16
Commentaires

Porte plonge dans les twitt-archives de Fillon

En annonçant qu'entre un candidat FN et un candidat PS, il choisirait "le moins sectaire", François Fillon contredit frontalement un illustre twittos gaulliste, nommé...Fillon François. Cette contradiction ne pouvait pas échapper à un twittologue aussi averti que Didier Porte.

Derniers commentaires

Vu qu'on ne peut pas commenter le "à voir et revoir" sur Fillon, je poste ici mes interrogations :

Extrait du dernier post de Fillon sur son blog : "Ce vrai mouvement d'union nationale, nous ne pouvons pas le créer en excluant, en mettant sur le même plan toutes les formations politiques". Il faudrait savoir, il est question de ne pas exclure ou de ne pas mettre sur le même plan ? Ne pas exclure telle formation, c'est la mettre sur le même plan qu'une autre. Mettre sur le même plan PS et FN, c'est justement ce qu'il vient de faire. Donc en gros, rien ne bouge dans sa position.

On peut aussi lire sur son twitter : "Le combat contre le sectarisme passe aussi par le Parti socialiste qui, notamment, doit s’interroger sur ses relations avec l’extrême gauche" !!! Première nouvelle : le PS aurait des relations avec le NPA ?! Blague à part (car c'est toujours drôle de voir que l'UMP considère encore les communistes comme "l'extrême gauche", on voit que le rideau de fer n'est pas encore tombé), il nous dit que combattre le sectarisme, pour le PS, ce serait refuser l'alliance avec le Parti de Gauche, donc être sectaire, en l'occurrence.

Oui voilà, pour Fillon, ne pas être sectaire c'est être sectaire. Logique. Car tout ça c'est pour arriver à la conclusion de "tout sauf la gauche". C'est ça son message, on l'a bien compris. La droite définitivement fière d'elle-même, face à son véritable Ennemi de toujours : le socialisme-bolchevisme. Au moins c'est cohérent. Quelle belle union nationale que voilà ! L'ultra-libéralisme enfin uni devant ses détracteurs. Le chant du cygne, quoi.
Pour tout ceux qui, comme moi, la chronique de Didier sur @si n'a pas fait rire voir à énervée, je leur conseille cette magnifique chronique de Didier dans les locaux de médipart

- Médiapart - Didier PORTE : Claire Chazal c'est du brutal !
Le problème de cette chronique vient de son postulat : non, mille fois non, François Fillon n'a jamais été un "gaulliste social", en tout cas plus depuis trèèèèèèèès longtemps. Faire encore appel à ce terme (même dans l'humour) après tout ce que l'on sait de son mandat de premier ministre, ça induit forcément en erreur et ça limite la portée de la charge. Ce qu'il faudrait, c'est voir en les tweets de Fillon une vraie preuve de la novlangue oligarchico-politicarde minable et ridicule dans sa forme même, en relativisant le fond qui de toutes façons est interchangeable.
Les tweet de Fillon: l'accumulation, le débit rapide, tout ça crée très vite de l'ennui. Même D.Porte semble vouloir se débarrasser de son travail. S'ennuie-t-il lui aussi?
Fatigante cette chronique...............4,5 tweets auraient suffi...
Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais il y a en face de vous, depuis la rentrée, un individu qui s'efforce d'imiter votre pilosité faciale. Attention, dans quelques semaines il risque de commencer à dire des choses drôle, et d'ici la fin de la saison il pourrait bien vous piquer votre place.
Il faut croire qu'étant non-abonné ni à Facebook ni à Twitter, je loupe pas mal de trucs à éviter ces MSN modernisés.
Merci d'en relever les perles pour nous, Didier.
Je ne suis pas sûr que l'analyse des twitts de nos politiques soit vraiment un filon humoristique. Je n'ai pas trouvé cette chronique très drôle, pas plus que la précédente. Cher Didier Porte, je crains que tu te fourvoies.
C'est des tweets très spontanés, c'est à cause du nombre de caractères limités qui donne fatalement au tweet un air très authentique, sans calcul. On constate de plus en plus ô combien. Mais c'est surtout à cause celui avec "par la droite, par la gauche,.., ah ouais de tous les côtés dacodac, que je pense qu'il poste vite sans réfléchir. Si il s'était relu, il aurait vu qu'on dirait un couplet de chanson paillarde que je n'ai jamais écouté personnellement mais on m'en a parlé..
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.