37
Commentaires

Rue89, Perdriel, et l'indépendance

On pourrait mieux commencer l'année.

Derniers commentaires

Qu'attendre d'autre du groupe “nouvel obs“, spécialisé dans les coups de poignard dans le dos de ce qui se trouve à sa gauche (remember Melenchon)?
A propos d'indépendance de la presse :

Un agent secret de la DGSE a été libéré, il était envoyé en mission par Sarkozy pour organiser l'assassinat d'un chef d'état lorsqu'il s'est fait pincer.

Il serait intéressant de savoir pourquoi la presse nationnale n'en parle pas, est-on en Corée du Nord ?

Cet agent s'appelle Frédéric Laurent Bouquet, Google est ton ami, tout la presse alternative en parle.
http://www.rue89.com/2013/01/02/rue89-perdriel-et-lindependance-238257#comments-start

A lire pour bien réaliser dans quel maverdavier est Rue89 par sa faute, voir la partie commentaires : un seul sélectionné, celui de Haski qui chante à notre DS "Tout va très bien, Monsieur le Marquis" (et si ça se trouve, il le croit*) alors que la majorité des commentaires dit que, ben, non, pas vraiment, pas du tout.

Et qu'aucun de ces commentaires n'est sélectionné, lui.

* Jupiter aveugle ceux qu'il veut perdre.
Dans les moteurs de recherche sur la toile, il devrait y avoir un onglet lumineux spécial "Presse indépendante".
Après, les gens ne pourront pas dire qu'ils ont vraiment l'embarras du choix.
Mais comme la majorité des Français s'en fout, on ne va pas trop rêver non plus.
ben, en parlant de media(s) du net, j'ai cru comprendre qu'OWNI avait quelques soucis aussi malheureusement...
Bonne année à vous Daniel, à toute votre équipe et à tous les asinautes forumeurs ou simples lecteurs.

L'idéal serait de vivre sans argent, c'est le commentaire de gondalah qui me fait penser à cette utopie. Comment faite pour n'obéir qu'à soi-même, sans se renier ?
S'il n'en reste qu'un...
gamma
Rue 89. J'ai perdu l'habitude d'aller les voir depuis l'arrivée du nouvel obs.C'est bien dommage que Perdriel les ampute.
Bonne année à ASI,à vous Daniel,à tous ceux qui le font fonctionner et aux asinautes,les anciens et les nouveaux.
Saint DS commence l'année en s'envoyant des fleurs...
Moi, je suis prof, marié avec une prof et deux enfants. Bon je vous passe les détails de mon compte en banque, certainement que je le gère mal, mais quand je vois tous les médias qui ont besoins de souscriptions, je mangerais des patates tous les jours si je devais y participer à hauteur de ce que je le souhaite...

C'est la voie empruntée, avec quelques autres, par @rrêt sur images. Cette voie est escarpée, exigeante, et, comme le montrent par exemple les difficultés actuelles du site local Dijonscope, bien moins évidente que nous pouvions l'espérer au départ, tant les vieilles habitudes d'information ont la vie dure. Mais c'est la seule.

Je ne veux pas faire d'accusation gratuite. Je suis profs comme je l'ai dit, payé par l'état. D'une certaine façon, en participant à un conseil de classe, en remplissant un bulletin, je participe à quelque chose. Pourtant, je me sens libre. Si demain, on me demande une chose absurde, je ne le ferais pas. Et je ne serais pas le seul. M Schneidermann, vous nous parlez de l'état comme de la racine du mal dont il faut à tout prix s'extraire, "la seule" façon de faire son travail correctement. Admettez vous même qui êtes souvent l'objet de critique, que celle ci en est une. Est ce à dire qu'un prof ne peut pas faire correctement son travail? Soit, mais pourquoi?Les choses ne sont pas pareilles en matière de journalisme et d'éducation? Soit, mais pourquoi? C'est important il me semble de se poser la question, parce que ça veut dire suivant votre logique que dans notre pays, on est pas en mesure d'avoir une information libre et publique à la fois. Pourquoi? Je paye des impôts dans un pays que l'on me décrit depuis mon enfance comme LE pays de la liberté, et je dois payer en plus pour avoir une information où l'on ne me raconte pas des salades? Pourquoi?

Vous parlez de tout ça en filigrane dans vos émissions, dans vos chronique. Mais au fond, c'est un peu sur le mode chasse au trésor. Je me trompe peut être, mais c'est questions, mieux formulées, devraient être en intro sur votre site. Un truc du genre "profession de foi. "voilà pourquoi nous devons exister". Une émission mensuelle sur le sujet, que la question soit posée clairement aux journalistes qui viennent sur le plateau. Y a un doigt à mettre quelque part (sur le problème, j'entends).
J'aime @si parce que j'ai eu du retard à l'allumage et que ce site a accompagné (et sérieusement alimenté) ma lente ouverture de paupières (ou descente aux enfers selon les avis). Je sais que je suis un grand garçon et que je peux me prendre par la main pour me débrouiller tout seul, mais ça n'est pas pour autant quelque chose dont il faille se réjouir (de devoir se débrouiller).
J'ai confiance dans ce site, des choses importantes y sont dites, j'espère en entendre plus cette année.
Si je me pose les mauvaises question et que je suis trop bête pour comprendre les réponses (qui m'auraient déjà étaient fournies), bah... vous inquiétez pas, je finirais par me lasser...
J'ai l'impression que je vais repondre a cote, mais je le fais quand meme. L'education est un investissement sur l'avenir, et est obligatoire, legalement, et donc doit etre assuree par l'Etat. L'information et les medias sont un contre pouvoir, et se doivent donc d'etre independantes de l'Etat, pour pouvoir exercer ce contre pouvoir en toute liberte (ou ne pas l'exercer en toute liberte d'ailleurs, cf Mougeotte qui n'est pas la pour emmerder Sarkozy). L'education nationale n'a pas vocation a surveiller et denoncer les derives de l'Etat...
Ce n'est pas pour toutes les profession, que l'exercice est endommage par la participation de l'Etat, mais pour celles dont l'exercice serein est lie a l'independance vis-a-vis de l'Etat (justice, medias, executif et legislatif doivent etre separes).
justice, medias, executif et legislatif doivent etre separes

Justice, exécutif, législatif, tous payés par l'état. Séparés = non financés?
Justice, exécutif, législatif, tous payés par l'état. Séparés = non financés?
Bon point.

C'est la raison pour laquelle le billet mentionne un modèle de financement qui est direct et fait par (choix et contrat libre) les citoyens.

L'indépendance doit se traduire en actes :
- à travers les actes accomplis dans le cadre professionnel par les acteurs
- au sein d'une institution ou d'une entreprise

Je pense qu'en effet la question de l'indépendance des médias est centrale, notamment pour une démocratie.

Mais cette indépendance doit être totale ou en tout cas se traduire concrètement par :

- l'application et le respect de règles ainsi que de principes déontologiques en tout temps, tout lieu et à tout le monde : en d'autres termes, pas à géométrie variable...ou que cela devienne un outil de propagande ; ou encore d'orienter (modifier, ou falsifier etc.) les données de base/les éléments d'information

- émettre des hypothèses et les vérifier avec un raisonnement scientifique (comme en droit, science ou n'importe quelle discipline académique/profession)
C'est la raison pour laquelle le billet mentionne un modèle de financement qui est direct et fait par (choix et contrat libre) les citoyens.
Un fait que je conteste pas. Mais les citoyens se sont déjà regroupé sous une entité, l'état. Le fait de considérer que celui ci n'est plus à même de permettre une certaine liberté, est quelque part une dissidence, et ne doit pas devenir une norme.
En ces temps de crises, l'argent et le nerf de la guerre. Si l'indépendance des médias est corrélée à l'argent, il ne faut pas être optimiste au regard de sa répartition (de l'argent). Me vient à l'esprit l'image des violonistes sur le Titanic...
[quote=Daniel Schneidermann]Plus de cinq ans après la création de nouveaux médias internet indépendants, il faut bien constater qu'un seul mode de financement garantit l'indépendance totale : l'achat ou l'abonnement par les internautes, lecteurs, spectateurs, et eux seuls, au détriment de tout financement publicitaire et de toute subvention directe - le vieux modèle Canard Enchaîné, en somme. C'est la voie empruntée, avec quelques autres, par @rrêt sur images.

Au nom de quoi la subvention publique aliénerait l'indépendance des médias davantage que la publicité des marques ou le fait que le capital financier des journaux est possédé par des groupes financiers, des marchands d'armes ou de béton ? L'information est un bien public, qui doit pouvoir être financée y compris avec de l'argent public. Ce qui pose problème, c'est la sujétion aux politiques qui ont en main les systèmes de financement ainsi que les organismes de contrôle du genre CSA. Rien n'interdit d'imaginer une façon plus démocratique de nommer les membres des commissions chargées d'attribuer les fonds publics.
Tout a fait d'accord sur le constat. Mais pour moi, il suffirait de constitutionnaliser l'independance des medias, et d'organiser la vente des espaces publicitaires independament des redactions. Il faut que la regie publicitaire soit nationnalisee, et ne soit plus l'actionnaire majoritaire d'un media. Une sorte de banque de pubs, dans laquelle les annonceurs deposent leurs projets de pub, et les journaux leur accordent un certain pourcentage de place dans la publication. Ainsi, les annonceurs sont decouples des publieurs, et n'ont ainsi plus de pouvoir sur eux. Et si un annonceur peut faire pression en retirant sa pub a UNE publication, je ne le vois pas faire pression en arretant completement la pub (ou alors ce serait une victoire encore plus grande :) ).
L'oganisation de la separation des pouvoirs legislatif, executif et judiciaire est "assuree" (ou du moins prevue) par la constitution, ce qui apporte un cadre legal a leurs liens financiers. Ce n'est pas le cas pour les medias, et donc aucun lien (y compris financier) ne doit les lier. Si la separation des pouvoirs, etatiques d'une part et mediatique d'autre part, se trouve prevue et organisee par la constitution, alors le financement des medias par l'etat poserait moins de problemes (sur le papier), et on pourrait envisager des recours contre l'intrusion des politiques dans les medias (un juge ou procureur qui dirait ouvertement "je ne suis pas la pour emmerder Sarkozy" ne ferait pas de vieux os je pense).
Assez d'accords avec vous, même si par exemple l'affaire Bétencourt, et notre bon ami Philippe Courroye, peuvent faire douter de l'efficience de la séparation...
Mais en l’occurrence, ce que je met en doute, c'est la pertinence de substituer un régime de pression (l'état) par un autre (l'argent).
Les contradiction sont les mêmes et font appel aux même ressorts pour s'en départir. L'honnêteté, l'intégrité. Tout en faisant peser les mêmes soupçons.
Choisir entre la peste et choléra... Et il ne me viendrais pas à l'idée, ayant échappé à l'un, de me réjouir d'avoir l'autre...
La lettre adressée au SPIIL date du 23 décembre, mais Rue89 n'en informe ses lecteurs qu'aujourd'hui, à 10h38.

L'auraient-ils fait si Daniel n'avait pas amené le sujet sur la table ?...
Meilleurs voeux à @si et donc à nous tous.
Pas étonnée du tout ...
Mes meilleurs voeux à @si !
Bonjour,

Puisque le sujet porte sur les actionnaires et les sources de revenus de rue89, serait-il possible d'avoir le détail de l'actionnariat d'Arrêt sur Images ? et le détail des revenus de l'année 2011 ? (je me doute que ceux de 2012 ne sont pas finalisés).

PS: s'il y a déjà eu un post sur le sujet je ne l'ai pas trouvé, mea cupla s'il existe et merci de me donner le lien.
Bonjour
Exemple de l'application une fois de plus du TINA.
Pour les libéraux, il n'y a qu'une seule vérité et aucune tête ne doit dépasser, c'est inéluctable chez eux.
Comment , vous dites qu'il y a une contradiction dans ma phrase, pour garder la main, ils ne sont pas à une contradiction près.
et bonne année à tous, coûte que coûte :-) !!!
Le vieux lion est bien malade, en fin de vie et à bout de souffle.

Mais d'un coup de patte bien ajusté et griffu, il peut faire mal à tous ces jeunes lionceaux encore faibles qui circulent dans son ancien domaine, avides de ce nouvel avenir internet qui leur appartient.

Son monde est mourant comme lui, mais les splendeurs de son ancien empire lui font penser que son pouvoir n'aura pas de fin.

Grossière erreur !
Je l'ai déjà écrit je trouvais anormal qu'@SI accueille au sein du SPIIL Rue89 alors que le site avait été racheté par le groupe Sanibroyeur SFA. La sensibilité internet, écrivez-vous. Celle qui autorise Rue89 à profiter du travail gratuit des blogueurs sans les rémunérer (tout comme le Plus de l'Obs' qui exploite ses collaborateurs) ? Le SPIIL cautionne donc tacitement cette pratique. Toucher des subventions serait le mal absolu mais le travail gratuit, pas de souci ? Etrange billet...
Ceci dit, en bénéficiant de la niche fiscale dédiée aux journalistes, même @SI bénéficie d'une forme d'aide de l'Etat plus ou moins indirecte, je ne vous sens pas pour autant dépendant du pouvoir.
ça fait un bout de temps que la crédibilité de rue89 est bien attaquée.... la pub prend de plus en plus de place, les articles sont de plus en plus racoleurs.....ça fait longtemps que j'ai lâché l'affaire. Pourtant j'y étais depuis le début, mai 2007.


Bonne année à toute l'équipe d'@si et aux @sinautes!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.