39
Commentaires

Remonter le temps

On a l'air fins. On vient de se lancer à grands sons de trompe dans la production hebdomadaire d'un jité d'il y a dix ans, que vous appréciez hautement. Tout le monde est content, enthousiaste, on pressent la richesse de cet exercice qui consiste à exhumer au hasard les certitudes, les obsessions, les angoisses, d'il y a dix ans, pour mieux arriver à mettre à distance nos certitudes et nos obsessions d'aujourd'hui.

Derniers commentaires

Non, non, nous n' avons pas négligé la saturation, l'imposition unilatérale de l' agenda! Et pour tout dire nous en avons ras-le-bol de voir , entendre le petit chef! Insupportable!
Donc , nous n' écoutons plus, ne regardons plus le petit chef!
Les journalistes peuvent-ils dire STOP? Un peu de courage , Messieurs, çà doit être possible.
Ça tombe bien Daniel que vous évoquiez ces archives, car ça me permet de vous reposer cette question posée il y a peu de temps ici :
Serait-il possible, dans cette logique de regard en arrière, de pouvoir se procurer ou visionner les anciennes émissions d'@si période TV ?

Je sais que vous avez pris l'habitude de ne jamais répondre à mes questions l'an dernier, même les plus anodines (et non polémiques).
Même si c'est juste "oui" ou "non", "peut-être" ou "bientôt", "on envisage cette possibilité" ou "ça va pas être possib'".
Je serais "tellemin contin, ça m' frai bin pléésiiir" comme dirait Laurent Gerra.
Ça vous sert bien aussi d'exhumer les JT parlant du préfet Erignac, ça colle avec l'actualité.
Nous ne tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l'avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l'arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C'est que le présxent ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue pârce qu'il nous afflige, et s'il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper.. Nous t^chons de le soutenir par l'avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n'avons aucune chance d'arriver. Pascal, Pensées, fr 80
Bravo Daniel Schneidermann pour avoir exprimé la démarche qui consiste à rendre intelligents les JT d'il y a 10 ans.
Pour faire de l'histoire, il ne suffit pas de regarder le passé. Il faut également l'interroger avec nos questionnements actuels. Votre éditorial d'aujourd'hui montre que vous intégrez cette démarche d'historien. Je suggère la lecture, des Douze leçons sur l'histoire d'Antoine Prost, édité chez seuil dans la collection Point histoire. Ce livre apporte les armes nécessaire à celui qui veut remonter le temps, à la recherche de réponses sur le présent.
Et puis cela parle d'Erignac, ce qui fait un bon retour avec l'actualité d'aujourd'hui (non, ce n'est pas un pléonasme puisqu'on nous montre l'actualité d'hier).

http://anthropia.blogg.org
La maîtrise du temps, c'est la clé de l'action politique, expliquait déjà Machiavel. Faire l'événement, stupéfier par le présent, c'est le premier instrument du tyran. Et devinez comment est-ce que le même Machiavel définit la République (dont il est un partisan, soit dit en passant) ? Comme le seul régime qui possède une capacité de mémoire, qui n'est pas uniquement plongé dans les affres du temps court. L'histoire déniaise et évite de se faire "manœuvrer par ruse la cervelle".
L'effet du JT d'il y a 10 ou 11 ans est saisissant : quoi notre présent perpétuel était déjà du passé ?!
En lisant le titre, j'ai cru que c'était lié a l'affaire Péan.
Vous avez vu qu'il y a l'agenda d'@si, dans les onglets, en bas ?
(d'ailleurs, ça aurait pu s'appeler l'agend'@si, non, dans le style ouais, hop là, fun, style, classe mondiale et tout l'bordrel ?)
l'idée des rendez vous, est une bonne idée au début quand il n'y avait que le 9h15 j'en étais pas persuadés mais maintenant avec les jités (super idée ça permets de voir qu'on oublie beaucoup plus de choses que l'on croit) la chronique de A .Korkos ou celle de G.Klein on a des rendez vous régulier ça permets d'avoir des repères. super !!
C'est l'air qui est fin, non ?
Donc pas de pluriel, il me semble.
Chacun voit midi à sa porte : avoir l'air est un verbe d'état à part entière, c'est une tournure lexicalisée, et du coup, l'attribut peut être interprété dans la langue courante comme un attribut du sujet, même si les rigoristes en font un attribut de l'objet. Donc : l'accord avec le sujet est possible, tout comme il est possible avec l'objet (air). C'est une question de niveau de langue, et comme avoir l'air fin est une expression familière...
Ça se discute :)

Verbe d'état, locution verbale...

1-Si "avoir l'air" signifie "sembler", on accorde avec le sujet.

ex : Cette chose a l'air pourrie.

2-Si c'est une personne qui s'exprime, deux cas:
Si "avoir l'air" signifie "sembler", on accorde avec le sujet.
Si on peut dire à la place "un air" (pour apparence), on accorde avec "air" :

[s]ex : j'ai l'air bête.[/s]
euh, non :

on a l'air fin (on a un air fin)
Votre analyse a l'air juste.
Je ne suis pas dans le secret de l'âme de la grammaire. Je ne conclus pas.
Je sens qu'il n'y à pas que le président de la république qui va regretter ses petites phrases...
Logiquement, on a le droit de faire les deux.
Elles ont l'air bête, ou Elles ont l'air bêtes.
C'est celle du Grévisse, je n'ai pas de mérite...
Vous avez tout de meme le merite d'avoir pris le temps de l'ouvrir, le Grevisse ....
Le Gre quoi ? ;-)
On peut dire que vous ne prenez pas de pincettes, vous, L-P R ^^
ah mais ... l'Homard m'a tue ( mais chut )
heu non, je m'apercois que c'etait un canard, ( mais bon du moment que ca rime ...)
[quote=je m'apercois que c'etait un canard]

un canard, Maurice (Grevisse) ?

tous deux, disparus :-)
joli, Paméla...
@ sleepless : merci (je rougis)

J'ai aussi élé élevée avec Grevisse ;-)
Et maintenant tu as, le Grevisse ?

Aïe, je crois que c'est le pire de tous...
(le tutoiement n'est là que pour la blague...)
Ah, enfin un sujet sur l'orthographe !
C'est dans l'air (fin), n'en déplaise aux grévisses de l'Education.
Puisqu'il est question de remonter le temps, je propose un petit coup de loupe sur une machine à la H.G Wells, qui devient en 1979, un mélange pittoresque de formes d'inspiration victorienne et d'un cockpit ovoïde évocateur de la voiturette électrique des années 1940 par Paul Arzens. Ah! Tout voyage dans le temps, même celui du jité, implique des risques, des imprévus, au point que celui de février 1999 manque.
http://french.imdb.com/media/rm3840117248/tt0080025
Deux fois certitudes, deux fois obsessions en préambule .... On n'en sort pas ....

Bon j'voudrais pas m'acharner ....
Ah ! ce désir de remonter le temps, de sortir du trou... "S'extraire du temps obligé de l'actualité, à l'intérieur même d'un site d'actualité comme le nôtre, lui aussi soumis aux exigences de la réactivité et de la rapidité..." Cruelle déception, ce "trou [qui] tombe sur février 1999", pour tous ceux qui se réjouissent "de cet exercice qui consiste à exhumer au hasard les certitudes, les obsessions, les angoisses, d'il y a dix ans, pour mieux arriver à mettre à distance nos certitudes et nos obsessions d'aujourd'hui"... Ah ! remonter le temps, si la chose était possible sur ASI... N'y aurait-il pas beaucoup à dire sur ce thème ?
Ah mais qui nous dit que fevrier 1999 a bien eu lieu ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.