18
Commentaires

Reconstruire Palmyre, ou la recouvrir d'origamis ?

La ville gréco-romaine de Palmyre, située à 210 km au nord de Damas en Syrie, était occupée par Daech depuis mai 2015. Elle a été reprise le 27 mars dernier par les troupes syriennes, avec l'appui de l'aviation russe. Le site archéologique est aujourd'hui dans un triste état et l'on parle déjà de restauration, de reconstruction. Fausse bonne idée ?

Derniers commentaires

"Est-ce que l'érection de la moindre colonne n'équivaudrait pas à effacer les forfaits des (mercenaires), à les enterrer, les oublier."

Si, bien entendu. Et c'est ce qu'il faut faire. Détruire leur oeuvre, si je puis dire. Il reste les morts, qu'on ne peut pas faire revenir. Est-ce une raison pour conserver pieusement des souvenirs de cette souffrance, comme s'il n'y en avait pas assez ?

Mais, contrairement à ce que vous dites, ce ne sera pas si facile. Car il faudra rassembler les pierres qu'ils ont "détruites", comme vous dites, ou plutôt : écoulées sur le marché de l'art. Ce qu'ils ont détruit, rappelez vous, c'était des copies en plâtre : c'est même Arrêt sur images qui a soulevé le lièvre.

Les pierres de Palmyre qui sont donc dispersées aujourd'hui, sans doute pas si dispersées que cela, les receleurs sont tous dans Forbes. Il reste qu'on aura bien du mal à leur appliquer la loi ordinaire pour les receleurs, et à récupérer leurs magots.

P.S. vous faites bien de parler d'Oradour sur Glane. Je ne m'étais jamais posé la question. Le fétichisme a-t-il jamais produit de la compréhension ? Les ruines d'Oradour sur Glane ou les baraques d'Auschwitz ont elles joué un rôle contre le révisionnisme ? Il faudra y réfléchir. Je préfèrerais vivre dans un monde où tout ceci soit un souvenir aussi lointain et impalpable que l'inquisition. Tant que les chrétiens voueront un culte à l'instrument de torture du Christ, on ne sortira pas du moyen-âge.
Breaking news:
http://www.theguardian.com/culture/2016/apr/19/palmyras-triumphal-arch-recreated-in-trafalgar-square
Faire du fauthentique c'est l'avenir du passé!
Les centres commerciaux sont les équivalents modernes des cathédrales gothiques. Sachons les aimer.
Ancien palais d'été de Pékin, saccagé par les Français et les Anglais en 1860 https://fr.wikipedia.org/wiki/Ancien_palais_d'%C3%A9t%C3%A9
Le gouvernement chinois a donc décidé de conserver le site en ruine, afin de montrer aux générations futures les conséquences de la domination de la part de puissances étrangères. En outre, la reconstruction serait une entreprise colossale, et aucune reconstruction des structures au sol n'a été approuvée. Cependant, les lacs et ouvrages d'eau dans la partie est des jardins ont été recreusés et remplis d'eau, alors que les collines entourant les lacs ont été débroussaillées, recréant ainsi une vision longtemps oubliée.

A Palmyre, comme à Bagdad en 2003 http://www.liberation.fr/evenement/2003/04/26/enquete-sur-l-etrange-pillage-du-musee-de-bagdad_462768 , il y eut pillage; qui achète le fruit de ces pillages?
Beaucoup d'Oradour-sur Glane en URSS pendant la seconde guerre mondiale:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_nazis_en_Union_sovi%C3%A9tique

Extraits:
Un commandant de la division Das Reich s’étonnait d’une exclamation horrifiée du préfet du cru à la suite du Massacre d'Oradour-sur-Glane (644 tués). Il expliqua alors que pour la seule ville de Kiev c’est plus de 100 000 civils, tous sexes et âges confondus, qui avaient été abattus en représailles à des actions des partisans. Lors de la Bataille de Moscou les Allemands raseront les villages dans un rayon de 100 km autour de la capitale, massacrant leurs habitants.

Hormis les commandants des Einsatzgruppen, et certains haut-gradés, en particulier, le maréchal Wilhelm Keitel (pendu après le procès de Nuremberg), l’écrasante majorité des officiers supérieurs de la Wehrmacht, du RSHA et de la Waffen-SS ayant participé aux massacres de masse commis en Union soviétique n’ont pas été inquiétés après la capitulation à Berlin du 8 mai 1945.
Soyons pragmatiques. Quitte à reconstruire, autant le faire dans un lieu plus propice au tourisme et au biseness. De ce point de vue, le désert, ce n'est pas le Pérou.


Las Vegas ?
Souvenir d 'Oradour-sur-Glane. Un beau jour d'été. Silence impressionnant, tous ceux qui marchaient dans Oradour se taisaient. Même les enfants. Gorge serrée. C'était en juillet et d'imposants cerisiers, qui étaient forcément là avant le massacre, étaient remplis de cerises mûres. Personne ne les cueillait. C'étaient leurs cerises, à ceux qui étaient là avant , c'étaient les cerises des morts du 10 juin 1944.
erreur
Pour autant, est-ce vraiment une bonne idée ? Faut-il à tout prix restaurer la cité antique afin de la remettre dans l'état où elle était avant l'arrivée de Daesh ? Est-ce que l'érection de la moindre colonne n'équivaudrait pas à effacer les forfaits des islamistes, à les enterrer, les oublier.


Tout est là maître Korkos.

Je me souviens d'avoir promené mes pieds, pas très propres, sur la tête d'un des Bouddahs de Bamiyan.
C'était longtemps avant que l'Afghanistan ne soit devenu ce qu'il est. Je crois avoir pleuré en apprenant ce qui était advenu à ces Bouddahs.
Je pleurais sur quoi ? Sur les souvenirs de ma jeunesse enfuie ou sur la destruction de temoignages de l'histoire des hommes?

Nous savons tous que "reconstruire" ces Bouddahs serait une oeuvre impie (?) digne de Disneyland.
Nous savons tous qu'oublier qu'ils ont existé serait tout aussi sacrilège.

Je crois qu'il en est de même de Palmyre.
C'est sûr qu'effacer les traces de la guerre sur des ruines, reconstruire un village dont tous les habitants ou presque sont morts, ce ne sont pas des évidences. Pourquoi faire? À quoi bon?
Mais c'est surtout que cela ressemble au déni, à l'effacement, à l'oubli. Et justement des gens ont essayé d'effacer un passé, de réduire à néant, en détruisant les ruines historiques ou en tuant en masse un groupe et sa descendance. Puisque eux font comme si rien n'a existé avant, faire comme si eux n'avaient pas existé, c'est faire pareil qu'eux. On ne peut, ne veut gommer les traces de ce type de vandalisme.

Parfois c'est l'inverse.
Dans les lieux où les armes ont, non pas effacé le passé, mais plombé l'avenir, au contraire le réflexe est de faire l'air de rien: Charlie Hebdo et l'urgence immédiate qu'il reparaisse, le bataclan qui va redevenir une salle de concert.

Je trouve pourtant que la frontière n'est pas si nette. Par exemple on rénove en effaçant toutes les traces de vieux, on remet à neuf, tout fier que les tableaux retrouvent leur bleu, la pierre sa teinte sui generi. On fait du déni de patine, de temps qui passe, plus d'historique. Pour moi trop faire triompher que la vie reprend et que le show must go on est de la précipitation causée par notre refus de "vieux", des marques du temps, plus que par un élan vital.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.