68
Commentaires

Pour Charlie, à Paris : une manif silencieuse comme un jour de neige

18 heures place de la République à Paris. Des milliers de personnes se sont rassemblées suite à la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo. Une foule atterrée. Silencieuse. Et en colère.

Derniers commentaires

Cabu etait un POETE. Depuis quand assassine t on les poètes???
A l'instant, la non-invitation du FN à la manif anti-barbare de Dimanche choque beaucoup BFNTV.
Après l'émotion....putain ...je regarde ma bibliothèque....ils sont partout.....il faudra bien se poser la question du pourquoi.
Qu'est ce qu'on a fait pour fabriquer des bargeots comme ça?....Comment notre si belle démocratie des jours de deuils
a pu engendrer de tels monstres....Notre si belle démocratie des jours de guerres?.....Qu'a t-elle produit? et surtout que va t-elle produire?
... en province aussi...
Je crois qu'il est très important que la manifestation de samedi prochain soit un rassemblement de toutes les confessions, des athés, de toutes les opinions qui respectent les valeurs de la République. Je suis athée mais j'ai hâte de serrer la main, de prendre dans mes bras mes concitoyens musulmans, cathos, blagueurs et sérieux.
Et puis très vite dans cette foule, la vie qui reprend le dessus, comme aux enterrements, déjà sur la route du cimetière. 2 hommes qui parlent du chef de projet et de tout ce qu'il devrait faire autrement. En s'écartant on tombe sur un groupe de femmes se souhaitant la bonne année, l'une montre les photos du petit fils qui vient de naître. Devant nous, seuls au monde, un couple enlacé, la femme est petite, ses cheveux sont couverts d'un voile blanc, sa tête appuyée sur la poitrine de l'homme, il l'entoure de ses bras pour la réchauffer, à son épaule un brassard des scouts musulmans de France. Je voudrais leur faire un signe amical, un sourire, mais l'idée me submerge d'émotion, il faut toujours un moment pour que ça sorte, et c'est celui-là. Je ne veux pas offrir des larmes à ceux qui n'y sont pour rien, mais à les contempler, j'oublie un instant la lycéenne qui, dernière nous raconte, exaltée, sa valdingue dans les escaliers.
Chaque vendredi, depuis près de 10 ans je reçois la gazette d’ asi et chaque vendredi je la lis religieusement et je me dis : c’est décidé je vais m’abonner ….et puis rien… je me dis dans un mois, six mois… à la fin de l’année… la tentation a duré près de 10 ans comme ça …. Qu’attendais-je ? Un signe? Un symbole ? Un prétexte assez convainquant ? … ou tout simplement que je m’aperçoive que « j’étais Charlie »…Ça devrait être aujourd’hui ; ça m’est apparu tout à fait naturel.
Merci Justine et Anne-Sophie pour ce compte-rendu.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.