49
Commentaires

Programme Mélenchon : sueurs froides des marchés... ou des médias ?

Encore une fois, c’est donc Jean-Luc Mélenchon qui obsède les pages économiques – et pas seulement – des médias français. On aimerait pouvoir engager des débats sur d’autres programmes, sur d’autres questions, sur les bienfaits promis de l’austérité ou des baisses d’impôts. Mais rien à faire, il faut en revenir au candidat de la France insoumise tant il ne cesse de focaliser l’attention médiatique.

Derniers commentaires

Il faudrait peut être dire les noms des personnes qui sont derrières ces marchés ? les choses seraient plus limpides !
Très heureuse de vous lire, et de vous lire ici, M. Godin. Vos critiques informées sont constructives et enrichissantes.
Jean Ziegler fait l'éloge du programme de Mélenchon en direct :

EN DIRECT - Esprit de campagne spécial «Feuille de route» - #FeuilleDeRouteFi
Mince, la peur du rouge qui revient ! Manque plus que la vieille affiche avec Mélenchon le couteau à la gueule.
Mais faut s'actualiser les journaleux. Celui qui touche le pognon des Russes, c'est plus le PC, c'est le FN. L'oeil de Moscou, c'est Marine le Pen.
Pour ceux qui en demandent encore, mais ne savent pas où chercher :

Godin France Allemagne
Effectivement la peur des marches financiers ça ne veut rien dire .... les marches financiers sont un espace de spéculation. Tout ce qui est d'ordre politique donne lieu a interprétation a la hausse ou la baisse... il ne s'agit pas de peur mais tout simplement d'optimisation du gain. Pour créer une crise de confiance et une baisse durable des marches il faut une bulle ou des impacts durables sur l'economie, tout le reste c'est du vent et de la vague sur laquelle les spéculateurs surfent avec satisfaction. Le traitement par les médias est effectivement stupide, mais ça n'est pas pour autant qu'il ne faut pas s'inquiéter d'une victoire de l’extrême gauche ou de l’extrême droite.

[quote=La sortie de l’euro n’est donc pas une fin pour lui, mais un moyen de pression, ce qui est encore très différent de la vision de Marine Le Pen. Certes, en cas d’échec de sa stratégie, Mélenchon devra se soumettre au statu quo ou effectivement sortir de la zone euro.]



J'adore le ton nonchalant "Mélenchon devra se soumettre au statu quo ou effectivement sortir de la zone euro"... on ne parle pas d'annuler son abonnement au club de gym la,mais vous passez la dessus comme ci c’était un point de détail. Peut être votre article gagnerait en crédibilité et semblerait un peu moins partisan si vous développiez ce point. quel est l'impact sur la France et l'Europe d'une politique pyromane ?

[quote=Mais cette question se pose en réalité pour les deux autres candidats cités. Sauf que ces derniers, refusant tout rapport de force, acceptent d’emblée le maintien du statu quo actuel en cas d’échec de leurs stratégies.]


pirouette sémantique.... il faut arrêter de rêver.
Melenchon ne se pose pas plus la question que les 2 autres candidats. Si jamais il vient a échouer dans son bluff de comptoir, il sera décrédibilisé et je doute que les français lui laisse quelque marge de manœuvre que ce soit. plutôt que de voter une sortie de L'Euro ils se poseront sans doute la question de la sortie du président. Peut être le premier usage de la révocation d’élu de la VI eme république ? avouez ça serait caustique.
D'accord avec charmille

Siouplai
Possible de passer cet article en public quelques jours pour équilibrer un peu les discours ?
Nous avons besoin qu'un autre point de vue possédant une réelle caution ait enfin droit de parole sur ces questions...
Merci M. Godin pour cet éclairage très pertinent.
Vos analyses sont un plaisir à lire sur ASI.
Sapir pense que des que Melenchon sera elu, peut etre meme avant l'election, la speculation et la fuite des capitaux obligera a mettre en place un controle de capitaux mechant, ce qui aura pour effet de precipiter la situation vers une sortie de l'Euro immediate, ou a un spectaculaire renoncement a la Tsipras, bien avant tout debut de negociation.

Qu'en pensez vous M. Godin ?

https://russeurope.hypotheses.org/5906
Merci Romaric.
On sent quelqu'un qui sait de quoi il parle.

En revanche ne comptez pas trop sur Mélenchon car on ne sait pas ce qu'il veut renégocier et quelles sont ses lignes rouges ou encore combien de temps est sensé durer cette négociation.

A la France Insoumise il y a:
-Ceux qui veulent rester dans l’UE, renégocier les traités, et qui sont persuadés que ça marchera - ils ont le droit de rêver -
-Ceux qui veulent rester dans l’UE, renégocier les traités et désobéir si ça ne marche pas -on torpille l'état de droit -
-Ceux qui veulent rester dans l’UE, mais sont prêts à sortir si les négociations échouent
-Ceux qui pensent qu’il y aura un référendum sur l’UE si les négociations échouent, alors que Mélenchon écrit qu'il n'y aura référendum que pour valider le contenu d'une négociation
-Ceux qui pensent qu’on sortira immédiatement de l’UE si les négociations échouent
-Ceux qui pensent que Mélenchon sera forcé à un moment ou à un autre de sortir de l'UE
-Ceux qui veulent sortir de l’UE et ne croient pas aux renégociations
-Ceux qui pensent que Mélenchon se fiche des renégociations et aurait un plan secret pour sortir de l’UE mais n’ose pas le dire devant les caméras

Ça c’est les grandes lignes et ce n’est pas exhaustif !

En plus, si vous vous mettez à creuser pour savoir clairement ce que va exiger Mélenchon dans les négociations, c’est simple vous avez un programme par insoumis.
Ce reportage du 20h de France 2 est une ignominie.
Est-ce qu'un jour Pujadas paiera pour ses crimes ?
Qu'est-ce que c'est bien. Bravo Romaric, vous revalorisez mon abonnement à Arrêt sur images
Salut, Je ne parviens pas à partager sur FaceBook, problème d'URL ?
Merci Romaric Godin, pour votre chronique éclairante.

Elle met en lumière la médiocrité de la plupart des journalistes/éditiorialistes/commentateurs, qui trivialisent les enjeux de l'élection.
J'ai quand même l'impression que c'est contre-productif leur affaire.

Je veux dire, si leur intention est d'empêcher le vote Mélenchon, il y a quand même une part non-négligeable de la population qui, consciente de la toxicité de la financiarisation, voit plutôt d'un bon œil cette réaction des "marchés".

Bref, crier au loup, pour que ça marche, fait encore qu'on n'ait pas envie de voir le dit loup.
Bon alors on la ou non devant nous la reaction des conservateur zeconomistes zeles petit roquet de garde de leur etat contre la nouvelle menace de classe qui ressurgit.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.