16
Commentaires

Perdriel interviewé par Salamé : pas un mot sur le licenciement de Lancelin

Simple oubli ? Interviewé dans la matinale de France Inter du 17 octobre, le co-fondateur et ancien propriétaire de L'Obs Claude Perdriel n'a pas été interrogé une seule fois par Léa Salamé sur le livre de Aude Lancelin, Le monde libre. Dans cet ouvrage paru le 12 octobre, l'ancienne directrice adjointe de la rédaction de L'Obs, revient sur son licenciement en mai dernier - un renvoi brutal et surtout très politique. L’omission de Salamé interpelle, car Perdriel a joué un rôle important dans l'épisode, comme Lancelin le racontait sur notre plateau.

Derniers commentaires

J’espérais que Salamé allait découper Perdriel en tranches fines. Il n'en fut rien, hélas.
Façade cool et impertinente (ses fringues, le ton de sa voix, les anecdotes sur sa vie privée...)
+ Fond totalement conformiste et obséquieux
= La recette Salamé depuis ses débuts
= Une valeur montante de l'éditocratie
Beau morceau de flagornerie ce matin,en effet,mais habituel. Comparer avec les interviews d'Onfray par cette dame qui se vante de fréquenter Hollande.
Pourquoi autant de méchanceté avec la grande plus grande "intervieweuse" de France qui a réussi à repousser Perdriel dans ses derniers retranchements en lui faisant avouer que oui à 90 ans il jouait encore au tennis une fois par semaine ?
Comment @si pensait qu'elle avait gagné son "titre" d'intervieweuse de l'année ? On ne réussit pas à impressionner ses congénères de la caste médiatique en posant des questions fondées mais en prouvant, prestation après prestation, qu'on a le meilleur cirage...
Une interview qui, au delà du cas Lancelin, était d'une complaisance totalement hallucinante, avec absolument aucun contenu, aucune information. Et avec le signifiant flou "homme-de-gauche" pour désigner un personnage dont on ne comprend pas bien (en tout cas les quidam n'en sauront rien) ce qui permette d'étayer le qualificatif. Peut-être parce qu'en aimant encore le bonheur, les "belles femmes et les belles voitures" (peut-être madame Salamé n'est-elle pas compétente pour juger le cas Lancelin, vu le niveau de machisme partagé avec son interlocuteur comme en témoigne cette "question" de son initiative), il participe au bonheur général (cette hypothèse fut longuement discutée). Un pic fut atteint quand Mme Salamé a dit que cet "homme-de-gauche" avait "bradé" (c'est son propre terme) l'Obs à Niel-Pigasse-Berger : on croit rêver (selon wikipedia, la braderie s'élève à 13,4 millions d'euros). Proprement scandaleux.

PS (sic) : Je rejoins Al Ceste, il faudrait lui demander les raisons de l'occultation de Lancelin, car il me semble que Mme Salamé est en plus assez prompte à donner des leçons de journalisme.
Certains pensent que Salamé a été balayée par le Sanibroyeur....
Pour ceux qui attendent quelque chose de la fille du ministre de la culture au Liban dans le gouvernement de R. Hariri, et d'une famille de diamantaires par sa mère, protégée de JP Elkabasch, et dont la sœur préside la fondation Empain, ... pas de raison de challenger le système...
La meuf à Lordon ?
Il va y avoir des places de libres chez I-bolloré. Condition requise : savoir la boucler.

Salamé a donc le profil pour postuler.

ASi en fait un article. C'est bien. Ce serait mieux si ASI lui demandait le pourquoi de cet oubli.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.