11
Commentaires

Proglio : une situation "transitoire" approuvée par le Parlement... Vraiment ?

Dès sa première question, lundi 25 janvier, Laurence Ferrari a attaqué Nicolas Sarkozy sur le problème de la "double casquette" du nouveau PDG d'EDF Henri Proglio, qui a choisi de garder son mandat à la présidence non exécutive de Veolia. Celui-ci avait déjà renoncé au salaire afférent à cette fonction, jeudi 21 janvier. Dans sa réponse, le président a expliqué que cette situation était "transitoire", et qu'elle avait été acceptée par les députés et sénateurs, réunis en commission. Vraiment ?

Derniers commentaires

un mensonge de plus pour sarkocchio. Pourquoi et comment arrivons-nous à supporter ça?
il a fait valoir qu'il n'acceptait la présidence d'EDF ni par ambition, ni par intérêt financier

Mouaaaaaaaah !

nouvelle démonstration que la langue de bois des PDG, c'est 100 fois celle des politiques (enfin, à part Copé évidemment).
Je n'ai pas souvenir de ma source (c'est peut-être le Rue89) Proglio reste pdt non-executif sans salaire (en gros il sert à rien et n'en tire a priori aucun avantage) pour toucher sa retraite chapeau monstrueuse, tout simplement. S'il renonce à son poste imaginaire, pas de retraite. CQFD. Il est là le vrai scandale. Avec le conflit d'intérêt entre les deux boîtes.

Et Le Président de se targuer d'être actionnaire d'EDF. On rit.
j'ai surtout trouvé pathétique,voire humiliant pour la fonction de président de la république française cette façon qu'a euSarkozy de brandir la lettre (que je n'ai pas lu clairement, pas plus que la présentatrice d'ailleurs, notamment la date) d'organisations syndicales exigeant le maintien (selon les affirmations de Sarkozy toujours) de proglio à Véolia pendant qu'il prenait la tête d'EDF.

1) C'est l'aveu même duPrésident que sa parole n'a plus aucune valeur : il faut qu'il apporte des preuves sur un plateau de télé ! Et le spectateur que je suis lui fait si peu confiance qu'il aurait voulu la lire lui-même :c'est dire la démonétisation de cette parole !

2) On nous sort pour les besoins de l'incendie récent des arguties qui n'avaient pas fait l'objet de discussions auparavant : car je rappellerai que la justification de cette double casquette était à l'époque la "synergie" déclarée entre EDF et Dalkia (maitrisée par EDFet Véolia) en vue d'un accord entre les é groupes : mais il est rapidement apparu que justement, l'éventualité de cet accor ou non accord caractérise l'existence d'une situation de conflits d'intérêts pour Proglio. je m'explique : en quand d'accord, comment un seul homme peut défendre les intérets de Véolia et EDF alors qu'ils doivent être négociés (parité des actions, défense des actionniares, privés et publics, des usagers ou des actionnaires., comme dans le cas de la fusion GDF-SUEZ qui fut épique ?). A l'inverse, en cas d'absence d'accord, est-ce pour protéger les intérêts des uns ou des autres, ou parce qu'ils sont inconciliables ?

3) la rémunération des "grands patrons" et leurs à cotes devaient être encadrés (bonus, retraites chapeaux, stoks options...) et l'on constate curellement que ce contrôle est plus théorique que réel : seule la pression publique joue.

Ce constat conduit à considérer que ces pratiques et affirmations sont dangereuses pour une démocratie car ce n'est ni le vote des citoyens, ni celui de leur représentant qui fait la "loi" mais la vox populi ; à elui qui crie le plus fort.

C'est à mon avis le vrai danger du régime sarkozyste : il n'en fait qu'à sa tete, seule la voix de la rue, quelqu'elle soit (cf débat sur l'identité nationale et autres) le fait plier. Pas la raison, ni l'intérêt général, ni celui qu'il se fait des Français.

Une dérive...
Il n'est pas sensé rester éternellement à VEOLIA , seulement le temps d'attendre sa retraite chapeau.
En plus , j'ai lu sur un autre site une liste des entreprises dont il est administrateur (avec jetons de présence et autres paiements) , et pour lesquels on ne lui a pas posé de questions : il y en a env 20 ,soit 20 après midi par bimestre à ne pas consacrer à EDF, soit 20% de son temps de travail.Car il est comme (presque) tout le monde , il ne travaille pas le dimanche ,meme si le temps où il va aux toilette est considéré comme du temps de travail ,puisqu'il parait qu'il travaille 35h/jour.
Et puis, je pense qur meme s'il est le meilleur dirigeant de France , il n'a pas à etre payé 500 fois plus que le salaire de base de son entreprise , car il a en plus un tas d'avantages (appartement voiture , ect). En tant que consommateurs , nous allons le sentir passer.
450 000 € pour présider 6 ou 7 conseils d'administration.
Ca aurait fait un peu cher de l'heure.
Et ça n'aurait représenté que 2% de son temps.
Je me demande si les mots ont le même sens pour tous.
Merci Sophie. Moi, j'avais tout particulièrement apprécié la foudroyante précision et l'engagement ferme du "pas éternellement", ce qui a l'intérêt de laisser une marge de manoeuvre de quelques millions d'années, éventuellement, au pire.
Je ne comprends pas pourquoi tous les [s]moutons[/s] journalistes parlent de recul quand les ministres estiment que Proglio ne restera pas éternellement chez Véolia. Rien de neuf là dedans.

Comme tous les actionnaires de EDF j'ai reçu il y a 15 jours La Lettre de EDF dans laquelle on trouve une "interview" de Proglio où il le dit lui-même clairement.

question : Vous allez être président de Veolia en même temps que PDG d'EDF. N'est-ce pas trop ?
réponse : Une entreprise c'est une aventure collective, on ne quitte pas du jour au lendemain ceux avec qui on travaille depuis 40 ans. Cette situation sera transitoire, et je suis d'ores et déjà totalement engagé dans ma mission à EDF.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.