53
Commentaires

Qatar : Le Monde diplo se lance dans le publireportage pétrolier

Quelle mouche a bien pu piquer Le Monde diplo, qui consacre au Qatar un dossier publi-rédactionnel ? Dans son numéro de septembre 2011, le mensuel propose un supplément spécial intitulé "Le Qatar à l'heure de la diversification". "Petit émirat du golfe Arabo-Persique, le Qatar s'est, en quelques années, hissé sur le devant de la scène économique mondiale", indique le texte introductif de ce dossier de trois pages qui comprend des articles sur la diversification économique, l'atout gazier et un dernier, plus critique, sur l'embarras du gouvernement à cause d'Al-Jazeera.

Derniers commentaires

Pourquoi ce journal devrait-il être exempt de publireportage? Il ne fait pas vraiment exception.
Ce que je vois, c'est qu'en ce moment, @si est lu et regardé... Réponse quasi-immédiate du Monde diplo - Télérama qui répond à un vite-dit d'Alain Korkos.

C'est plutôt bon signe. Et tant mieux s'il y a débat. Et tant mieux si tout le monde n'est pas d'accord avec l'angle de vue d'un article d'@si. Nous sommes là pour ça, pour nous interroger. Et il y a de quoi s'interroger sur ce type d'article mettant en avant un pays au fonctionnement pour le moins étonnant.
Si, si.
Savoir si le monde diplomatique fait de la pub pour le Qatar n'est ps trop important en soi. J'aurai aimé néanmoins que vous m'expliquez pourquoi la France intervient en Libye alors qu'à Bahrain, au Soudan, en Syrie elle n'a pas bougée...
Merci à Sébastien Rochat pour son article. Je serais curieux de savoir combien ils ont palpé au Monde Diplo, pour leur petit exercice de cirage de pompes à la gloire du Grand Capital made in Le Golfe. On a le droit d'avoir un petit haut le coeur quand même... ça me rappelle les articles publicitaires d'Oumma pour ce même Qatar, qui décidément arrose tous azimut, et ne se contente pas de ses cibles marketings les plus "naturelles", à savoir plutôt Le Figaro et les gros et gras hebdos CSP+.
J'ai particulièrement apprécié la "mise au point" en fin d'article.
Quels menteurs, ces journalistes du Diplo...

Et quel manque de savoir vivre... Ne pas répondre immédiatement aux demandes d'explications de l'équipe d'ASI, quel crime de lèse-majesté.
Au lieu de bosser à leurs articles, ils devraient se tenir à la disposition des p'tits jeunots d'ASI, qui n'ont pas que ça à foutre, de passer leur journée au téléphone, non mais...

J'ai aussi beaucoup apprécié l'élégance du vite-dit au sujet de l'exécution de Troy Davis :

"USA : Lawrence Brewer, le "mauvais" condamné à mort" (tout est dans le titre)

Madame Gaelle-Marie Zimmermann écrit : "Brewer était un mec un peu moins vendeur, en terme de capital sympathie"... Elle estime que ce combat -dont elle se réclame- ne doit pas faire de différence entre un homme dont on doute de la culpabilité et un criminel avoué, jugeant que cela affaiblit même les arguments des militants anti-peine de mort

C'est con, ASI a omis de citer l'intégralité du communiqué d'Amnesty International France, à l'origine de la campagne pour sauver Troy Davis, il est daté de ce matin :

Chers amis,

Après quatre heures d’une insoutenable attente, teintées d'espoir et d'angoisse, Troy Davis a été exécuté à 5h08 (heure de Paris). En effet, trois minutes après l’heure d’exécution prévue, la Cour suprême des Etats-Unis a décidé de se donner un délai pour examiner le recours des avocats de Troy Davis. Recours qu’elle a rejeté sans motivations.

Un sentiment de révolte profond nous habite à ce jour, à la hauteur de cette souffrance barbare infligée à Troy Davis, sa famille, ses proches, et à l’ensemble des personnes mobilisées pour lui à travers le monde; à la hauteur de l'inhumanité vécue cette nuit. A la hauteur enfin, de notre engagement sans faille, pour sauver Troy Davis de la mort, depuis bientôt 5 ans. Cela a failli réussir. Par trois fois déjà son exécution avait été reportée. Notre engagement pour Troy n'a pas été vain. Au contraire, il a permis de sensibiliser des millions de personnes à travers le monde, de rappeler la cruauté de ce châtiment, de faire vaciller les certitudes, de faire réfléchir un grand nombre de partisans de la peine de mort, aux Etats-Unis notamment.

Troy Davis, il en était pleinement conscient, a contribué de manière décisive au combat pour l’abolition. Car le combat de Troy et de sa famille était un combat pour l'abolition et la justice.

Notre soutien et mobilisation ont aussi et surtout été une source de réconfort palpable, toujours présente, toujours vivante, pour Troy, Martina, Kim (ses soeurs), De'jaun (son neveu): ils l'ont dit et répété maintes et maintes fois, dans les moments de désespoir et de stress, mais aussi dans les moments d'espoir qui ont jalonné notre chemin commun.

La chaleur que nous leur avons transmise, ils nous l’ont rendue par la force, le courage, l’absolue dignité dont ils ont fait preuve, dans les moments les plus noirs comme dans les phases d’espoir. Troy, comme toujours, est parti dignement : ses derniers mots à la famille du policier ont été : « Je ne suis pas celui qui a commis le crime. Je n’avais pas d’arme. Continuez à chercher la vérité ».

Il a enfin transmis tout son amour à ses proches, et ses soutiens à travers le monde, et délivré par le biais d’un membre d’AIUSA, qui l’a rencontré jeudi dernier, le message suivant : "Le combat pour la justice ne s'arrête pas avec moi: ce combat est pour tous les Troy Davis avant moi, et ceux qui viendront après moi. Je me sens bien, je prie et je suis en paix. Mais je n'arrêterai de me battre qu'à mon dernier souffle".

Pour lui, pour sa famille, pour tous les condamnés à mort qui nous sont moins familiers mais exposés à la même souffrance, à la même cruauté, nous devons poursuivre avec d’autant plus d’énergie notre combat pour l’abolition, partout, toujours.

Amicalement,

Geneviève Garrigos


ASI oublie aussi de dire qu'Amnesty International se bat depuis cinquante ans contre la peine de mort., partout dans le monde, pour tous les condamnés, coupables ou innocents.

Plutôt que de faire des copier-coller d’articles dégueulasses, j'aurais aimé qu'ASI creuse un peu le sujet.
Mais on ne peut pas tout faire, n'est-ce-pas, passer son temps au téléphone pour joindre les publi-reporters du Diplo (dont tout le monde sait qu'ils sont vendus au pouvoir) et écrire des papiers dignes de ce nom.
Bijour

Sciousé mon français

yé souis émirrrr dou katar et je voudré innnvestiiir millliards iros dans ASI


ki dois-jeu kontacté SVP


(désolé mon imitation de l'accent Qatari n'est pas très bonne)
Ne tapez pas sur le diplo @si, vos publi-reportages à vous ce sont les interviews "promo" de Christine Boutin (je m'en souviens encore de ce coup la : quoi Madame Boutin à dit qu'être ministre maintenant c'était faire "du buzz" et plus travailler ? Vite vite il lui faut absolument une émission d'une heure et quart pour l'approfondir ! ) les patrons d'instituts de sondages invités pour avoir remis en cause leur propre profession (ce qui revient au fond a faire parler d'eux et à se rendre plus crédible par rapport à la concurrence), bref @si est souvent le relais de personnalités en mal de reconnaissance, diffusant les petits messages sans intérêts qu'ils balancent un peu hasard pour s'attirer une certaine publicité. Ça donne des émissions ennuyeuses, bourrées de langue de bois et qui pourraient bien finir sur Acrimed comme exemple de relais de com' par les médias.

Donc avant d'être si prompt à taper sur le diplo (qui accompli un travail journalistique unique dans la presse française) réfléchissez à vos propres tords et faites plutôt votre autocritique, ou ne faites tout simplement rien ni auto-critique ni attaque du diplo, c'était votre politique jusqu’à maintenant et ça marchait très bien.
Cela devrait savoir que le Diplo tire un peu la langue depuis que Liliane B. n'a pas renouvelé son abonnement de soutien.

Alors faut les comprendre et, comme ils disaient déjà chez SPQR, "pecunia non olet"
Oui ! C'est vrai, ce genre de publi-reportage a commencé avec le Vénézuela. Et il y avait une pub pour le pétrole du Vénézuela. C'est dommage qu'ils ne se soient pas expliqués, car franchement, ça me dissuade de continuer à lire le Monde Diplo, à force de voir ces OVNIs étranges.
Mais pour en revenir au Qatar, c'est un pays intéressant, parce que ce pays nous ramène à une problèmatique intéressante qui est celle du despote éclairé, cher aux Lumières. La famille Al Thani, qui y est au pouvoir, interdit les partis politiques, mais a accordé certaines libertés politiques aux Qatari-e-s, dont celle de la presse, et remplit les conditions d'une oligarchie reconnue et assumée, puisque l'émir est avalisé par le reste de la famille, ce qui permet aux révolutions de palais d'être très douces.
Et l'idée est de faire du Qatar une grande puissance économique qui ne dépendra plus du pétrole et du gaz naturel dans un proche avenir, et donc ne retournera pas au désert comme l'ont fait beaucoup de pays après le déclin des origines de leur richesse.

Cette notion de despote éclairé, dont l'émir a toutes les caractéristiques, est forcément en liaison avec nos questionnements politiques actuels, même si ce n'est jamais présenté officiellement comme tel.
Puisqu'elle rejoint les problèmes actuels de nos démocraties.... Plus ou moins de pouvoir au peuple, selon quelles modalités, et qui est en mesure de décider ce qui est bon pour l'avenir ? Qui a suffisamment d'informations, de vision de l'avenir, d'intelligence et de sens des priorités, et pour qui, pour décider de tout ?
Y a-t-il vraiment des gens qui en sont capables et qui pourraient décider de tout ?
Est-ce que la somme des intérêts politiques individuels forme un intérêt politique ?

Des questions que ne se posera jamais le Monde Diplo, et auquel il ne répondra donc pas....
Pas touche au Monde Diplo !
N'oublions pas que s'expriment dans ses pages, des phares de la pensée, tels que Mona Chollet et Alain Gresh.
Non, je déconne.
Je ne comprends pas en quoi c'est un « publi-reportage ». Soit ce qui y est écrit est vrai et c'est de l'information,
soit c'est inexact ou faux, et il s'agirait bien là d'une manipulation du MD.
Je trouve que l'article de Akram Belkaïd n'a rien de dithyrambique.

Quoi qu'il en soit, poursuivez l'enquête, Sébastien, vous allez voir qu'il y a erreur de la part d'ASI.
Hey ouais !
Qui lui, n'a pas consacré 12 articles de 35 vite-dit sur "l'affaire DSK".

ET PAAAAF !!!! PRENDS-TOI ÇA DANS TA GRANDE GU...

Hahem.

Pardon.

Je voulais dire : bien dit.
Ouais. Un article pas du tout de parti pris, hein ?

Je lis le Diplo tous les mois, et dans chaque numéro, ou presque, il y a ce que l'ami Seb appelle un "publireportage"...
Sur différents pays. Avec, à chaque fois, effectivement, de la pub pour une boîte du pays en question.

Moi, cet article m'a intéressée. Le Diplo ne cache pas grand chose sur la politique économique du Qatar.
Libérale, évidemment. En tous cas, quand on le lit en entier, on s'aperçoit que les qataris, contrairement eux français, développent l'industrie, créent des emplois, réduisent l'inflation, etc... Faut dire qu'ils en ont les moyens.

En tous cas, ce genre d'article, ça aide aussi à comprendre ce qui se passe dans le monde arabe. Ce qui me paraît fondamental.
Et qui au passage, est le rôle du Diplo.

Qui lui, n'a pas consacré 12 articles de 35 vite-dit sur "l'affaire DSK".
Et toc.
Ha naaaaan…
Pas euuuux…
Seeeeeerge ! Déconne pas !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.