80
Commentaires

Sarkozy répète, mot pour mot, un discours sur les paysans

Coup de maître pour le Petit journal de Canal Plus, le 28 octobre.

Derniers commentaires

A propos donc de Barthes et du Petit Journal dont je suis personnellement tres fan, pour ces epinglements de discours qui ne perdent pas une ligne au cours des mois, quelque soit le sujet aborde, j'ai quand meme ete assez surpris par le sujet de la visite d'Obama en Irelande, ou Barthes fait passr Obama pour quelqu'un qui se la pete parce qu'il se presente en disant "Je m'appelle Obama"

Or, le point de cette phrase est le debut d'une blague non seulement marrante, mais d'actualite vu les accusation que l'on fait aux USA sur les origines du president americain.

La phrase entiere etait : “My name is Barack Obama, of the Moneygall Obamas and I’ve come home to find the apostrophe we lost somewhere along the way.”

ce qui en francais veut a peu pres dire : "Mon nom est Barack Obama, de la famille Obama de Moneygall ( Note : Moneygall est la ville ou est ne l'arriere-arriere-arriere grand pere d'Obama ) et je suis venu pour voir ou s'est perdu l'apostrophe"

Comme quoi, encore une fois, un montage peut-etre utilise pour faire passer une idee qui n'a rien a voir avec la realite
@ antennerelais

Je ne pense pas que Sarkozy (père ou fils) soient conscient des paroles « perroquetées » qu’écrivent leurs dialoguistes.
Ce sont de bons [s]orateurs[/s] acteurs qui savent donner le ton émotionnelles et gestuelles aux paroles prononcées.
Ils sont constamment dans la représentation de leur image, et mentir n’est pas pour eux un handicap – de toutes façons l’électeur lambda captif a envie d’entendre cette réalité –, mais bien au contraire leurs seules capacités de manœuvre.
On traite la forme et non le fond… comme avec la publicité ! dont ils partagent les mêmes conseillers.
Ce qui compte ce n’est pas changer ce qui a créé la cause, mais la conséquence visible.

Un exemple, actuelle, avec la pub d’Allianz :
« Pus de 350 000 conseillers […] dont 1 qui vous suit personnellement. »
Pour ma part j’ai passé des heures au téléphone, avec cette société, sans pouvoir résoudre un problème : le personne contacté n’est jamais au courrant du dossier (ou si elle l’est, elle est pas disponible ou en congé), ou ce n’est pas le bon service.
et vous ?

Comment ça marche ?
Un sondage fait remonter aux publicitaires les critiques acerbes des consommateurs et plutôt que de changer le comportement des employés de la société [le fond], on préfèrent changer la vision négative des consommateurs [la forme] et donner des slogans tel que :
« Total on ne s’arrête pas par hasard ».
Un sondage ayant montré que 80 % des automobilistes choisissaient la station-service par hasard.
« Crédit Lyonnais, le pouvoir de dire oui ».
« Vous n’êtes pas qu’un numéro ».
Les enquêtes sondages montrant, à 90 %, la visibilité de cette non-réalité…
Ce qui m'a frappé, c'est que le discours est recraché, à plusieurs mois de distance, très exactement de la même façon (intonation, rythme). Exactement comme un musicien peut faire avec un morceau maintes fois travaillé et répété.

D'où cette question : Sarkozy passe-t-il une grande partie de son temps à répéter ses discours ?

Je ne me rappelle pas que Mitterrand ou Chirac faisaient autant de discours. Eux par contre répondaient aux questions de la presse lors de conférences de presse... Cette façon d'occuper le terrain (et surtout les médias) par moult discours (et annonces) interposés, serait-ce un point central de la "stratégie sarkozyenne" ? Cette "stratégie", qui ressemble de plus en plus à un plan de "com" ou de pub (à moins que ce soient les yeux qui se dessillent à ce sujet), cette stratégie parait de plus en plus axée sur la simple conservation du pouvoir (avec finalement les mêmes ingrédients qui ont servi pour y accéder).

En tous cas cela m'étonnerait beaucoup que Sarkozy ne se soit pas aperçu qu'il reprenait, non seulement le même discours : mais aussi cette même façon précise de le déclamer, à la nuance près (tel un musicien reprenant les mêmes "rails" d'un morceau dont l'interprétation aura été fixée, ceci après des heures et des heures de travail).

La déclaration liminaire du président de la R, "je ne suis pas venu vous tenir un discours que vous avez déjà entendu", ressemble un peu trop à un certain type de mensonge grossier et éhonté (genre "plus c'est gros mieux ça passe"), qui me semble assez caractéristique de cet actuel président de la R. Et d'ailleurs on dirait que ceci se transmet de père en fils : Sarkozy fils lors de son grand oral face à Pujadas il y a une semaine avait empilé ce que l'on peut appeler, en appelant un chat un chat, un certain nombre de gros mensonges ("c'est une décision que j'ai prise seul", "on a parlé de népotisme, on a parlé de nomination, chacun a bien compris que c'était pas le cas", "campagne de manipulation et de désinformation" etc. - (source)).
On trouve sur de nombreux sites – lorsqu’il n’a pas été rejeté comme sur Libération.fr –, la version de 1 minute 36 secondes.

Il n’y a que sur un site russe « rutube.ru » [s]que l’on trouve[/s] où j’ai trouvé la version complète de 4 minutes 49 secondes.
La PRAVDA au secours de la liberté d’expression de LIBÉRATION ?
????????? [visites] (32 651)

Voir à 3 minutes 50, le « pavé dans la mare repris par lémédias » à propos de l’identité nationale, sur la même phrase que le 19 février qui n’avait fait aucunes vagues.
Suggestion de décryptage à l'intention de l'équipe d'@si:

Je viens de voir le Petit Journal de Yann Barthès à l'instant.

Il serait intéressant de voir, grâce peut-être au système d'archives que lui-même a évoqué avec humour, la façon dont Denisot coupe souvent brutalement le Petit Journal, alors qu'il revient souvent à Apathie afin de développer un peu son propos.
Ainsi que sur sa désolidarisation avec Les Guignols ("bonjour PPD... merci Yves-Lecoq " systématique de sa part, sur le thème en substance "n'oublions surtout pas de préciser, plutôt de marteler au téléspectateur, que ceci n'est que pure fiction, et n'est pas sérieux, et que derrière les marionnettes se cachent de vrais imitateurs"...).
On a l'impression que l'émission se termine (générique de fin avec la musique bandeaux etc, pub interminable...), puis arrivée des Guignols... ... repub, sponsors... et retour au Grand Journal où le présentateur ne risque pas de revenir sur les lièvres évoqués, et on parle tout de suite de sujets qui ne fâchent pas.
(en rappelant que les Guignols sont parmi les seuls à voir fait une mini-pub gratuite à @si grâce à leur petit bandeau arretsutrimages.net)

Donc je dis: pourvu que le Petit Journal ne se transforme pas peu à peu en Toupitipiti Journal.

Et aussi que Nulle part Ailleurs ne m'a jamais autant manqué qu'actuellement.
D'accord and... so what?

Je ne parviens pas à saisir la critique sous-jacente que l'on peut faire à Sarkozy pour avoir repris l'un de ses discours. Vraiment je ne vois pas. Tout le monde se gausse ce matin en disant "scandaleux, scandaleux" sans même savoir pourquoi j'ai l'impression.
Entre ça et la douche à 300 000 euros franchement on touche le fond de la critique journalistique (et comme dirait le porte-parole de l'Elysée Dodo souligné là encore par Yann Barthès: "y'en a qui touchent le fond et y'en a qui font du fond").
C'est tellement fastoche tout ça.
Ce monsieur sombre dans le ridicule.
Mais une chose me pose question dans ce rediscours: "le mot terre a une signification francaise"
Bien sur comme les mots avion; cheval, papillon, betise etc...
Mais dans les autres langues le mot qui designe le sol signifie t il abricot, cacahuete, ou anerie????
Salut,

juste pour préciser que le contenu vient d'être supprimé sur le site du post.

On peut y lire à la place:
"CONTENU REJETÉ. Nous sommes désolés, ce contenu a été retiré pour cause de non respect des conditions d'utilisation"

Soucis, tous les autres sites apparemment, ont publié cette vidéo en effectuant un lien vers le site du post, et donc aucun ne fonctionne... à part @si, ce qui est bien heureux!

Faudrait il y voir une contre attaque face à la diffusion d'un potentiel buzz tournant notre président en ridicule?
je me permets de poser la question.
Merci de nous remémorer ce grand moment du Petit Journal d'hier. Bravo les monteurs et les archivistes !
Mais ce qui m'a le plus choquée dans ce discours c'est le passage sur le " moi, j'ai été élu pour représenter l'identité française".
Et puis quoi encore ! Heureusement qu'il est là pour ça, il chercherait à représenter le fond de la cuvette de mes wouawoua je serai très inquiète !!!
Qoique, en réfléchissant bien....
La désinvolture que représente ce copier/coller de discours en dit long sur son intérêt pour les producteurs agricoles.
Le sort de l'agriculture française devient ce qu'est la culture du coton en Inde = un monde en perdition irréversible.
Il serait utile de lui rappeler que la révolution de 1789 à commencer avec des fourches....
Ce serait intéressant de décortiquer le processus de cette redite: qui a fait le discours? qui a décidé de le ressortir?... Bref, un véritable "arrêt sur images"
Sincèrement, qu'il reprenne un ancien discours, je ne trouve pas ça très choquant, surtout quand on sait que ce n'est même pas lui qui les écrit.
Par contre commencé ce même discours par "Je ne suis pas venu vous tenir un discours, que vous avez déjà entendu" c'est ce moquer des gens. Et là c'est grave.
+100 à JMT.R pour son com' qui troll très intelligemment le sujet (merci pour le lien)

"Hier, vu sur Arte, l 'émission "1929" (http://plus7.arte.tv/fr/1697660,CmC=2905558.html).
Les commentaires montraient que les agriculteurs sont ceux qui ont le plus souffert de la crise de 1929. La population n'avait plus les moyens d'acheter les produits (lait, céréales), dont les prix ont chuté dans de telles proportions qu'ils devaient jeter leurs stocks , alors que les villes étaient affamées. Et le film montrait un paysan jeter le lait qu'il produisait. Ces images m'ont donné la "chair de poule", car je revoyais ces agriculteurs, qui, il y a quelques jours, jetaient eux aussi leur production. Je me dis que nous n'avons pas vu le pire."

Documentaire à voir absolument, bien plus intéréssant que de parler sur les discours de notre président-marionnette au service des interêts des créateurs exclusifs de monnaie privée.

http://monnaie.wikispaces.com/
La terre ne ment pas.
Pétain, 25 juin 1940

Le cultivateur doit prévoir, calculer, lutter. Les déceptions n'ont aucune prise sur cet homme que domine l'instinct du travail nécessaire et la passion du sol. Quoi qu'il arrive, il fait face, il tient : c'est un chef.
Pétain, 20 avril 1941

Vu sur le site de gloire à Pétain, qui estime utile de préciser, à l'accueil: La défense du Maréchal Pétain est un droit reconnu par la Cour Européenne de Strasbourg (arrêt du 23 septembre 1998). Allez Sarko, encore un effort!
J'admire les gens qui ont la force d'aller fouiller dans tous ces beaux documents de notre honte. Je n'en reviens pas qu'ils soient capables de les étudier, et de les retenir au point de pouvoir sursauter en détectant, parmi toutes les ignominies qu'ils contiennent, des copier-collers comme celui-ci. Voici, mesdames et messieurs, les soutiers de l'assainissement, la chiourme du balais à crottes. Voici les proctonautes. Chapeau bas.
À défaut de faire des économies (financières), le président, au moins, économise ses mots.
Est-ce que la terre qui est SOUS les routes ça compte pour nous garantir une vraie bonne identité française ?

Si oui, je suis très contente, car en plus d'avoir une carte d'identité française depuis plusieurs décennies, je connais des routes que mon père a aidé à faire, il conduisait "l'engin qui fait les routes". Il nous disait à chaque fois qu'on passait sur ses oeuvres "elle est à nous, c'est moi qui ...".

Vous croyez que, le moment venu, car il viendra, ça peut sauver la mise de ma famille, qui n'a plus aucun lien avec le pays d'origine, pour certains même pas la langue ?
La vraie leçon de ce bégaiement est que personne n'écoute les discours de not'bon mètre (même pas lui). Est-ce une bonne nouvelle?
Ah le Jura.

Mes enfants viennent de s’y installer. Un poste d’institutrice pour la maman dans une école (toute neuve) de montagne à deux classes, un projet de centre d’art contemporain pour le papa. Ils ont été royalement accueillis dans un petit village de 300 habitants par des gens actifs et solidaires. Quinze jours après leur arrivée, je suis allé à la fête du village : à les voir et à les entendre, on avait l’impression qu’ils étaient là depuis quinze ans.

Petit village loin de Paris, des gens solidaires : tout ce que méprise la Sarkozye.
Je pense que Nicolas Sarkozy a renoncé définitivement à sa candidature de 2012, sinon il ne s'autoriserait pas ça en pleine débâcle, affaires après affaires. Je pense que les vacances, la folie des grandeurs, le j'm'enfoutisme absolu de ce Monsieur signent son désengagement.

http://anthropia.blogg.org
Nous ( les vrais français) avons TOUS un grand parent qui a travaillé la terre (de France)......
on connaît les nouveaux critères de sélection.
mamadou, retourne dans ton pays !! ( même si ton pays il y a 50 ans c´était la France , ça ne compte pas, même si ton grand père est mort au Monte Cassino, ça ne compte pas non plus)

quand prendra-t-on au sérieux ceux qui comparent shakeqi à pétain, l´ami du Maitre Des Forges.
Bravo a l'équipe du Petit Journal pour toute leur oeuvre. Non seulement c'est chaque jour marrant, mais souvent très pertinent politiquement. Parfois même en face des gens concernés.
Ce gouvernement semble évoluer de plus en plus en apesanteur...
On comprend mieux le manque de conviction des syndicalistes paysans : d'un côté on leur annonce un déluge d'euros, de l'autre on les prends ouvertement pour des c...
Révolution de palais et/ou peau de bananne sous les pieds du Présidents.

Le président est un acteur qui se contente de jouer un rôle de Président, avec un scénario écrit par d’autres, un metteur en scène et des [s]dialoguistes[/s] monologuistes…

Est ce un dialoguiste qui a voulu se « venger », ou un autre dialoguiste en mal d’inspiration et humilié par l’acteur Sarkozy qui a voulu « recycler » un sketch ?

Ça fait tout de même plaisir au Français lambda que je suis, de voir pour une fois que LE PRÉSIDENT NICOLAS SARKOZY est une marionnette dont ses conseillers titrent les ficelles.

Où est l’identité présidentielle… ?
« Sarkozy, est-il le lapin tambour Duracell ? ».
Celui qui résonne et ne raisonne pas !

Voir cette vidéo, qui devait être une « bestviewer », et qui n’a été vue que 407 fois depuis le 18 octobre 2009.
Un discours original par région agricole visitée ? Et quoi encore ?
Ce qui est bon pour un plouc du Maine-et-Loire l'est aussi pour un bouseux du Jura.
Encore une ou deux épreuves de ce genre, et il n'aura même plus besoin de ses feuillets.
Restent les vaches. Imprévisibles, ces grosses bêtes.
Pour sa prochaine expédition en milieu rural, ses conseillers en com lui ont trouvé des animaux plus représentatifs de l'identité nationale. Des moutons.
Merci à la rédaction d'avoir reportée l'information.
Vous avez cependant oublié de mentionner l'@sinaute Toulbraz qui, dès hier, l'évoquait déjà.
Bien le bonjour aussi, Mon Nombril.
Un petit troll...
Hier, vu sur Arte, l 'émission "1929" (http://plus7.arte.tv/fr/1697660,CmC=2905558.html).
Les commentaires montraient que les agriculteurs sont ceux qui ont le plus souffert de la crise de 1929. La population n'avait plus les moyens d'acheter les produits (lait, céréales), dont les prix ont chuté dans de telles proportions qu'ils devaient jeter leurs stocks , alors que les villes étaient affamées. Et le film montrait un paysan jeter le lait qu'il produisait. Ces images m'ont donné la "chair de poule", car je revoyais ces agriculteurs, qui, il y a quelques jours, jetaient eux aussi leur production. Je me dis que nous n'avons pas vu le pire.
Et manifestement, ce n'est pas notre amuseur (bègue) national et ses conseillers qui vont arrêter cette descente aux enfers.
A signaler aussi, que dans la séquence suivante, Barthès montre comment les JT se sont jetés sur la phrase affirmant que la terre est constitutive de l'identité française. Alors que cette même phrase prononcée en février n'avait fait réagir.

Alors ?

Le 28 octobre ( et pas le 19.02), le service comm' de l'Elysée avait-il surlignée cette phrase dans la photocopie remise aux journalistes présents à la Conf' de presse, pour être bien sûr qu'ils ne passeraient pas à côté, ces veaux ? ou bien les Journalistes ne font-ils que suivre l'air de temps, ces niais ?



Quelques minutes de la rubrique décontractée de Barthès valent bien plus que les heures d'antenne TV et radio des cadors éditorialistes.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.