121
Commentaires

Quelque part en Ardèche...

Dans la Sarkozie en déroute, la chose est presque passée inaperçue.

Derniers commentaires

Ciceron
Merci Daniel pour ce beau courriel plein de la poésie de Jean.
Je réponds un peu tard car après l'Ardèche, j'ai fait un petit tour en Provence
avant d'aller m'installer en Bretagne début mai.
Heureusement qu'ils ont eu la décence de ne pas venir. Ils n'en avaient
pas le droit de part la volonté même du poète et nous n'en aurions pas voulu
nous les anonymes, les admirateurs, les aimants qui étions là sous le soleil,
remplis de tristesse et de larmes, mais chantant à pleines voix Ma France
ou la Montagne. Adieu Jean Ferrat.
Excellennt passage d'une interview de 1975 mis en une chez là-bas.
Merci Daniel, c'est tellement mieux que
http://www.rue89.com/2010/03/13/la-mort-de-jean-ferrat-le-pcf-perd-sa-plus-belle-voix-142724
faux ! marie -georges buffet était présente !!!!!!!!!!!!!
Ca prouve que Jean Ferrat est un auteur intègre, digne, droit et qu'il s'est battu pour ses idées toute sa vie.
Des comme on n'en trouve plus (moi, depuis que Gréco soutient Hadopi, je suis définitivement dégoûtée de la chanson française contemporaine).
J'ai vu un extrait de ses funérailles hier sur TV5... j'ai beaucoup pleuré.
Il a chanté Potemkine, il a chanté "Nuit et Brouillard " (et on l'a plus ou moins soupçonné de s'être plus préoccupé du sort des Communistes en camps de concentration que des Juifs)... Voici l'échange en question :
[quote=Extrait de l’interview de Meir Weintrater, rédacteur en chef de la revue sioniste de gauche : l’Arche dans le n° de mars-avril 2005, au cours de laquelle il se livre à un réquisitoire contre Jean Ferrat . « Je vais vous donner un exemple qui m’a frappé. La chanson « Nuit et brouillard », décrit les victimes, des gens qui sont dans des « wagons plombés » et dit : « Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel, Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou D’autres ne priaient pas mais qu’importe le ciel Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux ». Les deux derniers vers évoquent les résistants, essentiellement les résistants communistes, puisque c’était la mouvance à laquelle appartenait Jean Ferrat. Dans les deux premiers vers, Natacha fait référence à l’Union Soviétique, Jean-Pierre, on comprend aussi. Le seul moment où l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah. Quant à Vishnou, on suppose que c’était pour faire la rime. Aujourd’hui, un tel texte serait attaqué pour négationnisme implicite. Pourtant, je me souviens que j’étais à l’époque très content de cette chanson et ma génération l’a accueillie avec soulagement. On avait le sentiment que l’on reconnaissait quelque chose implicitement même si cela restait très marginal. NAM : Que faut-il en déduire ? M.W : Que Jean Ferrat lui-même, en tant que Français communisant, et bien que de père juif avait intériorisé la minoration de la persécution des Juifs, alors même que son propre père est mort en camp d’extermination.

REPONSE DE JEAN FERRAT :
Monsieur Jean Ferrat 07530 ANTRAIGUES à Monsieur Meir WEINTRATER Rédacteur en chef de la revue « L’Arche »
Antraigues, le 24 février 2005
Monsieur, Je viens de prendre connaissance de votre interview publiée par « Nouvelles d’Arménie Magazine » de janvier 2005 et ne saurais rester sans réagir à vos déclarations me concernant et concernant aussi ma chanson : « Nuit et brouillard », car c’est la première fois depuis 42 ans qu’elle suscite une réaction de cette nature. C’est la première fois qu’on me reproche, en définitive, de n’avoir pas parlé uniquement de l’extermination des juifs. Vous osez le faire. J’ai envie de dire : « Tant pis pour vous », mais je vous rappelle que justement, « Nuit et brouillard » est dédié à toutes les victimes des camps d’extermination nazis quelles que soient leurs religions et leurs origines, à tous ceux qui croyaient au ciel ou n’y croyaient pas et bien sûr, à tous ceux qui résistèrent à la barbarie et en payèrent le prix. Que vous puissiez justement, faire un compte dérisoire en regrettant que : « Le seul moment ou l’identité juive apparaît est dans Samuel et Jéhovah » me paraît particulièrement indigne. Je ne puis également accepter vos interprétations tendancieuses qui concernent les résistants que je célèbre et qui seraient, d’après vous, : « essentiellement communistes ». Je passe sur l’évocation de « Vishnou » que je n’aurais utilisé que pour la rime alors qu’il symbolisait pour moi toutes les autres croyances possibles. Si j’avais aujourd’hui à regretter quelque chose, c’est de n’avoir pas cité les autres victimes innocentes des nazis, les handicapés, les homosexuels et les Tsiganes. Mais il est temps, à présent, d’en venir à votre affirmation finale : « Aujourd’hui, un tel texte (vous parlez, bien entendu, de « Nuit et brouillard ») serait attaqué pour négationnisme implicite ». Je me demande par quelle dérive de la pensée on peut en arriver là, et si vos propos ne relèvent pas simplement de la psychiatrie. Jean Ferrat]
Jean Ferrat dénonce « l'industrie culturelle » dans un article publié en mai 2004 par Le Monde diplomatique.

Par ailleurs, on lui a prêté des propos "pro-HADOPI"...

PatriceNoDRM

[tchd.fr - la WEB-TV dédiée à ceux à qui il reste du Temps de Cerveau Humain Disponible]
le cadeau (in)espéré de sarko pour la journée de la francophonie : qu'il ne fasse pas de discours


[toutenbateau]
Re : Pompastel
Rien, je ne sais rien des vibrations des uns et des autres, je me contente de les imaginer, je ne veux surtout pas être péremptoire, j'aimais bien Ferrat, un point c'est tout et je voulais juste partager mes réflexions mais j'arrête là.
Re : aux abonnés absents (ex misfit)
Je pense qu'il n'a pas abusé de la société du spectacle, je ne suis pas naïve au point de penser qu'il n'en a pas fait partie mais il n'en a pas abusé et ne s'est pas particulièrement exposé. Ce n'est pas la présence de Drucker à ses obsèques qui change mon constat.
Au bout de mon âge
Qu'aurais-je trouvé
Vivre est un village
Où j'ai mal rêvé

Il m'a fallu naître
Et mourir s'en suit
J'étais fait pour n'être
Que ce que je suis
Une saison d'homme
Entre deux marées
Quelque chose comme
Un chant égaré

Jean Ferrat
C'est beau l'Ardèche. Et votre chronique aussi Daniel.
Alors réjouissons-nous peut-être de ce manque de laideur dans le paysage !
Et puis j'allais oublier que Ferrat est certainement le seul chanteur qui ai écrit une chanson pour son chien et je dois dire que cela me touche.
Merci à DS pour cette chronique qui nous remet les titres de Ferrat en tête. Sa mort signe encore un peu plus, pour les vieux comme moi, née en 52, la fin d'une époque. Je ne sais plus où retrouver ce fol espoir de changer le monde que je partageais avec Ferrat. Potemkine me galvanisait, Nuit et brouillard me bouleversait, Un jour me faisait pleurer, je n'éprouve plus ces sensations. Heureusement qu'à ses obsèques étaient absents tous ceux qui n'ont très probablement jamais vibré à l'écoute de ses textes. Ils n'avaient rien à faire là, la société du spectacle n'avait pas sa place aux obsèques d'un des seuls chanteurs qui s'en soit éloigné.
C'est un joli nom, "camarade"... C'est cette chanson de Ferrat, "Camarade" que le maire de Bobigny, Bernard Birsinger, avait fait résonner dans le salon d'honneur de l'Hôtel de Ville lors d'un hommage à un conseiller municipal communiste comme lui, décédé prématurément. Un an plus tard, Bernard devait disparaître à son tour, aussi subitement, aussi injustement, aussi douloureusement. C'était en 2006.

Dans votre billet pour Ferrat, Daniel, il y a aussi pour moi le souvenir tenace de ces deux hommes de qualité, que j'aimais et respectais.

Pour cela aussi, merci à vous.
merci Daniel pour ce bel hommage à Jean Ferrat, homme droit, intègre, qui aimait "les gens" et qui, mieux que quiconque, savait parler de ces millions d'hommes et de femmes anonymes qu'on appelle, dans lémédias, "les français", "le peuple", "l'opinion publique". quelqu'un s'est-il d'ailleurs jamais intéressé de près à ces expressions ? aux représentations, ou non-représentations d'ailleurs, qu'elles suscitent ? à quand une enquête approfondie sur ces termes bateaux derrière lesquels se réfugient politiciens, sondeurs, médias, etc..., pour justifier tout et son contraire ?

merci encore.
Je vous signale que les journaux télévisés ont censuré l'intervention de Francesca Solleville à l'occasion des obsèques de Jean Ferrat . Celle ci a chanté avec rage ces quelques vers de la chanson Ma France :
Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige...
C'était très court mais la télé servile a sans doute jugé que c'eut été insupportable aux oreilles de ceux qui ont organisé le débat sur l'identité nationale. Cette intervention par contre était présente dans le reportage que M Drucker a consacré aux obsèques dans le cadre de son hommage à Jean Ferrat sur France2
Cher Daniel, si je vous ai bien compris, vous déplorez l'absence d'officiels aux obsèques de Jean Ferrat. Eh bien moi je dis "tant mieux !".

En plus, je ne crois pas que ça lui aurait fait plaisir à l'ami Jean. Ni à sa famille. Ni à la foule qui se trouvait là. Les officiels hypocrites, c'est bon pour les autres. Maintenant, je vous ai peut-être mal compris ...
Jean Ferrat ne souhaitait pas de cérémonie officielle ou quoi que ce soit de ce genre. Les personnalités politiques qui ne le connaissaient pas se sont abstenues et c'est tant mieux.

A noter cependant pour ceux qui tapent compulsivement sur les "politicards" que P. Terrasse, président PS de conseil général de l'Ardèce, qui avait le bonheur de connaître Ferrat, était à ses obsèques.

Je trouve la critique pas très bien venue.
Non, justement, dans la Sarkozy en déroute, la “chose” n'est pas passée inaperçue ! Et ça, c'est un signe, un vrai signe, un bon signe…
Nombreux sont ceux qui, cette semaine, ont laissé nos édiles à la vacuité de leurs analyses du premier tour des régionales pour se rassembler en pensées autour de l'ami Jean, des valeurs qu'il a portées et de la hauteur de son art…
Cela dit, Belle chronique Daniel !
Quel subtilité dans votre écriture de ce jour, Daniel !
Un peu contrariée ce matin, le charme a opéré, malgré la tristesse de l'événement (et du fond) de votre message.
Très reconnaissante. (Je pèse mes mots)
Bel hommage

En même temps on ne lui aurait pas souhaité Mitterrand pour sa mise en boîte.

Buffet et Bové, pour rappeler ses engagements communiste et écologiste, ça suffisait et ça ne tournait pas à la récupération.
J'étais devant ma télé sur France 3, dans un premier temps je me suis offusquée qu'il n'y ait pas le moindre petit représentant de la Fran - an -an - ance, mais ensuite je me suis dit que c'était certainement une volonté de Jean Ferrat lui-même, et qu'un UMPiste ait été là, aurait gâché [s]la fête[/s], le départ de Jean Ferrat, c'était une vraie communion des coeurs, et j'ai pleuré autant que pour un proche. Ces obsèques en plein air sous le soleil, qu'avec des gens qui avaient envie d'être là, je le redis, j'ai senti la puissance de la communion pour un être aimé qui nous quitte mais restera à jamais dans nos coeurs. Autre chose que certains rites protocolaires, canibals froids et mortifères dans des chapelles glaciales.

Merci DS. Voté pour la chronique.
En dehors du fait que je suis plus que d'accord avec la plupart des messages déjà écrit ci-dessus.
A savoir que : Tant mieux Sarkozy & co n'étaient pas présent aux funérailles !

Votre billet m'a touché.
C'est malin, vous m'avez fait pleurer.
Surprise et émue de votre billet ce matin monsieur Schneidermann, je pense qu'un hommage du ministère de la culture aurait été bienvenu.
ne croyez-vous pas Daniel que c'est ce qu'il aurait voulu?
Ouais, joli billet bien inspiré, ça change d'autres fois! Merci.

J'espère que, de là-haut où d'ailleurs, nous regardant, Jean Ferrat rit.
Merci Capitaine
Merci !

Un frisson qui nous redonne espoir à nous, les obscurs, les sans-grades. Vous nous dites un monde où l'on a envie de vivre, même s'il est triste quand on doit dire adieu.
ceux qui comptaient pour lui étaient là... les autres...
ma mémoire chante en sourdine...
Le dernier chanteur humaniste après Brel, Brassens ?

Espérons que non pour nous qui vivons dans une société toujours plus mercantile où le mot « humanisme » fait de plus en plus sourire.
Le magnifique Ferrat méritait bien qu'on le dispense du "Bal des Voleurs" (voir chez Jean Anouilh) pour son dernier bout de route !

Sarkozy a trouvé beaucoup plus utile d'aller soutenir Momone pour ses premiers pas à l'Académie Française : cultivé comme il est on le comprend (il a du demander où étaient les stars en arrivant).

Je parie que Ferrat a été drôlement content qu'on lui fasse grâce de la pub pour Rollex et Patek Philippe, montée sur talonnettes. Ses potes sans Rollex ont quand même meilleure allure que Séguéla. Et ils sont autrement plus sympathiques !

P.S. : Pour ma part si je sentais planer sur moi la menace d'une épître sarkozienne lors de mes obsèques je crois que je ne mourrais pas du tout !

***
Merci pur cet article. L'humanité, et l'humanité dimanche, Politis, ont consacrés des articles sur ce grand Bonhomme.
Malheureusement, il ne s'agissait pas de la starlette(Carla), ni de (Jonnhy),
Quel dommage.
Joli billet, et jolie plume, Camarade! (sans vouloir t'offenser, bien sûr)
Merci Daniel
Bonjour
Ces obsèques sont réconfortantes.
Entendre ces belles chansons à capela et voir cette communion m'ont rendu espoir. Tous ne sont pas pourris…
Dégage petit homme porte parole de la futilité et de l'incompétence qui masque la casse de notre pays au profit des plus riches.
Et maintenant tous les faux-cul qui ont voté pour le Parti Socialiste dimanche dernier sortent du forum.
C'est valable aussi pour vous Daniel.
Jean Ferrat était aimé parce qu'il disait avec des mots simples la douceur et la lutte. Ces gens qui se sont pressés sur la place d'Antraigues étaient les anciens mineurs de Largentière, les cheminots, les ouvriers du ciment, des filatures... les paysans des vallées et des murettes... J'ai vu quelques poings se lever, timidement, comme aux fêtes de l'huma régionales où il lui était arrivé de chanter.
Faudra-t-il répéter qu'en mettant Aragon en musique, il a fait accéder à la poésie tout un peuple ?
Quand Aragon sortira-t-il de son purgatoire?

Vous souvenez-vous de cette époque où le parti communiste jouait son rôle d'éducation populaire? vous souvenez vous de ce temps ou tout le monde se fichait que Jean soit né juif? Cela ne signifiait rien de plus que le droit de nous déchirer le coeur avec Nuits et broullard. Et c'était immense et essentiel.
Jean Ferrat était notre chantre à nous. Il ne passait guère à la télé. Il arrachait un sourire de commisération à tous ceux qui estimaient qu'il était naïf, avec ses bluettes, et son rouge idéal chevillé au coeur.
Il est une de ces présences discrètes, essentielles à notre paysage. Les médias mesurent aujourd'hui de sa présence dans les mémoires et la culture populaire. Twitter a charrié depuis l'annonce du décès de bribes de citations, de fragments de ses chansons. On s'est rendu compte qu'il nous avait donné un patrimoine émotionnel superbe... et que, pendant toutes ces années, on avait oublié de lui dire qu'on l'aimait.
Merci, Daniel pour ces mots chaleureux pour évoquer le départ de Jean Ferrat . En son temps , Senghor n'a pas eu non plus d'accompagnement du gouvernement français. pourtant Jospin était premier ministre . Maryvonne Le Moigne.
Mieux vaut un hommage tardif que pas du tout. Trois jours pour trouver l'inspiration, vous deviez être très très ému DS.

Enfin pour ceux que ça intéresse réellement, vous pourrez toujours allez voir les pages et les vidéos du Dauphiné Libéré sur le sujet.
Merci Daniel.De tout mon coeur ,merci d'avoir écrit cela....Etrange chagrin éprouvé à l'annonce de la mort d'un homme dont on ne connaissait que les mots et la voix chaude.Ses obsèques tellement émouvantes sur la place de la Résistance à Antraigues,qui ne ressemblaient à aucune autre,on les a vues sur France 3.....Moi,j'ai apprécié que l'espace ne soit pas envahi par des présences hypocrites...Pourtant je suis d'accord avec vous ,j'aurais aimé que soit saluée simplement la voix de ce poète.
Pour ma part je préfère voir 5000 anonymes admirateurs et/ou mus par une réelle compassion que quelques politocards présents par devoir par convention sociale ou tout simplement pour y être vus.
Sans avoir le temps de lire les réactions précédentes à votre billet Daniel, moi je dirais simplement que ces obsèques de Jean Ferrat sont restées "impolluées" et de cela je me réjouis; beaucoup plus que d'une récupération qui m'aurait fait enrager.
En tout cas merci pour ce bel hommage que vous lui rendez !
Merci DS
Magnifique chronique, Daniel.

Merci !

Camarlette
et pendant ce temps la Tunisie, comme l'a si bien notre Guide International de la Rupture, fait des progrès sur la voie de la démocratie, et grâce, notamment, à la France
pas fou, le journaliste tunisien, préfère se réfugier en Espagne, et non en France. Maintenant on réalise à quoi sert le progrès technologique, " la radio numérique".
une bonne TSF fera plus pour la liberté d'expression que n'importe quel satellite.

Jolie formule ce matin sur France Inter : tout Simone Veil, Jean Ferrat est devenu Immortel.

toutenbateau
Le fauteur de troubles national est allé s'agiter à la Faute-sur-Mer pour se faire remarquer !

Pendant ce temps-là, cinq mille personnes rendaient hommage à Jean Ferrat dans le petit village d'Antraigues, des milliers d'autres étaient devant leur télé, d'autres encore avaient une pensée émue.

Ce furent des obsèques dignes de Jean Ferrat !

Pas besoin de la présence du gratincramé des politiques français ! Ils ne sont pas venus pour deux raisons, peut-être : 1) Jean Ferrat a laissé des consignes ; 2) Les "rose-vert-noir(UMP-FN)-orange" savaient eux-mêmes qu'ils n'étaient pas les bienvenus !
Au passage, joli clin d'oeil au chanteur décédé que ce week-end de déroute pour la droite, qd on se rappelle que Gaino avait fait massacrer par l'autre (futur président de la République), dans une reprise peu convaincante, son titre "Ma France", lors du discours d'investiture de NS comme candidat à la présidentielle, le 14 janvier 2007.

La copie, l'original, les préférences (non nationales), toussa...
Il manque une phrase dans votre chronique : C'est beau la vie !
Pouvoir encore te parler
Pouvoir encore t'embrasser
Te le dire et le chanter
Oui c'est beau, c'est beau la vie.


Mais pourquoi ne pas relire avant de publier : Les manchettes n'ont rien sû....si je vous dise un monde :-(
Pas de quoi twister les mots Je suppose que vous vouliez dire twitter. Le twist n'était pas son genre. Quand j'étais enfant je frissonnais déjà en entendant "Pourtant que la montagne est bell-eu" . Le comble pour ces crétins qui nous gouvernent , c'est que le sinistre de la Culture n'était pas présent . Trop occupé nulle part , j'imagine.
Pourtant on voit beaucoup de gens sur les photos des obseques de Jean Ferrat

Les gens dont il parlait et pour qui il parlait

Tous les gens du "peuple" qui ne sont pas des personalites.

Mais de la a dire que nous, lambda ne sommes "personne" ...

Cela reflete effectivement ce que le gouvernement actuel essaye de nous faire gober, mais finalement, ceux qui sont venus lui donner un dernier hommage sont ceux qui l'ont fait de maniere vraie et sincere, et, a mon avis c'est bien mieux comme ca.
Quel bonheur que de lire votre message matinal, alors que je suis en train d'écouter cette voix merveilleuse, nous chanter ces véritables bijoux.
Impossible d'oublier cet artiste EXCEPTIONNEL. Moi aussi, j'ai regardé, pour une fois, Drucker dimanche après-midi. Revoir Ferrat que nous croyions oublié et le ressentir comme immortel après être allée aux urnes pour tenter de retrouver un équilibre en Sarkozie. Ce n'est pas tant sa mort qui m'attriste que de comprendre que ses chansons de révoltes sont encore de nos jours d'actualité. Il faudrait que ceux qui l'ont connu transmette son message aux plus jeunes qui nous disent : Ferrat? Connais pas...

Je vous en prie, les médias faites le nous entendre, encore. Parlez de lui sur les ondes et à la télé. Cinéastes, faites un film. Ne le laissez pas mourir pour de bon!!!

Et nous, parents, parlons de lui à nos enfants...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Morel donne son explication sur ce décès intervenu la veille d'un scrutin, c'est un complot destiné à "galvaniser la fibre gauchisante du pays !"
http://www.dailymotion.com/video/xcmsli_meme-pas-mal_fun

Jolie et émouvante chronique du matinaute.
Oui, il valait sans doute mieux pas qu'elles viennent, ces personnalités politiques...
Cette disparition a suscité une émotion et une tristesse, dont télés, journaux et radios se sont largement et justement fait les échos. On les critique suffisamment à longueur d'années, ces satanés médias, pour, une fois n'est pas coutume, les remercier.
Mais je me suis laissée dire que c'était un demande de la famille.
la vérité n'est jamais bonne à dire, sinon tout le monde la dirait
une phrase qu'Audiard aurait pu dédier à Ferrat.

et qui reste bonne à dire.

toutenbateau
J'ose croire que Jean Ferrat n'aurait pas apprécié la présence de ces personnalités.
Cher Jean, que serais-je sans toi.
Je le disais encore hier sur un autre forum : on peut dire encore une fois mille mercis à Jean Ferrat d'être décédé la veille d'une élection et à la télé de lui avoir rendu hommage entre les deux tours.
On n'aura jamais entendu de belles chansons françaises, honnêtes, militantes, courageuses, d'interviews honnêtes, courageuses et militantes de leur auteur, chanteur, compositeur en un moment aussi important pour les citoyens, les vrais.
C'est la première fois que je regarde la Deux un dimanche aprèm : Drucker y célébrait Ferrat. Le voir et l'entendre chanter Potemkine le dimanche où les abstentionnistes se sont abstenus, ça m'a fait du bien. Comme ça m'a fait du bien de relire toutes les paroles des chansons de Ferrat proposées par les @sinautes en fin de forum (sur la place du père, etc.) !
Et puis, ça fait du bien de voir que des quidams se sont rendus en masse à ses funérailles, retransmises en direct (ça j'ai trouvé un peu "limite"... j'étais dans le train, donc pas regardé) sur France 3. Mais si ça a pu aider à faire trembler la sarkozie j'en suis ravie.
(Petit troll au passage : mon train, parti de Nantes a fait un arrêt à Angers et un à Sablé... qué Sablé ? Pourquoi Sablé me suis-je interrogée ? Je viens d'apprendre que le TGV s'arrête probablement à Sablé parce que Fillon est maire de Sablé) ! !!!
Ferrat, reviens... !
MERCI MISTER DANIEL... Cé bien à en pleurer.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.