16
Commentaires

PMA pour toutes : les femmes concernées écartées des médias ?

Pour l'AJL (association des journalistes LGBT), les médias rendent invisibles les femmes célibataires et couples de lesbiennes, pourtant les premières concernées par l'extension de la PMA. On a vérifié.

Commentaires préférés des abonnés

"Je me suis toujours considéré très tolérant, ouvert d'esprit et ouvert sur le monde... je pense pouvoir aborder tous les sujets sans aucune appréhension. ..

Alors pourquoi.... "


Ben oui, pourquoi? Pensez-y quand même...


(...)

D'abord, une remarque - bien que je dois avouer ne pas trop avoir d'opinion sur la PMA - il me semble que de toutes les "communautés" représentées dans les médias, tous les sujets compris, il me semble que la communauté lesbienne est celle qui en Fra(...)

vous faites une decouverte ..m le patriarcat va jusqu a ignorer l homosexualite femine , bravo ,  c est bien de s en rendre compte. les males homo ne parlent que de mecs, meme max bird sur youtube qui aborde l homosexualite n utilise dans ses vi(...)

Derniers commentaires

Les médias ne font que refléter la société sur ce coup .... il semble que pas mal de monde dans mon entourage et ma génération  est encore plutôt tiède à l'idée de la PMA.  perso j'ai du mal a prendre partie sur le sujet .... Je me repose sur le législateur en espérant que la nouvelle loi de bioéthique sera la plus juste possible tout en limitant les abus et les dérives potentielles.

Bref c'est bien un problème générationnel comme pour le mariage homosexuel ou le PACS il y a 20 ans (qui ne ferait pas débat 10 secondes aujourd'hui)


La seule chose qui me dérange avec ces lois de bioéthique toujours plus progressistes c'est qu'on se rapproche dangereusement du clonage humain sous toutes ses formes. 

vous faites une decouverte ..m le patriarcat va jusqu a ignorer l homosexualite femine , bravo ,  c est bien de s en rendre compte. les males homo ne parlent que de mecs, meme max bird sur youtube qui aborde l homosexualite n utilise dans ses videos, que le mot mec, qq fois fille mais surtout jamais femme. ensuite les hetero osent mettre en scene, dans leur porno de merde, deux femmes qui baisent et un mec vient s y mettre, comme si la sexualite des femmes n étaient que le fantasme des mâles, si deux femmes font font l amour sure qu elles veulent aussi de la bitte ... n importe quoi, tout comme le fantasme du viole, tout ces fantasme sont ceux de malades, machiste et sexuellement deranges.  je suis hetero et bien qu ayant vecu 12 ans  d inceste, je ne desire aucunement avoir de la sexualite avec une autre femme... le patraircat elimine toute les femmes et les femmes homo elles meme se masculinisent pour etre dans les medias, ou sont les femmes homo avec voie fluette, et ultra feminine ? tout comme les f mmes voile n ont pas le droit a la parole, les femmes homo sont au meme niveau... 

Je me suis toujours considéré très tolérant, ouvert d'esprit et ouvert sur le monde... je pense pouvoir aborder tous les sujets sans aucune appréhension. ..

Alors pourquoi ce sujet et particulièrement ce genre d'article me met dans une colére noire ? Je cherche mais je n'arrive pas à comprendre...

Peut etre parce ce genre d'article me place systématiquement du mauvais côté, celui des réactionnaires... Simplement parce qu'étant un homme hétéro et ne comprenant pas pourquoi on s' obstine a vouloir faire des enfants autrement que naturellement.



J'en conclu que soit je me suis tout simplement trompé d'époque, soit je suis un con.


enfin, pensez-y quand même... 


Bisous


Christophe

Je suis plutôt défavorable car je n'intègre pas le "droit a l'enfant" dans mon logiciel de pensée. Pour moi la PMA c'est une aide médicale.

Je ne me scandaliserai pas si ça passe mais je ne suis pas convaincu par les arguments "pro".


Par contre pourquoi inviter des religieux ?? Je suis inquiet par la montée des antiféministes qu'on voit particulièrement en ce moment.

Récemment j'ai même entendu dire sur RMC que l'avortement concernait aussi l'homme du couple... Choquant et inquiétant.

t a raison on a pas de droit a l enfant c est pas de la GPA, mais des femmes qui dans leur ventre vont avoir un enft mais je veulent pas se faire penetrer par degout de la bitte comme moi je n aimerait pas devoir toucher le sexe d un autre femme, ca me degoute, et je comprend parfaitement que les femmes soient degouter par les penis.. ensuite il suffit a une femme de demander du sperme a un mec et de se l injecter au moment de son pic de temperature , t a raison pas besoin de medical, juste c est plus facile de yrouver du sperme dans une banqu de sperme que de demander a un copain homo ou hetero qui veut bien ... c est suree. les femmes font des bebes comme elles veulent c est notre corps, par contre ence moment des bebes sont creer par GPA, donc la ce sont des orphelins qui sont creer ... bat toi contre ca , et fou la paix aux femmmes qui n ont pas besoin de toi, et surtout les enfants  achete. 

Vous dites ne pas "intègrer le droit a l'enfant dans votre logiciel de pensée. Pour Vous, "la PMA c'est une aide médicale."


Je ne comprends pas la différence. La PMA pour les couples stériles est bien une manière de leur permettre d'accéder à la parentalité, leur donner la possibilité d'avoir un enfant. L'acte medical d'AMP ne sert pas à guérir ni soigner car etre infertile n'est pas une pathologie qui met la vie ou la santé en danger. Il ouvre une possibilité. Pourquoi dans le cas d'un couple lesbien cela relèverait il du droit à l'enfant mais pas dans le cas du couple hétéro?? Je ne comprends vraiment pas...

Que veut dire droit à l'enfant? N'est ce pas qu'un simple élément de langage qui obstruer la réflexion?

"Que veut dire droit à l'enfant? N'est ce pas qu'un simple élément de langage qui obstruer la réflexion?"


Évidemment, que c'est destiné à embrouiller: cette expression n'est utilisé (en négatif) que par ceux qui sont hostiles à la PMA égalitaire. Alors qu'aucun de ceux qui y sont favorables ne se prévaut d'un quelconque "droit à l'enfant", pure invention des opposants. 


Bizarrement, ce sont souvent les mêmes qui voulaient (qui veulent encore) nous obliger à faire des enfants contre notre gré. La cohérence? C'est justement qu'ils veulent nous empêcher de décider pour notre corps et notre vie.



C'est plus compliqué. Mais il est difficile de l'expliquer sans être très long car cela nécessite de revenir sur ce qu'est la médecine et la notion de soin. J'irais donc directement à ma conclusion en espérant que ça se tient.


Un couple infertile en médecine ça n'existe pas, il n'y a que des individus infertiles. Si l'on considère un couple hétérosexuel infertile alors c'est que l'un au moins des membres du couple présente une pathologie qui l’empêche de féconder ou d'être fécondé (le cas de l'impossibilité de gestation n'a pas de réponse aujourd'hui en l'absence de GPA). L'intervention médicale initiale concernera ce membre précis, et pas l'autre. La médecine tentera de faciliter la production de gamète, éventuellement de corriger chirurgicalement si c'est un problème "mécanique" et si ce n'est pas possible elle offrira, comme pour une prothèse, la possibilité d'utiliser des gamètes étrangères, soit mâle, soit femelle, soit les deux si aucun des membres ne peut en produire. Du fait de cette procédure de substitution il faudra aussi assurer une fécondation artificielle mais Il s'agit bien d'un palliatif a une fonction déficiente, donc d'un soin. C'est bien le fonctionnement individuel de chaque corps que la médecine tente de corriger, même si parfois la conséquence est une intervention sur les deux membres du couple.


Pour un couple lesbien dont les deux membres sont fertiles c'est différent. Aucun des deux n'a de problème médicale au sens strict. C'est le couple qui est infertile mais pas ses membres. De ce fait, le droit qui justifierait une aide nécessairement médicale ne peut être le droit au soin puisqu'il n'y a aucun défaut individuel à corriger. Quel autre droit utiliser alors ? Ce ne peut être qu'un droit social. Et c'est là qu'intervient le droit à fonder une famille et par conséquence le droit à l'enfant. Même si le terme est galvaudé par les opposants il a un sens puisqu'il serait une possibilité pour définir le droit social des couples lesbiens à avoir les mêmes possibilités qu'un couple hétérosexuel, fertile ou non.


C'est ce qui explique pourquoi, si on limite strictement la PMA à son aspect médical cela ne concerne pas les couples lesbiens. Quand Elaeudanla dans son message raisonne sur les couples et non sur les individus il est logique alors de ne pas voir la différence, car effectivement, socialement c'est la même chose. La nuance c'est que pour des couples hétérosexuels il s'agit bien de soins alors que pour les autres le concept en jeu me semble être d'une autre nature.


Oui, je connais bien la différence. On nous l'a déjà opposée quand nous luttions pour la liberté d'avortement: la grossesse n'est pas une maladie, l'interrompre n'est pas un soin. 


Réfléchissez seulement au nombre d'interventions médicales qui ne sont pas vraiment "un soin", et à la porosité de la frontière entre l'un et l'autre. 


Et souvenez-vous que certains médecins ont voulu "soigner" l'homosexualité. J'ai même entendu en 1967 un prof de fac vanter très sérieusement une forme de lobotomie qui paraît-il ne causait pas de déficit cognitif.

D'abord, une remarque - bien que je dois avouer ne pas trop avoir d'opinion sur la PMA - il me semble que de toutes les "communautés" représentées dans les médias, tous les sujets compris, il me semble que la communauté lesbienne est celle qui en France a la représentation la plus inexistante ou presque. Aux USA, en Grande Bretagne, en Allemagne, de nombreuses perosnnalités ne se cachent pas d'y apparteneir comme aux USA Rachel Maddow qui dans son émission quotidienne nous parle même de sa compagne ou épouse avec un naturel qui ici n'aurait pas sa place. Mais je me trompe peut-être. 


Quant à "Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris, homme et opposant ", il n'est pas vierge, celui-là ?

Moi qui ne suis pas pêcheur (à la ligne), je ne viendrais jamais jouer les experts et parler de canne à pêche

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.