44
Commentaires

Sarkozy et le policier de Marseille : accusations de mise en scène

L'Elysée a-t-il sciemment menti sur l'état de santé d'un policier, "visité" par Nicolas Sarkozy à Marseille ? L'accusation est gravissime. Le site Plume de presse a assuré jeudi soir qu'Eric Lales, le policier dont Nicolas Sarkozy a annoncé lors de sa visite à Marseille jeudi 8 décembre, "avoir assisté aux derniers instants de sa vie" était déjà "en état de mort cérébrale" lors de la visite du président. Sa femme aurait demandé la veille à ce qu'il soit débranché, et le policier serait mort la veille au soir. Pourtant, après la visite, Nicolas Sarkozy a dit avoir "assisté aux derniers instants de sa vie". La préfecture de police de Marseille juge "indignes" les rumeurs sur le sujet. Et selon le médecin responsable du service de réanimation de l'hôpital, le policier est bien décédé après la visite de Sarkozy.

Derniers commentaires

quand Sarko sera "mort";-))).

Ben ça y est, Sarko est mort...
Si vous êtes intéressés par la vision de l'émission "Portrait d'un inconnu. Nicolas Sarkozy" diffusée par la RTBF le 14/12/2011 qui sera diffusée le 21 décembre sur ARTE avec comme titre "Looking for Nicolas Sarkozy"

L'émission présente [large]Nicolas Sarkozy vu par 18 correspondants étrangers en poste à Paris[/large]... Pour rire ou pour pleurer...

Voici le lien megaupload pour la télécharger...
http://www.megaupload.com/?d=30P1WVGO
La leçon pratique à tirer de cette encore lamentable affaire mais au ô combien! banale dans le plan .com de la sarkozye, les ami(e)s, serait de ne pas perdre du temps et par un rapide mais ferme addendum (ne nous privons pas des formules châties) préciser très clairement à la suite de votre déclaration de don - ou de refus de don - de vos organes en cas d'accident ou de mort cérébrale, de surtout, surtout interdire l'entrée ou l'approche de votre lit à Monsieur Nicolas Sarkozy. Et de bien le préciser, également, autour de vos proches...
C'est ce que je vais faire de ce pas. Y en a marre!
Quoiqu'il en soit,il a ,à son habitude,récupéré un drame pour l'exploiter à son avantage. C'est impardonnable.Vis à vis de la famille,des amis et collègues de ce malheureux,c'est un manque total d'humanité.
Il serait infiniment préférable qu'il reconnaisse que malgré son cher Guéant,son super-préfet et son hyper activité médiatique,les choses vont en s'aggravant.Une seule solution...qu'il dégage!
Même s'il n'y a pas eu manipulation, NS n'avait rien à faire dans la chambre d'un mourant qu'il ne connaissait pas.

Quant à Guéant, s'il faut en croire un témoignage de seconde main donné sur le site de Bonnet, il a voulu lui aussi s'introduire dans la chambre du blessé et autant la famille que les collègues policiers présents l'ont bloqué. La famille était-elle là quand Malotru 1er est venu faire sa com'?

Dire qu'à l'entrée des étages d'hospitalisation est marqué : Les visites sont réservées à la famille et aux proches...
Je sais que Sarkozy a prétendu avoir été présent à Berlin le soir du 9 novembre 1989 devant le Mur et que cette information a été confirmée par Fillon. Partant de là, je me dit que Sarkozy a très bien pu s'arranger pour pouvoir prétendre avoir vécu les derniers instants de ce policier...

Sans doute prétendra t-il également avoir été présent ce soir à Lyon à la fête des... Lumières :-)
un commentaire de Calvero, sur le Lab d'Europe 1, semble résumer la polémique avec une réflexion de bon sens :

Mais vivant ou mort, quel est l'intérêt d'aller voir un homme dans le coma, hormis la médiatisation de l'émotion et d'un fait-divers ?
« Joint par @si, il [Claude Martin en charge du service anesthésie/réanimation de l'hôpital Nord de Marseille] donne la chronologie des dernières heures du défunt : "Le mercredi soir, M. Lales a fait l'objet d'un scanner cérébral, et nous avons constaté que les lésions du cerveau s'étaient aggravées et qu'une partie de son cerveau était détruit. Les espoirs de récupération n'existaient pas. Se posait alors la question des soins actifs. M. Lales a été déclaré à ce moment là «patient en fin de vie», mais il n'est pas du tout en situation de mort cérébrale dont le terme exact est «mort encéphalique». Je suis formel là-dessus, M. Lales respirait tout seul. Quand un patient est en fin de vie, il faut discuter avec son entourage pour avoir l'accord de la famille pour arrêter les soins actifs. Nous les avons arrêté le mercredi soir. Jeudi matin, j'arrive vers 8 heures, il est encore vivant, mais on sait qu'il va décéder dans les heures qui viennent. A 10 heures, quand Nicolas Sarkozy arrive, je lui dis que le patient est en train de mourir. Le président a passé quelques minutes à proximité du box. M. Lales était toujours en vie quand Nicolas Sarkozy est parti. Et il s'est arrêté de respirer environ 50 minutes après le départ de Nicolas Sarkozy. On a dû signer l'acte de décès aux alentours de 11 heures. Il est donc vrai que Nicolas Sarkozy a assisté à ses derniers instants. Pouvoir imaginer une seconde qu'on aurait pu jouer avec la mort ce patient, c'est totalement ridicule. Pour sa femme, c'est très important que la vérité soit rétablie". » (sur @si, http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4535)

A la fin s'exprimait le Savoir, en sa qualité de bras droit de la Loi, et tout rentra dans l'ordre normal des choses. Le patient n'était que "en fin de vie" et non en état de "mort encéphalique". Mais comme le patient n'était que non-mort, tout en n'étant pas très vivant et sans grand espoir, la femme du policier demanda tout de même à ce qu'on le débranche! Circulez, il n'y avait rien à voir.
C'est comme dessiner dans le sable recouvert par la vague : on peut bien être formel et tracer des lignes claires, ça n'en finit pas de s'embrouiller. Entre le pronostic, le constat, l'annonce et la déclaration, tout est gris mais une parole suffit à nous rassurer: nous savons tout. Circulez, vous avez tout vu!
URGENT.
Arrêt sur image a re envoyé la lettre 206 en lieu et place de celle concernant la nouvelle émission sur Sarkozy....
Merci de re envoyer vos mails, en corrigeant.
En tous cas, dans les commentaires du blog Plume de Presse, un certain Orlando, qui est policier, écrit :

Je suis Policier et j’ai appris la mort d’Eric par SMS le 07/12 à 23h07

C'est à dire la veille du passage de Sarkozy...
//M. Lales était toujours en vie quand Nicolas Sarkozy est parti. Et il s'est arrêté de respirer environ 50 minutes après le départ de Nicolas Sarkozy.//

Cela faisait des jours qu'il était en état de mort encéphalique et Il aurait attendu la venue de notre maître à tous pour mourir vraiment... On lit ça dans les romans de la collection Harlequin, non ?
Bien sur que c'est de la com', quand j'ai entendu cette phrase à la radio "le chef de l'état a assisté à ses derniers instants" j'ai su instantanément que c'était un slogan pour essayer de se remettre les flics dans la poche.

Malheureusement, je ne suis pas sur que ce sera un pari payant, faire du blé sur la mort de ses prochains c'est mal vu, et les gens ne sont pas idiots à ce point là. J'en profite pour insister sur le fait que les flics sont soupçonneux, c'est leur métier. Essayer de la leur faire à l'envers en abusant de la mort de l'un des leurs, même si c'était vrai, personne n'y croira.

Tout ce que je peux vous dire c'est qu'il s'agit d'un jour - un évènement le modèle de campagne médiatique qui a fait qu'on parlait de lui chaque jour afin de le dénigrer, certes, mais surtout de parler de lui et donc de polariser l'attention du public sur lui de manière a effacer les autres.

Et c'est de cette façon qu'il a gagné en 2007.

Lundi il ira se branler devant une école maternelle et Jeudi 15 il va taguer des tombes.
le simple fait qu'on puisse le soupçonner de ce genre de manipulation en dit long sur l'opinion qu'on a de lui....

Qu'il dégage.

Vite.
//Des policiers proches du défunt et de sa femme le lui auraient confirmé. Mais ils refuseraient de témoigner de peur de perdre leur emploi.///

Comme ceux qui ont voulu verbaliser le fils Péchenard (ce qui scandalisait cette bonne Elizabeth Lévy)

Comme ceux qui ont failli verbaliser le chauffeur de Xavier Bertrand chopé à 114 au lieu de 90.

"Je veux une République ir-ré-pro-chable !"
Sur Médiapart, Jésus (Crie) a prononcé l’homélie suivante :

« Bravo, il se met à sucer les cadavres, maintenant.

Si la haine a grandi entre gendarmes et voleurs, c'est en grande partie de sa faute. Se rappeler comment il a cassé la police de proximité dans une scène indécente à Toulouse.

Au fait, est-il venu saluer la dépouille de ce chômeur brûlé dans son appartement éclairé à la bougie parce qu'il ne pouvait plus payer EDF ? »

Si JC me permet de développer, j’ajouterai que Malotru 1er a une constant dans sa com’ : l’instrumentalisation des morts (enfin, c’est comme ça que j’ai compris « sucer les cadavres »). Ça commencé avec Guy Môquet, ça a continué avec les enfants juifs exterminés, puis avec les enfants des soldats morts par sa faute en Afghanistan (revoir si le cœur vous en dit les JT du 11 novembre.)

Ce type est vraiment pervers.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.