56
Commentaires

PewDiePie : un rêve macronien

C'est un rêve macronien. Une petite entreprise en forte croissance :

Derniers commentaires

La célébrité comme valeur en elle-même, repère commun dans la jungle des offres, prescripteur du prix quand celui-ci est d'abord psychologique.
Il n'y a rien au pôle nord et toutes les boussoles pointent vers lui...
Mais quand des millions si ce n'est des milliards regardent 22 mecs jouer après un ballon au foot, ça ne vous choque pas ?

Faire gagner des sommes folles à des gens qui jouent à votre place, ce n'est pas nouveau. Si ?
C'est parce que vous êtes habitués pour des footballeurs, mais il existe d'autres jeux....
Il faut des PewDiePie (prononcez comme vous voulez), comme il faut des gagnants au loto pour attirer le ramier.

A quand un selfie avec Leparmentier, Quatremer et PewDiePie ?
J'ai l'impression de revoir cette vidéo en lisant cet article et les commentaires.

Ce qui a fait le succès de Pewdiepie c'est qu'au delà de son acting potache et de son humour borderline, il s'est a un moment proposé comme explorateur et a mis en avant certains types de jeux indépendants destinés à une niche, auxquels il a superposé son talent et sa compréhension du média youtube, tout en incarnant l'état d'esprit majoritaire de l'internet dans son discours. Mais la base de son succès c'est que c'est un leader d'opinion qui a su mettre en avant des jeux qui seraient peut-être passés inaperçus s'il ne les avaient pas utilisés dans des vidéos, drôles, fédératrices et innovantes.
"Il est plus connu sous le nom de PewDiePie."
Parce que "Puedespieds" était plus présentable que "Tupuduku."
Autrefois on payait pour voir la femme à barbe dans des baraques foraines, ou une Hotentote fessue, ou des nains. C'est la version contemporaine.
Ce n'est pas parce que PewDiePïe est sur un nouveau média qu'il est méprisable.
C'est parce que le contenu qu'il propose est lamentable.
Au même titre que sur la télé, force est de constater que ce sont les contenus stupides qui s'imposent toujours pour la masse.
Vanitas, ...
non, rien.

Combien j'ai gagné ?
Cher Daniel... un article qui en dit long sur votre âge (ni voyait pas un reproche, ce n'est que chose normale).

En lisant cet article, je me suis demandé si la même chose n'aurait pu être écrite sur les Beatles, sur les débuts de la pop et du rock. Avec un journaliste et son gout qui dit clairement, "quel est donc que cette mode passagère? De toute façon, il n’y a rien à y comprendre".

"De toute façon, il n'y a rien à y comprendre." Dionnet, Maneuvre, Lescure, Les Inrocks et même vous (j'imagine car c'était votre génération) eurent beaucoup à dire sur le "il n’y a rien à en dire" car en fait il y avait tellement de choses à en dire, mais il fallait d'abord le pensé... une Terra Incognita à défricher. Vous avez le partenariat avec Canard PC pour relancer la conversation.

Exemple de réflexion : que doit-on comprendre d’une société qui préfère la critique en direct d’un évènement, d’un jeu, d’une œuvre, plutôt que d’en profiter directement ? Comme si les journaux continus nous avaient habitués à toujours vivre derrière un filtre qui nous explique, comme si nous n’étions pas assez "éduqués" pour apprécier une œuvre sans qu’on nous en fasse la critique en parallèle…

Un début de réflexion pour la journée. A vous de vous faire votre idée (donc tout l’inverse du journal continue ou de la personne qui joue à votre place… ça peut être drôle aussi de tenter de faire ces choses par soi-même).
Pewdiepie est comme un DJ radio des 60s... le niveau d'analyse est proche de zéro et il se contente de dire "waw il faut que vous écoutiez ça c'est trop bien les copains"... Les analyses arriveront plus tard (tel les Enfants du Rock), elles existent déjà sur quelques chaines (3615 Usul avant qu'il ne fasse du politique) mais ne sont pas encore mainstream (comme souvent, la critique en direct/gratuite/peu profonde fait plus d'audimat que les analyses pertinentes).

Sur ce, je retourne écouter Onfray qui parle de Nitchzsche... Mise en abime de ma critique des critiques mise en abime.
"comme souvent, la critique en direct/gratuite/peu profonde fait plus d'audimat que les analyses pertinentes."

Ne pas oublié que le public jeune 10/18 ans est extrêmement friand de ce genre de divertissement et c'est lui qui va faire la plupart des clics sur youtube.

Par exemple les youtubeurs comme Norman ou cyprien ont un niveau humour très enfantin et font des millions de vues.
Au contraire studio baggel, la bande à descraques font des trucs extrêment bien fait avec un humour beaucoup plus mature (et drôle) et sont très très loin d'égaler ceux du dessus.


Conclusion pour faire des vues sur youtube il faut viser un public naif de très jeunes.
Assez d'accord avec ce que vous dites, j'ajouterai juste: BFM plait bien plus que Ce Soir ou Jamais. Touche pas à mon poste plait à plus de monde qu'un Du Grain à Moudre (dont le niveau n'est pas non plus exceptionnel).

Youtube plait plus au jeune qu'à ceux qui ont pris leurs habitudes à regarder la TV (malgré toutes les limites du médium)... mais les habitudes ont la vie dure.
Pour plaire à nos grands-parents il fallait faire de la radio plutôt que des journaux, pour plaire à nos parents il fallait faire de la TV plutôt que de la radio, pour plaire à nos enfants il faut faire des vidéos sur Internet plutôt que de la TV... rien de bien nouveau.
"d’un jeu, d’une œuvre" : toute la question est là, vous mettez le jeu au niveau de l'oeuvre ; c'est typique de l'idéologie actuelle (tout se vaut, y compris les opinions) et c'est le début de la fin de la civilisation (la fin de la fin c'est quand jeu > oeuvre)

sans indiscrétion, vous comptez défricher quoi du néant ?

et je n'ai pas l'âge de Daniel, donc les procès en jeunisme...
Ce n'était pas un procès en jeunisme, je dis juste que les gouts changent avec les époques... donc avec les générations.
Après le jeu vidéo... est un domaine très vaste. Si je vous parle d'un jeu qui vous met dans la situation d'un garde-frontière d'un état totalitaire en proie à du terrorisme. Entre la monotonie de la tâche, les difficultés financières, les lourdeurs administratrices, les choix faces aux injustices ou l'acceptation de la corruption. (Paper Please)
Si je vous parle d'un jeu qui vous mets dans la peau d'une noire américaine diplômé, mais dans les années 60s, forcée à l'exile dans un pays sud-américain où vous travaillez comme femme de ménage. Entre les interactions épistolaires avec le maitre de maison, un ministre qui semble de connivence avec les Etats-Unis dans un pays corrompu, et la révolte populaire qui gronde questionnant votre fidélité entre cette personne avec qui vous formez des liens et vos idéaux qui s'expriment dans la rue. (Sunrise)

Alors on peut vite regarder les Call of Duty et croire qu'on a là toute "l'industrie" du jeu video... Où on considère le Jeu Vidéo comme le Cinéma (j’imagine que vous ne questionnez pas le cinéma comme art). Certes, il y a des films avec Stalonne qui tire sur tous les méchants terroristes mais il y a aussi des œuvres Française (ou autre) qui questionnent la société.
En musique il y a du Rock qui n’amène rien et du Pink Floyd… Il y a les premières années des Beatles (entrainante et légère) puis il y a les dernières années des Beatles (complètement expérimentales et revendicatrice)…
J'ai pas fait Sunrise mais ça à l'air d'être un gros navet. Je préfère encore remplir mes impôts que de jouer à Paper Please, il y a quelques idées dedans, mais le gameplay est tellement chiant qu'il faut être masochiste pour y jouer plus de 20 minutes.

Pour des œuvres vidéo-ludesque de qualité il faut plutôt aller voir du côté de Dark Souls, Shadow of the Colossus, Brothers: A Tale of Two Sons, Dota 2, Dwarfs Fortress, etc. A mon avis. Question de goût.
Yann, vous illustrez parfaitement les limites idéologique que j'évoquais : comme tout se vaut, vous confondez le jeu vidéo en tant qu'oeuvre et sa paraphrase par un youtubeur millionnaire.

=> ce qui était en cause, ce n'était pas la qualité des jeux vidéo ; je n'avais pas besoin d'en être convaincu, j'y joue, aux jeux de qualité

ce qui pose problème c'est la vacuité incommensurable d'un gars qui fait mumuse bruyamment et sans esprit avec des manettes et qui en retire des millions ; c'est sa valeur ajoutée à lui que je qualifie de néant (nonobstant les pépettes), et sur laquelle je souhaitais savoir ce que vous pouviez bien dégager d'intéressant

et ça, le crétin millionnaire, c'est un sacré indicateur de décadence d'une société, car on est dans le "jeu" au sens purement casino, jackpot : la société a besoin de ce jeu-là dans des proportions très raisonnables pour faire soupape, et encore ; mais quand on érige ça en système, c'est la fin
euhhhh avez vous déja joué à certains jeux ?? car il y en plusieurs qui sont clairement des oeuvres.

Il n'y a pas d'âge pour être vieux ... contrairement à l'inverse.
Pour faire plus court: quand on arrête de questionner alors il n'y a plus rien à attendre (de la société, de la culture, de la vie). Cependant, il est vrai qu’il est, des fois, plus simple d’arrêter de questionner.
Et je vois que je n'avais pas répondu à la dernière question :
Je n'ai pas encore vu le néant, partout où je regarde il y a des choses... et je sais que même quand je ne vois pas, il y a des rayonnements à des longueurs d'ondes que je ne peux percevoir. Le monde est rempli de chose à analyser et je peux vous dire (y participant) que le travail est encore long avant d'y arriver. Cependant nous vivons dans une époque qui pense avoir assez de réponse et qui a plutôt peur de continuer à chercher.
Cher André, vous vous battez contre des moulins à vent. Ce sont les YannFromFrance et les Blhite qui sont la société de demain, pas les vieux croûtons comme Daniel ou les moins vieux comme vous. Une société forcément plus formidable, où tout se vaudra vraiment, pas un petit peu comme maintenant, non, vraiment TOUT se vaudra, et où l'analyse viendra plus tard, quand les "stars" auront disparu, remplacées par d'autres plus brillantes. Il a raison, YannFromFrance. Pudépié, c'est exactement comme les Beatles dans les années soixante : d'abord on y comprend rien, puis viendra l'analyse qui fera que ce sera le nouveau génie du siècle. Parce que c'est génial, je pense même qu'on atteint enfin l'apogée de l'Art, avec majuscule : celui de la représentation de soi-même sans aucun apprêt. Le dépouillement absolu. Le véritable art brut. En ce sens, Pudépié n'est d'ailleurs pas un pionnier : le youtubage de la vie quotidienne commence à avoir une certaine bouteille sur nos écrans. Si les Beatles ou les Who, par exemple, avaient connu ça, ils n'auraient jamais chanté "Revolution" ou "My generation", mais se seraient filmés en train de picoler à mort ou d'absorber du LSD, et ils auraient pu se payer les mêmes Rolls, avec le fric généré par la pub, modèle économique "comme un autre". Et si ce n'avaient pas été eux, il y en aurait eu d'autres pour le faire. Parce que tant qu'à vendre de la merde, autant le faire soit même et ne pas se faire piquer la place par un autre. Ma merde est aussi goûteuse que la sienne, après tout.
André, vous êtes un inadapté. Un dinosaure. Une espèce en voie d'extinction. Tout comme la majorité des vieux ensablés qui peuplent ce site.
Sur ce, je retourne écouter Onfray qui parle de Nietzsche.
:) Je suis completement d'accord sur Pudépié! Les films sur le quotidien qui n'apportent strictement rien n'ont-ils pas d'ailleurs commencé sur la télévision? Loft Story, Big Brother etc? Youtube n'est qu'un nouveau médium pour continuer de fournir ce que les gens ont déjà (grâce à la TV) appris à apprécier.

Après sur le "tout se vaut", je dis strictement l'inverse! Je dis que Pewdiepie est le niveau 0, je dis que beaucoup de jeux vidéo actuels valent le cinéma hollywoodien actuel. Mais surtout je dis qu'il ne faut pas arrêter de questionner quelque chose parce que certains représentants sont nuls! C'est le niveau 0 de l'analyse!

Il y a des films passionnants... méritant le nom d'œuvre. Et il existe (même si ils ne sont pas fortement médiatisés) des œuvres vidéo ludiques... un nouveau moyen pour faire ressentir sentiment et compréhension de milieu qui ne sont pas les nôtres, ou amener des questionnements sur le choix dans notre société.

D'ailleurs, quel meilleur moyen qu'une œuvre interactive pour questionner le choix et ses limites?
@paddy dj


yann : "Pewdiepie est comme un DJ radio des 60s... le niveau d'analyse est proche de zéro et il se contente de dire "waw"
paddy : "Il a raison, YannFromFrance. Pudépié, c'est exactement comme les Beatles dans les années soixante"

L’épouvantail (ou homme de paille) est un sophisme qui consiste à présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée. Créer un argument épouvantail consiste à formuler un argument facilement réfutable puis à l'attribuer à son opposant.

GG
[quote=M_]c'est exactement comme les Beatles dans les années soixante
Les Beatles peut être pas, car les Beatles ont survécu aux années 60. Les Yéyé, peut être? "Je t'aime yé, yé, yé, je t'aime yé yé yé, c'est ma première surprise partie, donne moi ta main et prends la mienne... Ça ne volait pas très haut, mais combien étaient-ils à se pâmer en écoutant ça, que ça fait maintenant rigoler? Ou même qui rigolaient déjà, mais faut bien faire comme les autres...
[quote=YannFromFrance]Qu'est-ce que ça dit de l'enseignement et de la culture de masse? De l'immédiateté sans recul?
Faudrait pas oublier non plus que ceux qui cliquent sur ça... ne font pas que ça. Et sont peut être par ailleurs créatifs, novateurs, pertinents. Avouez: il ne vous arrive jamais de cliquer sur quelque chose d'inavouable, de chercher à savoir "quelle est la [s]barbe[/s] la plus sexy du monde" après avoir lu très sérieusement un article de Lordon ou de Piketty? Ou même avant... ou encore à la place?
L'épouvantail que je suis se référait à la phrase : "En lisant cet article, je me suis demandé si la même chose n'aurait pu être écrite sur les Beatles, sur les débuts de la pop et du rock. Avec un journaliste et son gout qui dit clairement, "quel est donc que cette mode passagère? De toute façon, il n’y a rien à y comprendre".
Et non : "Pewdiepie est comme un DJ radio des 60s."
Alors c'est vrai, j'ai parlé des Beatles "dans les années soixante". Ce doit être là-dessus (les 60s) que vous vous fondez pour rapprocher les deux propositions.Et pour, en surplus, parler "d'adversaire". Je constate que mon prétendu "adversaire", fait montre d'un tout autre sens de l'humour. Et d'un discours bien moins pontifiant.
je doute qu'un run de pewdiepie est regardable une seconde fois. Maintenant je ne l'ai jamais regardé.
Votre message entier était basé la stratégie de l'épouvantail, même si il y avait un certain humour qui est difficile à cerner

Mais bon il est évident pour tous le monde avec un cerveau en activité normale que pudépié (bien trouvé) fait des vidéos sans aucun intérêt. Il est juste effroyablement banal avec un humour caca/pipi pour adolescent qui sont d'ailleurs sa cible principale.
Mais bon de là à résumer les vidéos youtube et le streaming à cet énergumène (ce que vous n'avez pas fait) c'est vraiment être un vieux con.


Maintenant la vrai question est que faire avec le modèle économique de youtube basé sur le nombre de vue ?
Le changer et redistribuer l'argent des pubs par la qualité plutôt que la quantité de clics ?
qui va juger la qualité ?
faut 'il faire des critères de rémunérations ?
1000 vues en parlant de jeux vidéo : 50 centimes
1000 vues avec une vidéo humoristique : 70 centimes
1000 vues avec des vidéos de chat 10 centimes
1000 vues sur une web-serie : 2 euros
1000 vues sur de la science : 1.50 euros
etc etc ....
Dailymotion a un mode de rémunération différèrent que je connais mal.


La télé a toujours eu exactement le même raisonnement que youtube. Je veux du spectateurs, plus de spectateurs et de cette façon je vendrai mon espace publicitaire plus chère. Donc ce phénomène n'est pas nouveau

On peut faire la même chose avec les élections, : peu importe les différences entre ce que je dis et ce que je croie, je veux juste des voies.

Tout est "malheureusement" basé comme ça.
"Cher André, vous vous battez contre des moulins à vent."

je sais... snif... j'ai voté pour vous
Je fais moi-même des vidéos sur Youtube. Je ne suis qu'une petite crotte de la plateforme avec mes (bientôt) 17,000 abonnés.
Soyons clair, sur le fond, le travail de création de contenus de PewDieDie est aussi riche que le projet politique de Nadine Morano. Les recettes de son succès sont simples (mais pas simplistes) : De l'humour pipi caca. Des blagues en dessous de la ceinture... De bonnes vieilles ficelles qui ont fait la fortune de nombreuses gloires d'un vieux médias dont on parle encore ici : La TV.
Pas sûr que si l'on compare, notre Suédois gagne plus qu'un Hanouna ou qu'un Patrick Sebastien. Pourtant, nul doute que son audience globale ait infiment plus de portée...
Indignation à deux vitesses? Oui! Car le principal succès d'un Youtubeur, c'est ça proximité avec son audience. "C'est un gars comme nous". Infiniment plus vrai sur un noyau dur d'abonnés qui est composé à 80% d'ado entre 10 et 18 ans...
La morale? Sur Youtube il y a des Stars. Mais elles n'ont pas encore, dans les conscience, le droit à tous les égards des Stars des autres médias : Argent, paillettes, etc...
Les youtubeurs de youtubeurs, South Park l'a déjà imaginé ! cf. les excellents s18e09 et e10, avec PewPewDie dans son propre rôle.
il est certain qu'il ne retire rien à personne.

En êtes-vous certain, Daniel ? Du temps de cerveau disponible ? Pour autre chose ?
Lanzmann, Schneidermann et les membres avisés du forum : même combat : comprendre
C'est exactement ce que fait Squeezie que mes enfants regardent en boucle à mon grand désespoir...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.