33
Commentaires

Pretty Woman, entre conte de fées et féminisme

Un film féministe, Pretty Woman ? Féministe, cette comédie romantique de 1990, qui fait l'apologie du bonheur par la surconsommation de robes de luxe, qui montre la prostitution sous un jour quasi-idyllique, et se termine par l'enlèvement de la bergère par le prince charmant ? Eh bien oui, il est possible de voir dans la bluette culte un film qui casse les codes, et brouille à sa manière les frontières de genre.

Commentaires préférés des abonnés

Merci à cette émission pour ce qu'elle est, MERCI surtout d'avoir dit le mot "forum" tout à la fin de celle-ci...
Je suis en effet persuadé, depuis plus de deux ans je crois, depuis le nouvel habillage du site en fait, que le forum ASI a disparu avec (...)

Après le mariage de contes de fées, Viviane va-t-elle continuer à faire le tapin ? ou va-t-elle se contenter d'un seul client ? ou va-t-elle se trouver un job lui permettant de ne pas dépendre de ce triste sire ?.... vous ne le saurez jamais, car tou(...)

Rrhha (je m'étrangle) 14eme minute 'des' féministes (source?) auraient théorisé le 'post féminisme' selon lequel ça y est, on aurait légalité  et donc il faut maintenant se tourner vers la réussite individuelle.

Alors l'idée que l'égalité est acq(...)

Derniers commentaires

c'est pas un conte de féées, c'est un conte de prostituée, de boniche,.... post féministe, n'importe quoi; c'est un film horrible... cette femme reste un objet , male gaze tout le temps... tout le temps. l'homme garde le pouvoir, tout le temps. tout le temps. rien de féministe... corps peu sexualisé? really? cette dame raconte n'importe quoi, je ne paye pas pour entendre des bêtises sur le féminisme dont on a tellement encore besoin; pourquoi perdre du temps à inventer une justification pseudo progressiste à un film où tout est arriéré? heureusement qu'il y a d'autre contenu de qualité sur ce site. 

"ce film plait aux femmes"??? merde! elle m'a énervée durant toute l'émission cette Delphine à défendre l'indéfendable avec des arguments l'un plus bidon que l'autre. C'était une espèce de oui, c'est pas féministe mais un peu quand même... pfff.. avec des énémies comme elle, le patriarcat peut dormir tranquille! Ceci dit, je conseille à toutes et tous le documentaire princesses, pop stars and girl power. Il est sur youtube et ça explique pas mal de choses.

Franchement déçue par cette opus de post pop...Autant la première émission sur la  Couleur Pourpre était passionnante et aurait gagné à être plus longue, autant celle-ci a traîné en longueur, et je me demande à quel point Rafik ne s'ennuyait pas lui-même... 


Ben, apparemment je suis une zombie : même avec l'âge ad hoc pour visionner le chef d'oeuvre à l'époque, je n'ai jamais vu ce film !!


Et à vrai dire, après visionnage total de l'émission,  je n'en ai pas de regrets... désolée !


Mais mon féminisme est sans doute trop "classique". ;o)

Emission intéressante, par contre, je trouve ça hyper dommage de ne pas avoir comparé avec une série contemporaine qui est The Deuce de David Simon avec Maggie Gyllenhaal et James Franco. La série traite elle très bien de la prostitution et du rapport homme/femme; entre autres puisque c'est aussi une critique du capitalisme américain, de la corruption, de la mafia, de la gentrification...

Bonjour, 

Je viens de regarder cette émission, enfin la moitié uniquement tant je me suis ennuyé. 

Déjà le dispositif, PW est il un film féministe??????? viendez voir m'sieur dame ... Et paf dans les 5 minutes on va nous expliquer ,enfin votre intervenante , que ce film n'est  ni féministe ni pas féministe, il est post féministe. Et le post féminisme si j'ai bien compris ,c'est le féminisme rattraper par le consumérisme et le capitalisme. ( si j'ai pas compris c'est pas très grave).


Mais surtout j'ai trouvé votre intervenante confuse dans ses propos et dans sa conduite des débats ( des allez retour, des sauts logiques ...). Du coup je me suis dit qu'elle défendait une thèse en laquelle elle ne croyait pas elle même ( laquelle d'ailleurs je n'ai pas compris précisément). Par contre elle a été parfaitement claire pour expliquer la genèse de sa passion, sa cassette VHS et la jaquette de téléK7...


En somme , je suis déçu de cette émission, une émission de remplissage pour l'hiver. Entre ça ou autre chose, j'aurai préféré rien, vous auriez pu vous reposer .



 

Le film a essuyé de vives critiques, notamment dans les milieux féministes, pour sa représentation de la femme jugée machiste et stéréotypée : entre la vulgaire prostituée et la luxueuse potiche, critique que met notamment en exergue l'auteur et réalisatrice australienne Julia Leigh qui y voit une incitation ouverte à la prostitution  


Pardon j'ai vu l'affiche WIKIPÉDIA et la chroniqueuse devrait s'en inspiré .  Bonne remarque de D. S.  comme d'hab... !

Film culte ???  Film cucul !  Images et comportement encore de nos jours de Femmes par des Femmes et dans certains cas pour les Femmes $$$ Ce sera toujours Vrai $  


 Robert  Montréal  

Daniel commet l'erreur de considérer le féminisme comme une idéologie monobloc (qui éventuellement varierait à travers les époques ou les décennies).


Remarque en passant : ce serait bien  de rappeler les noms des chroniqueurs dans la description.


C'est marrant de casser du sucre sur le dos des "libéralistes" sachant qu'aux USA le "libéralism" ne désigne pas le libéralisme économique (la droite) mais le libéralisme sociale (donc la gauche). Ca donne l'impression que la demoiselle utilise le buzzword "libéralisme" pour désigner autre chose.


Rappelons tout de même que le logo "Mastercard" n'est pas aussi gros sur les cartes bancaires. Les films américains sont en fait de grossière succession de placements de produit. L'utilisation outrageuse de la carte de crédit est en réalité commandé pas Mastercard afin d'incitait les consommateurs à avoir une utilisation déraisonnable de leur produit !


Donc non : ce n'est pas un film faisant l'apologie d'une idéologie "libéraliste", mais c'est en réalité une pub géante pour des produits placés et influencer le comportement des consommateurs mondiaux.

Comme suggestion :

Très intéressée par le cryptogay post celluloïd closet

Des classiques français aussi : mes meilleurs amis, rabbi Jacob, la pièce du pere noel est une ordure

Il ya une erreur de surtitre : Nine to Five est un film de 1980 et non 1990 (Rafik Djoumi dit bien 1980) 

Après le mariage de contes de fées, Viviane va-t-elle continuer à faire le tapin ? ou va-t-elle se contenter d'un seul client ? ou va-t-elle se trouver un job lui permettant de ne pas dépendre de ce triste sire ?.... vous ne le saurez jamais, car tout le film conforte l'idée qu'une femme n'est qu'un objet de désir, un bibelot mettant en valeur un homme, une infirmière ou une bonniche à son service, même rémunéré!

Rrhha (je m'étrangle) 14eme minute 'des' féministes (source?) auraient théorisé le 'post féminisme' selon lequel ça y est, on aurait légalité  et donc il faut maintenant se tourner vers la réussite individuelle.

Alors l'idée que l'égalité est acquise (voire que les femmes ont tous les pouvoirs ) c'est du masculinisme pur sucre, et celle que la réussite devrait être individuelle est un pseudo féminisme- celui nommé 'libéral' (libfem) donc en somme, pas du féminisme qui, dans tous ses courants, travaille d'abord sur les rapports sociaux de sexe/genre.

Bon je sais pas si je continue le visionage ou pas, parce que là déjà, ça m'agace.

A la base pretty woman n'est pas féministe pour un sou, il ne fait que conforter la 'réussite' par conformation à des rôles type cendrillon/pygmalion option rapports de classe avec dimension morale  sauce US pour 'sauver' le gars' (rôle des femmes: le care des hommes).

Je viens de faire une  pause dans ce comm pour aller chercher un article que je savais avoir lu au sujet de ce film, le voici, il date de 2013:

http://www.lecinemaestpolitique.fr/pretty-woman-et-le-complexe-de-cendrillon-2/


..bon... tout est dans l'article .. je visionnerai peut-être la suite de l'émission quand je n'aurai plus envie de grommeler. On verra (c'est le cas de le dire).




Je suis un peu désappointé par ce choix de film... Je trouve Pretty Wooman tres mauvais et Pas interresant a décortiquer en ce qui me concerne, j'essais malgrès tout de regarder votre emission, ce genre de discution cinema se fait rare, et j apprecis.

J'espère que le film de la 3ème émission sera un pertinant..

Spielberg pour la première émission... Le monde du cinema pop est suffisament vaste et riche pour essayer d'aller sur des choses plus... Attrayant. 

Merci!

Pas vrai j'ai 57 piges et je n'aie jamais aimé ce film même si la moitié de la planète aiment pas moi. Je préfère puisque faut en choisire une " Ghost  " mon fantôme d'amours " du même calibre mais j'aime mieux alors take it bouMB !!!

Une idée pour un prochain "post-pop" : Donbass de Sergei Loznitsa. Bon, d'accord, il ne fait pas encore partie de la culture pop. Mais il utilise des images provenant des modes de diffusion de la culture pop... Réflexion sur le statut multliple des images ? Avec A. Gunthert ?

La dernière et très récente grande "affaire" mondiale d'homosexualité dans une oeuvre populaire reste la révélation de l'homosexualité de deux grands sorciers dans l'univers d'Harry Potter. Grindelwald et Dumbledore sont explicitement montrés comme amoureux dans le deuxième film de Les Animaux Fantastiques.


Et c'est tellement explicite que l'acte sexuel est fortement suggéré. Dans Harry Potter, un sorcier et une sorcière font un serment inviolable: il s'égratigne la main, verse une goutte de sang, se tiennent la main comme des trapézistes -chacun agrippant l'avant bras de l'autre- pendant qu'une formulee magique est récitée. Dans les Animaux Fantastiques 2, de mémoire, le serment inviolable est aimé d'une autre manière: c'est portrait américain en noir et blanc avec épaules dénudées, et au lieu de s'agripper par les avant-bras comme des trapézistes, Johnny Deep et Jude Law se prennent la main en s'entrecroisant les doigts. Et l'image de ses deux mains en une attitude fusionnelle part dans un fondu noir et blanc de nuages et de volutes. Donc oui, y'a pas de place au doute, et c'est bien en voyant le film que j'ai appris l'homosexualité de Dumbledore.


Naïvement, j'ai cru que les critiques viendraient des pro-trumpistes et des homophobes. C'est arrivé. Mais les critiques les plus virulentes viennent des militants LGBT ! On marche sur la tête (de bite)...

J'ai explosé de rire quand Rafik Djoumi a fait son lapsus et confondu Gordon Gekko avec Seth Gueko

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

donc le fantasme bobo par excellence qui est viellot, la pute (pauvre) et le prince charmant, ca c est depuis l ecriture. ce film est la vie rêvée des males bobos, etre le sauveur d une femme pauvres, mais jolie, et intelligente, et le mec trop cool, qui accepte une pute, donc trop un mec bien.. quand les males bobos sont en realite des adolescents caracteriels, qui ne pensent qu a se faire succer par plus jeune, sans avoir a en supporter la responsabilite, d ailleurs ses porcs font des film ou de jeune fille drageunt des vieux ? LE FANTASME DU VIEUX BOBOS, la la Besson avec Maiwenn. et les femmes bobos a avoir peur de perdre la face, par rapport aux femmes prolos (c est leur seul gloire, avoir un mec male rase, qui bosse ps, ou flambe). en résumé cette classe sociale n a rien a se dire, sont vide de vie, tellement le paraitre compte plus que la vie, les relations vraies et profondes. ce film est du pipo et macho gravement, etre payer pour etre baiser, ca c'est moderne ?  ha oui comme le sado masochisme, tu m etonnes les femmes bobos apres avoir accepter d etre des putes écervelés, et d avoir quand meme ete virre parceque trop vielles , maintenant pour garder leur mecs elles acceptent d etre battues.. la culture dominante est la culture bobos, ca craint dit donc comme vision des relations entre nous... 

Merci à cette émission pour ce qu'elle est, MERCI surtout d'avoir dit le mot "forum" tout à la fin de celle-ci...
Je suis en effet persuadé, depuis plus de deux ans je crois, depuis le nouvel habillage du site en fait, que le forum ASI a disparu avec son ancienne version.

En entenandant DS dire le mot "forum", j'ai enfin eu la confirmation de son existence (!)

J'ai passé des heures en effet, pendant des années, à chercher régulièrement le mot FORUM dans l'architecture du site.
Je ne l'ai JAMAIS trouvé et je n'ai jamais trouvé non plus cette section où j'écris pour la premiere fois (!)
"Commentaires", ça ne voulait pas dire forum et je n'ai donc jamais cliqué sur ce lien avant aujourd'hui !!!
Merci à PrettyWoman de m'avoir enfin ouvert les yeux et enfin fait trouver la porte d'entrée de ces discussions qui faisaient mon bonheur... jusqu'à la disparition de l'ancien habillage.

Voilà, c'est tou !

;)

Très bonne émission ! 

Pour la prochaine pourquoi pas l'homosexualité mais si possible avec une incursion dans la représentation un peu plus "problématique" comme dirait Delphine : Bruce LaBruce en tête, mais aussi John Waters... même si bien sûr il ne faut pas passer à côté des innombrables comédies : Victor Victoria, Certains l'aiment chaud , Thelma et Louise... je fais confiance à Rafik pour les lister. 

Si vous voulez du sous texte, une relation entre 2 hommes dans le récent "The Spy gone North" est très bien suggérée.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.