72
Commentaires

"Pute, salope" : Yann Moix insulte et exaspère la Suisse

Signé de l'écrivain Yann Moix, un texte pro-Polanski et anti-Suisse publié sur le site de la revue La Règle du jeu, dirigée par Bernard-Henri Lévy, a provoqué une violente polémique en Suisse. Le site a retiré le texte, mais la presse suisse continue d'évoquer les réactions choquées de ses lecteurs.

Derniers commentaires

J'ai comme l'impression que les commentaires ( importés de l'ancien site) qui sont ici n'ont strictement aucun rapport avec l'article par lequel on y accède. 

Une émission intéressante sur la Suisse et son histoire récente ( Concordance des temps - Jean-Noël Jeanneney - France Culture)
c' est vrai que la Suisse a été très louche durant la guerre de 39-45 mais ça n' a pas de rapport avec l' affaire Polanski même s' il existe des enjeux bancaires (USB).
Comme disait l'autre : "Tous les suisses ne sont pas cons, y'a des belges dans le tas"
C'est à peu près aussi fin que Judith Bernard sacrifiant la démocratie à l'aune d'une unique votation crétine.
http://laregledujeu.org/2010/02/05/850/comment-facebook-ma-elimine/

J'ai peur que son cas ne soit vraiment sérieux...
pas très délicat Moix, j'ai plutôt tendance à le détester mais là il n'a pas totalement tort... A nuancer quand même un peu... Mais bon un peu de mauvaise foi parfois, surtout pour la Suisse...
Yann Moix est une personne méprisable.
Tout ce qu'il dit sur les Suisses et la Suisse le concerne plutôt lui.

Sémir
Qu'on l'exclut du PS comme l'autre.
Quel défouloir ce forum ! Comme on se fait plaisir à descendre un type sans l'avoir en face, souvent gratuitement je trouve... et puis, comme cela semble être le cas pour chaque dérapage verbal, à chaque fois qu'un internaute émet un son dissonant du flot majoritaire, il se fait à son tour insulter. non ? cf la réponse de Gamma gt à punaiz, plus haut.
Un forum comme celui d'Arrêt sur Images ne devrait pas être le lieu de l'invective, de la haine mais devrait plus faire place à une analyse issue des faits
Pour ma part, j'ai pu lire l'intégralité du texte de Yann Moix, est-ce le cas de tous les critiques du jour ?

Evidemment, son propos est excessif et parfois aussi visqueux que l'objet de ses accusations, et dans les grandes lignes je ne m'inscris pas dans la généralisation stupide qu'il fait du peuple suisse. Maintenant s'il avait plutôt concentré son tir sur l'Etat suisse, quelle valeur prendrait sa diatribe ?

Enfin, pour ceux qui le traitent de xénophobe, je suis étonné : Yann Moix dénonce dans une grande partie de son texte (notamment dans le second volet) la lacheté de l'Etat suisse vis à vis de la Shoah, qui d'après lui a sauvé des juifs , mais en a aussi refoulé au nom de la neutralité du pays...

il cite à ce propos un passage du rapport de la commission Bergier érigée par l'Etat suisse pour faire la lumière sur la période nazie

“La Suisse et les réfugiés juifs à l’époque du national-socialisme

Le 22 août 1942, trois Juifs apatrides, Eduard Gros, Hubert et Paul Kan franchissent la frontière suisse, près de Genève. Ils sont arrêtés peu après par la Gendarmerie de l’Armée, reconduits en voiture jusqu’au poste-frontière allemand de La Plaine et obligés à repasser la frontière à pied pour retourner en France occupée. Dès que ces réfugiés aperçoivent les policiers allemands, ils sautent dans le Rhône et retournent, à la nage, sur la rive suisse. Désespérés, ils supplient les autorités de leur accorder l’asile, en vain. L’un d’eux tente de s’ouvrir les veines. Prévenant cette tentative, les gardes-frontières et les soldats suisses traînent les trois hommes qui se cramponnent les uns aux autres, pour les éloigner de la berge et les remettre aux fonctionnaires allemands qui s’apprêtent à les recevoir. Vu la résistance des trois réfugiés, l’extradition s’avère impossible. Comme il faut éviter d’attirer l’attention par des actions intempestives, l’officier de police de l’Arrondissement territorial de Genève, Daniel Odier, a convenu avec les fonctionnaires frontaliers allemands la remise officielle des réfugiés sur le sol de la France occupée. Les trois Juifs sont finalement arrêtés par la police frontalière allemande et, comme l’ont rapporté plus tard d’autres réfugiés, ils sont internés dans la prison de Gex. Le 18 septembre 1942, Eduard Gros, Hubert et Paul Kan seront déportés vers Auschwitz via Drancy.” Rapport Bergier, p. 145
Yann Moix est non seulement un écrivain d'une rare médiocrité mais également une octuple buse comme il l'a largement démontré en commettant le film "Podium", ode au couineur le plus insignifiant de tous les temps dont la vulgarité clinquante ne fit jamais rêver que les petites soubrettes bretonnes ayant échoué au certif...

Le néant intégral de ce gaillard est loin d'être une découverte car il est la marionette d'un autre guignol : Bernard-Henri Lévy, délicate mise en abyme pour ces deux clowns que leur ignorance encyclopédique met à l'abri de ce genre de considérations !

Finalement ce zombie a un seul point commun avec l'infra-littérature en général et Marguerite Duras en particulier : il n'a pas écrit que des conneries, il en a aussi filmé... Et en plus il a pondu des chansons pour la barbie siliconée qui partage les entartages de BHL, c'est dire !

Quant à ce qu'il écrit sur la Suisse c'est en partie vrai (c'est un hasard compte tenu de son niveau de décérébration) mais ce n'est dicté que par le désir lamentable de faire parler de lui en volant au secours du grand Polanski... Qui ne lui avait rien demandé, aux dernières nouvelles, et qui déteste tellement la Suisse qu'il y réside une partie de l'année. [s]Peut-être[/s] probablement pour la même raison que Frédéric Dard qui disait : "J'aime beaucoup la Suisse, c'est le seul pays dans lequel les montagnes sont plus élevées que les impôts".

Problématique dont Moix ignore tout : il ne vend pas assez de livres pour avoir à se mettre à l'abri de la rapacité du fisc. Bien fait pour lui !

On remarquera au passage la faiblesse de son vocabulaire ordurier et la pathétique banalité de ses insultes, il ferait bien d'aller visiter les collections de nom d'oiseau de James Ensor. C'est d'un autre niveau !

Ici Saïgon, le JT quotidien, les photos et les vidéos

***
Ah, Yann Moix, il me fait toujours marrer celui-là.

C'est uniquement un coup de pub pour son livre... Mais si le livre est à la hauteur de son navet de film, il faudra plus de pub encore!Moix devient en effet, à l'image de son grand ami BHL, un professionnel de l'indignation systématique établissant sa promo sur la base de coups d'éclat bon marché. Quant à son navet de film (Cinéman), il avait été descendu par l'intégralité de la critique à l'exception du Figaro, au sein duquel Moix tient une chronique littéraire, et du Point qui avait publié une critique dithyrambique proprement hallucinante (il faut se pincer pour réaliser que ce n'est pas de l'ironie) signée... BHL en personne, à la fois patron (La Règle du jeu) et ami de Moix (comme quoi, il n'y a pas que FOG ou Bergé pour exhiber impudemment leur petit réseau d'influence) ! Il faut dire que BHL, néo-philosophe multimédia qu'on ne présente plus, est également, dans une autre vie plus méconnue, le réalisateur du très mésestimé Le Jour et la Nuit. Nul doute qu'entre génies incompris du septième art on se serre les coudes.
C'est merveilleux.
Il se débrouille pur être à la fois xénophobe et sexiste.
Sans parler du fait que les faits dont Polanski s'est rendu responsable ne sont même pas contestés.

Ce texte d'une violence inouïe n'est qu'un vulgaire torchon, un ramassis d'insanités qui ne mérite pas l'attention qu'on lui porte.

Quant à l'argumentaire relatif à la putasserie suisse il ferait bien de balayer devant sa porte.
La France entretient savamment l'opprobre sur des paradis fiscaux dont la liste est pourtant longue comme le bras, y compris sur le territoire de l'Union. Et si la Suisse soutenait toutes les dictatures, j'aimerais savoir pourquoi tous les indépendantistes algériens y ont trouvé refuge, comme Lénine et tant d'autres, fuyant l'oppression dont ils faisaient l'objet dans leur propre pays.

J'ai en mémoire une polémique autour d'un rappeur, Monsieur R. qui avait commis un morceau traitant la France de "sale pute" dans un morceau intitulé "FranSSe". Subtile. A l'époque, levée de boucliers, invitation chez Ardisson, "ah la banlieue", "ah les arabes hein, les noirs hein". "C'est quand même pas possible hein, il met des drapeaux hitlériens dans son clip hein, assimilant la France au IIIè reich", et patati et patata.

Yann Moix fait exactement la même chose. Mais il n'est ni noir, ni arabe, et sésame suprême, c'est un véritable "artiste" n'est-ce pas.

Comme l'objet de sa colère est la Suisse, pas de problèmes.
Et puis il est vrai que Polanski, cet immense cinéaste, mérite vraiment toute la considération et la compassion dont un être humaine est capable.
Ce sont des personnages comme M. Moix qui font qu'un Toulousain vivant à Genève depuis 1986 est obligé de se sentir suisse et non plus français. J'ai éprouvé pour la première fois ce sentiment lorsque Le Pen était arrivé au deuxième tour des présidentielles. Avec le temps, on apprend à connaitre le pays où on vit et on finit par ne plus reconnaitre celui d'où on vient.
Outre que le texte de Yann Moix est ouvertement raciste, avec ces généralités haineuses et péremptoires sur "la Suisse" ou "les Suisses", il est aussi, sur le plan littéraire, plus que mal écrit : c'est indigeste, ce non-style répétitif, cumulatif, vraiment lourdingue... Comment a-t-il réussi à se faire passer pour un écrivain ? (Je découvre le style Yann Moix, j'avoue...)
Des montagnards (qui du coup ont un beau pays) qui affichent un très haut niveau de vie et qui protègent très éfficacement leur marché intérieur en attirant des riches exterieurs, tout en faisant des leçons de charité à coup de sièges d'organismes humanitaires et d'acceuils symboliques de réfugiés (Tibétains ou Ouïghours, décidément, la Suisse n'aime pas la Chine).

L'outrance Suisse se lit dans la cylindrée de leurs voitures et la longueur de leurs manteaux de fourrure. L'outrance d'écrivains Français est dans le verbe agressif et déplacé. Finalement cela fait un peu l'effet du roquet impotent qui s'égosille face à l'arrogant facteur sous prétexte qu'il porte un bel uniforme tout bleu.

Car malgré ce qu'écris Julot plus haut, c'est bien une rouspétance venant de France qui est le sujet à débattre. L'effet du même texte aurait été différent (peut être pas moins polémique, mais sans doute pas moins efficace) s'il s'était agit d'un Helvète Roman, Alémanique ou Italien bon teint, qui avait commis ou signé le même texte. Il n'empêche que la question de Julot reste fondée: est ce que le fond du texte (déservi sur l'effet, mais pas sur le buzz par les insultes) est vrai?

Par contre, on peut une fois de plus mesurer qu'une agression appelle une réponse peu mesurée, y compris dans l'épidermique réaction de Jonas, qui du coup refuse de discuter les arguments avancés par Yann Moix.
hi hi cherchez pas c'était juste un effet d'annonce pour que vous achetiez son livre : "Yann Moix ......Et invite "à lire la version longue de ce texte, très controversé, dans son livre La Meute, à paraître chez Grasset le 24 février prochain."

comment ça s'appelle ça déjà ???
venir faire la p... euhh la promo dans les média pour vendre non ??
et pour ceuss bilingues ça s'appelle un teasing, sorte de strip-verbiage....
Les crétins ne sont pas tous dans les Alpes...
C'est "trendy" d'être outrancier, visiblement... Ecrivaillon de m... selon l'article fourni en lien par alain B. Rien d'autre à dire, jamais lu, pas vu les films qu'il a scénarisés... je passe.
Encore un enfumage pendant que le gouvernement français continue sa casse sociale et son favoritisme pour les élites. Il y a tant d'autres situations graves à dénoncer !
Tais-toi pov'con... voilà ce que j'ai envie de lui dire, au Moix !
Citations de Yann Moix que l’on pourrait appliquer…

À propos du comportement sexuel de Polansky :
« Les enfants sont des adultes ratés. »

À propos de ses propos :
« Dire la vérité, c’est changer de mensonge. »
Peut-être bien que la Suisse est une pute. D'abord au service des USA, pour d'accueillir des ex-détenus de Guantanamo au risque de se faire mal voir par la Chine. Cette information est d'ailleurs passée inaperçue en France. Avez-vous peur de devoir faire votre service humanitaire en accueillant des innocents?
Ensuite la Suisse est certainement une pute au service de l'Europe. On va la voir en cachette, pour se faire plaisir. Mais quand on la croise dans la rue on préfère l'ignorer ou la lapider.
Que serait l'Europe sans la Suisse. Qui aurait gardé tout vos petits secrets honteux. Les choses qu'on ose pas avouer à sa femme, on les dis à la pute chez qui on a ses habitudes.
Non, je ne crois pas que la Suisse soit un petit magique et parfait. J'y suis né, j'y habite, j'y travaille et j'y vote. Je connais ses faiblesses et ses défauts.
Mais bon sang qu'il est agréable de se rendre compte que le voisin bat sa femme plus fort que nous.
Amis français, je ne vais pas vous faire la leçon, je n'ai pas le prétention de vous dire comment régler vos problèmes.
Merci d'en faire autant.
À lire aussi cet article sur le blog de Didier Jacob http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/02/02/la-suisse-cette-pute-la-derniere-pitrerie-de-yann-moix.html .
Faut reconnaitre qu'il y a du vrai dans ce que dit Moix, dommage qu'il n'ait pas évoqué les minarets, le secret bancaire et j'en passe. Son absence de courage politique est une réalité. Mais on continue d'encenser son système politique et ses votations...l'arbrequi cache la forêt.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.