63
Commentaires

Quand Hortefeux débloque

Confirmation matinale : Hortefeux débloque.

Derniers commentaires

Et quelqu'un connait-il un site pour se regrouper de façon citoyenne en vue de retrouver ou aider des groupes pour bloquer des lieux définis ?

Comme tout est décidé localement à mon avis si tu veux des infos par internet visite les site départementaux des syndicats, Sud, Fo, Cgt, voir de certains partis politiques. Toutes les actions ne sont pas annoncées pour avoir un effet de surprise, le mieux est de demander des contacts pour proposer son aide.Les ag interpro sont des bons moyens de s'informer quand elles existent, ou par secteurs (Cheminots...). S'il y a des dépots de carburants la où tu es tu peux te rendre directemment sur place, ne serait-ce pour manifester ton soutien aux grévistes. C'est vrai que beaucoup de personnes ont envie de participer à des actions mais n'ont pas forcément les infos.
Un site pour aider - directement - financierement et moralement les grévistes et bloqueurs :

http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/?page_id=62

Et quelqu'un connait-il un site pour se regrouper de façon citoyenne en vue de retrouver ou aider des groupes pour bloquer des lieux définis ?

Si tout le monde s'y mets, un petit peu partout, ils pourront toujours courir pour débloquer !

Quand je lis l'article de Fakir sur le bloquage de la zone indus d'Amiens et que je lis cet article d'@si, je suis un "bon père de famille" mais j'ai comme envie de ressortir et d'aller donner un coup de main...
Il est vrai que les journalistes jouent bien leur rôle ; à chaque nouvelle manif que je fais (et là je les compte plus) j'y vais le coeur serré à cause des rumeurs "d'intersyndicale qui se fissure" et de "mouvement qui s'essouffle" et de "de toutes façons le gouvernement ne peut pas/veut pas /va pas reculer"... Ah oui puis j'oubliais la météo qui ne favorise pas les ballades sur le pavé parisien...

A la fin de chaque manif en revanche, j'ai le coeur plus léger. Enorme cortège à Paris encore hier, des milliers de lycées manifestants dans la joie et la bonne humeur (si, si!!!).

Les lycéens de mon lycée étaient une bonne cinquantaine à se rendre à cette manif depuis Lagny, marchant du lycée à la gare sous la pluie sans parapluie, au pas de charge pour choper le seul train qui passait à la bonne heure pour se rendre à la manif... Ils organisent depuis une semaine leur mouvement ; ils sont responsables et ne cherchent pas les embrouilles...

Alors merci Daniel pour votre chronique... J'espère que vous avez raison et que les journalistes voient des raisons de se décourager uniquement parce qu'ils aimeraient bien en voir...
C'est sympa les allusions sibyllines et les phrases à tiroirs, je préfère quand même quand c'est l'envoyé spécial ousbek qui met les pieds dans le plat !
Hortefeux a des problèmes de comptage, qu'il s'agissent des manifestants ou des litres de carburant :

"Des dizaines de camions ont déjà commencé à s'approvisionner à Donges, et à distribuer des millions de litres de carburant"

Sachant qu'un semi-remorque pétrolier transporte, grosso modo 30000 L, combien faut-il de camions pour livrer UN million de litres ?
Bravo pour le titre digne des fameux "Quand Marcellin* s'arrêtera-t-il ?" ou "Debré**dément" du "Canard Enchaîné" d'époques également mouvementées.

pour les jeunes ,
*Raymond Marcellin était un Ministre de l'Intérieur sous De Gaulle puis Pompidou qui avait l'arrestation facile.

**Michel Debré, après avoir été Premier Ministre était encore Ministre de La Défense Nationale et de l'Education Nationale sous Pompidou et maniait avec aisance le démenti. Peut-être est-ce le titre du Canard qui lui a valu de rester pour l'éternité coiffé d'un entonnoir signé Cabu?
Sous peine de se retrouver [contrepet]dans le camp des perdus[/contrepet], Hortefeux vient mettre [contrepet]sa botte dans notre citerne[/contrepet] ! Tout ça pour pouvoir [contrepet]rouler un matin à Paris[/contrepet].
Bonjour,
Ici, à Toulouse, on a fait la plus grosse manif depuis le mois de juin : 150 000 personnes d'après les syndicats, c'était vraiment énorme! De plus en plus de secteurs du public et du privé sont en grève. Ce matin, nous étions plus de mille à bloquer les accès à l'aéroport pendant 4 heures et de nombreux vols ont été annulés. Chez nous la mobilisation ne faiblit pas bien au contraire : nouvelle manif demain, la cinquième en 2 semaines! Il faut tenir!
Bonjour,
Un site de collecte de dons pour soutenir les grévistes dans les raffineries vient de se créer, une bien belle initiative à faire connaitre !
http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/
Lu il y a quelques jours à la une d'un quotidien : "Les premières dissensions apparaissent dans l'intersyndicale". Entre ce titre et "Des dissensions apparaissent dans l'intersyndicale", ça fait une belle différence !
Hortefeux a dit ce matin: "La majorité n'a pas à subir la loi d'une minorité".

Ah bon! Ah il soutient la grève alors!
Témoignage sur les "casseurs" :
http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=16868
Pour en revenir au sieur Chauvel, tous les sociologues n'ont pas le même discours :

Ainsi, le sociologue Olivier Galland, directeur de recherches au CNRS, spécialiste des valeurs des jeunes au plan européen, analyse la crise de la jeunesse.

Pour lui, il n'y a pas de « génération sacrifiée » mais l'écart se creuse entre la jeunesse diplômée et celle qui ne l'est pas.

Le "mouvement lycéen ressemble comme deux gouttes d'eau à tous ceux qui, depuis une vingtaine d'années, ont conduit à l'abandon de nombreuses réformes dans le système éducatif. Les jeunes sont attachés à des symboles d'égalité formelle, très importants dans l'idéologie de la méritocratie scolaire à la française. Ils rejettent donc tout ce qui leur semble remettre en cause ce principe d'égalité".

"Le système scolaire est dans un état de grande opacité. Il fonctionne un peu selon le principe du marché noir. Les stratégies individualistes y ont la part belle : il s'agit de choisir les bonnes filières, d'éviter les lycées pourris... Dans ce système opaque, les acteurs craignent les réformes, chacun ayant peur de perdre quelque chose. Et pourtant, c'est vrai, le système fonctionne très mal. Il génère des taux d'échec très élevés, 20 % des jeunes sortent du système éducatif sans diplôme. À cela s'ajoute un autre problème : les politiques ont peur des jeunes. Du coup, ils les contournent, essayent de faire passer leurs réformes en catimini. Ce qui renforce la défiance".

"Les jeunes français sont parmi les plus pessimistes des Européens. Ils sont convaincus que leur avenir sera moins rose que celui de leurs parents. Maintenant, ont-ils raison ? C'est à voir. En tout cas, je ne suis pas de ceux qui parlent d'une « génération sacrifiée ». Certes, les conditions d'entrée dans la vie adulte de tous les jeunes ont changé. Il existe désormais une phase de transition, plus ou moins précaire, à la sortie des études, qui concerne tous les jeunes. Une phase qui se termine bien, en général, pour les jeunes diplômés, qui finissent par trouver un emploi stable. Mais elle se termine beaucoup moins bien pour les jeunes non diplômés. L'écart entre ces deux jeunesses ne fait que s'accroître. C'est cette fracture-là qui est prégnante, selon moi".

" Les explosions de la jeunesse en France sont toujours possibles, notamment de la jeunesse non diplômée, de la jeunesse des cités sensibles, de la jeunesse d'origine immigrée, qui connaissent des formes d'exclusion très graves. Ce sentiment d'être mis au ban de la société et la frustration née de l'impossibilité de consommer comme les autres peuvent susciter de la révolte. Or si la grogne lycéenne s'amalgame à la colère des banlieues, cela peut dégénérer très vite. C'est visiblement ce dont a eu peur le gouvernement, qui a été obligé de reculer".


Ce qui a permis au responsable de l'UNL de déclarer récemment "les politiques ont peur des jeunes"...

Qu'on se rappelle les manifestations en Grèce l'an dernier : Quelqu'un qui sait de quoi elle parle... Où l'on constate que partout, de la part des vrais gens, la solidarité entre les générations existe bel et bien.
Bonjour Daniel,
votre allusion à la botte secrète "un amendement au Sénat" m'a fait penser à une info que je n'avais pas vue passer plus tôt, concernant un amendement proposé par quelques députés pour aligner leur régime de retraite sur celui de la majorité des Français... amendement qui a été rejeté bien sûr !!! Encore un bel exemple de cohésion nationale pour ceux qui sont sensés nous représenter...
Source : www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/2770/277000249.asp
Hier c'était ma cinquième manif.
Sincèrement en arrivant sur le parcours, je pensais qu'il y aurait moins de monde (fatigue morale, conditions climatiques difficiles, perte de salaire ...)
Eh bien non ! Les gens continuent à venir très nombreux, les effectifs fluctuent peut-être un peu d'une fois sur l'autre, mais globalement les gens viennent très massivement.
Le ministère de l’intérieur a beau nous sortir ses chiffres bidons, ça ne change rien sur le fond. La population reste mobilisée.
Moi non plus je ne regarde plus les infos à la télé depuis longtemps, par contre hier en rentrant de la manif, j'avais envie d'une info sur l'ensemble des manifs, j'ai donc regardé iTELE, et là, désolation, qu'est-ce qui intéressent les journalistes, les provocs, [large]les casseurs[/large] (ce mot je l'ai entendu des dizaines et des dizaines de fois), et que je te remontre à l'envie la place Belcourt à Lyon, etc...
J'ai soudain été très triste de ne plus avoir de média du tout à regarder, même une toute petite chaîne qui donnerait de bonnes infos authentiques !!!!!!!!
à Korama : vous vous privez ainsi de certains plaisirs.
Ainsi, le mercredi 13 le larbin a ouvert son journal en disant "la grève s'essouffle". Je passe sur la malhonnêteté qu'il y a à comparer des mouvements partiels et un mot d'ordre général. Ce thème, il l'a abondamment repris dans le journal. Mais, il a dû, à la fin dire "en raison d'un mouvement de grêve à France télévisions, ce journal a été assuré par des non grévistes". Voir sa tête était vraiment jouïssif.

à DS : j'adore votre verve depuis quelque temps (même si j'étais déjà une fidèle sur la 5), mais on ne solutionne pas un problème! (ce serait même le meilleur moyen d'empêcher de le résoudre).
Je ne regarde plus les infos depuis un petit moment, j'ai pas envie de mettre des coups de bottes dans ma télé car j'en ai besoin pour regarder des films.
Ah ça c'est sûr, ils débloquent !
Regardant vaguement le national de France 3 et le début du JT de France 2, j'ai constaté deux choses.

Sur France 2, avec l'inénarrable Pujadas, long, très long reportage sur les incidents à Nanterre, bien plus long que ceux sur la grève. Avec force images de violence et témoignage d'une commerçante qui a du se réfugier au premier étage de sa boutique. Tremblez braves gens, tremblez.

Et conclusion du commentaire sur le reportage : arrestations de plusieurs dizaines de jeunes faites avec "difficulté". P'tis cons va ! Vous pourriez pas vous laisser arrêter facilement ?

Sur France 3, deux témoignages :
- une femme "j'ai deux enfants, le crédit de la voiture et la maison, alors il faut bien que je travaille"
- un homme "ça ne sert à rien et de toute façon ça va nous couter très cher, car qui va payer tout ce que ça coûte cette grève ? c'est nous".

Pauvres journalistes de France 3, ils n'ont pas eu de chance : impossible de trouver celui ou celle qui nous aurait assené que, de toute façon, c'est mathématique, on vit plus vieux donc il faut travailler plus longtemps.

Là, on aurait eu l'échantillonnage des trois arguments massue que le gouvernement relayé par les médias complaisants, nous martèle à longueur de journée.

Vraiment pas de chance France 3 : impossible de trouver un représentants des sept Français sur dix dont nous parle Aubry et qui sont d'accord avec la grève.

Dur métier quand même le journalisme.
C'est vrai,ils disent n'importe quoi et sont relayés dans les medias.....Hier à 18 heures déjà,chez Calvi,encore lui,il y avait lou ravi Thréard du Figaro,flanqué d'un autre au brushing improbable qui répétaient à l'envi que le mouvement se dégonflait et que les syndicats se désolidarisaient...Il faut voir et entendre ça,pour apprécier à quel point la Cinq est devenue télévision d'état.Retour en arrière de 60 ans.Qui aurait pu penser que cela fût possible ?
Avec les accusations de manipulation des lycéens,cette désinformation est une des plus grossières qui soient.Il faudrait pourtant qu'ils se rappellent que nier la réalité réserve toujours des retours de bâton. Un rêve en même temps!
Achilli semblait se moquer de cette sortie de crise grâce à la nomination de super-Borloo, ou alors c'est moi qui ait pouffé tout seul à cette hypothèse grotesque.

Dans le genre journalistes en délire, j'ai entendu hier soir sur Europe 1 dans ma voiture (oui, j'ai de l'essence !) Askolovitch interroger Bartolone sur le thème des violences (très peu sur la réforme en elle-même) de cette façon (de mémoire) :

"Claude Bartolone, et c'est une question ouverte, êtes vous oui ou non pour plus d epoliciers afin de faire cesser les violences pendant les manifestations ?"

J'ai un sens de la question ouverte un peu différent mais je ne suis pas journaliste.

Encore une fois, la grève permet de relativiser la médiocrité de l'information sur FI.
Hier manif à Cahors... (tout le monde ne peut pas être parisien)...

Discours des gens du PS (sont à la mairie, les mecs) :

"Nous, on suit pas les jeunes, ils sont manipulés par le NPA,qui les envoie au casse-pipe"...

Comme quoi, y'a pas que la droite qui déclare que les jeunes sont des cons. La "gôche" molle aussi.

Ben moi, j'ai chanté la Marseillaise à plein poumons avec les petits, à cinquante centimètres d'une rangée de flics légèrement mal à l'aise, et tonfas à la main, au cas où...

Et j'ai crié "Liberté, égalité, fraternité", avec les lycéens... Et ça fait du bien, croyez moi.
Alors, le Chauvel et ses copains, ils peuvent raconter ce qu'ils veulent pour monter les jeunes contre les vieux, et réciproquement, on s'en fout.
Hier un groupe de lycéens ralentissait la circulation sur le boulevard Soult à Paris, ils venaient d'un lycée tout proche, Paul Valéry ?, en criant et chantant. Le soir, ils n'étaient pas cités dans les lycées parisiens actifs. Dans la journée, j'étais en contact avec un client marseillais qui s'époumonait depuis son bureau pour dominer les bruits des manifestants dans la rue. C'était drôle, cette impression d'avoir la carte de France des manifs en direct.

Alors, quand mon expérience me montre la mobilisation et que ma TV dit le contraire, qui vais-je croire ?

Ce que je ne comprends pas, c'est qu'avec les conseillers en com' qu'ils ont, ils devraient savoir tout ça, donc soit ils sont sourds, soit ils pensent vraiment que ce mode d'action va leur faire gagner les élections. Cela ressemble à un dernier quitte ou double, c't'affaire. Vous remarquerez que je n'ai pas supposé qu'ils étaient bêtes. Jusqu'à présent, je leur ai au moins fait crédit de ça, enfin, jusqu'à présent.

http://anthropia.blogg.org
C'est vrai Daniel. J'ai vu cette ouverture du journal et je ne pouvais pas le croire. De plus, pour justifier leur these ils sont sorti du chapeau le syndicat de cadres, qui personne ne connait, pour affirmer, selon Pujadas, que celle-ci serait la derniere manif pour eux (pas de chance, le representant en question a un peu relativise le concepte annonce par Pujadas).
Le sentiment qui domine n'est plus "salaud, larbin". Ceci est acquis. Je suis stupefiee de voir a quel point ils nous prennent pour des imbeciles...
Enfin, a cote de ce que j'ai pu dire dans mon salon, les injonctions de Melenchon n'etaient que des elegantes paroles (et j'ai du m'expliquer devant mon fils, largement plus grave que devant Apathie...).
Borloo (...) pour débloquer, lui n'aura pas besoin de formation.
Vous êtes taquin, mais c'est d'autant plus vrai que le Borloo abhorre l'eau.
Bonjour Daniel
J'étais hier après-midi à la manif et j'ai ressenti le même ricanement envers le machin et sa bande.
Plus personne ne croit à ce que disent ces branquignols. Ne parlons pas des portes flingues médiatiques qui n'ont plus aucune crédibilité.
Pour preuve, un petit calcul élémentaire. Le ministre des supermarchés (à l'occasion de l'Education Nationale) dit que 379 établissements sont touchés par la grève. Il y a 95 départements en France donc à les entendre, il y aurait en moyenne 4 établissements par département qui serait touché… C'est clair qu'on est loin du compte.
Bon, on peut généraliser le calcul pour les pompes à essence ou le nombre des manifestants.
Comment dans ce cas faire confiance aux arguments qu'ils nous égrènent pour justifier leur réforme injuste.
Ils sont totalement décrédibilisés.
Et Johnny chantait : Ce soir on vous mets le Hortefeux !!! (attention toutefois au retour de flammes)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.