127
Commentaires

Schröder : le cri primal de Hollande

La scène se déroule en Allemagne. On fête l'anniversaire du SPD

Derniers commentaires

Bonjour
Frederic Lordon met le doigt où ça fait mal dans les orientations économiques de l'Europe. 4mer et Guetta, soutien d'une Europe antidémocratique sous le diktat allemand, en prennent pour leur grade.
Le PS et Hidalgo hués au Mur des Fédérés.
L'hommage faux-cul de ce parti de bourges, aux victimes de "la semaine sanglante" dénoncé comme il se doit.
Le coût de la nourriture (zapping hier , pris sur une émission de la 5) :

De 2003 à 2013 , la viande a augmenté de 83% , le lait de 113% , les céréales de 152%

Le coût du travail : http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATnon04145

de 2003 à 2013 , le smic a augmenté de 25% ( saloperies de smicards qui coûtent cher à l'entreprise ) , les autres salaires , pour certains , n'ont pas bougé d'un cil : " nombreux sont ceux qui attendent à la porte si vous n'êtes pas contents , ou bien on délocalise , facile " .
Ou carrément baissé : suppression de primes et d'avantages à l'ancienneté et autres géniales trouvailles des très chers experts-conseillers en entreprise .

Dans ce pays , on protège , on garantit sur les deniers publics ( les impôts des citoyens normaux ) les biens mal acquis de mafieux notoires . lagarde est retournée à washington sauver les fonds monétaires de la planète qui sait gagner .
Enfer ! La maladie a encore frappé ! Horreur ! Horreur !

Cela faisait longtemps que le mal courait ! Dans les forums, chez les intellectuels deugôche ! Chez le bon Todd, le virus avait pris des tournants spectaculaires, avec de grands mouvements de bras. Même Marianne, l'hebdo des coincés, avait menacé de succomber
Tous les symptômes se manifestaient partout et alentour !
La maladie déversait ses miasmes dans nos intérieurs douillets, ils obscurcissaient nos télévisions endormies. Subtilement, imperceptiblement, mais implacablement, elle se répandait.

Enfin, nous fûmes certains que tout était consommé.

Et à la lecture du matinaute ce matin, nous avons su que le monde s'était retourné définitivement, que CELA était arrivé :

DS est devenu germanophobe
:-))))))
Rupture de contrat moral de votre part Monsieur DS : Je ne suis pas "client" d'ASI pour que vous nous fassiez part de vos états d'âme sur les supposées trahisons de F.H., le tout assaisonné de figures de réthorique typiquement mélenchonistes donc caricaturales.
1 - Restez l'observateur (assez souvent pertinent) du flux médiatique et de ses scories.
2 - Pour le mélenchonisme idéologique, les forums de ce site y pourvoient à satiété sans que vous ayez besoin d'y ajouter votre petite musique.
3 - Si la critique de FH est nécessaire (elle l'est), laissez la s'exprimer de manière moins primaire dans les autres formats - contradictoires SVP - proposés par ASI.
l'obtention du droit de vote devrait être subordonnée à un examen de culture générale.
Moi, j'aimerais bien que DS me dise enfin la solution aux probèmes des français.

Oui, j'ai voté Hollande, et oui, je le referais.

Je suis convaincu qu'il faut produire en France, et que la relance par la consommation ne peut fonctionner que si cette consommation est issue d'un travail.

Alors certes avoir des travailleurs pauvres ce n'est pas idéal, mais si notre modele est des chomeurs "riches", je ne vois pas où est le gain, pour l'Homme.

Pour créer des emplois en France, il faut reduire le cout du travail. Vite. Même si cela signifie avoir des travailleurs pauvres, ils ont plus de chance d'être augmentés en travaillant qu'en étant au chomage. Et qu'avec un cout du travail réduit, on augmentera les services rendus aux personnes, plutôt que de remplacer par des automates.

Alors que ceux qui me diront qu'il ne faut pas reduire le cout du travail, et qu'au contraire il faut augmenter les salaires et les cotisations pour relancer l'économie en achetant des produits fabriqués ailleurs, viennent expliquer leur équation et d'où vient l'argent ! Moi je n'ai pas compris !
Et la logique sur le partage des benefices au profit des actionnaires ne permet pas d'apporter une réponse au problème de l'empli en France (même si c'est un problème).

Donc, Monsieur Schneiderman, que vous soyez septique sur la politique / communication de tous les gouvernements , c'est pour ça que je viens vous lire. Que vous défendiez les thèses de Todd / Mélanchonme de cette façon me gène.
Le cri primal des magistrats qui ne peuvent faire leur travail : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15594

Le cri primal de Lagarde , entendue par ses juges , longue longue entrevue car ceux-ci ont bien du mal à trouver l'angle sous lequel ils vont pouvoir classer sans suite , la laisser repartir , blanche colombe étonnée .

Si avoir le pouvoir ne peut servir à arroser lézamis mafieux envers qui on est redevable , à caser la famille , à se faire des rentes pour plusieurs vies , tsssssssss mééé où on va !!!

... Quant au cri primal des victimes de servier , des victimes des industriels de l'amiante ,
le cri étouffé des mineurs révoltés de 1948 ...
il se prend pour quoi , le peuple d'en-bas !
Rien d'étonnant à cela. Quand j'étais militant au PS entre 2002 et 2008 (période pendant laquelle Hollande était premier secrétaire ), entre nous on l'appelait ironiquement le nouveau Guy Molet. Certains disaient même : " Il a pris le parti socialiste et nous a rendu la SFIO " !
les allemands ont des emplois mais pas de salaires. ils sont donc occupés mais vivent sous le seuil de pauvreté . Si c'est cela le contrat social qu'ils nous proposent je préfére reduire le temps de travail partager celui ci partir à la retraite plustôt on relancera l'activité quand on arretera de sacrifier nos industries pour que la chine exporte chez nous et tout ça pour pouvoir leur vendre 5 milliards d'airbus.

Les chomeurs nous coutent 5 milliards c'est donc bien sau ver les emplois de hautes technologies (ingénieurs et sacrifier nos petite main dans le textile la chaussure Le ps continue le déclassement des gens peu qualifiés pour sauver le soit disant fleuron de l'industrie française °
parce qu'il y a des gens qui ont droit à des vies déçantes il faut que des milliers d'autres vivent dans la misère .

on ne retrouvera le plein emploi que le jour où on protegera nos frontières commerciales .

Le ps l'UMP ont une seule et même vision et si l'emploi disparait il faudra instituer un revenu universel de 1500e par famille .
Le problème, c'est comment dire du bien du SPD quand on est invité pour le célébrer ? Excellent parti d'opposition, les rares fois où il a pris le pouvoir ce fut un désastre. Schröder n'est que le dernier en date.
[quote=Le Matinaute]Schröder qui, ses réformes accomplies, a entamé une belle seconde carrière d'homme d'affaires, notamment en vendant ses services au Russe Gazprom

N'y a-t-il pas matière à investigation journalistique? Qu'est ce qui peut expliquer qu'un homme politique allemand se retrouve embauché par une grande entreprise russe? Ça ne gêne pas les Allemands? Ça devrait, pourtant, non?

Là dessus, Hollande qui lui tresse des lauriers... J'ai beau n'avoir et n'avoir eu aucune illusion, chaque renoncement, chaque reculade, chaque complaisance me fait quand même quelque chose.
Qu'est-ce qui vous permet de dire que le Président de la République française agit pour le compte de l'Allemagne?

En plus d'être faiblarde, votre analyse est nauséabonde.

Quand bien même il voudrait s'inspirer d'un "modèle allemand", ne pourrait-il pas le faire aussi parce qu'il pense que c'est l'intérêt de la France et des Français?

Ne fait-il pas preuve de constance et d'une fidélité à une pensée politique qui a toujours été la sienne?

Est-ce vraiment le même modèle qui est prôné?

Quelles sont les exigences de politesse, de courtoisie et de diplomatie lorsqu'on est invité à l'anniversaire du SPD?

N'y va-t-il pas (aussi) dans l'intérêt de la France?
Non, je pense qu'il songe à la "politesse" et à la "courtoisie" de Valls avant chaque évacuation de Roms ou d'immigrés.
Vous le croyez, ça ? si ça se trouve, ces gens n'avaient même pas de paillasson.
Non.

Je pense qu'il y a un langage diplomatique. Qui diffère du discours politique.
Non.

A l'instar de son discours (économique) à Londres qui différait de celui prononcé quelques jours plus tôt en France, c'est un langage politique. Il en était de même de la règle d'or votée par les parlementaires PS.

«Le progrès, c'est aussi de faire des réformes courageuses pour préserver l'emploi et anticiper les mutations sociales et culturelles, comme l'a montré Gerhard Schröder (...)».

Ce sont des termes employés pour définir des stratégies politiques et politiques publiques décidées par un gouvernement, d'un parti politique, d'un responsable politique etc.

Cela n'a rien à voir avec un discours diplomatique.

C'est un positionnement politique.
Merci pour le second lien, dont je consulterais les 251 pages lorsque l'opportunité se présentera.

Non, non, vous avez sûrement raison.

Dans tous les cas, ce qui est certain, c'est votre opinion - même si ce n'est pas un diplomate et agit en tant qu'acteur de l'exécutif (sa fonction), lors de l'anniversaire d'un parti politique tout en s'exprimant sur des réformes politiques et utilisant les termes spécifiques au langage d'un politique, qui, engage des actions... politiques.
Non.

Je demande à DS ce qui lui permet d'affirmer que le Président de la République n'a pas la volonté d'agir dans l'intérêt de la France et des Français. Et pire, qu'il agit pour le compte d'un Etat étranger.

Sans me prononcer sur la qualité de sa politique.
Sans me prononcer sur la qualité de sa politique.

Peut être que c'est là où se situe la différence entre votre point de vue et celui de l'auteur.

L'auteur analyse (en appréciant qualitativement) la stratégie politique engagée et mise en oeuvre par le chef de l'exécutif.

A mon avis, il n'était pas question de sa personne mais, à travers ses actes politiques (et donc publics), de sa qualité en tant qu'élu et chef de l'exécutif, détenant un mandat représentatif.

Au nom de ce mandat, pendant cinq ans, il (ainsi que tous les autres fonctionnaires de l'Etat) agit au nom du peuple Français et pour le peuple Français qu'il s'agisse : de signer un contrat ; d'engager les ressources humaines et naturelles du pays ; de prendre un crédit/une dette etc. Il en est de même dans les autres pays, pour tout chef d'Etat.
@Ab

Non. L'auteur porte des accusations graves sans apporter le moindre élément de preuve.

Il y a une différence entre faire comme en Allemagne et agir pour le compte de l'Allemagne.

Relisez.
J'ai relu.

1) Oui, il existe non pas une différence mais de multiples hiérarchies ou axes de lecture à travers cet article;

2) Le chef de l'exécutif d'un pays, n'a de compte à rendre qu'aux citoyens qu'il représente. Mais cela signifie également son indépendance et non pas sa subordination en copiant les réformes mises en place par un pays ou exigées d'un pays.

De nos jours, en particulier depuis la crise financière de 2008 et toutes les crises politiques et socio-économiques qui affectent certains pays européens (ceux dit du "sud"), cet axe de lecture et critique est également employé à l'étranger ou au niveau national.

C'est le cas lorsqu'il est question des politiques européennes versus les intérêts à l'échelle nationale ; ou encore, lorsqu'il est question des politiques nationales versus les intérêts à l'échelle régionale.

Autres exemples :
- le Royaume-Uni, qui, se positionne plutôt anti-UE et directives européennes
- lors des manifestations à Londres contre la guerre en Iraq, les manifestants prônaient une indépendance du RU et de son premier ministre (chef de l'exécutif), qui, n'avait pas à (toujours) suivre les choix politiques des USA
- certaines décisions prises au niveau national, malgré la décentralisation, ne plaisent pas nécessairement au niveau local

L'auteur porte des accusations graves sans apporter le moindre élément de preuve.

Lesquelles ? De quoi parlez-vous exactement ?
(Le Président de la République) est chargé de promouvoir auprès d'un public de soixante millions de clients potentiels la politique allemande, les dogmes allemands, les exigences allemandes

Allant rendre compte devant son conseil d'administration (Toute l'Allemagne. Un concentré d'Allemagne. Un nectar, une quintessence d'Allemagne), François Hollande est exactement à sa place.

C'est possible. Il y a des Etats dans lesquels le Chef de l'Etat agit pour le compte d'un autre Etat.

Apparemment, s'agissant du cas qui nous occupe, DS aurait des informations en ce sens. Celles qu'il nous livre sont un peu légères quand même.
C'est assez étonnant l'interprétation dont vous faites au lieu d'analyser le discours politique du chef de l'Etat - à l'occasion de l'anniversaire de ce parti politique - avec les rapports de force au sein du couple franco-allemand et au sein de l'UE, en particulier depuis la crise de 2008.

La démographie allemande et balance commerciale de l'Allemagne ne sont pas les mêmes que celles de la France. Pourquoi appliquer les mêmes réformes ?
En France, en général dans les médias, ces réformes sont vues positivement. Cependant, je ne pense pas qu'il en soit de même pour les citoyens allemands concernés notamment en ce qui concerne : le travail ; la politique familiale (notamment pour les femmes... et qui ont des enfants) ; l'éducation etc.

C'est ce qui est également critiqué au RU lorsque le premier ministre signe certaines directives européennes, car leur souveraineté semble être une caractéristique vitale (à travers les articles et partis-pris de la presse).
"Je demande à DS ce qui lui permet d'affirmer que le Président de la République n'a pas la volonté d'agir dans l'intérêt de la France et des Français. "
Au choix. Non respect du programme. Mensonges en série au Bourget, reniements complets dans certains domaines, poursuite de la casse des pouvoirs publics entamée par son prédécesseur, acceptation de politiques très exactement similaires dont on connait les conséquences dans tous les pays du sud de l'Europe après à peine quelques années seulement. Et j'en passe, d'autres exemples avérés ont déjà été signalés sur le forum depuis des mois. Sans parler d'une politique de droite dure menée par le ministre de l'Intérieur.
Alors, évidemment, à moins que de votre point de vue, un président qui finalement, ne se veut pas socialiste (sans rire) issu d'un parti qui prétend l'être, qui dans de nombreux domaines, reconduit la politique de Sarkozy alors qu'il est descendu dans la rue contre elle il y a deux ans, et qui est pris la main dans le sac des faits réels mentionnés ci-dessus; agit ainsi dans "l'intérêt de la France et des Français"...
Remarquez, ça ferait très social-libéral, après tout. Hollande a bien tenté, en se mordant les lèvres afin de ne pas rire de sa plaisanterie, de faire croire qu'il ne menait pas une politique d'austérité.
Quel déconneur, ce Hollande.
comment se fait-il qu'en politique, il soit encore plus difficile qu'ailleurs de reconnaître courageusement qu'on s'est planté
Déjà que ce n'est pas toujours commode au niveau familial ou amical à notre niveau, alors j'imagine devant des millions de gens... à supposer qu'Hollande pense lui-même s'être planté quelque part.
Et je ne parierai pas là-dessus.
je pensais surtout aux électeurs de Hollande ( 1er tour)- j'en ai beaucoup dans ma famille- qui sont actuellement dans un déni très psy, comme s'il s'agissait d'échapper à je ne sais quelle culpabilité intime. C'est encore Aristote qui a raison : nous sommes " zoon politikon" jusqu'au bout des ongles.
Côté électeurs, à peu près tous ceux que je connais parmi ceux qui ont voté pour le PS - étant eux-mêmes sympathisants, regrettent leur vote, autant que ceux qui ont failli voter Méluche et changé d'avis au dernier moment (les ravages du "vote utile").
Dans les instances dirigeantes du PS, les courants sociaux-libéraux sont majoritaires.
Au niveau de la base, c'est une autre affaire, et maintenant qu'au pied du mur, celui qui a fait semblant de se scandaliser (plus ou moins fortement il est vrai) de la politique ultra-droitière qui a régné durant la décennie 2002/2012, a fait tomber le masque, j'ai bien peur que ce soit une catastrophe à tous points de vue lors des prochaines élections.
Avec leur travail de mépris du FdG depuis 2011 (ouvertement), ils ont contribué, autant que leurs prédécesseurs de droite, au fait que nombre de voix qui devraient logiquement aboutir au FdG si le programme et les idées avaient été correctement véhiculées par les médias dominants comme ils l'ont fait pour le PS et avant l'UMP: vont probablement arriver tout cru dans le bec de la Pen qui n'en fait pas une ramée entre chaque élection.
Et n'en a pas particulièrement besoin, du reste.
Vous balancez une critique assassine, l'air de rien.... Quel talent!!!
Je répète. (C'est marrant cet exercice. On me l'avait dit mais à pratiquer, c'est encore autre chose.)

Je ne critique ni n'encense la politique de Hollande.

Je critique un texte publié sur @si.

@Fan de canard:

Je n'ai pas dit que le Président agissait dans l'intérêt des Français. Je m'étonne qu'on affirme qu'il agit volontairement dans l'intérêt d'un autre Etat. Comme le fait DS dans son billet. C'est possible mais il faut apporter un peu plus d'éléments.

@Ab:

Pourquoi faut-il que je me prononce sur la politique de Hollande avant de critiquer l'approximation grossière d'un raisonnement matinal?
C'est à dire que vos propos ne semblent pas seulement remettre en question l'analyse de DS, mais aussi suggérer que Hollande agit en toute cohérence, avec à l'esprit l'intérêt général du bon peuple.
Sur ce forum, j'ai quand même l'impression que l'argumentation qui conduit à dire que Hollande est à coté de la plaque a été fourni.... Par contre, l'argumentation qui vise à trouver Hollande honorable et pertinent... On attend encore...
Pourquoi faut-il que je me prononce sur la politique de Hollande avant de critiquer l'approximation grossière d'un raisonnement matinal?

Parce que, le forum peut être considéré comme un moyen qui vous permette d'expliciter votre position par rapport à un article ?

Ensuite, l'auteur faisait une analogie avec une entreprise (son organisation ; les intérêts défendus etc.) et le marché du travail... étant donné qu'il s'agissait d'un thème abordé par le chef de l'Etat, lui-même.

Ce n'était pas un rapport d'Etat à Etat. D'un chef d'Etat à un autre chef d'Etat (malgré la présence de la chancelière allemande). L'occasion ne s'y prêtait pas.

Il s'agissait davantage d'une relation entre deux partis politiques qui représentent des puissances économiques différentes.

Les intérêts de la France ne sont pas ceux de l'Allemagne. Les intérêts que doivent défendre le SPD en Allemagne sont-ils et doivent-ils être identiques à ceux du PS en France ?
Quand bien même il voudrait s'inspirer d'un "modèle allemand", ne pourrait-il pas le faire aussi parce qu'il pense que c'est l'intérêt de la France et des Français?

On nous a déjà bassiné avec le modèle anglais le modèle irlandais le modèle espagnol,avec le succès que l'on sais.


Mais la c'est différent.....
FH sauve les gros salaires des patrons et supprime les 75%, réduit l'ISF, soutient les écritures en faux du FMI et encourage la dérive bancaire, drague le Medef et piétine le code du travail, sous-revalorise les pensions et donne le coup de grâce à l'universalité des allocations familiales, augmente la TVA et créé la plus belle niche fiscale sans contrepartie du CICE, décore nuitamment de la Légion les aficionados du dumping social...

Tout va bien, on est sur la bonne pente
Comme beaucoup, j'ai trouvé cette chronique particulièrement pertinente.
Je n'avais pas choisi François Hollande comme candidat de la gauche car je pensais que quelqu'un qui n'avais su gérer le PS pouvait difficilement gouverner la France. J'ai voté pour lui afin d'éliminer Sarkozy et je suis contente tous les matins en écoutant la radio de ne plus entendre les sempiternelles annonces concernat les coups médiatiques de notre ancien président.
Cependant, je commence à croire que certains de mes amis avaient raison en disant qu'en votant Hollande, on préparait la place au front national vu la déception qu'il amènerait dans la population la plus modeste.
En tout cas, bravo Daniel ! Continuez !
Il semble, cher Daniel Schneidermann, que vous ayez été pris d'un accès de todderie, pour reprendre un terme que vous-même avez employé, sinon forgé. Je ne doute pas qu'en l'occurrence votre "conviction" personnelle ne soit confortée par bien des commentaires des abonnés. Aussi me fais-je un devoir ici de "risquer" de déplaire, en m'inscrivant en opposition. J'ai évidemment voté pour Hollande dès le premier tour, et je le referais si j'avais à le refaire. Pour une double raison: d'estime pour la fermeté de caractère de la personne et la courageuse autant que lucide politique qu'il conduit. Non que je sois un admirateur de Schröder dont j'ai dit sur ce forum la critique qu'elle m'inspirait. Mais parce qu'entre le libéralisme dérégulé des uns à droite et l'iresponsabilité à gauche des autres (tant celle encore intra-parlementaire que celle "néo-communiste" en dehors), elle me semble tracer la seule voie justement praticable. Non là encore, que je n'aurais préféré qu'elle fût plus rudement engagée: fiscalement en particulier. Mais n'étant pas personnellement aux prises avec les difficultés de la tâche de gouverner, je relativise mes impressions eu égard à la réalité de la situation. Car il s'agit surtout d'éviter de laisser jouer les fâcheux penchants à l'énervement qui se manifestent aujourd'hui contre la rigoureuse bonhomie de notre Président: que l'inintelligent parti intellectuel se prononce contre lui me fait tout à la fois regretter qu'il nous manque un Péguy, et tenter de rappeler au devoir qu'il nous a fait. À cet égard, j'ai récemment noté qu'Edwy Plenel s'en réclamait: cela m'a étonné et pourrait vous donner à penser, ainsi qu'aux abonnés dont je vais m'efforcer de ne pas préjuger de la façon dont ils me liront.
Là où il est très fort, François, c'est que dans quatre ans, son successeur UMPiste ne trouvera pas matière à le critiquer.
S'il garde le cap, son bilan n'affichera pas une seule mesure de gauche, un seule loi en faveur des plus défavorisés. Pas une trace de cette politique sociale qui hérisse tant la droite et la fait hurler à la gabegie.
Couillonnée, la droite.
Bonjour
"Allant rendre compte devant son conseil d'administration, François Hollande est exactement à sa place."
Bravo pas mieux… et ses députés lemmings mangeant dans sa main !!!
Je me souviens avoir participé au dépouillement des votes au second tour de la Présidentielle.

Une personne avait pris les deux bulletins disponibles, les avait découpés en deux pour les reconstituer en un seul avec du scotch : "François Sarkozy". En dessous il avait rajouté au stylo : "Et vice versa".

Visionnaire !
[quote=Daniel Scheidermann]Le job de François Hollande, en fait, n'est-il pas un job de communicant assez classique ? Le titulaire du poste est chargé de promouvoir auprès d'un public de soixante millions de clients potentiels la politique allemande, les dogmes allemands, les exigences allemandes. Le poste est logé à l'Elysée, dans un faste inouï.

Vous seriez encore à la télé publique, Quatremer voudrait vous interdire d'antenne attention. Germanophobe!
d'où l'intérêt d'un référendum révocatoire prôné (dans le vide) par Mélenchon : à cette heure, Hollande pourrait faire ses valises ! Au lieu de quoi nous devons patienter encore 4 ans...
J'enrage contre les "imbéciles" comme Todd qui l'ont soutenu !

Merci Daniel pour cette chronique !
Hollande en directeur régional allemand, c'est bien vu ce matin. Si je puis me permettre un commentaire, dans cette jolie métaphore, Melenchon est le syndicaliste remonté. Toutes vos chroniques sur ses éructations, replacée dans ce contexte entreprenarial que vous décrivez parfaitement aujourd'hui, peuvent apparaître un peu vaches vues d'en bas.
Tristesse ce matin en face de ma colossale naïveté à soutenir celui pour qui j'avais voté...L'électeur peut avoir la conscience chevillée au corps. L'élu,non. Hollande ,non.Son discours flatteur est insupportable. Il devrait se rappeler la morale de la fable :"tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute ." Et s'il ne le sait pas,nous on le sait.
On imagine les contorsions intellectuelles de ceux qui ont voté pour lui au premier tour.
Excellent billet ce matin! Avec le ton et le fond. Bravo.
Faites-nous en un comme çà chaque semaine, et le nombre d'abonnés va s'envoler.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.