111
Commentaires

Présidentielles : des candidats esquivent des rendez-vous medias

Pas de Fillon pour Bourdin. Alors que, depuis lundi 10 avril, l'égalité stricte du temps de parole entre les candidats doit s'appliquer sur toutes les chaînes de télévision et les radios, plusieurs candidats ont annulé des interviews avec les journalistes – parfois à la dernière minute. Provoquant dans certains cas la colère des intervieweurs plantés.

Derniers commentaires

Le discours de Mélenchon à Toulouse vient de s'achever.
Je suis abonné à @SI depuis longtemps et je ne suis pas près de m'abonner à Médiapart.

Je regarde de temps en temps une émission sur leur chaîne You tube, mais vraiment qu'est-ce que c'est chiant !
Ils sont persuadés de détenir la vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

Je préfère les pragmatiques, ouverts, critiques et pas dupes mais qui laissent chacun se faire une opinion. A mon avis c'est l'esprit @SI. Même si on est pas d'accord avec le boss, on n'est ni un irresponsable ni un apostat.

Alors là sur ce coup, je donne 100% raison à Mélenchon, j'ai horreur des donneurs de leçons et puis franchement l'audience de Médiapart c'est une toute petite niche.

D’ailleurs à ce propos j'ai retrouvé cet article de Denis Robert (que j'estime beaucoup).
A ce que je sache, aucun candidat n'est tenu d'aller chez un média quelconque.

A ce titre, je trouve l'expression "esquiver des rendez-vous" plutôt douteuse.

Vu le discrédit (largement médité) de certains médias (y compris MDP), il est assez amusant de constater qu'ils pensent avoir un "droit" à l'égard des différents candidats.
ça me dérange moins que leur refus de débattre une dernière fois ... j'aurais apprécié un débat uniquement consacre a l'Europe et la politique étrangère.
"Un journaliste est soit une pute...soit au chômage"

Un Grand Philosophe ;-)
Mélenchon refuse de venir sur France Inter aussi. Faudrait retrouver l'extrait : il me semble que Cohen en a parlé pendant la revue de presse du lendemain de la publication du billet de Mediapart.
Pratiquement chaque jour, un-e journaliste qui cause dans le poste commence un sujet par le mantra C'est le sujet dont on ne parle pas dans cette campagne. Ce qui lui permet d'enchainer sur ces hommes et femmes politiques qui font rien qu'à ignorer les vrais problèmes des français. Et je me demande : Mais qui pose les questions? Qui détermine les thèmes des entretiens? Les hommes et femmes politiques? ou les journalistes?

Ce soir, le pompon sur France Inter grâce - une fois de plus - à Demorand : il introduit le sujet du jour pour l'émission Le téléphone sonne. Il s'agit de l'écologie, un sujet dont on n'a pratiquement pas parlé dans cette campagne, en particulier lors du débat à 11. Et de continuer sur le thème C'est un sujet de fond, et les hommes politiques préfèrent regarder ailleurs, ...

Pas étonnant que de plus en plus de gens préfèrent regarder (et écouter) ailleurs.
Oublié Macron, qui refuse l'invitation d'ONPC ? Chaque candidat a pris un ou plusieurs médias en grippe, cela parait être la règle.
Le différent de Melenchon avec Mediapart n'a rien avoir avec la campagne. Quand médiapart joue sur le même registre que pujadas et d'autres médias, faut pas venir pleurer ensuite d’être boycotté..

J'ai encore en mémoire un article qui a ulcéré beaucoup de monde a commencé par les lecteurs de médiapart.

Jean-Luc Mélenchon joue à saute-cadavre

Mais il y a aussi des interviews vidéos a charge que beaucoup n'ont pas compris. Moi j'ai compris beaucoup plus tard, que c'etait dû a la ligne atlantiste de médiapart que j'ai découvert a lecture de certains articles "monde" et en particulier à la couverture de la crise Ukrainienne.
Mélenchon boycotte aussi Cohen sur France Inter. Il lui reproche de ne pas se comporter en journaliste, mais d'organiser des traquenards. Qui pourrait lui donner tort?

Autrement, je trouve que ces journalistes - têtes [s]à claques[/s] de gondoles (les Cohen, Aphatie, Bourdin, Pujadas, El Krief et Cie) sont d'une prétention insensée : à leurs yeux, ils sont la Liberté de la Presse incarnée. A ce titre, ils ont tous les droits, en particulier celui de convoquer les candidat-es à l'heure et au jour qui leur conviennent (Voir le débat - avorté - de France 2), de leur poser des questions imbéciles (chacun-e a des exemples en tête : c'est open bar tous les jours), de ne pas écouter les réponses, de se moquer d'eux (Coucou Vanessa), .... et à la fin pousser Macron! Qu'ils/elles dégagent!
"Fillon n'est pas le seul candidat à annuler sa venue au dernier moment." ???
Sachant que le rdv était prévu le 21 et que nous sommes ... le 13, il a donc été annulé au moins 8 jours à l'avance (sauf erreur de ma part).
C'est ça, votre définition de dernier moment ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.