72
Commentaires

Professions libérales : le cadeau secret à 500 millions d'euros

Quel coup de maître ! Comment offrir l'équivalent d'un bouclier fiscal invisible à une partie de vos électeurs sans éveiller l'attention des médias ? En réformant la taxe professionnelle !

Derniers commentaires

C’est pénible de lire systématiquement que les professions libérales sont réduites aux médecins, avocats, notaires, etc.
Derrière ce etc., pourtant, il s'en cache des gens…

Beaucoup de professions libérales aux revenus moins chatoyants, des PL non réglementées dont je suis, etc.

C'est agaçant de voir naître cette équation PL = riche. C’est même fatiguant. Du coup on ne lit plus la suite.
Bonjour à tous ...

Un témoignage : Je suis intervenant artistique et culturel, et j'exerce en tant que libéral : j'anime des ateliers de théâtre réalise des films, de la BD etc ... J'ai une clientèle extrêmement variée : j'interviens auprès de publics essentiellement défavorisés par le biais d'institutions (Écoles, PJJ, Prisons ..) et auprès de particuliers. Il y a de plus en plus de personnes qui choisissent comme moi, ce statut "réaliste" (indépendant et je précise : au réel : je ne parle pas des statuts "tout compris" comme le récent 'auto entrepreneur' qui constituent des arnaques évidentes passé les 2 premières années) pour exercer des activités culturelles, artistiques, sportives, pédagogiques ou de loisir, humbles, républicaines et citoyennes lesquelles échappent désormais au salariat (Mon projet professionnel est "insalariable" : je n'avais que le choix d'être libéral et je m'en porte trés bien : liberté créative, gestuelle mais aussi responsabilité et autonomie sont les mamelles de ma modeste boutique...)...

Je veux dire qu'il n'y a pas que des notaires, des médecins, et des avocats de droite qui sont PL!
C'est un statut hors caste et je suis bien loin d'être de droite par les moustaches frétillantes de José !

Un point de vue : Je me suis battu avec l'administration pour ne pas payer cet impôt dégueulasse basé sur le Chiffre d'Affaire !
Et j'ai eu gain de cause (M'ont rendu mes sous ! c'est la nature de mes activités qui m'a sauvé, je crois : il semble que la TP ait plutôt une vocation à concerner les activités commerciales). Mais j'ai eu cahud etje sais que plein de petits travailleurs indépendants ont payés la TP pendant des années.
Je veux bien payer des impôts mais en bossant comme je le fais tous les jours de la semaine les we et les vacances (j'en prend quand même et c'est pour ma pomme évidement mais c'est une question de choix de vie) je dois pouvoir payer des études à mes enfants (ça j'y arrive), ma retraite (ça j'y arrive pas) et un bout de terrain pour y planter ma roulotte (et ça non plus j'y arrive pas).

Je rappelle à cette honorable assemblée qu'il n'y a que deux impôts républicains justes et ils sont tous deux progressifs : l'impôt sur les bénéfices des sociétés et l'impôt sur les revenus. Le fait que l'état ne parvienne pas à baser son budget uniquement sur ces ressources et qu'il ait recours à des saisies directes (TVA TP, TIPP etc ... qui touchent tous le monde et donc surtout les plus défavorisés) relève d'une protection des hauts revenus et des gros bénéfices.

Je résume : Un impôt juste concernant les travailleurs indépendants ne peut porter ("essentiellement" : allez je vais être prudent; après tout je ne suis pas économiste) que sur leur bénéfice. Je ne suis pas non plus voyant extra lucide mais je gage que la TP a jusque là peu gêné les entreprises et les professionnels libéraux riches (par ailleurs il me semble insuffisamment taxée sur leur bénéfices résultant soit de valeurs ajoutées indécentes (bonjour les honoraires des avocats et des notaires !) soit ... d'un déficit de partage des richesses avec leurs travailleurs embauchés ou sous traitants :B) mais elle a toujours posé un problème aux petits professionnels libéraux.

Remplaçons la TP par des impôts justes !

Merci de m'avoir lu ... A bientôt !

Roland
Les français en général votent traditionnellement à droite. :)

Si l'on suit la logique de l’article, le gouvernement devrait aussi faire des petits cadeaux à toute une frange de la population,
la catégorie «salariés du privé» par exemple, qui a voté majoritairement Sarkozy aux dernières présidentielles.
Or, me semble-t-il, ce n'est pas trop le cas.
(À noter que selon le lien ci-joint, les professions libérales ont voté… Ségolène Royal en majorité.)
Je ne suis pas sur de bien tout comprendre, mais il me semble que la contribution economique territoriale, etant basee a la fois sur la cotisation fonciere et sur la TVA, ce "cadeau" ne profite finalement qu'aux plus riches parmis les professions liberales et que cela represente une tres petite minorite.

Et il me semble que les exemples individuels ne sont pas si hors-sujet, amsi qu'au contraire, ils montrent cette realite qu'encore une fois les gouvernement aide avant tout ceux qui en ont le moins besoin.
ha ça ira, ça ira , ça ira !
On doit être content, à droite, de voir montrer du doigt, indistinctement, "les professions libérales". Profession libérale, c'est un statut, pas un métier, ni même trois (médecins, avocats, architectes**). C'est aussi beaucoup de corniauds, comme moi, qui ont largué le salariat parce qu'il leur était insupportable ou parce qu'ils ne voulaient pas aller pointer à pôle emploi. Le statut libéral est le plus simple d'accès, voilà tout (l'auto-entrepreneur n'est qu'un statut libéral étendu et un peu cheap). Certains, sûrement, gagnent beaucoup, d'autres, nettement plus nombreux, gagnent moins, bien moins, même parmi les médecins et les architectes! Sans "protection sociale" digne de ce nom: en cas de maladie, pas d'indemnité journalière; en cas de non activité, aucun droit au chômage; quant à la retraite... Je vais aux manifs "retraite" régulièrement, par simple solidarité: je sais que je devrai bosser au moins jusqu'à 65 ans, totalisant alors 48 ans d'activité à raison de 50 heures par semaine au minimum ! Favorisée? Euh! Le statut "libéral", un vrai rêve pour la droite: pas de syndicat (ou si peu), pas de négociation du temps de travail, pas de revendications "de masse", pas de CDI. Si d'aucuns voulaient m'accompagner, une banderole "professions libérales" ne déparerait pas!
Mais, mais... Favorisée, oui: pas de petit chef, pas de patron, une espèce de liberté, et quand un "client" est trop pénible, bye bye, on a le droit de le planter, ce qui extrêmement réjouissant.
Ce serait bien de s'informer à fond avant de tomber à bras raccourcis sur une catégorie, quelle qu'elle soit. Les sources ne manquent pas. "Plus d’un tiers des personnes aujourd’hui à la retraite ont changé de statut (public, privé, indépendant)" (source: INSEE - http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/EMPLOIR08h.PDF.) Que les calculs électoralistes soient à souligner, d'accord: mais quand l'index pointe la lune, le journaliste est-il obligé de regarder le doigt plutôt que l'astre? Le travail a changé!
Cordialités

**: Notaires, Professions juridiques, Activités comptables, Activités informatiques, Métreurs Géomètres, Professionnels de la maîtrise d'œuvre, Dessinateurs techniques, Professionnels du conseil, Traducteurs et interprètes, Experts, Agents d'assurances, Enseignement technique et général, Enseignement sportif, Autres professionnels de l'enseignement:
voir http://www.pme.gouv.fr/economie/entreprises/chiff_liberal.php
C'est marrant comme sur les forums on est prêt à critiquer les gouvernements en place sur tous les sujets, et comment on se défend bec et ongles quand il s'agit des avantages de sa propre corporation (particulièrement vrai pour les médecins et les aussi les journalistes...)
Allez, un peu d'objectivité, messieurs. Et ne nous faites pas croire que les professions libérales sont les plus mal loties, les plus taxées etc... Le niveau de vie se constate à certains signes et je ne crois pas que les professions libérales soient vraiment à plaindre. On se demande pourquoi d'ailleurs (à de rares exceptions près) elle fournissent une partie de l'électorat conservateur, si les gouvernements de ce bord les traitaient aussi mal...
Là, pour le coup, il y a un vrai sujet de décryptage des médias, et je vais vous donner un autre angle. Rapprochons deux faits :

- les patrons de petites entreprises ont voté à 85 % pour Nicolas Sarkozy
- une des premières mesures de Nicolas Sarkozy a été d'exonérer les heures supplémentaires de cotisations sociales (temporairement certes) et d'impôts sur le revenu (pas temporairement, enfin, si le PS ne repasse pas en 2012 avec dans l'idée de l'enlever)

Et nous avons vu à la TV, dans les journaux, des tas de reportages dans des grandes entreprises se demandant où étaient les heures supplémentaires, les trouvant avant 2008, ne les trouvant plus après, patati, patata. Je vais vous dire, moi, où elles sont : toutes les entreprises de moins de 20 salariés qui ont décidé de ne pas passer aux 35h, et dont les salariés travaillent 39h profitent de cette loi sur les 4h entre 35h et 39h. Et comme par hasard, les gens concernés ont massivement voté Nicolas Sarkozy.

J'entends énormément dans les médias parler de positionnement marketing des candidats, de communication, mais je crois que les français sont beaucoup moins nouilles que ça : ils regardent les programmes, quand il y a des propositions mises en avant qui les avantagent, ils votent et il n'y a pas à chercher plus loin.

Mais vous savez quoi ? A mon avis, il n'y a aucune malice derrière tout ça. Les journalistes qui font ces reportages ne savent même pas que ce dont je viens de parler existe. De même qu'ils ne savent pas comment marchent les professions libérales et quels sont leurs coûts. Mais pour le savoir, il faut faire une enquête, y passer du temps, faire des recoupements, et dans l'ère de l'information immédiate, très peu de gens le font.
...j'avais posé une devinette...2+2 =................................personne n'a voulu ou pu répondre...

la réponse et à l'image de notre société de menteurs et de voleurs couverts de légion d'honneur et autres distinctions…convertis au dieu Pognonblingbling dont la première loi de sa table des lois donne le résultat suivant…2 + 2 = combien voulez vous que cela fasse.
Ma profession (libérale) est imposée environ à hauteur de 50% en impôts et charges sociales diverses (et il faut ajouter la TVA). Un petit allègement n'a rien d'inéquitable. Mais il aurait été sans doute plus honnête d'afficher plus franchement cette mesure qui n'a rien de scandaleux.
Bonne article sur ce point dont je n'avais pas entendu parler jusque là merci.
C'est facile de résumer professions libérales en citant les trois catégories les plus droitisantes. J'exerce une profession libérale et la taxe pro représente à peine quelques centaines d'euros. Vous appelez ça un cadeau, j'appelle ça juste un coup de pouce. Car à l'heure actuelle, en France, la réalité ce n'est pas "travailler plus pour gagner plus" mais "travailler plus pour payer plus d'impôts".
Cette mesure va surtout profiter aux très gros revenus, et si vous pensez que les médecins gangnent trop en France, allez donc faire un tour en Europe. Vous verrez un peu le prix d'une consultation de médecine générale. Même pas, emmenez simplement votre petit toutou chez son vétérinaire, ici en France, ou alors, faites l'expérience du plombier un jour ouvré, moins d'un quart d'heure d'intervention, vous paierez plus cher que pour votre chère santé... Pour les "matheux", je leur propose un petit calcul : prendre le salaire horaire moyen d'un français, ramener ça à 60-70-80 heures par semaines, et comparer avec les revenus nets d'un médecin moyen, et bien, vous serez surpris.
Bref, NON, ce n'est pas un cadeau.
Je ne suis pas d'accord avec la fin de l'article: "Si l'Etat creuse son déficit budgétaire, l'effet est nul sur le déficit public (Etat + collectivités). Chapeau !"

L'effet n'est pas nul pour le déficit public, car les collectivités ne gagnent rien: on leur supprime la taxe professionnelle, l'état compense le manque à gagner (en théorie...) donc c'est un bilan zéro pour elle. L'état, lui, est perdant.

Bref, il n'y a rien de magique: on ne peut pas faire de cadeau fiscal sans creuser le déficit budgétaire.
Contrairement à ce qui est dit dans la fin de l'article, la mesure a bien un impact sur le déficit public : il l'augmente de 530 millions d'euros. Si l'État ne compensait pas le manque à gagner pour les collectivités, le déficit public s'aggraverait car le déficit des collectivités se creuserait. Comme l'État compense, le déficit des collectivités ne se creusera pas, mais celui de l'État, lui se creusera d'autant !

Fabrice Lenglart
J'exerce une profession libérale. La taxe professionnelle n'est pas élevée. Ces professions "de service" sont lourdement taxées. Certes c'est un cadeau mais je pense que c'est surtout un gros cadeau pour les grosses entreprises : La taxe professionnelle étant basée en grande partie sur la masse salariale.
Ca ne remplacera jamais le bouclié fiscal des professions libérales qui gagnent énormément.

Evitons deux préjugés : les Professions libérales ne sont pas toutes massivement de droite, la preuve l'ordre des architectes en IDF est dirigé par un groupe très proche du PS. Le deuxième, le revenu important. Des enquêtes montrent que de nombreux médecins ou architectes, par exemple, n'ont pas des revenus mirobolants, même plutôt inquiétants. Une petite partie gagnent beaucoup effacant la majorité. Le temps est révolu du notable de la petite ville exercant une profession libérale. C'est fini.

Ensuite professions libérales n'a pas vraiment de définition juridique. Ce sont des travailleurs indépendants, exactement des Travailleurs non salariés exercant en nom propre... qui est une espèce en voie de disparition... et pas du tout avantagée fiscalement (à propos de l'impôt sur le revenu qui est basé sur le bénéfice de l'activité, pas sur le revenu réellement touché). Il vaut mieux exercer en société, croyez moi!

Je pense que cette taxe n'est pas juste car son mode de calcul a été fait à une certaine période.
Aujourd'hui licencier la moitié son personnel permet de diminuer énormément sa taxe professionnelle. Celui qui fait de l'import export, amassant de gros bénéfices est avantagé par ce mode de calcul. Il ne créé aucune richesse, aucun emploi, aucun savoir faire.

Tout cela pour dire que je vois l'argumentaire de cet article plutôt faux. Et aussi une sorte de résonance à la façon dont le président mène sa communication: stigmatiser avec des termes faux, inappropriés, provoquant mépris jusqu'à parfois la haine en utilisant principalement la jalousie des autres.

Je laisse les spécialistes débattre du fond de l'article et vérifier les propos.

Mais pour moi c'est, journalistes, revoyez votre copie!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.