11
Commentaires

Sarkozy et les Européens : Le "Figaropinionway" se surpasse

Alors que le sondeur atypique OpinionWay va être associé, pour la première fois, à la soirée électorale de TF1, ses sondages (et leur exploitation) continuent de provoquer des polémiques.

Derniers commentaires

Puisque tout est question d'image, il est important d'avoir un beau sondage. Un sondeur sachant sonder doit savoir montrer son client sous son meilleur jour.

Quand je pense à, par exemple, l'institut Pasteur, je trouve le mot "institut" mal choisi pour être accolé à "de sondage".
Mais quand je pense à "institut de beauté", nom pompeux servant à crédibiliser n'importe quel "salon de beauté", je comprends mieux.

Opinionway avec TF1 et le Figaro, merveilleuse synergie... LE salon de beauté médiatique par excellence, LE salon de Son Excellence.

Suis surpris qu'ils ne bossent pas avec Paris Match. Paris Match, en bon salon de beauté virtuelle, photoshope les bedaines. Opinionway, c'est les chiffres.
Les sondages posent un vrai pb de démocratie ds notre pays: la question centrale étant: "qui influe qui?" le sondage sur l'opinion ou l'inverse?, ça mérite un grd débat avec à la clé une loi encadrant strictement ces enquêtes. Le cas d' opinonway, av l'utilisation du web montre parfaitement qu'on peut contourner le critère de représentativité, les quotas étant difficilement respectés sur internet, ne serait ce que par le nbre de personnes possédant un pc! alors que pratiquement ts les français ont un téléphone.
49% en Allemagne? Ha, ha! Uniquement, si la question des sondeurs était "Nommez-nous le clown politique qui vous fait rire le mieux ?" En Allemagne, si on veut faire rigoler les gens, il suffit de dire "Sarkozy". Et tout le monde s'écroule de rire.
Je trouve qu'il faudrait creuser un peu plus la fin de l'exposé : quel est le rôle de la commission défini par les textes ? Qui la compose et la nomme ?

A ma connaissance, ce rôle est maigre, voire très très maigre (genre chambre d'enregistrement comme pour la commission de déontologie...) : Combien de recommandations émet-elle par an ? A-t-elle un rôle de sanction et combien ? Sur le côté méthodologique ? Technique ? A-t-elle le pouvoir d'intervenir sur la formulation des questions ? L'ordre des questions ? Un droit de regard sur le traitement et l'analyse des réponses ? Sur l'échantillonnage ? Dispose-t-elle d'élements de calculs pour vérifier que la méthode des quotas est effectivement respectée ?

Je pense que c'est non partout. Elle doit certainement se borner à vérifier que les questions rentrent dans le cadre de la loi CNIL, que la période de réserve pour des scrutins politiques est respectée etc... Bref, sûrement pas de quoi mettre sur la paille un institut de sondage ou lui démontrer par A+B que son sondage est bidon ! Je demande à voir.
citation: Il note aussi que le président Français obtient un score de 51% de bonnes opinions ... mais qu'en prenant en considération la taille des populations concernées, ce qu'OpinionWay n'a pas fait, Sarkozy n'obtient plus la majorité : "Nicolas Sarkozy obtient 31% de bonnes opinions en Grande Bretagne, 49% en Allemagne, 63% en Italie et 59% en Espagne. Cela fait exactement une moyenne de 50,5% arrondis par Opinion Way à 51%. (...) Or ce sont les pays les plus peuplés qui donnent les plus mauvais scores à Nicolas Sarkozy. En tenant compte de l’importance relative des populations, selon le principe habituel de représentativité dont se réclament les sondeurs, on obtient 49,5% de bonnes opinions sur Nicolas Sarkozy."

ha ben oui s'ils ne pondèrent pas la moyenne c'est soit de l'incompétence soit de la malhonnêteté (juste pour que tout le monde sache: moyenne pondérée= programme de quatrième)
31% en Grande-Bretagne, c'est quand même très faible, et ça ne m'étonne pas tellement, je suis en Irlande du Nord mais j'ai bien l'impression que les gens le prennent pour un bouffon.

En Allemagne, pas franchement surprenant, on sait que Merkel ne peut pas le blairer et que sa façon de tirer la couverture à lui à chaque fois que quelque chose est accompli en Europe les a beaucoup agacés...

En gros, son meilleur chiffre est chez les Italiens. Vu qu'ils ont été capables d'élire 3 fois un mec comme Berlusconi, sans doute un des plus grands clowns et cyniques de la politique en plus d'être un voyou notoire (le seul en Europe à côté de qui Sarkozy ne me fasse pas honte), ainsi qu'un "ancien" fasciste dans leur capitale... ben je ne pense pas qu'il y ait de quoi être surpris et encore moins de quoi se vanter.
Le fait qu'il ait épousé une italienne a peut-être un rapport aussi...

Pour l'Espagne, je connais trop mal leur politique pour être capable de comprendre pourquoi ils aiment Sarko.
"trucage" et "sondage" c'est un pléonasme...
quand j'étais à la fac j'avais un prof de stats qui passait son temps à nous expliquer que "les statistiques c'était le meilleur moyen de faire passer dans l'opinion publique un mensonge pour une vérité scientifique".....
parce que les chiffres pour le commun des mortels, dont moi, ça fait tout de suite plus "scientifique", alors qu'en fait et toujours selon ce prof "on leur fait dire ce qu'on veut".....et nous voilà retombés de plein pied dans la subjectivité... bigre !!.........
salut à tous,

Florence, il me semble que çà veut dire: pour Merkel, par exemple, on demande l'avis des européens y compris des Allemands, pour sarko on demande

à tout les européens sauf aux français.
Je ne suis pas sûre de comprendre la phrase: "Les internautes sont interrogés sur leur dirigeant national, sauf Sarkozy."
Cela veut-il dire que Sarkozy n'est le dirigeant national d'aucune des personnes interrogées?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.