47
Commentaires

petit manuel hyper-rapide d'entomologie humaine

Derniers commentaires

Question portraits vous auriez pu évoquer la photographie africaine : portraits studios de personages figés, droits, parés de vêtements et accessoires choisis par eux... D'autant que vous connaissez Malick Sidibé et Seydou Keita, comme en atteste votre chronique "tete de nègres". Votre chronique parle d'entomologie "humaine" et non "occidentale"...
"L'une des particularités de l'être humain réside dans sa passion pour le catalogage, l'inventaire, la nomenclature et l'index"

Très bon papier, mais un peu trop universalisant. La "passion du catalogage" est devenue systématique au XVIIème et surtout au XVIIIème siècle en Occident,
et fonde les Lumières, qu'elles soient françaises, anglaises ou germaniques.

A ce propos, je conseille à tous de visiter la superbe très grande salle du British Museum
appelée à juste titre
Enlightenment Room

remplie non seulement d'objets naturels et d'artefacts, mais surtout de manuscrits, encyclopédies et autres dictionnaires.
M.Korkos n'en finira pas de nous surprendre, avec des rubrique toujours de qualité.

Puisqu'il est question d'humains et d'insectes, jetons un petit coup de loupe sur les hybridations qu'a pu en faire Lalique en son temps. La femme-libellule (en bas de page), notamment, est fascinante, épinglée pour toujours sous vitrine, n'ayant jamais orné aucun corsage que ce soit.

http://www.unarosadoro.com/ornamenticorsetto.html
Cataloguer c'est donner des repères au cerveau. Là c'est réussi, on ne mélange pas les couleurs de peau, communautarisme européen oblige !
Ce n'est pas non plus des tout venant chômeurs, SDF, ou travailleurs pauvres... ils sont pourtant majoritaires en France, en Allemagne, en .... mais on n'en parle pas et on ne les voit pas, de toute façon, ils ne sont pas intéressants ceux qui nettoient nos chiots, nos rues, font le ménage, livrent les paquets cadeaux, distribuent, vendent, sont à la caisse... catalogue des bonnes mœurs et des gens biens, chaque société a l'image qu'elle mérite.
Merci Alain pour ces petits bijou de chroniques. Je me poile autant que j'en apprends. Weiter so. Un peu de décalage dans ce monde de skuds fait beaucoup de bien et ton ton décape une bonne partie du suint qui nous imbibe la tronche. Vous croisez vraiment à des dimensions de la nuée de décérébrés qui se rependent en bêtise commerciales. Un régal.
Cheers.
J'en soupçonne plus d'un ici de chercher la p'tite bête.
Je ne sais pas si vous avez déjà le lien mais c'est tout à fait le sujet..

http://www.exactitudes.com/serie.php?nr=1

A bon entendeur!
Xav
Bonjour,

Dès que la sncf eut invité son logo pour le tgv un collège m'avait fait remarquer l'humour volontaire ou non de ce logo, en le retournant il ressemble à un escargot!

Si c'est voulu, ça doit être pour signifier qu'un tgv c'est l'inverse d'un escargot!

Pour s'en convaincre il suffit de faire une recherche sur "logo tgv", par exemple voici une image.
dites, Alain, vous n'avez pas quelque part la caricature montant Hitler en pieuvre menaçant l'Europe?
J'ai des souvenirs de cours d'histoire là-dessus mais je ne trouve pas sur internet.
Merci pour vos chroniques.
Finalement j'ai repris la chronique d'Alain,

Ce qui est effroyable c'est l'énorme vulgarité des photos d'humains, destinées à [s]décorer[/s] ridiculiser le Thalys

Le manque d'imagination, de talent... Un truc vraiment minable, un carton pâte digne des grotesques "Village People",

Enfin tout ce qu'on aimerait ne jamais voir et que les publicitaires nous infligent avec une constance qui dépasse l'entendement...

Pour mesurer le niveau de néant il faut suivre le lien d'Alain par ici ensuite il faut cliquer pour agrandir afin de bien mesurer à quel point c'est nul et laborieux...

Au fait, vol nuptial ou viol nuptial ?

***
C'est l'idée d'avoir évoqué les diptères sur certains forums qui vous a donné envie d'en parler dans un article, Alain ? :-)
Bien sympa en tout cas.
Je vais désormais regarder Oggy et les cafards avec un respect nouveau.
Merci m'sieur Korkos.
bah alors ou en est-on pour la création du fofo blabla !

Damien

http://rouik.labrute.fr
L'homme et son cafard . Tout un programme. Un vrai cafard né homme.
Super intéressant!

Ce qui est dommage dans votre article est que vous ne partez pas de la bonne finalité.

L'homme n'est pas spécialement friand de l'indexation. Ce dont il est friand, c'est bien plus de connaissance; et la catégorisation est une manière parmi d'autres qu'il a pue trouver pour saisir ce qui l'environnait.

Je vous dis cependant un grand merci pour votre érudition.
Ouarf !!!! ça pouvait pas tomber mieux. Pour de l'humain vlà de l'humain...
Ayer, avec un TGV se rendant de Strasbourg à Nantes (via ce haut lieu culturel qu'est Disney)
nous nous arrêtâmes au Mans. Motif : un suicidé entre Angers et Nantes...
Pour Nantes, détour par Rennes. Pour Angers, un bombardier de TER...
Retard : une heure... etc. Enquête de police, ramassage des débris par les bomberos...
Les commentaires des habitués de la ligne : "la semaine dernière c'était la même chose (un suicidé) dans le sens
de l'aller... le soir, pour le retour un autre suicidé..."
M'est avis que la SNCF et la Thallys devrait peindre la tronche des gens qui prennent
leurs trains pour cibles (enfin, l'inverse)
L'autre soir, banlieue Est, à l'heure de la sortie des écoles, devant deux centaines de gosses
empruntant la passerelle qui enjambe les voies un mec se couche sur les rails à l'arrivée d'un train...
et c'était pas un banquier ou un écureuil ayant perdu ses noisettes
(pas de "cellule psychologique" pour les écoliers sauf peut-être pour le conducteur)
M'est avis que du temps de la "bête humaine" et des épouvantables machines à vapeur, les
candidats à la mort hésitaient à deux fois... Avec les trains qui ressemblent désormais à
des suppositoires, ils n'hésitent plus.
Peut-on suggérer à la SNCF de donner l'ordre aux conducteurs de ne plus s'arrêter : ni chien
ni chat, ni banquier, ni humain... Rrrrraoum ! on passe. Et on est à l'heure.
Est-ce parce qu'il n'y a pas d'humains sur les biftons de la faillite :

200 €uros

500 €uros

(ni même de vrais monuments d'ailleurs, pas plus que de vraie valeur : nous étions prévenus) qu'il y a tant d'humains sur ce curieux train ?

Ou alors est-ce pour aller les écrabouiller sur une pile de pont à 300 kmh ?

A titre de cadeau exceptionnel j'offre à tous les @sinautes ces souvenirs nostalgiques d'une époque moins sinistre, et surtout plus humaine...

1.000 Francs

10 Francs

200 Francs

50 Francs

5 Francs

Herri IV

Saint Exupery

Madagascar

Madagascar encore

Piastres Indochinois

C'est un beau cadeau, du vrai pognon, non ?

Surtout par les temps qui courent...

P.S. : Merci Alain pour cet exquis travail d'entomologiste !

***
Hello !
Cette chronique, c'est un peu la suite de l'armée des mingong, non ? j'me trompe ?
Je suis troublé. Lorsque je regarde les planches d'insectes, c'est le mot "beauté" qui me saute à la tête ("fragilité" aussi) ; mais en regardant les planches "humaines" je pense "diversité", "identité", des choses contradictoires, mais "beauté" ? Non.
C'est vrai que le parallèle entre les collections d'insectes cloués et l'enthomologie humaine est intéressante, puisque nous ne faisons qu'un pasage éphémère sur la planète terre.

Le rapprochement sur la rame Thalys est encore plus saisissant quand on pense à tous ces insectes qui vont venir s'écraser sur ces planches d'humanoïdes. ;-)

Les planches "exactitudes" me font penser aux catalogues de vente par correspondance.
Je trouve ça vraiment pas mal.
On peut être déprimé et s'imaginer que plus personne n'est original.
On peut aussi admirer la formidable entreprise de démonstration de l'égalité essentielle qui existe entre les hommes.
Nous sommes identiques, quelle que soit notre différence.

C'est un beau témoignage, des photographies d'une nature vivante et contemporaine.
Je crois qu'un photographe avait fait ça l'année dernière avec les sans-papiers de la rue de la Banque. Il prenait en photo ces hommes, ces femmes, soutenus par d'autres qui avaient leurs papiers. Belle preuve de solidarité. Redonner une identité à ceux qu'on veut "effacer". Emouvant et éloquent.
Ce sont les mêmes photographes que ceux dont vous parliez dans la Boîte à Images, à propos d'une série de portraits similaires ?

En tout cas, c'est un projet aussi intéressant que déprimant, à mon sens : j'ai voyagé depuis mon enfance, et je crois qu'il est devenu de plus en plus difficile d'être dépaysé : les marques et les modes affichées donnent cette impression diffuse que tout est partout pareil...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.