27
Commentaires

Répartition salaires / profits : Libération se défend d'un "pseudo-virage à droite"

Le 18 février, la rubrique désintox de Libération s'attachait à casser un mythe : la rémunération du travail n'aurait pas, contrairement à ce qu'avance souvent la gauche de la gauche, perdu du terrain sur celle du capital. Dans un article du 4 mars, @si constatait que cette position était loin de faire l'unanimité. Et après la polémique en ligne, ce sont les pages Rebonds de Libération qui se font aujourd'hui l'écho de la controverse.

Derniers commentaires

Tres bon article, et sur un sujet absolument primordial a mon avis !

Il n'est qu'a voir les reactions des gens se disant de gauche ( normale extreme ou ultra ) par rapport a l'article original de Biseau, pour comprendre pourquoi toutes ces gauches ne peuvent pas reagir face au monde actuel : tellement aveuglees par leurs ideologies et schemas vieux d'une centaine d'annees, elles sont incapable de faire un constat juste de notre societe et sont donc incapable d'apporter de quelconques solutions.

Cet article original est une constatation de la situation, et de ce fait n'a rien a voir avec un quelconque appartenance a droite ou a gauche.

L'analyse profonde des causes et effets de ces problemes et encore plus les solutions eventuelles, sont, elles ce qui pourrait faire dire a un virage d'un cote ou d'un autre.

Et les "partis" se voulant le plus a gauche ne sont bien que la consequence tout a fait logique et acceptee de notre systeme capitaliste.
Il n'y a qu'a voir les nom des deux derniers partis crees tout a gauche : "Le Parti Anticapitaliste" !! un parti qui nbe peut se definir que par rapport au capitalisme, et le second, le Parti De Gauche ... le PDG ... PDG ?! ( sans commentaire ! )
Je suis toujours amusé de ces gauchistes qui traitent tout ceux qui ne sont pas de leur avis de gens de droite (comme si c'était la pire insulte). Or donc, Libé vous dérange en n'allant pas dans le sens de la pensée unique anti-capitaliste de l'extrême gauche. Donc ils ont viré à droite.

On peut même lire "la pluralité des hypothèses n'a pas droit de cité": sincèrement, vous avez déjà vu dans un journal d'extrême gauche la pluralité des hypothèses? Vous avez déjà vu un vrai débat pluraliste organisé par l'extrême gauche? L'ensemble des réactions des lecteurs d'ASI me fait d'ailleurs assez peur: si vous n'avez plus que cela comme abonnés, votre ligne éditoriale va nécessairement les suivre dans cette pensée unique. Bon courage...
C'est marrant que vus pensiez que Libé vire à droite alors que moi j'ai arrêté de le lire justement par ce que j'en avais marre de son discours gauchiste anti sarkoziste de base… Comme quoi…
Si Libé se défend d'un pseudo-virage à droite, comme indiqué dans le titre, c'est qu'il revendique un vrai virage à droite. Non ?
Depuis que le gouvernement offre un abonnement d'un an au journal de son choix aux jeunes de 18 ans, faut bien les éduquer ces petits là, les remettre dans la droite ligne...
Que libération aime la polémique, ça ne m'étonne pas beaucoup, c'est le fond de commerce de la presse quotidienne. Pas de recul, pas de travail de fond. quand on se trompe, qu'on donne de fausses informations il est toujours assez tôt pour retourner sa veste et entre temps on vend du papier. Oui, vive la polémique, et plus c'est emmêlé, et plus on vend. Seulement, sur le long terme, il ne faut pas s'étonner qu'avec ce genre d'attitude les grands quotidiens nationaux s'essoufflent... le raisonnement reste valable pour les sites internet de ces journaux, cultivant le buzz et se contentant le reste du temps de broder sur de la dépêche AFP. Etre visible, être dans l'actu', voilà ce qui importe.

Aujourd'hui, je ne lis ce type de presse que pour savoir ce qu'on raconte à mes congénères... pour l'information, il reste encore quelques bons mensuels...
Libération est pour moi le journal de droite le plus dangereux. Je m'explique. Lorsque vous lisez un article du Figaro ou de l'Express par exemple, vous savez clairement que le traitement et l'analyse de l'information est plus ou moins "partisane". Quand Libération sort peu ou prou la même analyse, certains qui pensent encore lire un journal de gauche, mettent beaucoup moins en doute cette approche.
Je pense également que ce journal a joué un rôle non négligeable dans l'election de NS en ne titrant avant et pendant la campagne électorale que sur la guerre des socialistes et les "bourdes" de SR (ils continuent d'ailleurs), sans pratiquement jamais relever les inexactitudes, approximations, bourdes et mensonges de NS. Tout cela a contribué à décribiliser complètement SR et pousser certains électeurs modérés vers NS.
Et maintenant, la cerise sur le gâteau, on parle de la nomination de Laurent Joffrin à Radio France par NS. Que faut-il en penser?
Bon décryptage sur Libération, Sophie.
J'ajoute juste que, sans m'étendre sur le virage évoqué ailleurs du journal, ce dernier est assurément apte à écrire des mensonges gros comme le bras - ce qui n'est rien, vous me direz, par rapport à longueur boulevardesque de celles étalées notamment sur le Figaro (qu'un décrypteur nommé Renaud dans les années 80 avait parfaitement cerné à l'époque dans plusieurs de ses chansons).
Depuis le départ de Serge July, il est facile, pour n'importe qui sachant lire, de constater que l'opportunisme est devenu une règle éditoriale chez Libération (bien que l'on n'en soit pas encore au niveau de François-Régis Hutin).
Je précise qu'en matière de journalisme, mettre de l'eau dans son vin, c'est-à-dire minimiser, maximiser ou déformer tel ou tel événement dans un article consacré à cet événement, est pour moi une preuve indéniable d'opportunisme, de malhonnêteté intellectuelle.
J'ai encore en tête la façon dont Libé a relaté les événements "terroristes" d'il y a quelques mois concernant les caténaires de la SNCF. Même s'ils ont depuis largement rétro-pédalé en défendant Julien Coupat - qui sait maintenant que France et droits de l'homme font deux.

Merci de nous prouver qu'@si peut continuer à décrypter Libération comme n'importe quel autre journal, en toute indépendance.
Ce qui n'était pas complètement évident pour moi jusque là.

Salutations.
J'ignorais que Libération pût encore virer à droite. Il me semblait que, sauf à rejoindre Le Pen, l'essentiel était fait depuis longtemps en la matière.
Pour opérer un "virage a droite", encore faut-il etre de gauche a la base!

Sinon Laurent Joffrin est le favorit de Sarko pour le poste de directeur de Radio France ...
Grégoire Biseau confond le salaire moyen avec le salaire du ménage moyen.

Il fait mine de croire que la baisse relative du salaire moyen dans le PIB est le résultat de l'explosion des inégalités salariales (phénomène que personne ne conteste), mais il n'a tout simplement pas compris que le salaire moyen inclus aussi tous les hauts salaires. C'est le salaire médian qui représente le salaire du ménage moyen, le salaire moyen représente l'ensemble des revenus salariaux, y compris les revenus les plus élevés.

Si j'avais comparé l'évolution du PIB avec l'évolution du salaire de la famille moyenne (le salaire médian), il est évident que l'écart aurait été bien plus important, et sans doute aurait-on constaté une baisse des revenus des ménages médians. Alors que le PIB pas habitant augmente.
On ne peut pas dire qu'il y aurait aujourd'hui un "virage à droite" de LIBE.
Dans l'article du 18 février comme dans celui de ce jour, l'idée générale est que "le partage salaire-profit est non seulement stable depuis vingt ans, mais en plus il est presque inchangé par rapport à la période des années 60. Plus curieux encore, il n’y a pas là d’exception française : on constate un phénomène identique dans presque toutes les économies développées."
Et il ne pourrait en être autrement sous peine que la France sorte du monde civilisé (en substance).
C'est la position de LIBE au moins depuis "Vive la crise" en 1984.
Donc : à droite sans doute, mais depuis longtemps.
.
Je trouve idiot un débat aussi peu précis, qui dit si peu de choses sur l'inégalité dans les salaires, ce n'est pas le bon critère la part des salaires dans le Pib.


http://anthropia.blogg.org
Encore un qui est passé a l'ennemi, quel salaud ce président élu par 53 % des Votants lors d'élection libre et qui lui a donné un net avantage contre sa concurrente qui n'est que présidente d'un région perdue ( avec 30 % de participation ), et surtout contrairement au élection pour le 1er secrétaire d'un parti de gauche qui c'est fini en pugilat ! quel fumiste
[quote=dans le gâteau "rémunération du travail", ce sont bien les plus riches et plus largement les plus diplômés qui ont profité en premier de la croissance.]
Rien d'étonnant, avec les politiques de réduction des cotisations patronales sur les bas salaires (aujourd'hui "loi Fillion") menées depuis des années, y compris sous la gauche,
au final ce sont toujours les mêmes qui voient les parts du gâteau leur passer sous le nez.
Libération appartient à Rotschild non?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.