99
Commentaires

Quand le Petit journal cache ses caméras, mais aussi ses micros

Et ça recommence : Le Petit journal a de nouveau dézingué Mélenchon et son équipe lundi soir sur Canal +. En cause : les déclarations d'Eric Coquerel, le conseiller spécial de Mélenchon (que nous avions reçu dans notre émission). Dans la journée, sur Europe 1, Coquerel avait déclaré que des journalistes de France 3 s'étaient plaints d'avoir été filmés par le Petit journal à leur insu. "N'importe quoi !", rétorque Barthès qui diffuse alors une interview exclusive d'un rédacteur en chef adjoint de France 3 Metz dédouanant le Petit journal. Problème : l'interview du rédacteur en chef adjoint a, elle aussi, été enregistrée... à son insu.

Derniers commentaires

Ce n'est pas plus violent que quand ils le repeignent en stalinien sur fond noir et blanc.
Le PJ use bel et bien de méthodes si ce n'est fascistes, à tout le moins totalitaires : bidonnages de soi-disant reportages distordant la réalité, caméras/micros cachés pour piéger les interlocuteurs (y compris des confrères), refus de Barthès et de son producteur de s'expliquer sur leurs méthodes quand elles sont dévoilées au grand public...
Ces gens s'abritent derrière une carte de presse pour faire de la propagande et jouer la provocation. Etrangement c'est toujours à Mélenchon que des comptes sont demandés et jamais au PJ.
Bonjour,
Hier, le petit journal a diffusé une séquence où un journaliste interroge Mélenchon sur le 1er Mai. Celui-ci ne répond pas, puis finit par traiter le journaliste de "facho", pensant qu'il appartiendrait au Front National ? Bref, on connaît les relations tendues entre le Petit Journal et Mélenchon mais là c'était plutôt agressif et gratuit... Sans vouloir faire la parano de service, n'y aurait il pas un nouveau coup fourré de la part du PJ ? On peut se poser la question vu qu'il nous ont habitué à pas mal de bidonnages ces derniers temps.

lien Petit Journal 02/05/2012 ==> http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3351-c-le-petit-journal.html
Ils pourraient cacher aussi leurs journalistes !
Un autre exemple des manips de Yann Barthès, le 23 février, à propos de la LePeine.
Découpant son temps de parole à la télé et à la radio, il montre que le temps consacré à ses propositions se réduit à 2,19% de ses 46 minutes (autres thèmes: viande Hallal, embrouilles avec les journalistes, critiques des autres partis, parrainages, l'Europe, promo de son site).
A aucun moment il n'évoque que ce sont des thèmes quasiment imposés par les "journalistes" intervieweurs.
Comme Apathie, il veut faire croire que ce sont les politiques qui imposent leurs sujets et leurs rythmes aux médias. Or, si pour les candidats de l'establishment (Hollande, Sarkozy) c'est le cas, c'est tout le contraire pour les autres dont on noie le peu de temps de parole dans des questions buzz. L'amalgame permet à l'UMP de se plaindre d'avoir les merdias contre eux et au Grand et Petit journaux de se gausser des "petits".
La boucle et bouclée, la manip aussi, et le benêt berné.
Depuis le passage à 1/2 h, ce n'est plus la même émission. Les interviews en direct de Barthes ont dès le début démontré le changement de ton. Par exemple l'interview de Rachida Dati, une des premières invitées du nouveau format et brocardée violemment dans plusieurs émissions précédentes. Là on avait l'impression de voir ricaner deux copains... Tentative de réhabilitation?

Sinon, AA a tout dit : "ils peuvent dire certaines vérités du spectacle sans remettre en cause le Spectacle".
Mais on note une vraie différence de ton lorsqu'ils parlent des "grands" et des "petits" candidats... le syndrome Denisot en somme. Ou le Parti de Presse et de l'Argent...Car il est un fait totalement admis dans les grandes rédactions nationales : c'est vraiment ringard d'être [vraiment] de gauche aujourd'hui.
Tristesse.
Canal+ en général et le PJ en particulier (mais bien d'autres aussi) visent la tranche d'âge des 12 ans (âge mental compris) tels qu'ils se les représentent ou qu'ils veulent qu'ils soient: des "débiles" incultes dont on peut aussi se moquer. Comme on l'apprend dans les écoles de commerce: « Vous devez vendre des produits partout. Cela exige des goûts universels. Les goûts des enfants sont universels. Il faut séduire les enfants et il faut infantiliser les goûts des adultes pour qu’ils aient des goûts universels » (Martin Meissonnier: « Mc World, la culture des marques »).

Les nouveaux animateurs déconneurs du PJ sont issus de cette "politique" capitaliste initiée dans les années trente du siècle dernier aux États-Unis au début de la « société de consommation », imbibés culturellement et formatés professionnellement. Le spectacle du Spectacle dans le Spectacle est leur champ d'opération. C'est pourquoi ils peuvent dire certaines vérités du spectacle sans remettre en cause le Spectacle.

Ils fonctionnent idéologiquement et affectivement sur le modèle des petits caïds de cours d'école: protégés par la force numérique du groupe de servants, par la force de l'institution (fils de bourgeois dont le papa notable côtoie l'inspecteur d'académie et le préfet, ou pauvres désocialisés s'appuyant sur la « loi de la cité »), ils peuvent dans l'impunité pratiquer selon la situation la dérision (fabriquant sur commande aussi bien du rire que des larmes à l'image du film « Les Intouchables » et des productions hollywoodiennes et de leur capacité à la manipulation des émotions primaires), le cynisme, le harcèlement jusqu'à la torture, la menace et la calomnie.

En meute (les « quatre salopards » du Vrai Journal de Denisot), ou en supprimant la contradiction (régler ses comptes par l'entreprise de son émission, par le temps de parole quotidien et la claque du public décervelé et captif, sans opposition), ils profitent de la naïveté ou de l'honnêteté de la victime qui ne veut pas utiliser les mêmes moyens qu'eux, en tout cas du refus d'agir en meute ou de la séparation de ceux qui ne veulent pas jouer le jeu de ce microcosme terroriste tout en étant "obligés" d'y participer (généralisation du Spectacle comme seule manière d'exister socialement, donc politiquement), forcément toujours en décalage face au « dispositif » et aux moyens disproportionnés des entreprises merdiatiques.

Petits merdeux violents et sans scrupules envers le petit, obséquieux (l'humour servile) envers le puissant (leurs maîtres), ils sont le produit de la domination de la Marchandise dont le but (outre le profit sans limite) est de masquer la réalité des rapports de production en surfant sur les « problèmes sociaux » (racisme, féminisme(sic), discriminations diverses produites par le système lui-même, pseudo démocratie et pseudo liberté d'expression) sans jamais relier les effets à leur cause: l'exploitation de l'homme par l'homme productrice de la plus-value dont ils « jouissent » (Michel Clouscard).
après le DailyMouloud, qui est plaisant je zappe. Le petit journal ne me fait plus rire.
Encore un article qui gagnerait à pouvoir etre partagé sur facebook, de la meme façon qu'on peut le faire avec les "vite dit"
Longtemps Barthez m'a amusée,mais depuis quelques mois je le trouve imbuvable,content de lui .Ceux qui l'entourent sont grotesques,au point que je ne regarde plus ni le grand ni le petit. Et l'abonnement me paraît bien cher pour ce qu'on nous donne à voir.
JRI moi même ,si, à chaque fois que l'on filme sans épauler et en omettant d'allumer le "tally" , la lumière rouge sur le devant de la cam , on ne serait plus nombreux à encore conserver notre carte de presse ! Ce débat est puéril ! Cessons donc ! Des journalistes qui se plaignent "parce qu'on ne leur a pas demandé la permission d'être interviewer ! c'est un peu l'arroseur arrosé !
Allons ! Les gens du petit journal transpire la mauvaise fois!
Alain Soral disait que ça se voyait même physiquement , franchement , c'est vrai , Barthes ( pourquoi je l'ecris avec une majuscule..? ) est directement sorti d'un jerome Bosch ( pardon pour l'orthographe).

Ces gens la sont le mal absolus , vous n'imaginez pas jusqu'ou ils sont capables d'aller.Pas de moral......Le grand Rien !
Triste de voir un tel manque de déontologie journalistique.
Quelle image les nombreux téléspectateur du Petit Journal ont-ils de Mélenchon après ce lynchage médiatique ?
Comment peut-on dire que le jeu démocratique n'est pas faussé avec ce genre de choses ?
Il faut vraiment faire quelque chose... Mais que faire face à la toute puissance de ce média qui peut mentir en toute impunité.

En tant que militant du FdG, je suis vraiment dégoûté...
Merci !
@Si toujours prêt pour le sénateur-candidat !!!
Barthès -2
Mélenchon +1
Il ne reste plus qu'aller leur casser la gueule, il y a des gens qui ne comprennent que ça

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

De plus en plus passionnant cette histoire. Je suis addict.
Ce qui est remarquable, c'est que le petit journal répond à Coquerel en l'attaquant sur un point parfaitement mineur de sa démonstration. On s'en fout pas mal qu'ils fassent des caméras cachées, à la limite, des fois, c'est justifié.

Ce qui importe, c'est que ça n'ait rien de scandaleux que de ne pas les laisser rentrer à un événement non ouvert à tout public. Ce qui importe c'est qu'il soit clair que leurs reportages peuvent être bidonnés (ou à la limite du bidonnage).
Edifiant! Et personne pour parler de ces méthodes dans les médias traditionnels. Un comble pour une émission qui se veut de décryptage de la communication des grands de ce monde.

Résultat attendu: que les journalistes des autres rédactions se désolidarisent d'eux.
La cour de cassation a tranché rècemment sur les enregistrements de Béttencourt.
Elle confirme que les enregistrements à l'insu des entegistrés sont acceptables dès lors qu'ils apportent une information d'intérêt (en gros)
Est ce le cas ici? Sans doute si les propos tenus dèmentent des accusations publiques.
C'est la jurisprudence qui parle!
Bonjour
Vraiment petit, petit, petit journal.
Bon courage effectivement:plus ils font semblant de s'expliquer moins ils sont drôles.
Oui, vraiment, le résumé est parfait, et Le Petit Journal gagnerait à faire un petit zoom arrière sur son comportement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.