19
Commentaires

Rebelles du monde entier, communiquez !

De quel oeil les groupes armés engagés dans des conflits voient-ils les journalistes ? Loin des clichés de brutes épaisses peu concernées par leur image, bon nombre de guérillas semblent avoir compris qu'ils devaient aider les médias à regarder "la guerre en face". Du "Media Center" créé à Benghazi par les insurgés libyens aux efficaces listes de diffusion zapatistes, communiquer efficacement semble même parfois être devenu, pour les combattants, plus important que les victoires militaires.

Derniers commentaires

Un papier extrêmement complet sur le "pourquoi de la rébellion" née au Chiapas en 94... (pardon pour le troll)
http://www.cadtm.org/Mexique-La-souverainete
Merci à @SI et Justine Brabant pour cette excellente synthèse.

Comme le dit une personne (Quetzal) sur Mediapart dans les commentaires de l'excellent article de M. de Précontal sur les morts de sangliers :
le drame des bon articles, bien construit et tout et tout, c'est que l'on a pas grand chose à y rajouter...

Voilà donc que des bricoles :

- Cet article me fait comprendre d'autant mieux la remarque de M. Chauvel dans l'émission où il indique (de mémoire) que bien que les insurgés lybiens soient ouverts aux médias et biens sympathiques et tout et tout, il faut quand même que le journaliste soit là pour vérifier et faire "l'arbitre". Vu le niveau de propagande que cet article démontre, ce n'est effectivement pas du luxe.

- C'est énoôôrme, cet "UNPO" et ses cours ! Je trouve qu'une le fait qu'une telle organisation existe au sein de l'ONU est fascinant. L'ONU, révolutionnaire ? Diantre.

- Et quelques petites erreurs apparemment non encore signalées : les deux premiers liens de l'article ("condamnent fermement" et "libèrent des prisonniers") ne fonctionnent pas. Cela ouvre une page sur @SI au lieu d'ouvrir le site extérieur. <>
Et plus loin, il y a un "[LIEN EMISSION HUMANITAIRE]" qui n'a pas été mis à jour : est-ce parce que c'est une émission à diffusion future ?

- je crains que la liste impressionnante des mots-clefs de cet article fasse bouder de jalousie notre Korkos adoré...
Excellent travail Madame Brabant !
Oublié de parler d'un relai essentiel que les Zapatistes ont su exploiter :
La société civile !

Tout au long de leur lutte, ils ont su associer la société civile, tout le monde, de l'intérieur, de l'extérieur, à leur lutte... et ça me paraît être essentiel dans la communication.
Je connais mal les "rebelles" africains ou libyens, leurs réseaux, leur façon de s'exprimer, leurs références ...
Cependant, pour avoir beaucoup lu les textes fondateurs du "zapatisme" et pour avoir été "plongée" dans l'univers de diverses associations mexicaines dont les organisateurs étaient des Frentistes (du FZLN), j'ai du mal à retrouver mes chers "Zapatistes" aux côtés des "autres" rebelles communicants. Vous précisez, Justine, en abordant la communication des Zapatistes, qu'ils sont "à l'autre extrémité de la gamme des rebelles qui ont su communiquer", mais je les retrouve aux côtés des Maï-Maï (dont on a dénoncé très souvent les exactions -le "on" étant un illustre inconnu d'ailleurs- ou des hommes du CNT -qui ont été "introduits" à l'Elysée par BHL, ce qui me les rend quelque peu "suspects").

Pour le Chiapas, il faut reconnaître qu'ils (enfin qu'El Subcomandante Marcos) ont compris avant tout le monde l'importance des mots et de la communication. C'était il y a 16 ans et Marcos était bigrement en avance sur son temps, même s'il a su trouver les relais aux Etats-Unis. Et la parole zapatiste me paraît avoir une différence notoire avec les paroles des autres mouvements de rébellion que vous examinez : elle était pacifiste avant tout. Même si l'EZLN (la branche armée des Zapatistes) portait l'uniforme, l'intention était que les Indigènes retrouvent leur dignité en même temps qu'ils retrouvaient leur droit à la terre. Quant au "FZLN", il était composé d'intellectuels, éparpillés un peu dans tout le Mexique, qui étaient en quelque-sorte les porte-parole des Indiens sans visage, en même temps qu'ils proprageaient autour d'eux les idées égalitaires (car le Mexique est tout sauf égalitaire) justement par le biais de diverses ONG appliquant les principes zapatistes (donc indigènes) dans les campagnes mexicaines. Dans les villes, les Frentistes manifestaient leur animosité vis à vis de la corruption du pouvoir en place de diverses façons : dessins muraux (spécialité bien mexicaine), protection des Comandantes Zapatistes lors des divers "caracoles" (ou voyages) qu'ils ont organisés à l'intérieur du pays, etc.
Car les indigènes chiapanèques ne sont pas restés chez eux, avec un Sub accroché à son ordinateur en tant que Grand Communicateur : ils ont organisé des rencontres... au Chiapas pour la 1ère, où ils ont invité des célébrités, mais ensuite, il y eu des "sorties"... J'ai, personnellement, été dans la foule dans deux villes différentes qui accueillaient la délégation des Indigènes et tous les supporters étrangers, deux années différentes. Leur dernière sortie s'est d'ailleurs terminée triomphalement sur le Zocalo de Mexico (où je n'étais pas, hélas)...
Si les Zapatistes ont pu aller à la rencontre des autres Mexicains et ont aussi eu l'appui de militants étrangers, c'est que leur parole était à la fois pacifiste et simple, leurs demandes tout aussi simples : être reconnus en tant qu'êtres humains, ce qui leur était nié depuis plus de 500 ans, et que chacun puisse vivre de son lopin de terre sans se faire déloger par les éleveurs, tuer par des milices para-militaires à la solde des gros propriétaires terriens. Pour faire simple : plus de justice dans un pays d'injustices.
Et là où les Indigènes ont eu du génie, c'est qu'ils ont su trouver un écrivain, un homme de plume, un vrai communicant en la personne de Marcos. Voilà un communicant qui savait de quoi il parlait lorsqu'il décrivait la vie si dure d'un Indigène au Chiapas, parce qu'il s'était frotté à la dureté de la vie dans la forêt Lacandone, même si en fait il n'y a peut-être pas vécu tout le temps de la rédaction de ses communiqués. Marcos (ou son équipe) étaient des communicants hors pair, parce qu'ils parlaient de la réalité, parce qu'ils savaient se moquer d'eux-mêmes, parce qu'ils n'ont cessé de mettre en avant les Indigènes et leur donner la parole, parce qu'ils ont respecté leur rôle de "porte-parole" et n'en ont jamais tiré gloire personnelle.
Ca a marché d'ailleurs... Des progrès ont été faits, les Indigènes ont obtenu une certaine reconnaissance de leurs droits... Il y a eu la signature des accords de San Andrès etc. Mais petit à petit, les chefs d'état qui se sont succédés à la tête du Mexique ont été tout aussi corrompus que leur prédécesseur, et l'ALENA (la libre-circulation des biens -mais pas des gens- entre le Canada, les USA et le Mexique) ont eu raison de ce mouvement de rebellion exemplaire à plus d'un titre. Le consommateur mexicain mange maintenant du maïs étatsunien, va au Mac-Do pour manger des hamburgers dont la viande vient du Sud-Est mexicain, où l'élevage fait des ravages en provoquant une grave déforestation (entre autres).
Donc ça n'a pas marché en fait... le fric ayant eu raison des idées égalitaires et ayant renvoyé les petits Indigènes dans l'oubli ;o((

Dans un tout autre ordre d'idées... je me pose la question suivante :
Pourquoi les Palestiniens, dont on constate de plus en plus qu'ils n'ont plus le droit de vivre sur leurs terres, qu'ils sont maltraités par l'état israélien, ont-ils tant de mal à trouver une communication homogène. Pourtant, ils ont des appuis partout dans le monde (on a pu le voir avec les flotilles, les militants se voyant refusé le droit de monter à bord d'un vol pour Tel Aviv)... mais la communication ne "prend" pas. Ils passent toujours pour des terroristes alors qu'ils sont plutôt une population terrorisée par un état dominateur ;o((
De mémoire de fidèle d'@SI, un des articles les plus aboutis du site. Chapeau bas, et merci pour ce boulot formidable.
Ibrahim Coulibaly n'a pas été "assassiné" ; après la prise de pouvoir de Ouattara, il a refusé de déposer les armes et il a été tué dans les affrontements entre les forces armées du président et les siennes.
La plus élémentaire sincérité m'oblige à dire que la bysonne a très bien parlé !

La chronique en dégustation et l'émission en plat de résistance, voila une soirée épatante en perspective...

Merci à Justine qui est toujours aussi passionnée !
Justine c'est un vrai bonheur de vous lire et relire. Boulot extraordinaire, comme toujours, et cerise sur le gâteau : une bibliographiiiiie !!! Merci infiniment, surtout ne changez rien ....

Votre idée d'émissions pendant les vacances, c'est une idée de génie.
Ben Oui ! Justine is back, Youpi...

Même qu'on la verra dans l'émission mise en ligne hier soir (pas encore vue) et qui a des commentaires très élogieux dans le forum !

En plus le sujet est la photo, triple youpi !

Vivement ce soir.
Superbe article!
Juste un regret : pour la rébellion zapatiste, vous évoquez précisément les soutiens extérieurs. Pas pour le CNT lybien. Or, je serais bien surpris que ce dernier ne bénéficie pas de relais (et de financements) extérieurs. Comme ce fut le cas pour les séparatistes biafrais. D'ailleurs, ces soutiens ne seraient-ils pas du même genre (qui sent le pétrole)?
Dès le 2° paragraphe, je me dis, tiens, on dirait du Justine, ça... Bingo, et chouette, je lirai ça au calme car ça a l'air plein de nouveautés (pour moi en tout cas).
bonjour madame brabant.
dans mes derniers souvenirs, vous étiez parti au Sénégal.
seriez vous revenu au sein de la rédaction d'ASI ?


cordialement
Lu en diagonale mais ça m'intéresse bigrement...
Justine, on dirait que vous avez fait un sacré boulot !
Et le Chiapas comme cerise sur le gâteau (puisque j'ai moi-même fait un mémoire ethnographique consacré à la "parole zapatiste") !
Yesssss, dès que j'ai un moment d'accalmie, je m'attelle à la lecture de votre enquête.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.