74
Commentaires

Sept minutes de guerre froide

Après le "Casse-toi pauvre con", voici donc le "

Derniers commentaires

Devant l'apparente(?) impossibilité de contrer cet homme politique sur le fond (cf. l'excellente emission d'asi avec la représentante syndicaliste), il semble que nous en soyons réduit, à cantonner le débat là ou le président veut nous entrainer : sur un terrain anecdotique, d'ou sont exclus les débats de fond et ou règne une image vide de sens, (de meme et ce n’est pas coutume la chronique qui l’accompagne)...

Que montrent ces 7 minutes, un homme tendu, plongé dans une atmosphère peu cordiale et dont la gestion de la situation laisse à désirer. Et alors!!!? En quoi cela sert ou dessert-il son projet de société?

Pour tout dire je suis lasse de la récurrence des sujets sur Sarkozy, ses tics, son style, ses mots … – Le plus désespérant est que cette analyse, cette critique du chef dans toutes ses postures, est plébiscitée par l’audience d’arrêt sur image et par les internautes en général.

ASI se veut une émission critique des media, son rôle ne consiste-t-il pas aussi à ouvrir nos horizons et à explorer un peu plus des sujets essentiels tant sur la forme que sur le fond?

Sedinam Fianyo
Quand on est persuadé qu'un type ne tourne pas rond, on lui trouve toujours des comportements que l'on peut assimiler à de la pathologie. Quand un Psychiatre expertise un criminel, il lui trouve toujours des raisons d'avoir tué. Bref, on ne voit que ce que l'on croit. La mousse faite autour de cette séquence m'inquiète plus que la séquence elle-même. Elle participe de cette France geignarde, pêté de trouille devant ce président que l'on croit menaçant. France 3 a peur, France 2 a peur. Les routiers ont peur, les pécheurs ont peur. La France a peur finalement !... Et cette chronique et ses commentaires sont encore une forme de peur, peur de l'avenir, peur du président. Certes il est nerveux, mais il n'a pas de tics sur le visage. Et c'est effectivement problématique de ne pas saluer le président de la république, et j'entends ici personne s'en étonner.
Donc la peur a pris le pouvoir, peur qui façonne tous nos corportismes défensifs. Que chacun prenne sa vie en main et Sarkozy ne fera plus peur à personne.
JD Gallet
et le journaliste de dire " ce n'est pas ma question"
et [s]Georges Marchais[/s] nicolas sarkozy de répondre " oui, mais c'est ma réponse"

qu'en pense la [s]Pravda[/s] le figaro ?
mljlkjmlkjmlkmlj

La même quête de complicité se lit dans l'incompréhensible allusion au windsurf, quand il est question du journaliste de Rennes, qui doit intervenir en duplex. Ce sourire soudain sur son visage, pendant qu'une poignée de présents s'esclaffent à son bon mot. Incompréhensible, oui : Sarkozy situe-t-il la capitale bretonne au bord de la mer ? Croit-il qu'il s'agit d'un spot de surf ?

Détail : Attention Rennes est autant au bord de la mer qu'elle est capitale bretonne !!
Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a été bien reçu !! Ahahah !
"L'ancienne France"... "Ca va changer"...
Il rêve tellement de la force qui lui manque, pauvre homme.
A lire et relire attentivement, j'ai noté quelque chose de...bizarre, de décalé :
Revisionnez attentivement la vidéo : la maquilleuse "fait" le côté droit, puis le côté gauche, repasse à droite de NS,
et puis, sort un peu du champ, hésite, comme sollicitée presque hors champ,
et puis tend un mouchoir en papier qu'il n'a pas demandé; à NS
NS le prend et le regarde....non,en fait, il le lit!
dessus, il est certainement écrit : vous êtes filmé / enregistré!
Regardez bien, suivez bien le regard vers la caméra de face, la lueur dans les yeux, le sourire à peine esquissé
et aussitôt, les tics du visage, des épaules
à partir de là, tout bascule;
regardez la suite en sachant qu'il se sait "espionné" en quelque sorte....
ça va saigner!

Bonne lecture, et qu'en pensez-vous?
Sarko ironise sur la "placardisation" de Gérard Leclerc, peut -être pour le menacer de façon sous-jacente et donc perverse d'une placardisation à venir, pour son documentaire remarquable sur la rhétorique sarkozyste et ses contradictions.

Ca fait peur.
Houssem RMADI [

Je ne l'ai pas pas voté et je le prends aussi en pleine gueule comme vous d'ailleurs .Comment les français ont-ils pu élire un personnage pareil .Il nous fait honte.
à lire l'article (très bon) et tous vos commentaires (vraiment pas mal non plus), je me demande si on n'a pas tendance à surinterpréter quand même :
Sarko surjoue la politesse quand il accepte un verre d'eau ?
c'est tout de même, malgré tout ce qu'on en pense, malgré tout ce que j'en pense, encore un peu un être humain !
non ?
Il y a une coupure son à la minute 6' environ. Problème technique ou autocensure des fuiteurs ?
Si quelqu'un sait lire sur les lèvres, son contribution serait la bienvenue.

TCHD
Surinterprétation un brin paranoîde: Ds, vous dérapez ! Certes cette vidéo est amusante, on se trouve enfin avec les happy few pour un moment privilégié, backstage, avant l'entrée en scène...Mais en tirer tant d'enseignements sur la psychologie et les intentions - forcément machiavéliques - du personnage me paraît un peu..too much.
Il y a eu peu de commentaire sur le tutoiement à l'égard du journaliste. Tutoiement que Sarkosy emploie très souvent est qui est là une marque de mépris et d'impolitesse évidente. Tutoyer quelqu'un qui ne peut y répondre met la presonne dans une position infantile ou dans la position du nègre ou de l'arabe sur le chantier. Le mari de Carla Bruni est un malotru.
Je peux vous assurer que je suis loin d'être un pro-Sarko mais franchement je trouve que là on fait beaucoup de bruit pour rien, je n'y vois qu'un moment sans intérêt d'une extrême banalité avec un président stressé comme n'importe qui le serait avant un examen oral, et qui essaye maladroitement de se rassurer dans un environnement hostile. Les interprétations que vous tirez me semblent ne reposer sur rien. Je trouve bien plus intéressant d'analyser le personnage en "On".
Voici des liens pour vous permettre de voir le fameux "Sarko mot à mot", documentaire d'utilité publique s'il en est.



http://www.dailymotion.com/relevance/search/Sarko%2Bmot%2B%25C3%25A0%2Bmot%2B/video/x1vzod_sarko-mot-a-mot_events

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Sarko%2Bmot%2B%25C3%25A0%2Bmot%2B2/video/x1vkmv_sarko-mot-a-mot-2_politics


http://www.dailymotion.com/relevance/search/sarko%2Bmot%2B%25C3%25A0%2Bmot%2B3/video/x1vkn5_sarko-mot-a-mot-3_politics

http://www.dailymotion.com/relevance/search/sarko%2Bmot%2B%25C3%25A0%2Bmot%2B4/video/x1vkn4_sarko-mot-a-mot-4_politics
Les avocats de la chaîne somment Rue 89 de détruire le document et de citer ses sources, sous peine de procès.
Ben voila, Daniel Schneidermann retombe dans ses vieux démons. Sarkosy a retenu la leçon de la période Bling-Bling et se montre moins. Tout est donc bon à prendre pour faire vendre.
Pourquoi pas?
L'ennui, c'est que ce genre de bidouillage va finir par servir Sarkosy plutot que le desservir. Il aura beau jeu de prendre une position de victime. Et Hop, une remontée dans les sondages!
Mieux faut s'attaquer au fond et la, avec ce type de vidéo, je me sens lésé.
il faudrait aussi commenter la séquence du réglage de sa montre (une Patek Philippe à 20000 €?) est ce que c'est pour évacuer le stress ? ou pour provoquer une reaction des journalistes et monter qu'il n'a qu'une "Timex"

Je note également le tutoiement de Paul Nahon envers le président. ça me géne.
comme beaucoup, je pense qu'il se savait filmé (ou en grand habitué des plateaux télé et vu les rapports entre lui et la chaîne, il sait qu'il est possible qu'il le soit ) : il pose, il joue., il en rajoute, pas pour ses interlocuteurs, pour la caméra.

Alors, oui, Ok, le "ça va changer" n'est pas adressé à France 3 en particulier, mais à la France entière... C'est encore plus grave !
Belle analyse Daniel... Mais aussi amusant et passionnant à regarder qu'est ce document il me semble que l'interprétation qui en est faite est parfois un peu délirante et disproportionnée.
Nous y voyons un Sarko qui nous est trés familier (tics, familiarité, fausse sympathie...) et toujours à la limite du pétage de plomb intégral.
Pour finir en ce qui concerne le technicien "impoli" moi j'ai juste l'impression qu'il ne fait pas attention au salut de Sarko...
"séquence qui ne réconciliera sans doute pas l'Elysée avec l'info sur Internet" -- En effet Daniel ! Le pouvoir est fâché avec Internet ; la preuve : il le taxe.

0,9% du Chiffre d'Affaire. C'est la taxe pour financer la TV publique que N. Sarkozy va faire peser sur les deux outils nouveaux majeurs de communication de ce début de siècle : Le téléphone mobile et Internet.

Taxe sur Internet. Maintient des Subventions pour la TV. C'est assez dire vers où penche le cœur de N. Sarkozy, non ? Le pouvoir se régale de spectateurs passifs et se méfient d'acteurs communicants aux centres d'intérêt variés.

Au-delà du débat sur l'opportunité d'une TV publique "soit d'éducation pure soit aussi de divertissement", restons vigilant au sort réservé à Internet. Un Internet qui est plus fragile qu'on ne croit, de plus en plus fragile à mesure que ce sont les classes les moins éveillée de la population qui s'y mettent, celle dans lesquelles l'aspect débridé d'Internet rime trop souvent avec anarchie voire relâchement des mœurs.

N. Sarkozy porte les habits neufs de l'ordre moral, Internet est donc une cible naturelle, attaquée ici avec des taxes, ailleurs avec des projets de lois sécuritaires.
Je savais que Sarkozy était à mon sens un tyran... cette vidéo est pour moi "la preuve" ou encore "la révélation".

Je vois dans cette vidéo le chat affamé installé dans la souricière et qui s"amuse d'un coup de patte ici ou là. Les dents apparaissent devant le technicien qui ne répond pas... il se retient de mordre mais la grimace est expressive. La sensation qui se dégage est abominable.

La croyance pourrait être : "J'ai le pouvoir de vous faire vous sentir mal" ou encore "J'ai le pouvoir de vous faire souffrir" parce que simplement "J'ai le pouvoir tout court".

Il a aussi le pouvoir de faire le bien... mais cela il n'y pense pas, sait-il au fond ce que signifie l'altérité ? J'en doute.
Son rapport humain est remplacé par un rapport à "l'objet", objet sur lequel il exerce son pouvoir. Humanité degré 0

Probablement que la manif à l'entrée de France 3 a renversée les rôles un moment, ce qui a déclenché quelques minutes plus tard cette scène ou il "croit" pouvoir transmettre le malaise qui est en lui et dont il ne sait pas quoi faire.

Cet homme est simplement terrifiant parce qu'il est président, il ne devrait être qu'un chat, un prédateur pour souris, un super vendeur de prêts subprimes. Malheureusement pour la France, il est beaucoup plus que ça et le danger est grand pour tous.

Cependant la prédation ne marche que sur ceux qui acceptent d'être les proies, car du haut de son pouvoir Sarkozy n'est rien sans le consentement. Un tyran peu être élu démocratiquement.

Mathias
Les [s]gangsters[/s] politiciens teigneux, petits, tendus sur leurs talons et hyperexcités [s]interprétés par Joe Pesci[/s] popularisés par Sarkozy, suscitent régulièrement une [s]joie sans mélange[/s] très forte inquiétude...
Il [s]débute[/s] adhère à [s]la scène[/s] l'UDR quand il est [s]enfant[/s] adolescent, mais ce n'est qu'en [s]1975[/s] 1983 que semble se dessiner sa carrière [s]cinématographique[/s] politique.
En [s]1980[/s] 2006, on le remarque dans [s]Raging Bull (M. Scorsese)[/s] Rage en Banlieue (Villepin), mais il « explose » véritablement en [s]1990[/s] 2007, dans le rôle du [s]gangster[/s] président rageur et caractériel, à la violence compulsive, des [s]Affranchis[/s] Français.

(Texte original extrait du site de "Première").
Beaucoup de bruits pour rien.
Mais comme toujours ça cartonne.
Les anti-Sarko primaires se déhanchent, c'est la fête.

Le off d'avant plateau retient plus d'attentions que le direct en question.
Ca pose question, surtout quand en spectateur privilégié nous pouvons avoir un plan fixe ( gros à moyen) de la même personne pendant 7 minutes.
L'exercice serait impitoyable pour beaucoup d'entre nous, surtout dans un "stress" d'avant antenne.

Quand à décrypter les intentions, à lire le fond de l'âme, à nuancer le moindre tic, à interpréter le moindre mot, j'espère que tous les brillants intervenants ne portent pas autant d'attentions à leur propre image.
C'est tout de même bizarre que les gens font semblant de découvrir ce personnage alors que bon nombre de spécialistes mettaient en garde contre lui pendant la campagne électorale !
Je n'arrêterais jamais de leur dire : Vous l'avez voulu, vous avez voté pour lui ! Maintenant, Prenez le dans la gueule !!!
A la place de la maquilleuse, c'est une petite moustache !! que je lui aurais dessiner à notre agité en jupon !! je ne suis pas sur qu'il lui dise merci à la dame ?!

Autrement : c'est mieux que De Funes, car- la il n'est point possible de refaire une prise !!

Question à France 3: c'est des punaises qui ont été placées sous le siège de notre unique président, possédant six cerveaux, bon en tous domaines ?
3 pages sur l'histoire du gars qui n'a pas dis bonjour et qui a enerve Sarko c'est un peu beaucoup ;)
Que pensez-vous de cette hypothèse: ce "off" est tout à fait calculé de la part de l'invité ,et ce n'en est que plus révélateur : il pourra plus tard se gausser publiquement en moquant internet qui croit reprendre des "fuites" alors qu'il se savait filmé et donc jeter encore plus le discrédit sur Internet , et en même temps il veut démontrer qu'il est victime d'impolitesse voire de manifestations hostiles qui vont justifier la mise à mal de F3 qu'il a dans le collimateur.

Gagnant sur tous les tableaux.

PS : votre texte est excellent !
Paraît qu'il y a «une enquête interne» pour savoir qui a fuité cette séquence des studios de France 3… belle chronique, à suivre?
J'avoue que je ne m'en lasse pas. Je lis tous les jours avant le boulot rue 89 et @si. Ce matin quand je suis allée sur le site de rue 89 j'ai noté le nombre de visionnage et toute la journée j'ai regardé comme sur un thermomètre ce nombre monter.
Ce que je retiens de ces 7 minutes;
- Tout d'abord, le souvenir du film de Pierre Carle "Pas vu, Pas pris" où on nous montrait déjà la connivence. Cette fois-ci, NS ne peut utiliser cette ficelle. Sans courtisans autour de lui, il est complètement désœuvré.
- L'étape avec le premier technicien qui lui propose un verre d'eau est vraiment intéressante: il met en pratique tout le savoir-vivre que lui à enseigner Carla pour se faire aimer des petites gens: être plus que poli, mielleux. Mais patatras! tout ce qu'on lui a expliqué ne répond pas comme il se doit et alors ça dérape méchant...
- La séquence de la montre est vraiment formidable quand on la relie aux différentes scène où NS exhibe cette même montre pour époustoufler les journalistes et montrer qu'il est passé au-dessus du cöté bling bling qui lui collait à la peau.
- La séquence du décor du studio: où comment chercher à se raccrocher au rideaux. Mais même c'est élément du décor le lâche: Nahon lui explique qu'il n'ont que deux mois, qu'il y a les mêmes en régions; laissant là à notre cher Président tout le temps de penser au gaspillage qu'il est en train d'organiser et là c'est le rictus goguenard : mais jusqu'où vont-il aller? Alors NS se dit qu'il doit reprendre la main par une flêche empoisonnée ; le placard de Leclerc.

Merci pour ce moment d'anthologie.
ENFIN des journalistes ont fait leur travail sans se prendre les pieds dans le piège de la fausse complicité. Jje crains qu'ils le paieront fort cher mais ils nous montrent le cran de certains professionnels. Souhaitons que ce soit une leçon pour beaucoup d'autres...
Bravo pour cette chronique.

Je me demande si, au fond de lui-même, Nicolas Sarkozy ne se sent pas encore trop petit dans ce rôle de président de la France (et même d'Europe maintenant). On dirait qu'il en voudrait encore davantage, que son égo se sent encore à l'étroit dans le costume présidentiel. Il a ainsi besoin de montrer sa Patek-Philippe (magnificence), de laisser entendre qu'il sait tout sur tout le monde (omniscience), qu'il peut placardiser ou pistonner selon son bon plaisir ou réformer comme il l'entend (omnipotence). Il rêve peut-être désormais d'une monarchie de droit divin en se rasant le matin.

Autre chose, vous ne relevez pas cette allusion à Carcassonne. Quel cynisme on trouve dans cette suggestion !
Ce type est un sadique.
Merci d'avoir réagi. Je suis toutefois un peu déçu. D'accord, belle analyse contextuelle et sémiologique de la bête polique tombant sur un os. Vous parlez aussi, avec déférence, de vos collègues de France 3. Mais peu de choses me semble-t-il de la réaction des internautes. Or il s'agit d'un tripode: l'invité, le journaliste, et le "netspectateur". Aucun des trois ne fonctionne sans les deux autres. Par exemple, quelle différence feriez-vous entre la téléréalité et un arrêt sur le réel ? Voilà le petit plus que j'aurais aimé entendre traité içi.

Bien à vous lire
No comment.
A part ça, vous ne trouvez pas qu'il ressemble VRAIMENT à Louis de Funès ??! (et hop, un point Godwin)
Etourdissante chronique.
Votre meilleure depuis le début d'asi, sans aucun doute.
Je suis très loin d'être un supporter de Sarkozy mais je trouve que là, vous en faites un peu beaucoup sur pas grand chose.
Vous allez finir par le faire passer pour une victime.
En fait, en regardant la séquence, j'ai surtout été choqué par ce technicien qui ne répond pas à un bonjour....Sarkozy ou pas.
Pour les plaisanteries et autres échanges, n'ayant pas le contexte, il est difficile de les interpréter.
Je donnerais cher pour voir tous les " off " de ce cas pathologique...

Bravo pour l'analyse, notamment sur sa capacité à reprendre contenance lorsque le direct commence, ça fait peur.

Quand à la séquence du verre d'eau, c'est vraiment ridicule. Pour une chose sans importance, il arrive encore à être plus faux-cul que Drucker lui-même, c'est pas rien.
En forçant ( beaucoup ) le trait, on peut le voir aussi comme : " Je vais tous vous mettre à la rue, gardez l'eau minérale, vous en aurez besoin "

Et le vainqueur est sans aucun doute à mon avis l'examen minutieux de sa Patek-philippe à 16000 Euros ( ou 45000, les sources divergent ) sous le prétexte de voir si elle est à l'heure... Pitoyable.
Quand au technicien, on sent bien que le " casse-toi pôv con " n'était pas loin. Bref, la vidéo m'a fait rire au moment du visionnage, mais à froid, je me dis qu'en 4 ans, il va finir par péter un plomb et qu'alors je rirai moins...
Ce qui m'a marqué, dans ces 7 min, outre l'agitation de notre Présidissime incapable de "tenir en place", c'est lors de son échange sur le studio

NS:: très beau ce studio, très très beau
journaliste: 2 mois,.... on a tout changé...c 'est a peu près les mêmes en région... tout est décliné en régions, avec la même couleur et la même ambiance

et là, je trouve la réaction de Sarkozy incroyable, ce sourire, qu'on dirait qu'il contrôle, en vain,

ça m'a fait une impression étrange, le sourire un peu crispé, que j'ai lu comme un équivalent de "ça va pas servir longtemps", ou quelquechose comme ça, en référence au
démantelement de france 3 national et la perspective d'en faire plus ou moins une chaîne regionale

voilà, ça m'a fait penser à un chef d'entreprise qui viendrait visiter une usine qu'il se propose de racheter et qui réprimerait un sourire devant l'ensemble des employés à la vue des nouvelles machines fraichement achetées, sachant déjà qu'il compte fermer l'entreprise...

a noter quand même la sensualité de la maquilleuse, zen, tranquille....auquel notre Présidissime reste d'ailleurs insensible.
Juste une excellente chronique, toujours un plaisir de vous lire ! Sept minutes qui illustrent bien l'obsession du président à remplir le vide qu'il crée par sa propre présence... Cette question d'éducation me choque énormément, et je plussois les dires d'hurluberlu sur cette volonté de marquer son appartenance à une classe sociale bien supérieur et son mépris pour les autres. S'il était vraiment d'éducation ses propos aurait été tout autre, et l'hôpital qui se moquerait de la charité, ce n'est pas la première fois qu'il étale son manque d'éducation.
Ou peut être parlait il d'un autre genre d'éducation, qui impliquerais la courtoisie et l'obéissance que le peuple lui doit au su de son rang, une sorte de rapport esclave/maitre.
Psychiatres, éthologues.
Ce sont spontanément les idées qui me venaient à l'esprit après visionnage de la vidéo.

L'éthologue pour étudier le comportement, le regard de ce prédateur, ce loup dans la bergerie.
Celui qui feinte, amusé, cruel avec sa proie. Celui qui jouera avec, avant de l'étouffer.
Celui qui sait qu'il a gagné et s'en pourlèche d'avance.

Le psychiatre pour m'assurer si oui ou non, ce narcissique rancunier est dangereux.
Le recrutement dans l'armée passe par des tests psychologiques pour éviter ces pathologies.
Le Chef des Armées en a-t-il passé un ?
Merci pour cette chronique. J'ajouterais à votre analyse quelques remarques ou précisions:

1. Je relierais la phrase "C'est une question d'éducation" à votre lecture finale de la sur-politesse du verre d'eau. Dans les deux cas, il s'agit à mon sens pour [s]le Soleil de Tous les Bons Français[/s] notre petit timonier neuilléen de marquer sa classe sociale, de rappeler qu'il n'est pas du même monde, et qu'il vient d'un certain milieu, c'est-à-dire de la moyenne-haute bourgeoisie. Ce sont deux remarques de classes, deux façons de marquer clairement son territoire dans un terrain qu'il présume politiquement hostile, et qu'il juge en tout cas comme socialement opposé à son milieu d'origine. Bref, c'est une forme de mépris de classe. (en même temps, attention, j'ai une forte tendance au crypto-marxisme)

2. Quand vous posez la question "Est-il seulement au courant ? Les deux filles, le directeur, savent-ils ?" à propos du documentaire Sarko mot à mot co-réalisé par Gérard Leclerc... Vous avez une partie de la réponse dans ce off. Audrey Pulvar —je présume que c'est elle car la voix féminine est hors champ— après avoir demandé à son collègue Leclerc s'il s'occupait des étagères —façon narquoise de tourner en dérision la remarque de Sako sur la placardisation?—, rappelle —à mon avis plus à destination de notre petit père de l'identité nationale que pour son collègue auquel elle s'adresse pourtant— qu'il avait fait "une petite série sur les discours des candidats". Une façon polie mais nette de réévoquer le Sarko mot à mot et de marquer un territoire journalistique contre le territoire que Sarkozy entend marquer sur le même plateau de sa morgue présidentielle envers les techniciens et les journalistes.

3. Hypothèse quand au windsurf: apparaîtrait sur les écrans de contrôle, au lieu de l'image attendue du correspondant de Rennes, celle de compétitions de windsurf (mauvais canal, ou autres raisons techniques expliquant l'erreur); Sarkozy saisit cela pour tenter de faire un bon mot de circonstance. Le rire des journalistes serait alors moins de politesse qu'une réaction spontanée à ce qui sur le moment est une remarque humoristique qui tombe à propos.
Je suppose que l'allusion au windsurf pour le journaliste rennais fait référence à un loisir du dit journaliste, NS montrant ainsi qu'il le connaît personnellement. Une information qui n'intéresse personne, mais qu'il ne peut s'empêcher de délivrer à son public. Infantilisme?
Plus généralement, ces 7 minutes portent beaucoup plus d'informations que des heures de journaux télévisés.
très bonne mise en perspective de ces 7 minutes chrono!

sur le placard de leclerc, je pense qu'il faut le prendre au pied de la lettre: "si tu me gonfles de trop (il y a déjà eu la tribune dans la presse), le placard peut se réouvrir...

le fait de dire qu'il était contre sa placardisation ne montre rien du tout vue la facilité qu'a notre cher président à se renier en moins de deux!

pour moi, c'est bien une tentative d'intimidation...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.