227
Commentaires

Royal : "pourquoi riez-vous ?"

"Pourquoi riez-vous ?" demande soudain Ségolène Royal à Patrick Cohen, sur France Inter.

Derniers commentaires

Ah bah c'est pas malin d'avoir traité Mitterrand de "voyou dingo et mégalo", maintenant mélenchon voudra plus venir :D
eh oui, pourquoi rire de Segolene Royal ?
elle a raison de bousculer ce parti endormi qui attend son prince charmant !!
et pourquoi ne pas rire de ce prince d'ailleurs ? si le parti comptait sur lui il ferait ses primaires.... fin 2012 !!!!
malin le DSK ?? en fait pour moi, il fait perdre son temps à tout le monde en ne dévoilant pas son choix entre le FMI et la candidature aux primaires !! quel précieux çui là !!

il est temps que le PS trouve son candidat pour passer à autre chose et en particulier à la constitution d'un programme, le plus urgent !!!
leurs atermoiements, et leurs calendriers à rallonge est une aberration !
le plus tôt sera le mieux pour rentrer enfin dans les discussions qui intéressent les français, celles de politique et non de personnes : l'avenir social du pays et c'est pas rien !!!
grand journal de ce soir:

1ère partie: duel entre ciotti et l'auteur de "il a détruit la police de proximité"

vu le bouquin, on est sûrs que sarko va se faire allumer alors pour faire [s]hortefeux[/s] contrefeux et un peu brouhaha, on invite un des chiens de garde!
effet garanti...

2ème partie: pour parler de royal, jack lang (super logique vu qu'il ne la piffre pas)

dans un cas embarassant pour sarko, on a un chien de garde pour faire diversion et quand il s'agit de se faire royal, aucun contradicteur...

ô énorme surprise...
[quote=Daniel Schneidermann]L'élection du président au suffrage universel a toujours été le meilleur mode de sélection des voyous dingos et mégalos (Mitterrand, Chirac, Sarkozy) contre les surdoués chouchous de la presse et des sondages (Rocard, Barre, Balladur, Delors, Jospin, le cimetière en est plein).

Préféreriez vous que nous laissions le droit de vote uniquement à ceux qui savent, et donc qui votent bien, la France d'en bas étant condamnée à se tromper?
(du coup, Elkabach par exemple, on le classe où?)
Bouh! je n'aime pas du tout ce billet!
Il a des relents effectivement phallocrates. Pourquoi suggérer de "rire" face à un positionnement, une stratégie politique? On peut discuter, analyser, récuser...

[large]Rire c'est disqualifier.[/large]
C'est peut-être parano de ma part... peut-être. En tous cas, la qualité de certains messages (genre mâle dominant bourré... d'humour) me laisse sceptique.
Rien ne sert de courir; il faut partir à point :
Le lièvre et la tortue en sont un témoignage.
«Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
Sitôt que moi ce but. - Sitôt? Êtes-vous sage ?
Repartit l'animal léger :
Ma commère, il vous faut purger
Avec quatre grains d'ellébore.)
- Sage ou non, je parie encore."
Ainsi fut fait; et de tous deux
On mit près du but les enjeux :
Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire,
Ni de quel juge l'on convint.
Notre lièvre n'avait que quatre pas à faire,
J'entends de ceux qu'il fait lorsque, prêt d'être atteint,
Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes,
Et leur fait arpenter les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
Pour dormir et pour écouter
D'où vient le vent, il laisse la tortue
Aller son train de sénateur.
Elle part, elle s'évertue,
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire,
Tient la gageure à peu de gloire,
Croit qu'il y a de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s'amuse à toute autre chose
Qu'à la gageure. A la fin, quand il vit
Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait; mais les élans qu'il fit
Furent vains : la tortue arriva la première.
"Eh bien! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi l'emporter! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?"

J. La Fontaine

Le tout est de savoir, qui est le lièvre et qui est la tortue ?
Royal aurait dû exploser le PS, ou le quitter. Elle ne l'a pas fait, tant pis pour elle. Elle est aujourd'hui obligée de se contorsionner pour préserver ses ambitions personnelles tout en ménageant ses grands amis du parti. Du coup elle apparaît fausse et politicienne. L'ironie de Daniel est malheureusement justifiée. C'est dommage, c'était une des rares socialistes encore un peu vivante.
Alors va pour DSK, sans entousiasme, mais sans état d'âme: si je devais voter en me fiant à mon enthousiasme, je ne voterais pas du tout.
Quant à abandonner le capitalisme, comme je l'ai lu quelque part, même Mélenchon ne profère pas des énormités pareilles. La discussion doit porter sur un plus ou moins d'état, de protectionnisme, d'interventionnisme. DSK n'est peut-être pas le plus à même d'apporter des idées décoiffantes à ce sujet, mais quand il s'agira de choisir entre lui et Sarko, je n'hésiterai pas.
"Il est donc (comme toujours) conseillé de rire, en sachant que la pièce peut très bien se révéler sérieuse"

Cela résonne comme une menace: si cela devenait sérieux, on aurait à regretter d'avoir ri.

Mais l'autre a toujours dit "rira bien qui rira la dernière".
Je n'en finis pas d'être sidérée par ce qu'est devenu le PS... Et dire que des millions de gens vont voter pour ce grand "parti de gauche"... Et dire que tant de gens ne vont tout simplement pas voter, en pensant bien faire, ou par pur défaitisme... Ouais, un gros taux d'abstention, ça va bien arranger les choses...! On va pouvoir convaincre plein de gens de ne pas voter, et après, les méchants vont perdre en "légitimité", vont se repentir, et devenir gentils... Ça a super bien marché dans d'autres pays... Je caricature "l'abstention éclairée", mais ça ne me fait pas rire du tout... ça me fout carrément les jetons... non seulement on va se taper l'UMPS, mais en plus ce sera en partie grâce à des gens de gauche défaitistes qui se seront suicidés politiquement...parce qu'en fait, l'abstention, les démocraties modernes s'en foutent. Vous votez blancs ? Tout le monde s'en fout ; on en parle deux minutes à la télé, et ça ne change absolument rien à notre société. Oui, c'est triste, je sais.
Paradoxe :

En voulant illustrer le primat de la politique et de l’intelligence, les « Primaires » ne vont peut-être engendrer que des réactions primaires et/ou du rationalisme primaire.
En fait, il y a un truc dans ce billet qui m'échappe.

Ségolène Royal se déclare candidate à la primaire socialiste: une action "dont la finesse stratégique dépasse de beaucoup les modestes capacités politologues du matinaute ".
Il me semble qu'en vue des élections, il soit normal que les militants aient le choix entre plusieurs candidats. Elle sonne le coup d'envoi, et... ?
Auriez-vous eu le même billet d'humeur si c'est DSK qui avait annoncé sa candidature ? Auriez-vous parlé de "sketch", et d'une démarche vous apparaissant comme étant incohérente - comme ici ?

Le fait qu'elle ait perdu en 2007, veut-il dire qu'il devrait aller de soi que l'on trouve aberrant qu'elle se représente ?

Déjà que la presse aux ordres, depuis sa candidature pour 2007, a bien contribué à la rendre peu à peu non crédible à cause d'un travail de sape qui a duré plusieurs mois (et dire qu'on demande toujours des exemples à Mélenchon quand il parle des larbins, alors qu'il n'y a qu'à se pencher pour les ramasser...) et qui a grandement contribué à l'élection de l'actuel destructeur...

Candidate depuis quelques heures: ça n'a pas trainé.

Avec un peu de chance, la "corporation journalistique" va peut-être se dire qu'au delà des clivages, et vu la réforme gravissime qui s'annonce sur la Sécurité Sociale, on a assez merdé, que le "tout sauf l'UMP" n'est qu'une question d'hygiène mentale, et qu'il serait temps qu'on riposte aux coups anti-démocratiques martelés sans relâche par Sarkozy autrement qu'en se défoulant sur les autres qui n'ont pas le pouvoir.

Il y a quand même urgence:

http://www.lepost.fr/article/2010/11/29/2322431_attention-vers-la-privatisation-de-la-ss.html

et ça ne date pas d'hier...

(article payant - Mediapart)

http://www.marianne2.fr/Securite-Sociale-le-risque-de-la-privatisation_a197478.html
http://www.marianne2.fr/Securite-sociale-le-risque-de-la-privatisation-2-2_a197483.html

Je laisse le soin aux 1% qui vérifient les sources, de vérifier la validité de mes liens.
Ils se sont suffisamment gaussés,ceux de droite,à propos de Ségolène qu'ils traitaient de gourde quotidiennement...Quand,3 ans après,on fait le bilan,on s'aperçoit que le pire était chez eux. Je n'ai donc pas envie de rire,comme Cohen,qui serait même respectueux devant Fredo Lefebvre... Des candidats,on aura le choix,plus tard. Rien ne presse. Même si pas mal de journaleux nous resservent leurs sarcasmes misogynes de l'époque. JE n'opterai probablement pas pour la dame. En attendant,comme Montebourg,Vals Hollande,etc,elle a le droit d'y aller. N'est-ce-pas, Daniel?
ha ça c est sur! elle en a dit des conneries Sego .Au fait lesquelles..? Grace à des jobards mysogines qui n ont pas arreté de lui mettre des batons dans les roues, à Sego ,et en premier D S K l affameur du FMI et et obssedé de la zigounette, on a elu un super balaise qui nous emmene dans le mur. Meme si je ne suis pas un inconditionnel de Royal ,faire plus mal que le nain on peut se lever de bonne heure .Alors rions..ha ha ha
A force de descendre le PS et l'UMP, le champ est libre pour le FN
Ce matin Ségolène a dit quelque chose d'énorme!!
Et personne ne l'a noté/souligné.
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/sept-neuf/
vers2min25
"Je crois que nous pouvons construire en France un capitalisme d'état."
http://fr.wikipedia.org/wiki/Capitalisme_d%27%C3%89tat

Et bam! Les libéraux (Ségo est très proche des centristes...qualifiés d'"humanistes", elle pourrait aussi dire les "gentils" centristes ce serait tout aussi pertinent politiquement et économiquement) montrent enfin leur vrai visage (merci la crise).
Libéraux et staliniens même combat pour sauver le capitalisme.
Encore une pierre dans le jardin des étatistes qui croient stupidement que le repli étatiste va les guérir des maux du capitalisme (qu'ils nomment, tout aussi stupidement, capitalisme "mondialisé" ou "néo libéralisme")
Que de convenu dans nombre de ces commentaires à un article de D.Schneiderman terriblement aussi convenu dès lors qu'il s'agit de Royal.
Toujours une même rengaine aussi prétentieuse que prétendue intelligente et impertinente !
Visiblement nous n'avons pas entendu la même chose ce matin sur France Inter ?
Pour le reste, j'attends de Madame Royal comme de tout autre candidat, à commencer par D.Strauss-Kahn s'il doit l'être, un débat devant les
citoyens. Je retiens de S.Royal qu'elle ne s'est pas défaussée lors des retraites et qu'elle ne craignait pas le débat à ce sujet, débat mis à mal et souvent confisqué ou travesti par les médias.
Il n'est que temps qu'on débatte questions et actions ...la pantalonnade médiatique est devenue dérisoire.
Le message envoyé par Ségolène Royal est limpide, d'une "simplicité biblique" comme disent ceux qui ne l'ont pas lu, pour le moment, celle des trois qui y va, c'est elle - et si elle gagne au final elle compte sur Dominique pour l'aider à sortir le pays de l'ornière. Si les autres - comprenez Martine ou Dominique - changent d'avis d'ici juin et décidaient de se présenter au "grand bal des fous furieux", cette candidature pourra être réévaluée dans le cadre d'un dispositif gagnant. Effectivement, tout ceci est très précis, très clair et très sérieux, ce n'est pas spécialement "rigolo" !
Non Royal ne parle pas d'elle-même mais agit: la semaine dernière par ex: Université Populaire sur la liberté de la presse avec de grands noms, Salon de la croissance verte et remise des trophées de l'éco-industrie, réunion de travail avec Terra Nova, signature avec Martin Hirsch d'un plan pour le service civique, intervention à la Convention du MJS "Perspectives 2012" sur jeunesse et santé... Et c'est comme ça tout le temps. Cette femme est redoutable de ténacité, d'où toute cette jalousie. Au moins elle s'engage, alors que DSK et Martine Aubry ne semblent pas vraiment vouloir y aller. A suivre... et continuons à "rire" et à "se gondoler".
Tous ces guignols de droite et gauche ne font pas rire du tout. Et si les Français réfléchissaient un peu plus sur les programmes, les ACTIONS des uns et des autres, de leur intégrité, au lieu de s'attarder aux roublardises langagières qui ne servent qu'une cause, arriver au pouvoir coûte que coûte. Ces guignols qui s'embrassent et se tapent sur l'épaule en coulisse, se détestent mais se connaissent suffisamment tous pour savoir comment dégommer les autres pour sa propre "chapelle" vide. Que du vent vous dis-je. On se croirait dans un soap-opéra, avec toujours les mêmes acteurs qui jouent tous les rôles, à tour de rôle, qui baisent avec tout le monde à tour de rôle. Il faut les virer. Laisser émerger des idées nouvelles et sincères, de nouveaux acteurs mais qui ne jouent pas, qui vont poser des actes pour le bien commun, qui pourront sortir la France, pourquoi pas l'Europe, le Monde, du merdier où nous sommes. Si les choses continuent sur cette lancée, ce sera la première fois de ma vie, je ne voterai pas, marre de voter par défaut, sous prétexte que ce n'est pas bien de ne pas voter. Et si personne n'allait voter, ce serait une vraie révolution. CE N'EST PLUS POSSIBLE DE CONTINUER CE JEU D'ECHECS, QUAND TOUS LES PIONS SONT TRUQUES, QUAND CE SONT TOUJOURS LES PEUPLES QUI PERDENT.
Cette fois c'est l'ovaire-dose.
Les seuls espoirs sérieux de virer le lamentable pitre en 2012 reposent en fin de compte sur la droite.
Que quelques responsables de droite qui ne se seraient pas trop compromis - les recherches s'avèrent ardues - dans un soutien avilissant au kim-il-zy prennent prétexte des mauvais sondages (pour une fois des sondages pourraient servir à qq chose d'utile) pour substituer au calamiteux chanoine de l'étron quelqu'un, une sous-merde certes (il n'y a plus que çà en magasin), mais un peu plus présentable, avec une couche de peinture.
Et je persisterai au premier tour à voter pour celui - s'il s'en trouve un, genre Bayrou ou équivalent -, dont l'état mental ne nécessite pas un internement d'urgence.
Le petite gué-guerre du PS sont le dernier soucis des Français. Comme je l'ai vu sur le net il ne faut pas compter sur UMPS pour changer les choses. Les médias nous fabrique le candidat ou candidate. La Royale, le DSK, la Aubry, le Nicolas, le Fillon qu'ils s'en aillent tous voila mon avis.
C'est DS qui a raison : sa chronique est très souvent mon shoot de bonne humeur le matin. Et Dieu sait s'il en faut de la bonne humeur en ce moment !

L'humour est IN-DIS-PEN-SA-BLE, fait passer bien des choses et prendre le recul vital face aux évènements extérieurs.

Ne pas se prendre au sérieux - le coup de la "spécialité charcutière maison" me ravit au plus haut point - et parler avec légèreté des choses graves.

Autrement on se flingue. Ou presque, comme hier après avoir lu deux très bons articles sur Médiapart - l'un sur l'euro et l'autre sur la Sécurité Sociale. Terrifiant.

Bien sûr que Royal est complètement barge et qu'elle nous prend pour des cons, mais en quoi est-elle différente des autres ?

Mais plutôt que se lamenter, s'énerver, gondolons-nous de rire parce que franchement devant leur cirque... On a trop de raisons de pleurer alors rions, rions.

Et suivons l'idée de Valéry pour qui j'ai bien sûr voté : faisons en sorte qu'Eva Joly soit au deuxième tour face à Sarkozy, candidat idéal pour une mise en examen.

Et puisqu'on parle d'elle et de rire : Eva Joly a eu cette année le prix de l'humour politique pour avoir répondu à un journaliste "Strauss-Kahn ? oui, je le connais bien, je l'ai mis en examen".
C'est bien de citer Eva Joly (cela prouve que vous avez de bonnes références) mais comme elle il nous faut être honnête et donner la citation complète qui rappelait qu'il avait aussitôt été blanchi !
Ceci dit comme vous mon ballon d'oxygène quotidienne et la lecteur d'arrêt sur images.
Il a été blanchi ? comme l'argent sale ? ;-))))
J'ai entendu S.R ce matin et je ne reconnais pas ce qu'elle a dit dans le résumé de ASI ! pourquoi ? j'ai l'impression de lire un article du Figaro......je ne sais pas si je dois reprendre mon abonnement .....qques jours pour réfléchir....."vous roulez pour qui", Monsieur D.S ?
C'est facile, trop facile et "un peu court, jeune homme" dedézinguer quelqu'une qui a bien faillidevenir présidente. Je ne m'attendais pas de vous Daniel un tel machisme...Toujours ces petits mots rigolots, pas méchands...quelle parano je suis...
Je trouve qu'elle a beaucoup de courage, moi!
Claire Sagnières
Ma réaction hier soir en apprenant la nouvelle: "Ah on y est, Eva Joly a gagné la présidentielle".
Plus sérieusement Royal fait un gros coup, il y a là un vrai flair politique, quoi qu'on pense d'elle par ailleurs: elle a six mois seule en scène pour prendre la place de candidate. Mais ça veut aussi dire que les balles vont siffler dans tous les sens au PS, qui va en sortir vraiment affaibli. Du tout bon pour EELV!
Moi, ça me fait plutôt pleurer !
Tiens, j'ai oublié d'allumer ma radio ce matin, mon subconscient sans doute.
"L'élection du président au suffrage universel a toujours été le meilleur mode de sélection des voyous dingos et mégalos (Mitterrand, Chirac, Sarkozy) contre les surdoués chouchous de la presse et des sondages (Rocard, Barre, Balladur, Delors, Jospin, le cimetière en est plein)."

Outre que Rocard et Delors n'ont jamais été jusqu'au bout (le 2e n'ayant d'ailleurs jamais manifesté d'ambition présidentielle), pourquoi oublier Poher ? Et Giscard n'était-il pas le surdoué face déjà au voyou Mitterrand en 1974 ?

[large]Sarko n'a pas trop de soucis à se faire : quoique fasse le PS il se fera matraquer[/large] ; en témoigne cette magnifique kahnerie "L'ampleur de l'échec sarkozyste tue le discours de Martine Aubry" (Marianne 20 novembre 2010) : plus Sarkozy échoue, plus Aubry se trompe !
Et quand Royal est face à eux les journalistes se foutent de sa gueule, quand ils sont face à Sarko, ils rient aux niaiseries qu'il profère... à leur égard.
Souvenir de Mitterrand avec de grandes incisives, avant qu'il ne se les fasse raboter. C'est l'histoire même des candidatures, on gomme peu à peu les aspérités, on s'universalise, on se centpourcentise, c'est un parcours d'une dizaine d'années, le temps qu'on soit à l'évidence le candidat naturel.

A quoi reconnaît-on un candidat naturel ? Doit-on avoir la foi ? J'avoue qu'avec Ségo, je suis un peu secouée par ses passages à l'acte. Elle voit dans la semaine Montebourg arriver, elle se dit, ça y est, ça va me passer sous le nez, elle en fait des cauchemars, et elle qui attendait le bon moment, chamboule le planning et borborygme, mal préparée, n'importe quelle raison d'être candidate à la candidature.

Royal est une stratège, qui réfléchit et monte ses coups, Ségo est une traqueuse, qui panique au moindre signe contraire.

Du deux en un, c'est beaucoup, même pour une femme.

http://anthropia.blogg.org
Franchement ce matin sur France Inter, c'était pénible. Que de temps vide de sens. Le seul truc qui intéressait le journaliste c'est de savoir si ca allait fâcher intel, si c'était une déclaration de guerre contre les autres du PS, blablabla.....

Pour les médias, la politique n'est intéressante qui si il y a des chamailleries.

Du vent contre lequel les politiques doivent ramer et qui les décrédibilise.

Le PS ne va pas s'en sortir avec des primaires ouvertes. Perso,si j'étais adhérent du PS, je serais vert de savoir que d'autres extérieur au parti pourront désigner mon candidat. On se demande pourquoi adhérer à un parti après ça .
C'est à se taper la tête contre les murs et comme dirait Mélenchon " Qu'ils s'en aillent tous". Il est vrai qu'on peut en rire mais j'ai du mal, je l'avoue. Je connais un militant PS, il ne doit pas être le seul dans ce cas, qui se désespère d'assister au spectacle que nous offrent les "dirigeants". Ce matin, sur France-Inter un auditeur a osé prétendre que bien des militants doutaient que DSK soit de gauche, il fallait entendre répondre Royal pour bien rigoler. On peut lire dans Fakir l'argumentaire pour prouver que DSK ne peut nous offrir un avenir moins catastrophique que NS. Mais il ne sera pas possible sur les médias de demander à DSK et aux autres dirigeants socialistes de s'expliquer sur les politiques menées quand ils avaient le pouvoir. Main dans la main, droite et gauche nous ont menés à la catastrophe. Ils en partagent la responsabilité.
tudieu, quelle panaditude ! c'est le moment de ressortir le chapelet interminable de conneritudes qu'elle a sorties pendant la dernière campagne, histoire de rire nous aussi.

Laissons-le réfléchir. Longuement, sereinement, comme l'exigent ses lourdes responsabilités, qui lui laissent si peu de temps pour toutes ces futilités.

à côté du FMI et de ses responsabilités, l'élection présidentielle fait figure de futilité ?
La citation ci dessus est-elle extraite "textuellement" de l'entretien et donc prononcée directement par Mme Royal, ou c'est votre analyse de son discours ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.