22
Commentaires

"Reverend Obama" : Al Pacino, déjà...

Barack Obama a prononcé vendredi dernier, à Charleston, un discours en mémoire du pasteur Clementa C. Pinckney et des victimes de la tuerie du 17 juin. Un discours salué par la presse américaine qui a trouvé fort émouvant que le Président entonne Amazing Grace, un discours dont certains points méritent toutefois d'être examinés…

Derniers commentaires

N'oublions pas les inoubliables O'Bama dans " les rivaux de Painful Gulch" de Goscinny-Morris.
Il y a aussi cet extrait de The West Wing
Il a prévu une tournée mondiale, où c’est juste pour les stasunis ?
Et dans son spectacle, il nous fera ses blagounettes préférées ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Faut il croire que les humains qui lisent cette chronique et aussi son auteur ignorent la complexité de l'âme humaine.
Obama comme le "Maire" Pacino sont à la fois parfaitement dans une opération de com et parfaitement sincère. Même si cette sincérité se heurtera dès la fin de la cérémonie, aux mutiples obstacles et contretemps que les "conseillers" et autres sbires de l'entourage ne manquent jamais de générer au nom des multipliples et particuliers "intérêts généraux", comme promeut tout un chacun.
Vanitas vanitatum... Revoir Pacino dans "Associé du Diable"; tout y est.
http://www.legrandsoir.info/la-scandaleuse-impunite-de-l-assassinat-par-drones.html
Merci pour la chronique, fort éclairante...
Amazing Grace c'est aussi un film pas mal du tout qui raconte l'histoire de l'élaboration de la loi interdisant le traffic d'esclaves dans l'empire britannique du 18e siècle: Amazing Grace (wikipedia)
Le commentaire du Temps : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/fcd13e1a-1c8f-11e5-9d4e-1dfb5906ea79/Charleston_Barack_Obama_prononce_et_chante_une_inouie_oraison_funebre
Merci Rolleyes...
Décevant cette chronique qui tente de discréditer Obama en le comparant à Pacino. Il révèle surtout une ignorance abyssale de la société américaine et de sa relation à la religion - et ceci pas seulement dans la communauté noire - ainsi que la fonction de père/pasteur du président. A force de faire du cynisme bien pensant sur les politiciens - certes imparfaits - qui ont le coeur du bon côté, on finira par avoir ceux qui ne nous veulent pas du bien.
[quote=Comédie, comédie, en lieu et place de l’action politique.]

N'est ce que ça Alain ?

Qu'Obama raconte son histoire, des histoires sur la place des noirs américains, cela n'a-t-il pas du sens quand il s'agit d'unifier un pays divisé depuis toujours par les questions raciales ?
Qu'il transforme ce fait divers en évocation de dignité et en la question de la grâce qui accompagne les vies vertueuses et solidaires (que l'on place cela dans une perspective religieuse ou non), cela n'a-t-il pas du sens ?
Ce symbole, du président noir qui vient pleurer avec la communauté noire les victimes d'un attentat raciste, n'est-ce pas un symbole précieux ?
Le soldat Obama ne s'est-il pas battu honnêtement pour mettre en place une assurance santé universelle ?
Le soldat Obama n'a-t-il pas défendu la situation des pauvres dans un pays qui fait tout pour les masquer, et avec une des oppositions les plus bêtes du monde ?
Faut-il donc trop tirer sur le soldat Obama, parce qu'il n'a pas réussi à mettre en place tout ce que l'on pouvait espérer ?


http://www.vox.com/2015/6/26/8849925/obama-obamacare-history-presidents (article un peu Obamalâtre, mais néanmoins intéressant)
tres beau prêche de décryptage, révérend Korkos :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.