24
Commentaires

Schloendorff filme Verdun : un effet Koulechov

Dans sa chronique de ce matin, Daniel Schneidermann nous parle de ces ados franco-allemands en tee-shirts de couleurs vives qui « courent entre les tombes de Verdun ». « Scandale! Apocalypse! Suprématie du festif indécent sur la commémoration solennelle et recueillie! », énumère le patron de ces lieux, qui résume ainsi la violente réprobation exprimée sur certains comptes des réseaux sociaux.

Derniers commentaires

Quelques chiffres. Jacques Tardi. C'était la guerre des tranchées.

http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://idata.over-blog.com/1/35/13/57/13-08/Tardi-c-etait-la-guerre-des-tranchees-04.jpg&imgrefurl=http://littexpress.over-blog.net/article-jacques-tardi-c-etait-la-guerre-des-tranchees-119874640.html&h=716&w=789&tbnid=yJklIPAbVwRLpM:&tbnh=90&tbnw=99&docid=46unBnNObNNaMM&usg=__-UOwr3J6O8LdbUvdvfc_J5uj1Hs=&sa=X&ved=0ahUKEwjJge7e9oTNAhXBSxoKHaPyDGoQ9QEINzAE
Verrons-nous la guerre autrement après avoir lu ?
L'adieu du cavalier

    Ah Dieu ! que la guerre est jolie
    Avec ses chants ses longs loisirs
    Cette bague je l'ai polie
    Le vent se mêle à vos soupirs

    Adieu ! voici le boute-selle
    Il disparut dans un tournant
    Et mourut là-bas tandis qu'elle
    Riait au destin surprenant

Guillaume Apollinaire
Tout à fait d'accord avec vous, AF 30.
Cette course se déroule comme si, subitement, spontanément, paysans et ouvriers français et allemands avaient décidé de quitter leurs champs et leurs usines pour se jeter les uns sur les autres et se battre; cette mise en scène occulte complètement l'organisation de la boucherie faite en amont par les puissances gouvernementales, financières, politiques, militaires. Aucun des organisateurs n'a eu à rendre de comptes; aucun n'a été poursuivi pour crimes contre l'humanité.

Faire lire par les élèves des lettres de poilus aurait eu une tout autre puissance. Sans musique et roulements de tambour. Le silence entre les lectures.
Ce spectacle car il s'agit de spectacle est indécent. Ces commémorations sont toutes semblables. Nul part on ne voit la souffrance des pauvres gars envoyés à la boucherie. Dernièrement par un pur hasard j'ai lu ´ la peur' de G. Chevalier. Voilà ce qu'il faudrait inviter à lire aux différentes générations. Ils apprendraient ainsi qu' ´´ on avait fusillé de pauvres gens, qui avaient déjà supportés des années de misère, et qu'on n'a pas jugé un seul général. Il fallait chercher dans les états majors les responsables de la révolte, qui était la conséquence des massacres.´´ . Ces jeunes gens qu'on lançait dans des assauts criminels et qui étaient rendus ´´à marcher dans la viande ´´. Ces commémorations font penser à ce qu'en disait B. Traven à propos de cette même guerre : ´´ les gouvernements se rabibochèrent, les brigands de haut vol s'attablèrent aux fastueux banquets de réconciliation, et les travailleurs et les petites gens de tous les pays payèrent la casse : frais d'hôpital, d'enterrement, gueuletons de réconciliation.´´ . Par ailleurs quelle sincérité peut-on accorder à un individu qui aujourd'hui ne donne pas la priorité aux solutions pacifiques ?
Bref, une fois encore, celui que la chose choque passe pour le con. Magnifique marque de respect, mais à l'égard de qui ? De tous les vivants certainement pas, et des morts, la discussion n'est pas autorisée. On va se conformer à la bien-pensance des résos, alors.
Et ben moi je dis que c'est en lisant des articles comme ça que je ne regrette pas mon abonnement à @SI !
Bravo Alain ! ;)
Bon. Bien.
C'est comme moi.
Je ne regarde jamiais la télé. mais c'est pas pour ça que je suis insensible à l'effet Koumachinchox, comme il a dit maître Korkos.

Bon alors, c'est comment les seins tomes ?
les cinq tomes
les saints tomes ?

je sais plus quoi !
Moi, ça me GONFLE toutes ces commémorations où on fait passer pour des héros des gens qu'on a envoyé au massacre sans leur laisser le choix et qui n'étaient pas forcément tous des saints non plus.
On célèbre quoi? Qu'ils ont dû se plier aux ordre et crever et tuant d'autres gens qui ont dû se plier au ordres pendant qu'on prenait froidement des décisions là haut?
Ah...si ils pouvaient tous rester chez eux...
Puis-je dire que cette commémoration était nulle à chier ?
Il faudrait arrêter de vouloir falsifier l'histoire, de l'instrumentaliser au profit d'un projet politique actuel.
En vérité, je vous le dis, l'effet Koulechov est partout.

( ce n'est pas du Baudelaire )
Je ne vais pas refaire l'histoire de la mort en mai alors que c'est le marronier de la Toussaint. Disons simplement qu'aujourd'hui on se détourne de la mort et ça n'a pas toujours été le cas. Plutôt que de faire des nécropoles des lieux d'où l'on se détourne 364 jours sur 365, courir, chanter dans une nécropole n'est il pas une manière de rendre hommage ? Après tout il nous ont légué notre liberté, notre égalité, notre fraternité. Célébrons la !

Nous sommes des nains grimpés sur des épaules de géants. Les géants, pour moi, c'est eux : poilus, résistants, révolutionnaires. Nous sommes leurs petits enfants.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Elémentaire, mon cher Maître.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.