81
Commentaires

S'habiller français ? J'ai essayé à Tours

Alors, peut-on acheter français ? Juste avant Noël, nos responsables politiques nous ont exhortés à davantage de patriotisme économique. Bonne poire, j’ai bien envie d’essayer de les prendre au mot, et d'acheter mes vêtements made in France.

Derniers commentaires

très bon article;
mais je ne comprends pas 1 truc
"Prato? ville de Toscane compte 5 000 entrepreneurs chinois qui, tous, ont des usines de textile"
les fringues sont prêtes 6h après donc elles sont faites en Italie,
le détail qui manque c'est combien sont payés celles et ceux qui les fabriquent en Italie
et pourquoi l'argent va en Chine;
normalement, un salarié chinois ou pas est payé selon les lois européennes ????
Super article a reactualiser, merci a la personne qui ma mis le lien depuis laccident du bengladesh...plein de liens interessants pr shabiller en breton, chouette
Ps dsl pr lorthographe desastreuse, jai du mal avec la tablette...
Bon alors là, ca pourrait valoir un article @si:
Rue 89 le 19/12: http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2011/12/19/jai-essaye-dacheter-francais-je-suis-presque-ruinee-227571
@si 4 Jours après,
Aujourd'hui Médiapart, un mois en retard: http://www.mediapart.fr/en/journal/france/250112/made-france-un-slogan-loin-des-realites?page_article=3
Pas que vous vous copiez colliez, les articles ont leur différences bien à eux...mais quand même, il fallait que j'l'eu dit, que c'est presque surprenant!
Bonjour,

Disons que si on veut s'habiller français, il faut pouvoir raquer ! Et encore on est pas sûr à 100 %.

Ben moi j'étudie dans le domaine du textile et de l'habillement pour bosser dans la prod, la qualité ou la recherche et le développement.

Je confirme c'est tendu ! En effet, on a plus dans la qualité pour contrôler les produits de luxe produits à l'étranger. Sinon pour la recherche et développement ben il n'y a plus grand chose, mais il y en a encore.

Et la prod c'est plutôt localisée dans les produits à haute valeur ajoutée que dans les habits normaux. En effet on se spécialise plus pour produire français : l'équipement individuel de protection, les textiles à usage technique, les textiles innovants, les trucs du style.

Enfin bon si vous voulez acheter qqc de fabriqué en france, il y a encore des produits (pas tous !) Lacoste, Vuitton, Chanel etc ...
Mais si vous tapez dans le bon marché, vous pouvez vous rabattre sur les produits fabriqués dans les ateliers clandestins ! C'est pas cher, et c'est produit dans une cave certifiée 100 % française ! (j'en ai vu en vrai, je vous jure que ça existe !)

Dans le domaine du textile en france il nous reste donc : la création, la conception (les patrons d'habits), la recherche et le développement, le contrôle qualité, et le commerce bien sûr ! D'ailleurs la plupart des offres d'emploi sont dans ces dernières professions.

C'est un gros mensonges de faire croire qu'on peut encore acheter du 100% donc! À part les magasins de robes de mariée peut être.

Enfin bon, c'est bien d'en parler, ça me fait bien plaisir.
Un article paru ce jour sur Slate : http://www.slate.fr/story/48199/made-france-bordel-etiquettes
"Combien d’heures ai-je passé avec ma mère dans ce temple de la démarque, de la fringue pas chère ? J'ai reçu en héritage la technique de ma mère pour dénicher la perle : après un premier tour complet de repérages du magasin, s’attaquer physiquement aux portants, chemise après chemise, pantalon après pantalon, plonger les bras dans des bacs sans fond ou escalader la pile de vêtements dont l’altitude rivalise avec le K2, et espérer sortir la bonne taille ou la bonne couleur du tee-shirt convoité."

C'est pas vous qui vous annonciez comme "pas du tout consommatrice". :)
Perso, si quelqu'un m'oblige a passer une aprem à faire ca, je vais lui en vouloir bcp bcp bcp...
Ce n'est pas maintenant que l'industrie à quasiment disparu en France qu'il faut penser à consommer local. C'est avant qu'il fallait le faire, aujourd'hui c'est trop tard.

Marc, larbin industriel en sursis.
Vite-dit de 17h09 http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12780
Le tout, ironise le Canard, "avec la bénédiction de l’Ursaff". D'où un titre bien senti : "L'auto-entreprise va droit aux putes".
C'est Urssaf avec deux S comme "sécurité sociale" et un F comme "familiales", et le Canard ne commet pas la phôte ;-)
Pourquoi accoler "produire français" et "acheter français", si ce n'est pour le plaisir facile de se foutre de la gueule d'un ancien dirigeant communiste?
Le thème, la démarche, le ton, le style.
J'adore.
Bonjour Anne-Sophie,
Article passionant ! Je pense que vous y avez déjà pensé avec Daniel, vous ne pourrez pas faire l'économie d'une émission sur ce sujet. Pas uniquement sur le diagnostic du mal, car on le connait à peu près, mais sur les alternatives, y compris politiques. Quand tous les partis nous disent, "produire Français", eh bien chiche, mais concrètement, comment ?
Stéphane
Je viens de recenser la provenance des fringues que je porte ce matin :
Levis 501 made in Mexico, ticheurte Oxbow made in China, basquettes Nike made in China too, chaussettes Mizuno made in je sais pas où, j'ai plus l'étiquette, mais pas en France, c'est certain, et zlip Eminence étiquette non lisible, mais à priori fabriqué en France, l'exception.
Je suis un mauvais Français et ça me désole. En plus de ça, je préfère le whisky au champagne. Mon cas est désespéré.
Je déteste les esprits pervers qui ont fait fermer les usines de fabrication de vêtements de France. Si en plus de générer du chômage, ils instillent dans ma tête du chauvinisme qui me fait pister un label bleu-blanc-rouge...
J'en ai assez, que les avions soient cloués au sol, mais en vrai de vrai débrouillez-vous par le caoutchouc des pneus, je sais pas, que les cargos s'échouent, mais sur les plages d'Afrique avec du riz ou quoi dedans, pas en Bretaagne avec du pétrole..., que les transports se figent et on achètera régionale même.

On signale une recrudescence de vente de soutien-gorges orangés, c'est joli, très vitaminé. Le pouvoir des images.
Je viens en fait de lire votre article, Anne-Sophie... J'ai donc dit bcp d'âneries hier (y compris proposer un lien sur Dutronc !!!).
Ceci étant dit, personnellement, j'ai bien du mal à trouver des artik made in France. Et le pire, c'est que j'ai besoin de lunettes pour lire les étiquettes, et que je les oublie régulièrement à la maison.
Le seul problème que je trouve au prêt à porter français, c'est que je ne rentre pas eun'dans. Avec un gabarit de nageuse Est-Allemande, et mon quasi mètre 80, je fais "péter" toutes les coutures. Pour les chaussures, pareil : une prise de médoc m'a déformé les arpions si bien que je ne me sens à l'aise que dans les Crocs (qui me sont expédiées de Hollande mais dont j'ignore où elles sont fabriquées) ou les chaussures danoises ou suisses (marques Dansko et Helvesko). Les boutiques parisiennes où je m'habillais chic allaient acheter leurs vêtements en Allemagne... Devenue bretonne, j'essaie de rentrer dans les marques "marines" (St James taille grand heureusement)...
Autre problème : le prix. Mais bon, si la qualité est là, moi je suis partante.
Maintenant, je reconnais tout de suite un vêtement made in China : les coutures me filent des allergies. (Fait pas bon vieillir, ma pov'dame). Je le reconnais aussi à son "bling-bling" : il y a toujours le détail qui tue ;o((.
Et puis, les vêtements chinois, je ne rentre pas eun'dans non plus... c'est vite vu ;o)).
Autre détail : alors que je rentrais d'Istamboul, je me suis retrouvée assise pendant le vol à côté de deux jeunes femmes "acheteuses" pour un boutique de vente par correspondance. Elles venaient de choisir toute la literie de la prochaine saison du "Blanc" (qui n'est plus blanc, vous l'avez remarqué)... Leurs destinations étaient surtout Inde, Turquie, Egypte et Maghreb. Elles m'ont avertie "ne mettez jamais les draps sur votre lit sans les avoir lavés... si voyez dans quoi ça traîne à la fabrication..."
En tout cas vous avez fait une super bonne enquête et je me suis mis le site du "produit en France" en favori...
Merci Anne Sophie... j'espère que le Père Noël vous a apporté plein de beaux cadeaux made in France ;o))
Faut vraiment ne pas avoir suivi l'actu en France depuis plus d'une décennie pour oser écrire un article pareil.
Mais sans doute Anne-Sophie Jacques ne s'est pas intéressée aux fermetures d'usine de confection, de lingerie, de chaussures...
À mon avis, la défense du "made in France" a été inspirée à nos chers dirigeants et à notre Petit Timonier par une des plus grandes intellectuelles et thuriféraires de notre régime: Mireille Mathieu (le peuple entier se rappelle avec des larmes de joie ses "milles colombes" à la Concorde, le soir du Fouquet's). La preuve (oreilles sensibles s'abstenir). Les paroles sont .
ça alors ça fait 20 ans que j'ai quitté Tours : mais je me souviens encore très bien de Palaf soldes, sortie avec les copines le mercredi après midi... nostalgie de noël...
Un véritable "tour de passe-passe" de s'habiller Français et d'obtenir une augmentation de salaire. ;-)) Bonnes emplettes Anne-Sophie et bon réveillon.
Bonjour,

Merci pour cet article. Pour aller plus loin je suggère ce livre de 2005 :

"Le grand Bazar mondial : La folle aventure de ces produits apparemment bien de chez nous" par Laurence Benhamou
http://www.amazon.fr/grand-Bazar-mondial-aventure-apparemment/dp/2849410276

"(...)Laurence Benhamou a mené l'enquête qu cœur même de ce système planétaire que représentent les " acheteurs ". Inconnus du grand public, ils vont chercher aux quatre coins du monde les produits au meilleur prix. Ils ne subissent pas la globalisation, ce sont eux qui la font ! Leurs témoignages révèlent pour la première fois les dessous de la mondialisation et décrivent une planète dont la réalité quotidienne est à des années lumières des discours de nos politiques...."
A Troyes et autour, où l'on fabriquait beaucoup,il y avait des magasins d'usine où,en cherchant un peu on était sûr de faire une affaire.Les usines ont fermé,multipliant les chômeurs. Les magasins d'usine demeurent,vastes galeries marchandes pleines de produits venus d'ailleurs avec des enseignes connues,parfois prestigieuses et des prix attractifs..Il semble qu'ils aient été conçus tout exprès pour être vendus là.Des cars entiers d'amateurs sont garés sur d'immenses parkings....On peut y passer la journée puisqu'une restauration variée a été prévue..
Le "made ailleurs" a de beaux jours devant lui n'en déplaise à certains démagogues en mal de succès électoraux...
Votre article est très intéressant.Je crois que nous avons longtemps cru que nous pouvions acheter des chemises en Chine et vendre des TGV ou notre expertise en matière d'ingéniérie ou de finances.Mais les Chinois, les Indiens les Brésiliens, ou les habitants du Maghreb ont à leur tour formé des ingénieurs ; certains viennent même se former chez nous et souhaitent travailler en France ( enfin si le ministre leur en laisse la possibilité.......).Le problème est aussi que cette politique laisse beaucoup de gens sur le carreau ( emplois précaires , sous-payés).Recréer des usines en France est sans doute une bonne idée.Il faudrait aussi une politique industrielle et sociale plus ambitieuse.
je crois que je ne suis jamais intervenu sur le forum mais là je suis obligé de dire merci. Merci d'avoir rattrapé mon inculture, merci de m'avoir apporté le savoir. Merci de m'avoir fait découvrir "Merde in France" de Jacques Dutronc. J'en suis resté bouche bée devant mon écran.
Quant à décoder les paroles, ça tombe bien on est samedi soir, je vais aller faire écouter ça au bar d'en bas à la fermeture, je vous transmettrai mes conclusions.
Bien à vous et joyeuses fêtes.
Merci encore,
Adrien
Une photo de dessous affriolants en vignette d'article pour attirer le clic, c'est pas joli-joli... :-p

(n’empêche que la même en couverture d'un magazine quelconque, c'était limite un vite-dit catégorie grrrr...)
Très instructif. Mais reste à définir ce que veut dire le "made in France" (horrible expression). Si c'est juste une question de lieu de fabrication, c'est fort limité. Quelle est l'origine des matières premières, où se fait l'assemblage, qui crée... ? D'ailleurs, pour certains produits, il suffit d'une intervention en France pour autorisé le "made in France". Un peu comme ce bon vieux Nutella composé essentiellement de sucre et de graisse végétale mais tout le marketing est mis sur les belles noisettes et le bon lait indispensable pour notre apport journalier. Mais bon, ne nous voilons pas la face: nous sommes les premiers responsables ! Nous cherchons tous des habits sympas et pas chers. Et contrairement à ce qui est dit: pas cher est peut-être de moins bonne qualité mais à l'avantage de renouveler plus régulièrement. Et mine de rien, ça fait du bien aux gens de savoir qu'elles ont de nouvelles pompes, un nouveau chandail, un nouveau machin plutôt que de garder ses bottes 15 ans et se lasser du modèle. Aussi, si tous les Français voulaient s'habiller "made in France" ce serait purement et simplement impossible. Donc ça restera toujours un marché de niche réservé à une élite. Avant d'exiger un produit local, essayons de revoir notre niveau de consommation.
Très instructif, c'est marrant comme l'anecdote du"site tout pourri" se vérifie tout le temps, maintenant je sais pourquoi.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ah, Cigale, tu me déçois beaucoup. Pour la bouffe, j'achète bio et/ou local et de saison. Et je trouve sans problème. Le marché d'abord, côté petits producteurs. Puis la boutique fermière, que des producteurs locaux ont créée. Enfin, la Coop Bio, qui indique pour la plupart de ses marchandises la distance parcourue. On est pas en saison très favorable pour la diversité, mais quand même: choux verts ou rouges, poireaux, carottes, navets, panais, endives, oignons, betteraves rouges, épinards, pommes de terre bien sûr, champignons de couche. Les haricots verts sénégalais pour Noël, fini, j'aurais trop honte. Je ne mets plus les pieds au supermarché. De plus, je suis pas sûre d'y perdre financièrement. Et j'y gagne en qualité.

Si ya UN seul truc où on peut acheter non pas français (je m'en tape, je suis pas chauvine) mais local (j'aimerais bien qu'on décide la libre circulation des GENS et qu'on restreigne celle des légumes), c'est précisément la bouffe.

Pour les chaussures, j'ai choisi cette année Bionat. Hors de prix, c'est vrai, mais j'en avais marre que mes godasses se coupent au niveau de la semelle au bout d'une saison. Si celles-là me font seulement trois ans, je suis gagnante.

Les fringues, je crois qu'Anne Sophie a bien choisi son sujet, c'est sûrement le pire exemple.
anne-sophie qui paie de sa personne, et en période de fêtes !!! une augmentation, c'est bien la moindre !! merci pour ce papier marrant.
ce serait intéressant de faire ce type d'enquête pour des productions comme les outils. dans le fond, existe-t-il une manière de savoir ce qui est produit en france, mais d'une manière générale ? pas seulement pour les nippes et les pompes.
il me semble qu'il y a 2 volets dans cette histoire de s'habiller français à tours : il y a la production nationale, apparemment les bretons se défendent sur ce plan, du moment qu'on aime les rayures horizontales (faut voir aussi d'où viennent les matières premières, laine, coton, soie, artificiel - et pour les pompes, cuir, caoutchouc, etc. - voir aussi d'où viennent les machines outils d'ailleurs). mais la question des points de vente me semble différente. depuis que je vis sur l'île, j'ai découvert l'eau chaude, c'est à dire l'achat par internet. essentiel. mais acheter par internet, c'est favoriser une certaine délocalisation, et une neutralisation de la relation acheteur/vendeur/producteur. et la traçabilité devient quasi impossible. bon, l'achat par internet paradoxal, quand on défend (je défends) par ailleurs la consommation de produits (en un sens général) locaux, achetés sur des marchés locaux et vendus par des producteurs locaux.

question bouffe, le local c'est mal barré dans les régions de montagne, car se nourrir des produits locaux, ça limite vite le choix.

encore plus mal barré, le même raisonnement dans le nord de la suède...où s'habiller local et bouffer local, c'est bouffer le phoque ou le renne dont on s'habille, plus ou moins.
La vrai made in France ( sur un bien beau blog )
Bravo ! Très belle enquête ! le genre que j'aime lire...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.