73
Commentaires

Qui veut la peau des orchestres de Radio France ?

La Cour des comptes veut qu'ils fusionnent. Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, ne semble pas être farouchement opposé à cette idée. Leurs musiciens, en revanche, y sont vivement opposés. Ils sont au cœur des débats sur l'avenir de la radio publique et pourtant, le grand public les connaît mal. Qui sont l'Orchestre National de France et l'Orchestre Philharmonique de Radio France, et pourquoi veut-on leur peau ? Réponse en cinq questions.

Derniers commentaires

On s'en cogne du sort des orchestres de Radio France.
Booba vient de sortir un nouvel opus, et d'après ce qu'en dit Véronique Montaigne, critique musicale au Monde, c'est "brillant".
A l'écoute des extraits proposés dans la vidéo du quotidien, il semble malheureusement qu'ils aient choisi les plus pourris.
on a déjà supprimé à peu près tout ce qui était institution du jazz dans ce pays, l'ONJ n'est plus qu'un ensemble de musique contemporaine

maintenant on veut zigouiller l'un des 2 orchestres classiques de Radio France à l'heure où les déçus de la migration Pleyel>Philarmonie la Villette pourraient reprendre le chemin du 16ème

Pharell Williams est à Jazz à Vienne cette année

on n'a qu'à nommer David Guetta ministre de la culture tout de suite, ça ira plus vite...
Productivité ...

YouTube est plein de ressources ... cette conversation polyglotte franco-russe-anglo-germano-italienne entre deux gars totalement improductifs autour d'un verre de scotch. Oui, oui un verre pour trois ( + le journaliste ).

Igor S. et Vladimir N.

Le cas de ceux qui raisonneront ensuite en terme de productivité associée à l'art est désespéré.

"Sortir * means W.C. !"

* En français dans le texte
Il me semble qu'il faut lever une ambiguïté : fusionner deux orchestres philharmoniques, ça veut dire supprimer approximativement la moitié des musiciens !
Je ne peux m'empêcher de penser que, sous couvert de Culture, on retrouve finalement des discours très convenus sur « l'État qui dépense trop ».

Lorsque Vuitton utilise les impôts qu'il devrait payer à la collectivité pour monter une fondation, tout le monde s'extasie. En revanche deux orchestres pour Radio France, quelle gabegie !
Il y avait jadis sur un site dédié au contrôle de gestion un texte désopilant sur la rationalisation d'un orchestre. Je ne le trouve plus, mais nul doute que la Cour des Contes à dormir debout en a fait son miel.
Dans les orchestres parisiens, et les autres sans doute, il y a régulièrement des musiciens intermittents. Ceux-là vont se retrouver encore plus précaires qu'avant. Quant aux titulaires, en bonne logique on devrait diviser leur nombre par deux.

Mais que n'y a-t-on pensé avant ? Et je rejoins Aloys von : Mais à quoi donc a jamais servi Mozart ?

Un peu de fiel pour finir : Cette manie d'appeler "Le Philhar" l'orchestre Philharmonique vous a un petit air branchouille très prout ma chère.
"Lautre soir, le Philhar nous a interprété le Bol' de Rav', c'était trop !"
Je vote d'avance d'utilité publique tous les comm' de Djac B.
La musique est vraiment de tous les arts celle qui ne sert à rien. Supprimons l' Inutile !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.