.

Derniers commentaires

Selon "Le Parisien" on songe à prohiber l' ABSTENTION.
J’imagine que pour qualifier le taux d’abstention de ce deuxième tour, les journalistes ne vont pas en rester aux timides tsunami et écrasement.

Je propose explosion nucléaire.

Ou alors, ils vont faire semblant de n’avoir rien vu.
Je trouve Océanerosemarie capable de bien d'autres virulences, tout aussi drôles sinon davantage. Et sincèrement, je n'ai pas envie de sourire devant ce qui "nous" arrive, "nous" attend. Le rire a l'avantage qu'il nous fait montrer les dents et c'est d'être capables de mordre qui s'impose, maintenant. Avant six mois.
Car, on nous propose, en balbutiant, sans grammaire, sans idées, sans culture, on nous propose le déchiquetage généralisé.
Soutenu par des inconscients, murés dans leur naïveté égoïste et dans cette vilaine tendance à prendre les psychopathes au sourire colgate pour des porteurs de demain.
Demain arrivera avec son lot de profiteurs et de pâles survivants si nous continuons à sourire de tout cela en adultes responsables que nous sommes devant les balbutiements de ces enfants au sadisme inconscient.
Franchement, ce n'est peut-être plus vraiment le moment des sourires complices car complices nous le sommes bien trop, nous qui avons reculé devant la possibilité du changement, qui avons fait passer sous couleur de morale ou de réalisme notre immense peur d'un nouveau possible.
Non, je n'ai envie ni de sourire ni de me congratuler de ma lucidité de spectateur qui renâcle toujours, au dernier moment, devant le risque de l'agir.
Et oui, je vous trouve, Océanerosemarie, d'un humour bien raisonnable, cette fois, bien attentiste. Est-ce vraiment ce dont nous avons besoin, de sourire faute d'agir ?
Belle coquille dans la nouvelle édition sur l'image de la métaphore de l'écrasement du PS : La date sous Hollande Capture Ecran
Le mot "nouveau" est partout avant l'arrivée du Baujolais
Le mot nouveau est le soporifique qui permet de simplifier tout dans l'esprit des citoyens
Plus de problème de choix politique, il suffit de choisir "nouveau"
Plus de question d'avenir, "nouveau" est là
Plus d'animosité entre droite et gauche, centre droit et centre gauche, "nouveau" réconcilie l'arc en ciel
J'en pleure d'émotion, voilà le chef d'entreprise dans les bras de l'ouvrier, le commerçant dans ceux de l'agriculteur, etc etc
Nouveau est arrivé


Et puis à quoi bon cette Assemblée puisque Nouveau est en marche avec le 49.3 et les ordonnances

Comme le dit Océanerosemarie, la nostalgie risque de nous prendre bien vite

mais surtout je veux voir la gueule des novifans dans quelques mois
J'ai raté un morceau? On est plus sous sarko? Et qui c'est ce puceau qui arrête pas de raconter qu'il est en marche?
Je ne suis pas tout à fait d'accord, Oceane Marie. :-)
Le nouveau Député Chef d'Entreprise de l'exemple est plein de bonne volonté, mais je ne suis pas sûr qu'il soit content quand il s'apercevra que ce ne sont pas "les Entreprises" qui sont favorisées mais les 1%. Il ne doit surement pas en faire partie.
Quand à la Député du deuxième exemple, elle ne fait que du "Macronisme". Pas besoin de fournir des références, elles pullulent même sur @SI. :-)
Tôt ou tard, quand on part ainsi, la fleur au fusil, on fini par déchanter. Surtout que comme c'est dit, ils n'ont pas droit à l'erreur.

Donc quand ils verront leur ouvrage partir systématiquement en couille, je pense qu'il n'y aura pas une majorité pour faire comme ce que dit Kippling dans son poème "Si..."
Pourquoi?
Parce qu'ils ne sont pas partis pour faire une "Révolution", mais pour faire différemment mais avec les mêmes outils.
Je doute...
On se doute bien que ce ne sera pas trés simple pour ces nouveaux députés , mais aucune raison pour qu'ils n' y arrivent pas .Il faut avoir confiance.
Ah la candidate qui s'essaie à la langue de bois et qui n'y arrive pas c'est magique.

Il y a celle-là aussi
C’est dommage qu’il n’y ait plus de chroniques sur les champs sémantiques,
car mine de rien, raz de marée et tsunami sont des phénomènes graves.
Ces notions utilisées de manière méliorative en disent long sur le degré de dégénérescence
de nos journalistes et éditocrates.
Dans la même idée, il faut avoir perdu toute humanité pour se réjouir de voir Macro écraser des personnes,
même en petite animation.
Merci OcéaneRosemarie d'arriver à nous faire sourire dans ces moments tragiques. Beau texte bien inspiré et bien interprété.
J'aimerais, pour me rassurer un peu, qu'un historien (pourquoi pas Mathilde Larrère ?) vienne, en complément, nous expliquer si des révolutions qui ressemblent, même de loin, à celle que nous vivons actuellement (en quelques semaines, sans la moindre violence physique, un individu inconnu deux ans auparavant prend le pouvoir en éliminant tous ses adversaires) ont déjà eu lieu dans le passé. Ces derniers mois, la vie politique en France ressemble à un cauchemar de science fiction. Et j'ai horreur de la science fiction. Au secours !
legismatives .. coquille !
Bonne chronique.
Je pense que quand Mélenchon parle de vie monacale pour les députés, il parle des textes qui vont et reviennent, qui sont modifiés pour une ligne ou un mot sur 200 pages. Tout le boulot qu'il faut faire en amont pour comprendre et en aval pour convaincre.
Certes, ils seront contents de s'agenouiller devant Macron et de voter ses lois, mais celles-ci seront longues et ennuyeuses avant le vote, alors que le job demande en plus de la réactivité.

Et quand ils recevront des boules de peinture à a sortie, sur la place à l'arrière de l'assemblée, ils apprécieront moyennement....
Même si ça se fait sur les sièges des grandes sociétés, ils n'ont pas encore l'habitude. Ce sont de tout petits patrons qui n'ont pas l'expérience de ce type, et il y a une colère sans fond des gens qui ont été effacés du vote...
Ouais...bon...bref.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.