145
Commentaires

Ringardisation, mode d'emploi

Moquerie ordinaire de Pascale Clark à son invité du matin Stéphane Lhomme

Derniers commentaires

Je n'ai pas entendu l'itw dont il est question, ni aucune autre de P.Clark sur France Inter, mais j'étais frappé à l'époque par le dispositif de son émission sur C+ ("en aparté" je crois).
Cette façon de rester invisible et de manipuler un "client" réduit à l'état de Cobaye dans un vivarium, avec des caméras en guise de pincettes, m'avait glacé le sang, car elle manifestait la toute puissance "big-brother-ienne" revendiquée par la journaliste.
Je me suis dit qu'une telle idée de l'interview devait avoir germé dans un cerveau très particulier, qui ne m'était pas sympathique… Et je n'ai jamais compris que d'autres être humains, parmi lesquels quelques uns que j'aimais beaucoup, ont pu accepter de se prêter à ce jeu.
En France, les candidats représentant la "gauche" ne savent pas s'adapter à l'élection uninominale.

Aux Etats-Unis, les réformateurs (le Parti démocrate) font des primaires à la proportionnelle avec des cérémonies, des événements par étapes qui permettent aux candidats de négocier des ralliements.

Les primaires en France - à Eelv et au Ps - se déroulent au scrutin direct à 2 tours. C'est un peu abrupt pour réussir à se mettre d'accord. La démocratie est difficile mettre en place.

Plus drôle et surtout plus juste que Pascal Clark, écoutons le billet de François Morel, Socialistes, tous ensemble pour un avenir pire.
pour etre completement dans l'ambiance Pascale tête-à-Clark il faut faire une petite pause musicale avec Miossec

http://www.youtube.com/watch?v=v7CWlDXSdPQ

et jean-louis Murat
http://www.youtube.com/watch?v=pvCSGizQoL8

haaaaaaa! Là on est complètement dedans. :-D
Personnellement je trouve qu'il y a des sujets plus importants à traiter et surtout inadmissible de ne pas respecter ses engagements.

Ben voilà. Il y avait la gauche molle, il y a aujourd'hui l'écologie molle. La politique chamallow.

Faut pas attaquer les autres, c'est trèèèèèèèès méchant ...
Faut faire des discours gentils, "mon adversaire il est merveilleux, mais votez plutôt pour moi, car même si j'ai des potes chez l'Oréal, je passe mieux à la télé, et je suis célèbre, et les français m'aiment bien. "...
Pas étonnant que les électeurs préfèrent aller à la pêche. Enfin, s'il reste quelques poissons.

Ils sont sont sans doute compris la valeur des "engagements" de nos politiques. Enfin, de ceux dont on cause, et qui ont la faveur des médias.
La politique est devenue du marketing, de l'image, comme le reste...
Votre article contient de nombreuses contre-vérités concernant S. Lhomme et les primaires d'EELV.
1) Dans leur déclaration de candidature (que S. Lhomme a signé le 17 Mai 2011) les candidats s'engagent à "ne pas attaquer les autres candidats" et à accepter le refus de leur candidature par une "commission des sages" si l'un des engagements n'est pas respecté.
2) La profession de foi de ce candidat est présente dans l'enveloppe adressée aux votants de la primaire de l'écologie.
3) Elle contient pourtant 1/2 page (la première) d'attaques en règle contre N. Hulot. Personnellement je trouve qu'il y a des sujets plus importants à traiter et surtout inadmissible de ne pas respecter ses engagements.
4) Cette profession de foi n'aurait pas du être diffusée : c'est Nicolas Hulot qui a donné son accord à sa diffusion, se plaçant par là même à un niveau autrement supérieur.

Mon abonnement à Arrêt sur images arrive à expiration ; je constate, parce que je suis bien au courant de ce sujet, que des contre-vérités sont diffusées sur ce site et je ne renouvellerai donc pas mon abonnement.
Dans la même veine je m'attendais à lire quelques lignes sur le dernier bouquin de Pascal Boniface. Ce dernier s'en prend à l'imposture de certains médiacrates. Comme d'habitude rien a été relayé par france inter, libé ou l'obs. Les médiacrates dits de gauche veillent au grain. Au contraire RMC les grandes gueules et Ménard sur I télé ont fait le boulot. Les journalistes réputés "beauf vulgos" ont toujours plus de cojonès que les castras de la presse de gauche.

Sinon d'accord avec le propos du billet de D S. Comme souvent d'ailleurs .

Là ou je critiquerais ASI c 'est plus sur ses non choix éditoriaux)
Une entrevue de Pascale Clark que j'ai apprécié : l'entrevue avec Franck Riester à propos de Emma Leprince et à propos de Megaupload,
un site web illégal d'après Franck Riester. J'étais assez d'accord avec Pascale Clark cette fois-ci...

Pour information : Emma Leprince aux références de Voltaire, Zola et Dj Fritas (sic) à voir ici

Pascal Clark sur France Inter, c'est un peu le concept "Stéphane Guillon sans l'humour, avec une surdose de Bo-bo parisien". C'est pas grave, je zappe sur Rmc ou sur ma radio locale préférée.
Il y a déjà pas mal de temps que j'ai constaté que Pascale CLARK est très brillante dans la moquerie quand son invité est "de gauche" mais utilise finement la brosse à reluire face aux invités "gouvernementaux". Je ne supporte plus cette journaliste. je trouve son attitude indigne de sa profession. France Inter est, à mes yeux ou plutôt à mes oreilles, la voix de son maître.
"Pascale CLARK est très brillante dans la moquerie quand son invité est "de gauche" ", vous faites bien d'utiliser les guillemets pour "de gauche" car quand il s'agissait de Ménard (pro FN), il n'y a pas eu beaucoup de monde sur ASI pour la défendre.

En fait, pour beaucoup d'entre vous, P. Clark était géniale quand elle est partie de France Inter mais pourrie quand elle est revenue. Tout ça, parce son péché originel, c'est d'avoir été rappelée par Philippe Val...
Et de s'être précipitée pour revenir... La paye devait être bonne. Et comme Val passe son temps enfermé dans son bureau, parce que tout le monde dit qu'il est notoirement incompétent, avoir une copine dans la place, ça aide...
Je trouve ça relativement faux. En tout cas, elle s'est "cogné" pas mal d'invités de droite.
Les rares fois où je l'ai écoutée, elle surjouait son agressivité, rendant sympathique l'invité... Du mauvais journalisme qu'il faut dénoncer. Daniel le fait et pendant ce temps-là, nous - auditeurs, téléspectateurs - nous pouvons écouter france culture ou regarder arte ou utiliser les outils modernes (podcast, vidéo sur internet) pour nous informer, nous cultiver et ainsi échapper à toute la médiocrité.
[quote=2°) accourir toutes affaires cessantes, par tous les moyens à sa disposition, à toute convocation de Pascale Clark, d'Aphatie ou d'Elkabbach. Sa vie est censée tourner autour du "sound bite" que reprendra le 20 heures, ou d'une invitation au Grand journal.]

C'est juste énorme.
Tiens un truc énorme qu'on m'a sorti ces derniers mois : si je n'ai pas de téléphone portable c'est que j'ai des problèmes (c'est vrai que les abonnements ne sont pas chers pour quelque chose de super utile vu qu'il existe le téléphone fixe avec répondeur).
Je me suis dit que c'est plutôt la personne qui m'a dit ça qui doit aller chez le psy mdr
Etrange, cette fin de l'article sur le constat que ce soit une femme qui interroge un homme (cette pensée forte serait induite par le patronyme de l'interviewé????) et sur "la sexualisation du contenu de l'information, notion parfaitement distincte du nombre de femmes présentes aux postes de responsabilité (et qu'il faut augmenter, chacun en est d'accord)." Prétexte pour nous renvoyer au texte bien confus d'Anne-Sophie Jacques, qui d'ailleurs ne parle pas de "sexe" mais de "genre".

Dans ce texte, il est déjà question de Pascale Clark en ces termes: "Rien à voir, vous disais-je, avec le sexe. L’interview matinale de Pascale Clark est un pur moment masculin, tout en relances, interruptions, moqueries, sarcasmes, désir sophistiqué de domination et d’annihilation de l’autre. Le sarcasme est-il masculin ou féminin ? A discuter. Mais le coupage de parole est masculin."

Du coup, Anne-Sophie Jacques se sent bien obligée d'évoquer la manie bien connue de DS de couper la parole à ses invités. C'est là, nous assure-t-elle, sa part masculine: "Masculin quand il combat avec (contre?) les invités, quand il surfe comme un forcené sur la crête de la vague DSK (sic). ".
Mais, elle nous rassure aussitôt, il y a bien du féminin en DS: "Féminin quand il éclaire les trous noirs de l’info et va chercher où les autres ne vont pas. (...) Pas de projecteurs 2000 mégawatts. Simple bougie. Résister à la convergence des regards, regarder ailleurs, écouter le silence". Conclusion, ASI est un site génial car féminin: "Ça m’ennuie un chouille de parler du site qui me publie mais, après tout qu’importe, il me semble évident que le genre féminin prime sur @si."

"Ça m’ennuie un chouille de parler du site qui me publie", quel courage, quelle audace inouïe de l'évoquer en ces termes!
On ne sait pas si c'est le chant d'amour déclaré à son maître ou si c'est lire ce tissu d'âneries qui est le plus consternant mais passons. Le côté aussi: le site est féminin, c'est génial car je suis femme, le site est génial, normal j'y travaille (super, j'habite chez moi).

Bon, ce qui est intéressant aussi, c'est de rappeler que Pascale Clark, comme Anne-Sophie Jacques aujourd'hui, fut la collaboratrice de DS à ASI (cf émission avec Bourdieu).

Et pourquoi Pascale Clark a-t-elle quitté ASI? Réponse de celle-ci rapportée dans ce mémoire de maîtrise, visiblement inspiré des thèses de Bourdieu sur la domination masculine: « Daniel Schneidermann, venant de la presse écrite, n'avait besoin que d'une coprésentatrice, pour trouver ses marques. Quand il y est parvenu, je suis partie ».

Conclusion: en gros, DS ne voudrait pas de journalistes phalliques style Pascale Clark autour de lui, mais des coprésentatrices-faire valoirs si chattes et féminines à la Anne-Sophie, si l'on en croit cette dernière?

Autre conclusion: il faudrait que DS fasse un jour la "transparence" dont il est adepte pour tout le monde, alors que depuis pas mal d'années, et encore très récemment, il y a pas mal de turn-over autour de lui. Je trouve étrange de faire un papier sur P. Clarke, sans préalablement rappeler les liens professionnels qu'il y a eu entre eux.
Qu'est-ce qui vous arrive Daniel? Vous réglez vos comptes avec une ancienne collaboratrice?
La créature échappe à son créateur?
Bientôt un croche pied à Pierre Carl?
Non, je déconne. J'adore votre chronique du matin, ne changez rien.
Ce que je trouve hallucinant, c'est cette haine de la démocratie et des personnes ayant des convictions.

Pour la clique Clark / Apathie / Elkabach / Duhamel / etc. tout candidat qui représente un courant de pensée qui ne leur convient pas et qui n'est pas adoubé par le cirque médiatique est un zozo narcissique et méprisable.

Il suffit de voir comment sont traités les deux outsiders de la primaire d'EELV, mais aussi Montebourg pour le PS ou des personnalités comme Nicolas Dupont-Aignan. Des gens qui ont des choses à dire, présentent des analyses différentes, ont une réelle profondeur idéologique et militante, mais qui ne font pas partie du monde. Que l'on considère comme des pique-assiettes qui remettent en cause la belle mécanique des affrontements décrétés : Joly - Hulot, Aubry - Hollande, etc.

Tout journaliste qui aurait à cœur son métier et un peu de curiosité intellectuelle devrait les choyer, les faire accoucher de leurs idées, être heureux de leurs apports inattendus au débat, mais en réalité rien de cela.

Peut-être parce que cela demanderait de lire leurs écrits et pas les écrits des collègues à leur sujet ? de sortir des pseudo-événements (la phrase de Hulot sur Borloo, la notion de "candidat normal" de Hollande, ou le mot de Chirac sur ce même Hollande - C dans l'air a réussi à faire une heure d'émission sur ce rien avec des invités qui rabâchaient des évidences minute après minute) ? de faire preuve de culture, de curiosité, de désir d'apprendre...

Je suis atterré du niveau où nos "journalistes indépendants et éthiques" abaissent le débat public et le stérilisent.

Faire preuve d'une telle morgue envers les idées et ceux qui les portent, c'est le signe d'une haine profonde de la démocratie. La démocratie, c'est l'amour du débat, le désir de s'enrichir de la pensée de l'autre, pas la volonté de disqualifier une pensée a priori et de réduire la délibération à un petit cénacle.
Ce désir-là a un autre nom : Oligarchie.
Cher Daniel, comme vous écoutez sans doute régulièrement Pascale Clark, vous conviendrez avec moi qu'elle est coutumière de l'ironie qui se veut déstabilisante… Et qu'elle l'exerce autant avec des Stéphane Lhomme que des plus connus, comme Mélenchon ou je ne sais qui. C'est son fond de commerce depuis des années : une belle voix d'ado moqueuse avec pas grand chose derrière, le plus souvent. Une belle voix de radio, qui rappelle la grande Claude Dominique qui officia sur les antennes publiques en un temps que les moins de vingt ans… Hélas ! Tout le monde n'est pas Claude Dominique...
Je la trouve en effet particulièrement crispante, la Clark. J'aimais mieux sa mère ;o)) ... elle "jactait" moins.
"[...] du nombre de femmes présentes aux postes de responsabilité (et qu'il faut augmenter, chacun en est d'accord)"

Comment chacun ?

Plus d'Anne Lauvergeon, de Christine Lagarde, de Roselyne Bachelot, de Laurence Parisot, de Rachida Dati, de Nathalie Kosciusko-Morizet...

Je vous les laisse, et sans regret ! Les généralités n'ont, finalement, aucun intérêt, les femmes c'est bien, mais c'est comme les hommes : ça dépend lesquelles !
Depuis que Ph Val a viré D Porte & ST Guillon, je n'écoute plus France Inter (même si je suis obligé de me priver de Mermet).
A lire cet article et les commentaires y afférant, je crois que j'ai pris la bonne décision.
Quant à Pascale Clark, quand elle animait la revue de presse sur cette même radio, elle boycottait donc censurait Marianne qui avait eu le culot de critiquer F. I. dans une de ses rubriques, c''est vous dire sa déontologie journalistique !!!
[quote=PoissonSoluble]Exact. Entendu également l'interview et il faut être honnête: il n'y a pas de mépris, juste une petite amorce malicieuse et l'interviewé y répond de façon très tranquille.
La chronique de DS est très exagérée, malhonnête, au mieux insignifiante.



+1, le froncement de sourcil de DS vers son ancienne alter-ego des temps hertziens me paraît curieuse. Le lien vers cette itw, DS aurait pu le fournir lui-même d'ailleurs.
Vous croyez qu'i y'a eu un truc entre les deux? Je vais consulter ma collection de Voici, euh, Voilà, plutôt.
Je dois être la seule à apprécier Pascale Clark, quel délire!
Daniel, pourquoi ne pas écrire clairement que si Pascale Clark a eu ce poste, elle le doit à son très grand pote Hess. Dés que Hess est revenu à Radio France elle est revenue elle aussi dans la malle du Jean-Luc, juste pour une rubrique aussi insignifiante qu'elle. Puis peu à peu avec l'aide de la bande des 2, Val et Hess, elle a eu un peu plus de temps d'antenne. Avec le départ de Demorand ce fut l'apothéose.
Juste une curiosité..comment vont les chiffres d'audience de France Inter particulièrement dans cette tranche matinale.
Allez on se reprend et cessons ce cynisme!
Excellent billet ! Bravo !
franchement je viens d'écouter la chronique... et je ne ressens pas du tout ce que le papier évoque.
Parfois Clark est violente (chronique de genre masculin :-)... là je ne trouve pas.
D'ailleurs le monsieur a réussi a glisser des phrases bien plus longues (vers la fin de l'itw) que ce que la chronique laisse entendre d'habitude.
L'introduction est certes facile... mais quel chroniqueur/chroniqueuse peut se vanter d'ouvrir brillamment tous ses papiers.
P.Clark parle à armes égales, avec des gens en face qui peuvent se défendre. Alors qu'ici, en son absence c'est limite, ou c'est moi?

Et si c'est avec elle que ses interlocuteurs apprennent le B-A-BA du rapport de force dans l'espèce humaine, alors qu'ils ont choisi de plonger dans l'arène publique, c'est moindre mal pour eux. Car ce n'est pas proprement médiatique, sa pratique de refus de la niaiserie. Pire et non médiatisé les attend.
Et un porte-parole, un leader, est un peu quelqu'un à qui on confie les clés de sa maison, pas que pour l'habiter, genre comme pavillon témoin pour en vendre d'autres identiques.
Si il est victime du bagou du premier colporteur qui passe et si il ne sait pas quoi répondre si on lui demande si la terrasse fait caveau... J'ai du mal à être compatissante avec Stéphane Lhomme.

P.Clark n'est pas un modèle, mais ça m'est arrivé d'être fixé sur un personnage public après "en aparté", pas parce qu'on l'a piégé mais parce qu'il s'est trahi à force de relances pernicieuses. C'est à son avantage ou à son désavantage, mais la triche, la posture, la "représentation" a cessé d'être un déguisement.
Actuellement sur France Inter personne n'est à sa place, ni mis en valeur, Collin, Clark, etc. Le plaisir de l'écoute s'est évaporé, comme par magie, depuis euh.. après 2007 pour ne nommer personne.
Bonjour. Est-ce possible d'avoir accès à cette interview ? Je ne l'ai pas trouvée ni sur le site de FI, ni sur leur chaîne Dailymotion. Merci d'avance.
Le matin de la mort d'Élisabeth Taylor, Pascale Tête-à-Clark demandait à son invité en parlant de l'actrice : "elle vous a fait bander ?"
J'en ai lu qui voulaient lui faire bouffer son micro... moi je lui propose de se le mettre autre part !
Super !
J'ai deviné, Vendredi nous allons avoir droit à une émission d'@Si avec Stéphane Lhomme en liaison par webcam.

La cohérence y gagnera là où la qualité du son et de l'image y perdront :)
Première remarque: la direction des Verts ça n'existe plus, il y a une direction d'Europe Ecologie Les Verts. Ensuite Lhomme qui trahit sa parole en attaquant un autre candidat, ça pas question de le mentionner n'est-ce pas?
On peut critiquer le fait qu'une close de non-attaque entre candidats ait été mise en place, pas le fait qu'elle soit appliquée (avec beaucoup de souplesse quand même vu les propos de Lhomme, qui devrait être exclu de la primaire).
D'ailleurs c'est la commission de suivi de la primaire, dans laquelle siègent des représentants de tous les candidats et du parti, qui a demandé à Lhomme de revoir sa copie, pas la direction du parti. Et malgré une copie revue encore contraire aux engagements signés par Lhomme, Hulot ne s'est pas opposé à son envoi.
Quand j'ai entendu cette triste audition ce matin, je l'ai prise pour ce qu'elle est : une illustration de Vae Victis Malheur aux vaincus et aux faibles.

Si un jour, Lhomme venait au pouvoir, on ne sait jamais, Pascale Clarke se comporterait exactement de la même façon avec son adversaire vaincu. Si elle a survécu dans l'univers médiatique, c'est qu'ele sait hurler avec les loups.
Coquine et l'esprit agile en plus d'être jolie et rayonnante, elle sait jouer de ses atouts pour séduire et s'acoquiner.

Le plus marrant, c'est que ça a permis à Lhomme d'exprimer ce que beaucoup de gens pensent, que la candidature du clown d'Ushuaïa va laminer le vote écolo traditionnel. Et les nouveaux électeurs, les média-hyptontisés, qui votent comme le leur dit Pascale Clark, ne leur serviront à rien.
Je me demande quant à moi si carrément, ça ne va pas le déporter vers le centre droit direct. Hulot est un sous-marin de l'UMP, en lien avec Borloo, et tout ce beau monde va se rallier à Sarko de fait, en ce qui concerne Hulot, il trouvera un prétexte en refusant de choisir pour le 2ème tour. Il n'y a que les Verts pour ne pas le voir.

Paix à leur âme de bons petits soutiers, passons à autre chose.
En bonne mélenchoniste, je me frotte les mains.
Et la ménardisation des papiers de Schneidermann (de + en + démago et hystérique), y a personne pour en traiter sur Asi?
J'ai pensé tout de suite à la pertinence des propos d'Anne- Sophie,au-delà même de ce qu'on pourrait imaginer. Contrairement à mon habitude,je n'ai pas interrompu le bla bla bla pascalien,parce que justement il s'agissait de Lhomme et parce que je pense que Hulot est une sorte d'imposture pour la cause écolo...Et j'ai bien fait.
quant à Clark,à ses numéros imbéciles avec Cohen ou Rey c'est de plus en plus indigeste. Mais pour qui se prend-elle ? Il y a des traces indélébiles de son passage à Canal + dans son comportement et son discours. et ça n'arrange rien.
Faut-il vous rappeler que la même P. Clark avait tenté de ringardiser Pierre Bourdieu, avec les compères Cavada et Durand , sur votre plateau de France 5, avec votre bénédiction évidente. Mais c'était il y a longtemps, c'était un autre Schneidermann......
J'ai l'impression que vous tenez quelque chose avec cet histoire de géographie, n'y a-t-il pas des experts dans le sujet ?

http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/Geographie-de-la-domination.html
Pascale Clark fait partie des nombreuses antipathies de DS (et de ses fans : oh, cette envie de "lui faire bouffer le micro" exprimé par une personne qui révèle son masochisme : DS peut plaider son devoir d'informateur pour justifier l'écoute d'une collègue qu'il déteste, mais le misogyne de sevice, rien ne l'oblige à écouter la dame).

On peut raconter l'histoire de Lhomme d'une autre façon : voilà un Monsieur qui fait tout un cirque parce qu'il n'a pas une chaise au 1er rang, comme Hulot et Joly, autres candidats, à un raout des verts. Lémédia, en l'occurrence l'honni "Petit journal", nous montre le sketch qui semble révéler la détermination du candidat. L'inconvénient, même pour ce vieux routier de la contestation, quand on est "petit candidat", c'est que, sauf coup d'éclat, lémédia ne s'intéresse(nt) guère à eux. Alors, quand @si ou France Inter offrent la possibilité de s'exprimer, si on se veut vraiment candidat, on se jette dessus ! Par ses refus, S. Lhomme montre qu'il ne croit même pas à sa propre candidature... Je dis bien, autre façon de raconter l'histoire, à peu près aussi honnête que celle que raconte DS. On peut aussi imaginer que ce vieux militant méprise lémédia bourgeois. mais pas des explications domestiques à la mord-moi le noeud.

PS J 'ai mis un peu de couleur pour exciter une fois de plus les chers commentateurs qui me poursuivent de leur inamitié persévérante...
Je me souviens encore du "traitement Clark" infligé à Marie-Georges Buffet dans son émission sur Canal+ "En aparté". C'était juste après le référendum sur la constitution. Elle lui a demandé "Et alors maintenant qu'est-ce qu'on fait ?" d'un ton supérieur et dédaigneux et pour terminer de chanter "tous ensemble, tous ensemble, ouais ouais" comme quand on veut ridiculiser quelqu'un. C'était minable et depuis, Pascal Clark, je ne l'ai plus écouté. C'est son copain proche JL Hees qui, dès qu'il a été nommé par Sarko, l'a fait revenir à F Inter, illico presto, dans la valise de Ph Val.
Je me souviens qu'elle utilisait le même ton sarcastique pour interviewer un "rêveur-gauchiste-non pragmatique-utopiste" avec Besancenot ... qui était lui aussi au téléphone.
Il semble qu'il lui soit plus facile de se moquer quand elle n'a pas l'interlocuteur en face.
Interlocuteur qu'elle a dû inviter dans "En aparté" son émission sirupeuse sur Canal où tout le monde il était beau et gentil.
La preuve est faite - par Stéphane Lhomme - qu’il existe, dans le parti se réclamant de l’écologie, au moins un écologiste véritable. On n’en tirera pas pour autant la conclusion que celui-ci étant du sexe masculin, l’écologie le serait aussi. Cela serait aussi ridicule que la prétention d’attribuer un sexe au contenu de l’information : ce que Daniel Schneidermann fait pourtant, fort imprudemment, en se « garantissant » de la récente chronique d’Anne-Sophie Jacques. Faut-il y voir l’expression de ce féminisme - aussi peu coûteux que bien pensant - qui sévit dans les médias aujourd’hui ? Sans doute, et même à un degré supérieur à celui communément exigé. Car, cela dit en pesant les termes, c’est à un véritable fanatisme sexualiste qu’il est - ou plutôt qu’il serait, s’il pouvait être effectivement partagé - ainsi ouvert carrière.
On dirait qu'elle a importé à la radio ce ton moqueur et cynique de la télé. "Alors tout est de la merde ?! Ah, ah, c'est trop drôle réjouissez-vous. Qu'est-ce qu'on est subversif de dire que tout est de la merde. Et votre de vie de merde, alors, vous l'aimez ?"

La télévision est le prophète de l'ordre existant, disait l'autre. Ça fonctionne pas mal pour Clark...
je sers juste un peu plus le volant quand c'est Adler et Slama, mais ça reste moins crispant que Clark.

Ah ouais ? Mmmhh...
Ils font pourtant partie de la même clique indéboulonnable, ils sont bouffis, suffisants, bref, insupportables.

Lire : "Les intellectuels faussaires", de Pascal Boniface. C'est édifiant, mais c'est dingue, je le trouve même trop gentil...
Autant j'ai assez peu de sympathie pour Stéphane Lhomme, en tout cas en ce moment, autant c'est clair que Ckark nous redonne encore une fois sa méthode pour discréditer ce qui ne rentre pas dans ses shémas idéologiques. Elle avait procédé à peu prés de la même manière avec Melanchon, en le poussant au dérapage. Idem avec Menard.
Le passage d'antenne entre elle et Cohen est également d'une lourdeur ... que j'en ai mal pour lui à chaque fois. C'est en général l'heure ou je coupe la radio dans la voiture, de fait ça fait des semaines que je suis passé sur france culture, je sers juste un peu plus le volant quand c'est Adler et Slama, mais ça reste moins crispant que Clark.
1 Il serait intéressant qu'@SI aille demander à Dame Clark ce qu'elle pense de cette analyse de ses façons d'interroger.

2 Je n'avais guère envie de voter pour ces gens, j'ai plus
La preuve qu'il est ringard en ne venant pas tout à côté de dame Clark, c 'est que Ferry est bien venu, lui. Et est-ce que Ferry est ringard ?
Non non et non !
CQFD
Ouah, quelle violence ! Elle a certes un côté tête à claques, mais je pense qu'il y a d'autres journalistes à condamner avant elle, non ? Enfin, avec ce niveau de haine, veux-je dire...
"non mais attends moi j'ai travaillé sur Canaaaaaaaaaal"
Mais aussi à "Arrêt sur Images" !
Il y a des matins où j'ai envie de lui faire bouffer son micro.
Elle réussi le pari d'être plus arrogante et plus auto-satisfaite que Demorand - c'est dire.

Ses ricanements permanents (mais pourquoi les Guignols ne la portraiturent pas sous les traits d'une hyène ? pourquoi réserver cette politesse à Fogiel ? Elle est pire), ses moqueries incessantes, son absence totale de respect pour tout ce qui déborde sur les extrêmes, à droite comme à gauche (un responsable politique est un responsable politique, qu'on l'apprécie ou non), cette façon de systématiquement discréditer toute critique ou toute pensée "déviante" est tout simplement odieuse. Et puis ses gloussements imbéciles, à chaque échange avec Cohen, des envolées de donzelle qui signifient la pâmoison. Y'a des moments j'ai envie de hurler sur la radio : "allô, allô, t'es ON AIR, bordel, y'a des gens qui écoutent !".

Mais je crois que le plus insupportable c'est cette façon d'être, ce "j'ai l'air cool", je suis "tellement hype", hein, on va écouter le reportage "des kids" de Bondy - hein parce que moi je suis djeuns. Non Pascale, tu n'es pas djeuns, tu as 48 ans, et tu sais quoi, ce n'est pas grave, parce que ce n'est pas une maladie. Et puis ce "je m'écoute parler tellement je suis fascinante et tellement les autres ils sont tellement nuls, non mais attends moi j'ai travaillé sur Canaaaaaaaaaal". Grr ! Mais TA GUEULE, Pascale Clark ! Ta gueule !

Elle est la quintessence de ce qui fait que notre époque est malade, très malade.
Chaque matin, je réessaye. Chaque matin, j'éteins le poste, tant que sa voix en sort.
Mais peut-être suis-je un brin masochiste.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.